LA DERNIÈRE DES STANFIELD

LA DERNIÈRE DES STANFIELD

Commentaire sur le livre de
MARC LEVY

*Une lettre m’apprenait que ma mère aurait eu
un passé dont j’ignorais tout. On m’assurait
qu’en fouillant ses affaires, je mettrais la main
sur des souvenirs qui me livreraient quantité
d’informations sur la femme qu’elle avait été. À
l’en croire, maman avait été coauteure d’un
forfait magistral…*
(Extrait : LA DERNIÈRE DES STANFIELD, Marc
Levy, Éditions Robert Laffont|Versilio, 2017, édition
de papier,, pocket, 450 pages.

Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres. Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel. George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l ‘Est au Québec. Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits. Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas. L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore. Quel est le lien qui les unit ?
Quel crime leurs mères ont-elles commis ?  Au cœur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

LES SECRETS D’UNE FAMILLE TORDUE
*Robert était désormais seul et il se demanda
combien de nuits il lui restait à vivre. Dans
quelques heures, le jour se lèverait sur Baltimore…
Et il songea qu’il allait crever à des milliers de
kilomètres de chez lui à cause d’une partie de
poker.*
(Extrait)

LA DERNIÈRE DES STANFIELD raconte l’histoire d’Eleanore Rigby Donovan (C’est son nom au début de l’histoire), journaliste pour un magazine à Londres et George Harrison Collins, un ébéniste qui vit à Québec. Les deux héros de cette histoire ont au moins deux points en commun : d’abord leur prénom évoque les Beatles. Eleanore Rigby est une chanson des Beatles et l’origine de ce nom demeure mystérieuse. Et Bien sûr George Harrison était un Beatle. Les liens expliquant ce choix de prénoms sont plutôt ténus dans le récit. Le deuxième point en commun est le fait que les deux héros qui ne se connaissent pas reçoivent une mystérieuse lettre signée d’un énigmatique personnage qui se fait appeler LE CORBEAU et annonce que leur mère a commis un crime 35 ans plutôt. Le CORBEAU leur donne rendez-vous dans un bar de pêcheur situé dans le port de Baltimore.

Nos deux héros se rencontrent à ce fameux rendez-vous, font connaissance dans une méfiance totale. Le CORBEAU ne s’est pas pointé mais il semble avoir atteint son objectif la rencontre de deux personnes qui ne se connaissent pas et qui ont pourtant la même mère. Eleanore Rigby et George Harrison décident d’enquêter pour savoir quel crime leur mère aurait commis. Qui est le CORBEAU et qu’est-ce qu’il cherche exactement. C’est alors que nos deux héros vont pénétrer un épais mystère, un panier de crabes qui hante trois générations de Stanfield de 1944 à nos jours. Le récit étale la vie de Sally-Anne, la mère de George Harrison et Eleanor Rigby. Les grands-parents de Sally-Anne, Robert et Hanna Stanfield ont fait fortune dans les années 40.

Eleanore Rigby et Georges Harrison tentent ainsi de se dépêtrer dans une suite sans fin d’hypocrisie, de trahisons, de mensonges et de coups bas. Le lecteur tente d’évoluer avec les personnages dans la toile gluante classique des familles dynastiques qui enfouissent des secrets qui sortent au grand jour à la petite cuillère. C’est un peu ce à quoi nous a habitué les séries télévisées comme DALLAS alors que Bobby Ewing vient revendiquer son appartenance à la famille Ewing ou comme DYNASTIE. Moi j’ai trouvé ça compliqué, difficile à suivre à cause des bonds générationnels qui rendent instable le fil conducteur de l’histoire. Je n’ai jamais réussi à adhérer à ces histoires de famille hermétiques et souvent platoniques. Je sais bien que si je me base sur les cotes d’écoute des séries dynastiques, les téléspectateurs en redemandent. Ça n’engage que moi évidemment mais les trois premiers quarts du récit m’ont ennuyé.

J’ai trouvé l’histoire compliquée à cause de son caractère multidirectionnel que l’auteur aurait pu simplifier un peu. La narration est complexe, le style alambiqué. Je m’attendais à mieux, surtout que j’étais au départ très intrigué par les prénoms de nos héros, évoquant les Beatles. Mais ce n’est qu’un accessoire sous-développé qui n’est d’aucune utilité pour aider à comprendre où l’auteur veut en venir exactement quant à la malédiction qui pèse sur les Stanfield où tout n’est qu’imposture, mensonges et apparences. Non ce n’est pas vraiment le livre capable de me faire renouer avec le style saga familiale avec ses idées usées.

Je conviens que le style de Levy est intéressant et qu’il l’a fort bien développé dans l’ensemble de son œuvre. Il faut bien dire aussi que le dernier quart du récit nous entraîne de surprise en surprise. Ça devient intéressant si on tient le coup jusque-là. Quand je termine un livre, j’essaie de déterminer deux choses : ce que le livre m’a apporté et à quelle réflexion a-t-il engagé. Je crois que vous en avez déjà une bonne idée.

Marc Levy est un romancier français né en 1961. Il  ne quitte pas le classement des meilleures ventes depuis le début des années 2000. Né dans les Hauts-de-Seine, il quitte la France pour les États-Unis à 23 ans et fonde une société spécialisée dans l’image de synthèse. Il reste en Amérique du Nord, sa seconde patrie, pendant sept ans et revient à Paris avec le projet de créer un cabinet d’architecture avec deux de ses amis. Il en est directeur pendant près de dix ans. Aimant raconter des histoires, Marc Levy se met à l’écriture en amateur. Finalement, il décide d’envoyer son manuscrit à plusieurs éditeurs et ce sont les éditions Robert Laffont qui le contacteront. Depuis, il se consacre à l’écriture et emmène le lecteur dans son univers où tout est possible. En janvier 2006, les ventes de ses cinq livres, toutes éditions et langues confondues, ont dépassé les dix millions d’exemplaires et ça continue.

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 6 décembre 2020

L’ESPIONNE, le livre de PAULO COELLHO

*J’avais été baptisée avec le sang de la femme d’Andreas, et, grâce à ce baptême,
j’étais libre pour toujours, bien que nous ne sachions, ni lui ni moi, jusqu’où cette
liberté nous mènerait.
(Extrait : L’ESPIONNE, Paulo Coellho, Flammarion 2016. Édition de papier, t.f. 200 pages)

Arrivée à Paris sans un sou en poche, Mata Hari, de son vrai nom Margaretha Geertruida « Grietje » Zelle s’impose rapidement comme une danseuse vedette du XXe siècle. Elle a un charisme extraordinaire. Elle séduit le public, ensorcèle les hommes les plus riches et les plus puissants de l’époque. Aurait-elle accumuler des secrets monnayables ? Plusieurs le pensaient. Toujours est-il que son mode de vie flamboyant fait scandale et attire bientôt les soupçons tandis que la paranoïa s’empare du pays en guerre. Arrêtée en 1917 dans sa chambre d’hôtel sur les Champs-Élysées, elle est accusée d’espionnage. Elle fut donc jugée, reconnue coupable d’espionnage au profit de l’empire allemand et exécutée. En faisant entendre la voix de Mata Hari, Paulo Coelho nous conte l’histoire inoubliable d’une femme qui paya de sa vie son goût pour la liberté.

INSAISISSABLE ET INDÉPENDANTE
*…il n’avait qu’un but et il n’avait pas besoin
de me dire lequel : coucher avec moi. J’étais
immensément embarrassée avec cet homme
laid, mal élevé, aux yeux écarquillés, et qui
se jugeait le plus grands d’entre les grands.*
(Extrait : L’ESPIONNE)

Dans une longue lettre à son avocat, Maître Clunet, Mata Hari raconte et explique la chaîne d’évènements qui a précédé son exécution à Vincennes en 1917 pour espionnage et trahison. C’est donc Mata Hari qui a la parole : une femme courageuse, résolument libre mais dont le mode de vie flamboyant a fait scandale et a attiré les soupçons à une époque instable où la guerre fait rage. Oui, elle a couché avec beaucoup d’hommes puissants et influents, oui il y a peut-être eu échanges de propos sensibles.

Est-ce que ça fait d’elle une espionne ? Une chose est sûre, Mata Hari n’a pas vu venir le panier de crabes dans lequel elle devait s’enliser. Mais toujours, elle garde la tête haute : *Je suis une femme qui s’est trompée d’époque et rien ne pourra corriger cela. Je ne sais pas si l’avenir se souviendra de moi, mais si c’est le cas, qu’on ne me voit jamais comme une victime, mais comme quelqu’un qui a vécu avec courage et n’a pas eu peur de payer le prix fort. * (Extrait)

Cette version que nous propose Paulo Coelho est comme beaucoup d’autres versions qui laissent à penser que Mata Hari a été reconnue coupable d’espionnage et de trahison sur des preuves plus que douteuses. Il fallait absolument un coupable pour assoir le jeu de pouvoir d’un personnage important et haut placé….Pourquoi pas…on l’a bien fait avec le soldat Dreyfus…tant qu’à sombrer dans la crasse et l’incompétence.

J’ai trouvé ce livre bien écrit, passionnant à lire. Il débute avec l’exécution de Mata Hari, fusillée la tête haute parce qu’elle tapait sur *le système du système*. Puis on peut lire la longue lettre à son avocat, un pantin désarticulé et dépassé, puis, une longue lettre de ce même avocat à Mata Hari…une lettre qu’elle ne lira jamais.

Même si ce sont les mœurs qui devancent son temps qui ont amené Mata Hari devant le peloton d’exécution et sans doute aussi son incapacité de *regarder où elle mettait les pieds*, l’écriture de Coelho pousse le lecteur et la lectrice vers un sentiment d’injustice. Tout le long du récit, j’ai senti l’investissement de Coelho en authenticité et en sensibilité et j’ai réalisé dans la deuxième moitié du récit que Mata Hari aimait l’argent et le luxe, autre élément soi-disant incriminant poussant l’artiste vers sa chute.

Espionne ? Vraiment ? : *ce qu’il voulait dire, sans avoir le courage de le prononcer, c’était le mot : espionne. Quelque chose que je ne ferais jamais de ma vie. Comme vous devez vous le rappeler, excellentissime Maître Clunet, j’ai dit cela dans cette farce de procès : «Prostituée, oui. Espionne, jamais. * (Extrait)

Bien que ce livre soit le témoignage d’une femme hors du commun, il ne s’agit pas d’une biographie en tant que telle. Quoique la vie de Mata Hari s’inspire de faits réels dans les grandes lignes aux dires de l’éditeur et que l’auteur a tenté de reconstituer la vie de Mata Hari à partir de données historiques, ce livre demeure une œuvre de fiction. Il mérite toutefois d’être lu. Il est poignant, il rend captif, il se lit vite, son contenu est crédible et plausible. Je serais curieux de lire les dossiers de presse de l’époque…dans un contexte de guerre, la justice diffère.

Mata Hari aura été victime autant d’elle-même que d’une parodie de justice. Mais toutes les versions s’entendent pour dire que l’artiste aura gardé la tête haute, même quelques minutes avant d’apparaître devant les fusilleurs : *Je sais ce que je vais faire maintenant, avant d’entendre les pas dans le couloir et l’arrivée du Petit-déjeuner. Je vais danser. Je vais me rappeler chaque note de musique et je vais bouger mon corps au rythme des mesures, parce que cela me montre qui je suis : une femme libre* (Extrait)

Une belle écriture…un excellent moment de lecture

Paulo Coelho est un romancier et interprète brésilien né à Rio de Janeiro. Il a vendu plus de 210 millions de livres à travers le monde, traduits en plusieurs dizaines de langues. Son premier livre, LE PÈLERIN DE COMPOSTELLE a été publié en 1987, mais c’est le livre suivant L’ALCHIMISTE qui vaudra à Coelho une notoriété internationale. Il a gagné de nombreux prix littéraires dont une mention au prix littéraire de Dublin pour VÉRONIKA DÉCIDE DE MOURIR.


En novembre 2014, Paulo Coelho a achevé de mettre en ligne près de 80 000 documents – manuscrits, journaux, photos, lettres de lecteurs, coupures de presse – créant ainsi une vitrine sur le net pour la Fondation Paulo Coelho qui est basée à Genève.

Mata Hari (1876-1917)

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le vendredi 15 mai 2020

IMPACT, le livre de DOUGLAS PRESTON

*J’ai en ma possession un disque dur classé secret…
contenant toutes les photos de mars en haute
définition. Freeman me l’a envoyer avant de se
faire tuer. Sur ce disque se trouve l’image d’une
machine extra-terrestre… Aucune chance que vous
la trouviez par vous-même. Moi je sais où elle se
trouve.
*
(Extrait : IMPACT, Douglas Preston, Éditions L’Archipel,
t.f. : 2011, édition numérique, 430 pages.)

Un météore s’abat au large des côtes du Maine… Parmi les rares témoins, Abbey, une jeune astronome amateur. Peu après, un enquêteur doit faire la lumière sur l’apparition subite, au Cambodge, de pierres précieuses radioactives d’origine inconnue, qui excitent les convoitises. Bientôt, deux scientifiques ayant fait le lien entre les deux événements sont assassinés. Quand l’enquêteur finit par prendre connaissance d’images satellites de la Nasa, il commence à comprendre… Ce n’est pas un météore qui s’est abattu, mais un puissant rayon gamma, tiré depuis Mars, qui a transpercé la Terre de part en part. Intuition confirmée quand un second rayon, plus puissant encore que le premier, atteint la Lune. Une course contre la montre s’engage pour Abbey et l’enquêteur Ford : il leur faut envoyer un message de paix à une mystérieuse entité extraterrestre, tout en évitant le tueur lancé à leur trousse par un islamiste bien décidé à profiter de cette menace pour faire régner la terreur…

PAS DE TERRE SANS LUNE
*On y voit un objet à la surface de Mars.
J’ai l’intime conviction que cet objet a
tiré sur la terre au mois d’avril et sur la
lune ce soir.*
(Extrait : IMPACT)

Même si je n’ai pas été emballé par ce livre, il comporte suffisamment d’éléments originaux pour lui attribuer un peu plus que la note de passage. Ce n’est pas le livre auquel je m’attendais en se fiant au synopsis et à l’image de la page couverture. IMPACT verse plus dans le thriller d’espionnage que dans le drame de science-fiction et oui, vous vous en doutez, la terre est menacée de destruction, deux personnages marginaux : un ex-agent de la CIA et une jeune universitaire qui s’est fait viré entreprennent une course contre la montre pour sauver l’humanité.

Eux même sont poursuivis par un tueur… etc etc… c’est un thème surexploité. Il y a d’autres irritants j’y reviendrai plus loin. Mais j’ai quand même appris un fait nouveau dont on parle rarement dans la littérature de science-fiction. Il est question ici de matière étrange.

La matière étrange, aussi appelée strangelet est un état spécifique de la matière nucléaire exotique d’une extrême densité. Plusieurs pensent que le strangelet serait lié à une éventuelle fin du monde.

Pour l’instant c’est très hypothétique mais Preston reprend cette théorie à son profit et ajoute à une trame usée quelque chose de neuf. Il faut aussi savoir qu’est-ce que c’est que ces astéroïdes qui ont frappé la terre, et frapper est-il le mot juste? Et si ces chutes de météorites constituaient une attaque? Il y a donc dans le récit des éléments suffisamment intéressants pour attiser la curiosité et pousser le lecteur à aller toujours plus loin.

Même si l’écriture est fluide, la première partie du récit traîne en longueur. Les personnages, un peu stéréotypés mettent du temps à se mettre en place. On dirait que l’auteur a voulu imposer un mystère qui n’aura finalement pas grand-chose de mystérieux.

Je dirais plutôt intriguant. Le fil conducteur peine à être stable parce que l’histoire est développée sur plusieurs fronts mais, ces histoires convergent. Tout devient plus évident dans la deuxième partie du volume. L’ensemble devient beaucoup plus solide, le récit haletant.

Trahison et complot sont au programme ainsi que la possibilité d’une invasion extra-terrestre mais celle-ci n’est évoquée que très tard dans le récit et quand elle se précise, le reste de l’histoire devient un peu prévisible. Il y a quand même des qualités.

Comme je le mentionne plus haut l’écriture est fluide. Ceux qui connaissent le style d’écriture de Douglas Preston savent qu’il est très accessible et qu’il sait maintenir un rythme rapide, le tout assorti d’une traduction française satisfaisante.

Il faut faire attention, si vous vous attendez à un scénario-catastrophe, vous pourriez être déçu. À ce titre la représentation de l’éditeur est un peu faussée. Le livre se concentre beaucoup plus sur l’enquête menée par l’ex-agent de la CIA et l’astronome amateur que sur l’aspect science-fiction même s’il y a de nombreux passages scientifiques pas toujours faciles à comprendre.

Certains de ces passages m’ont fait frémir, celui par exemple qui explique que si la Matière étrange se déversait sur la terre, celle-ci diminuerait sa taille pour atteindre celle d’une orange. Moyen régime et je ne parle pas de la densité de cette orange.

Donc, IMPACT est un ouvrage qui m’a fait découvrir des choses et m’a poussé à la recherche, en particulier sur la matière étrange, sujet peu développé en matière de littérature. Rythme élevé, spécialement dans la deuxième partie. J’ai trouvé la finale étrange et un peu bâclée. Malgré tout ça, j’ai trouvé au livre un petit cachet original qui m’a incité à vous le suggérer : IMPACT de Douglas Preston.

Douglas PRESTON est un auteur américain né en 1956 à Cambridge dans le Massachusetts, diplômé de littérature anglaise. Il a démarré sa carrière en tant qu’auteur et éditeur pour le Muséum d’histoire naturelle de New York. Il a aussi enseigné à l’université de Princeton. Durant ses huit ans passés au Muséum, il a écrit son premier livre de non-fiction. À la même époque, il fait la connaissance de Lincoln Child, rencontre qui a été déterminante pour sa future carrière d’écrivain.

Depuis, il a publié plusieurs autres romans du même genre avant de coécrire des livres à suspense avec Child. Leurs fans décrivent leur œuvre comme une ingénieuse combinaison alliant investigations scientifiques et intrigue captivante. Aujourd’hui, Preston continue à écrire pour différents magazines. Il est aussi coproducteur d’une série de la chaîne américaine ABC. (Sources : L’Archipel, J’ai Lu)

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le dimanche 10 mars 2019

LE RÉCIT DE L’OPÉRATION WALKYRIE

La chance du diable
Le récit de l’opération Walkyrie

Commentaire sur le livre d’
Ian Kershaw

*…je m’adresse aujourd’hui à vous pour deux
raisons : 1. Que vous puissiez entendre ma
voix et sachiez que je ne suis pas blessé et
que je vais bien; 2. Mais aussi que vous soyez
au courant des détails d’un crime qui est sans
équivalent dans l’histoire de l’Allemagne.*
(extrait du discours de Hitler dans la nuit du 21
juillet 1944 dans LA CHANCE DU DIABLE de Ian
Kershaw, Flammarion 2009, num. 150 pages.)

LA CHANCE DU DIABLE raconte, au fil des heures, le déroulement de la célèbre OPÉRATION WALKYRIE lancée le 20 juillet 1944, alors qu’une bombe éclatait dans la tanière du Loup, le quartier général d’Hitler qui était sur place avec ses principaux généraux. On sait qu’à ce moment, Hitler était le seul obstacle qui empêchait de mettre fin à une guerre définitivement perdue pour l’Allemagne. Kershaw raconte comment cette opération, qui a eu un effet d’ouragan sur le Parti Nazi et l’Allemagne, a lamentablement échoué, s’étant enlisée dans un amalgame de malchance et de confusion. Mais si les conjurés ont été malchanceux, c’est que quelqu’un quelque part a été chanceux…l’histoire démontre en effet qu’Hitler a eu, dans les faits la chance du diable. Sa vengeance fût cruelle et sans appel…

Veine ou déveine?
*Entrer dans la conjuration contre Hitler, ou même
flirter avec elle, c’était mesurer, au fond de soi,
la distance qui vous séparait de vos amis, de vos
collègues, de vos camarades, entrer dans un
monde crépusculaire où les dangers étaient
immenses et s’isoler socialement, idéologiquement
et même moralement.*
(Extrait : LA CHANCE DU DIABLE le récit de l’opération
Walkyrie)

Ce livre raconte, presqu’en temps réel, les origines, l’organisation et le déroulement de la célèbre opération Walkyrie qui visait à assassiner Adolph Hitler le 20 juillet 1944 dans sa *tanière du loup*, c’est-à-dire son quartier général et par la suite réaliser un COUP D’ÉTAT qui devait en principe, permettre de négocier une capitulation honorable (car la guerre semblait irrémédiablement perdue pour l’Allemagne) et permettre une reconstruction de l’Allemagne.

C’est un livre crédible. S’il évoque principalement l’incroyable chance d’Hitler d’avoir échappé à autant de tentatives d’assassinat, dont celle de l’opération Walkyrie, (qu’Hitler s’en soit sorti alors qu’il était à peine à quelques mètres de la bombe tient pratiquement du miracle), le livre met aussi en perspective la malchance évidente des cerveaux de l’opération dont Von Stauffemberg et évoque aussi des faiblesses qui ne sont pas étrangères à l’échec de l’opération : de la confusion, de l’indécision de plusieurs membres de l’organisation (peut-être exacerbée par la crainte d’Hitler et des SS) et d’évidents problèmes de communication.

C’est un récit au rythme très élevé qui couvre tous les aspects de l’opération depuis les origines jusqu’à l’exécution des conjurés et qui m’a éclairé de façon satisfaisante relativement aux effets de Walkyrie sur l’évolution du nazisme et sur l’incroyable paranoïa qui caractérisait Hitler vers la fin de son règne. J’ajoute à cela plusieurs passages éclairants sur le contexte politique, humain et spirituel entourant Walkyrie.

La faiblesse évidente du livre réside dans une certaine étroitesse des mises en contexte et l’absence de référence : pas de prologue (il aurait été intéressant de voir par exemple quelles leçons les Allemands ont retenues de la première grande guerre, si leçons il y a), pas de bibliographie et pas d’organigramme, ni politique ni militaire. Je vous avoue que je me suis pas mal perdu dans l’extraordinaire complexité de l’organisation militaire allemande qui déborde d’innombrables généraux, de chefs d’état-major, de colonels et colonels généraux, de lieutenants aux multiples affectations et j’en passe…

Je vous recommande donc ce livre mais je vous avertis qu’il nécessite une certaine concentration. L’auteur étant un grand spécialiste accuse je crois un petit manque d’empathie envers le lecteur.

Enfin, il serait intéressant qu’un auteur éclairé bâtisse une uchronie à partir de Walkyrie. En effet, imaginez un instant que l’opération ait réussi…

Ian Kershaw est un historien, spécialiste de la seconde guerre mondiale et du nazisme, né le 29 avril 1943 à Oldha (Grand Manchester) en Angleterre. Il a écrit entre autres une biographie d’Hitler en deux tomes, considérée encore aujourd’hui comme une référence majeure sur le plan historique. Le principal argument de Kershaw sur l’installation de la dictature nazie repose sur le racisme confinant à la xénophobie, des dirigeants dénués de jugement, sur Adolph Hitler lui-même, en particulier sur son extraordinaire pouvoir charismatique… Au moment d’écrire ces lignes, Ian Kershaw est professeur d’histoire moderne à l’Université de Sheffield. Il est aussi membre de plusieurs sociétés honorifiques et historiques dont la BRITISH ACADEMY et la ROYAL HISTORICAL SOCIETY.

Adaptation au cinéma :
WALKYRIE

L’opération Walkyrie est brillamment reconstituée dans le film de Bryan Singer : WALKYRIE, sortie en 2009 avec Tom Cruise (qui incarne le colonel Von Stauffemberg)  à la tête d’une solide distribution dont Bill Nighy dans le rôle de Friedrich Oldbricht et Tom Wilkinson dans le rôle du général Fromm. L’adaptation est d’une précision historique et contextuelle fort intéressante. Je recommande de le regarder avant la lecture du livre, si celle-ci figure dans vos projets.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
JANVIER 2016