MAGICIEN L’APPRENTI, LA GUERRE DES FAILLES

Commentaire sur le livre de
Raymond E. Feist

L’histoire est celle de PUG, un ado orphelin recueilli au duché de Crydee. Un jour, alors qu’il a 15 ans, il est choisi par le magicien Kulgan pour être son apprenti. Après avoir sauvé la vie de La princesse Carline, il est anobli et devient châtelain. Il s’entraîne à la magie et développe graduellement des pouvoirs inimaginables.

La vie de Pug deviendra beaucoup plus aventureuse à partir du jour où son royaume sera menacé par le monde Tsuranni : un peuple conquérant et sans pitié. Avec son ami Tomas, son maître Kulgan et le duc Borric, PUG aura fort à faire pour organiser la défense du royaume. Le destin de PUG est donc de sauver le monde de cette menace qui n’est rien d’autre que la guerre, la destruction, le chaos.

Dans ce livre, tous les éléments classiques sont réunis pour un bon roman *fantasy*. Ce sont les ingrédients d’une recette qui n’est pas sans rappeler LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : des magiciens, des Elfes, des nains (ils sont mineurs eux-aussi et creusent dans une montagne comme dans les mines de la Mauria du Seigneur des Anneaux), des dragons, des créatures étranges et bien sûr, la menace constante de plonger le monde libre dans les ténèbres. Bien sûr, c’est un ouvrage moins complexe, moins raffiné et moins poétique que celui de Tolkien, mais cette histoire de Feist comporte une belle somme de forces intéressantes.

Ce livre m’a plu à plusieurs égards. En premier lieu, l’authenticité des personnages. D’abord PUG, le genre qu’on aimerait avoir comme ami ou petit frère, intelligent, d’abord vulnérable mais gagnant graduellement en courage et en audace au cours de l’histoire. On ne peut faire autrement que de le trouver sympathique et attachant. Il y a aussi son ami Tomas, soldat en devenir et qui force lui aussi la sympathie et l’admiration, et Carline, jeune princesse au caractère capricieux et imprévisible.

On y trouve aussi quantités d’autres personnages qui ont tous un petit quelque chose qui mobilise la sensibilité du lecteur, de la lectrice.

Autre élément intéressant : je crois que l’auteur a donné du corps à son récit en détaillant (sans excès) l’environnement du royaume, sa politique et les intrigues de cour, son actualité et surtout la pensée et la façon de faire de ses stratèges militaires.

L’écriture de Feist est simple, sans jamais sombrer dans la naïveté. Il a su empreindre à son récit de l’émotion et de la chaleur et donner à ses personnages un caractère profondément humain.

Je crois que vous ne serez pas déçu.

JAILU
NOVEMBRE 2012

(En Complément…)

CYANURE, le livre de CAMILLA LÄCKBERG

Née le 30 aout 1974 à Fjällbacka en Suède, Camilla Läckberg est l’auteure d’une série de romans policiers  parus  chez Actes Sud.

Les intrigues se situent toujours à Fjällbacka, ancien port de pêche de la côte ouest en Suède, reconverti en station balnéaire, qui, sous des apparences tranquilles cache des  relations humaines compliquées, sordides et rarement gratifiantes. .

L’histoire est celle de la famille LIJECRONA qui, un peu avant Noël se réunit sur l’île de Valo. Ils sont 8 réunis dans une maison fort belle, confortable, bien pourvue mais isolée. On y retrouve le milliardaire patriarche Ruben, ses 2 fils, leurs femmes et leurs enfants, et Martin, l’ami policier d’une des petites filles. Ils sont d’autant plus isolés qu’une violente tempête de neige empêche tous déplacements.

Le premier repas de la famille prend les allures d’un règlement de compte alors que Ruben, persuadé que la plupart de ses enfants sont des incapables cupides et profiteurs, dit de façon tranchante et sans appel sa façon de penser. Par la suite, le patriarche meurt dans d’horribles souffrances et de façon spectaculaire.

Martin prend l’enquête en main mais sera confronté à un casse-tête beaucoup plus complexe qu’il le croyait.

L’histoire est courte et pas très originale. Le style n’est pas sans rappeler Agatha Christie, et dans une moindre mesure Conan-Doyle (qui est infiniment plus raffiné avec Sherlock Holmes). Ici, l’enquête est confiée à un personnage pas très sûr de lui et qui évolue péniblement et ça devient agaçant à lire. Toutefois, l’auteur a fait de Martin le policier un personnage attachant et humain à défaut d’être génial…il n’a pas le coté *snobinard* d’un Hercule Poirot ou d’un Holmes. Comme lecteur, ça m’a donné un petit élan de sympathie.

C’est loin d’être un chef d’œuvre et ça n’invente rien, mais comme le livre est assez court (150 pages) je vous en suggère la lecture, ne serait-ce que pour la finale qui est assez inattendue et qui m’a donné la satisfaction de ne pas avoir perdu trop mon temps.

JAILU
Novembre 2012

(En Complément…)

LE SYMBOLE PERDU, livre de DAN BROWN

Avant de lire LE SYMBOLE PERDU je m’attendais à une suite d’énigmes à résoudre, un rallye à travers un dédale de monuments historiques et de passages secrets, ponctués de symboles occultes et où l’on serait confronté à des personnages dont les motivations réelles sont incertaines. Gentils, méchants ou peut-être même super-vilains? Réponse dans 400 pages. Le tout sur une trame d’urgence et d’apocalypse imminente et dans une atmosphère de nuit sans fin. J’étais pas loin de la vérité.

L’histoire se déroule au cour d’une nuit, dans Washington. Notre Robert Langdon  y arrive, convoqué d’urgence par un vieil ami, Peter Solomon. Langdon fera une découverte macabre qui initiera une quête à travers la ville, une course contre la montre dans les arcanes de la franc-maçonnerie et dont l’objectif est de sauver son ami. Mais est-il étrange que l’élite de la CIA prennent l’affaire autant à cœur? Quelles sont les intentions réelles du séquestreur de Solomon?

Brown manipule très bien le suspense, il a le sens des coups de théâtre et à mon avis, il réussit à bien doser et répartir la matière (occultisme, symbologie, histoire) nécessaire à l’évolution de l’intrigue, mais il importe que le lecteur ait un certain intérêt. Si vous n’avez pas aimé Da Vinci Code et Anges et Démons, vous n’aimerez sans doute pas Le symbole perdue. L’auteur tisse ses intrigues toujours de la même façon, les personnages ont souvent les mêmes profils, l’atmosphère précipitée et tendue est la même, et le terreau dans lequel se développe le tout reste les symboles occultes et les messages codés. Personnellement… j’ai bien aimé!

Phenixgoglu
Novembre 2012

(En complément…)

LE SECRET INTERDIT, le livre de BERNARD SIMONAY

L’histoire est celle de Kevin Kramer, écrivain à succès, un jour, lors d’une tempête, Kevin est témoin d’un phénomène très étrange : il voit un navire qui n’est pas touché par la tempête, il ne bouge pas, même pas atteint par les vagues. Il monte à bord, et verra un mystérieux personnage disparaître devant ses yeux. Ce sera pour Kevin le point de départ d’une aventure extraordinaire non seulement autour du monde mais aussi au cours des âges, sur la trace d’évènements historiques auxquels il a participé dans des vies antérieures. Il se mettra en quête d’une vérité que le monde n’est pas prêt à connaître. Avec sa compagne, Alexandra, croisée sur son chemin au début de la quête, il devra affronter une force mystérieuse et implacable qui poursuit le même but.  Pour nos héros, c’est une course contre la montre et contre le mal…

Bien que ce roman fasse partie du CYCLE DES ENFANTS DE L’ATLANTIDE, on peut en faire une lecture indépendante, et tant mieux parce que l’ensemble de l’œuvre est un peu difficile à suivre. Mais c’est une autre histoire

Ici, l’auteur développe principalement 2 thèmes : l’eugénisme et surtout la réincarnation. Il n’y a rien de neuf me direz-vous. Mais il faut voir comment Simonay s’y prend pour livrer son message.

Personne ne peut confirmer que la réincarnation est une réalité parce que personne n’est jamais revenu pour en parler. Ce qui reste, quand on se livre à un débat sur la question, c’est la force des arguments. C’est l’argumentaire qui nous amène à y croire ou non. Il se trouve que c’est la force de Bernard Simonay dans LE SECRET INTERDIT. La progression de l’histoire étant constante, bien rattachée et contenant beaucoup d’éléments plausibles, l’auteur nous pousse continuellement à se poser la question : *serait-ce possible*?

Ajoutez à cela l’écriture de Simonay qui frôle parfois la poésie et qui conforte une imagination débordante. Voilà ce que j’ai aimé de ce livre : cette particularité de nous faire réfléchir et de nous faire rêver qui crée un tout porteur d’espoir. Une quête initiatique où se chevauchent la fiction et la réalité… Un livre à dévorer.

JAILU
Octobre 2012

(En Complément…)

CURE FATALE, le livre de ROBIN COOK

Bonjour à tous et à toutes. Je veux attirer votre attention cette fois sur un livre qui m’a tenu en haleine de la première à la toute dernière page : CURE FATALE de Robin Cook.

On dit que le système de santé est malade, mais imaginez un peu un système où on décide, sans appel, d’éliminer des malades qui coûtent trop cher, ou des malades qui monopolisent les services hospitaliers ou qui sont incurables.

Dans CURE FATALE, deux jeunes médecins récemment recrutés dans un hôpital du Vermont seront témoins d’évènements forts troublants qui les pousseront à faire une enquête. Ils seront ainsi entraînés dans une horrible machination qu’on imaginait plus possible : éliminer des malades parce qu’ils coûtent trop cher.

En maintenant un niveau de tension élevé et constant dans un récit bien ficelé, Robin Cook réussit à nous faire oublier que son histoire n’est rien d’autre qu’une variation sur un thème bien connu. En effet, il est question ici d’une forme d’eugénisme, cette aberration qui a fait son bonhomme de chemin dans l’histoire des peuples, spécialement chez les cinglés soi-disant bien-pensants.

Dans son roman, Cook ne nous laisse aucun répit et nous pousse inévitablement à nous poser l’éternelle question : **comment les choses peuvent en arriver là???**

J’ai dévoré ce roman et je crois que vous ne serez pas déçu car l’œuvre est issu d’un auteur qui en connait long sur les questions médicales, étant lui-même chirurgien en ophtalmologie, une plus-value pour quelqu’un qui est devenu spécialiste des thrillers médicaux. À ce titre, j’aimerais vous proposer quelques titres fort intéressants :

Mutation(1989) – Risque mortel (1996)
Vector(2001) – Virus (1988)

JAILU
Novembre 2012

(En complément…)

STONEHEART, le livre de CHARLIE FLETCHER

Stoneheart, la malédiction de pierre est le premier volume d’une trilogie de Charlie Fletcher publié chez Hachette Jeunesse. Suivent le tome 2, Stoneheart main de fer et le tome 3, Stoneheart, langue d’argent. La trilogie a été bien accueillie en général, le tome 1 ayant figuré dans la liste des best-sellers jeunesse en 2007. Charlie Fletcher, natif du Royaume-Uni en 1960 est scénariste pour le cinéma, on lui doit entres autres CARTON ROUGE. On lui doit aussi LA FUREUR DANS LE SANG, scénarisé pour la télévision.

Sous l’effet de la colère et de la déception, un jeune
ado d’une douzaine d’années : Georges brise une de
ces statues de dragon qui ornent plusieurs édifices de
Londres. Ce faisant, il déclenche une effroyable
malédiction. Des gargouilles et des statues deviennent
vivantes, et poursuivent Georges pour le tuer afin de laver
son affront. Aidé par Edie (c’est une fille) et l’artilleur, une
statue de la première grande guerre, Georges part à la
recherche du CŒUR DE PIERRE afin de conjurer la
malédiction.

Je dois le dire d’entrée de jeu, j’ai été déçu par ce livre que je considère non-représentatif du talent de Charlie Fletcher. Il y a beaucoup de longueurs, l’histoire n’est pas toujours facile à suivre, les personnages manquent de consistance, la nature des rebondissements est souvent répétitive.

Mais aucun auteur digne du titre n’est sans force. J’ai apprécié par exemple le fait que Fletcher a créé un personnage principal au départ vulnérable, mou et sans personnalité. Une avalanche de problèmes, d’ennuis et de danger pousse le jeune Georges, tout au long de l’histoire à se forger un caractère et à gagner en audace et en courage. Ça rend le personnage attachant. Cela compense beaucoup pour le caractère surexploité du thème fantastique développé dans l’histoire.

Ajoutons à cela des charges émotionnelles qui ont la particularité de remettre en piste le lecteur un peu égaré et des descriptions assez exhaustives de Londres, de ses gargouilles et de ses statues. Ça pourrait donner le goût de visiter Londres selon l’itinéraire proposé par Fletcher. Je signale aussi que Fletcher s’est fort bien repris dans les tomes 2 et 3. Pour ces raisons, je crois bien pouvoir recommander la lecture de STONEHEART.

JAILU
Novembre 2012

(En complément…)