L’ESPIONNE, le livre de PAULO COELLHO

*J’avais été baptisée avec le sang de la femme d’Andreas, et, grâce à ce baptême,
j’étais libre pour toujours, bien que nous ne sachions, ni lui ni moi, jusqu’où cette
liberté nous mènerait.
(Extrait : L’ESPIONNE, Paulo Coellho, Flammarion 2016. Édition de papier, t.f. 200 pages)

Arrivée à Paris sans un sou en poche, Mata Hari, de son vrai nom Margaretha Geertruida « Grietje » Zelle s’impose rapidement comme une danseuse vedette du XXe siècle. Elle a un charisme extraordinaire. Elle séduit le public, ensorcèle les hommes les plus riches et les plus puissants de l’époque. Aurait-elle accumuler des secrets monnayables ? Plusieurs le pensaient. Toujours est-il que son mode de vie flamboyant fait scandale et attire bientôt les soupçons tandis que la paranoïa s’empare du pays en guerre. Arrêtée en 1917 dans sa chambre d’hôtel sur les Champs-Élysées, elle est accusée d’espionnage. Elle fut donc jugée, reconnue coupable d’espionnage au profit de l’empire allemand et exécutée. En faisant entendre la voix de Mata Hari, Paulo Coelho nous conte l’histoire inoubliable d’une femme qui paya de sa vie son goût pour la liberté.

INSAISISSABLE ET INDÉPENDANTE
*…il n’avait qu’un but et il n’avait pas besoin
de me dire lequel : coucher avec moi. J’étais
immensément embarrassée avec cet homme
laid, mal élevé, aux yeux écarquillés, et qui
se jugeait le plus grands d’entre les grands.*
(Extrait : L’ESPIONNE)

Dans une longue lettre à son avocat, Maître Clunet, Mata Hari raconte et explique la chaîne d’évènements qui a précédé son exécution à Vincennes en 1917 pour espionnage et trahison. C’est donc Mata Hari qui a la parole : une femme courageuse, résolument libre mais dont le mode de vie flamboyant a fait scandale et a attiré les soupçons à une époque instable où la guerre fait rage. Oui, elle a couché avec beaucoup d’hommes puissants et influents, oui il y a peut-être eu échanges de propos sensibles.

Est-ce que ça fait d’elle une espionne ? Une chose est sûre, Mata Hari n’a pas vu venir le panier de crabes dans lequel elle devait s’enliser. Mais toujours, elle garde la tête haute : *Je suis une femme qui s’est trompée d’époque et rien ne pourra corriger cela. Je ne sais pas si l’avenir se souviendra de moi, mais si c’est le cas, qu’on ne me voit jamais comme une victime, mais comme quelqu’un qui a vécu avec courage et n’a pas eu peur de payer le prix fort. * (Extrait)

Cette version que nous propose Paulo Coelho est comme beaucoup d’autres versions qui laissent à penser que Mata Hari a été reconnue coupable d’espionnage et de trahison sur des preuves plus que douteuses. Il fallait absolument un coupable pour assoir le jeu de pouvoir d’un personnage important et haut placé….Pourquoi pas…on l’a bien fait avec le soldat Dreyfus…tant qu’à sombrer dans la crasse et l’incompétence.

J’ai trouvé ce livre bien écrit, passionnant à lire. Il débute avec l’exécution de Mata Hari, fusillée la tête haute parce qu’elle tapait sur *le système du système*. Puis on peut lire la longue lettre à son avocat, un pantin désarticulé et dépassé, puis, une longue lettre de ce même avocat à Mata Hari…une lettre qu’elle ne lira jamais.

Même si ce sont les mœurs qui devancent son temps qui ont amené Mata Hari devant le peloton d’exécution et sans doute aussi son incapacité de *regarder où elle mettait les pieds*, l’écriture de Coelho pousse le lecteur et la lectrice vers un sentiment d’injustice. Tout le long du récit, j’ai senti l’investissement de Coelho en authenticité et en sensibilité et j’ai réalisé dans la deuxième moitié du récit que Mata Hari aimait l’argent et le luxe, autre élément soi-disant incriminant poussant l’artiste vers sa chute.

Espionne ? Vraiment ? : *ce qu’il voulait dire, sans avoir le courage de le prononcer, c’était le mot : espionne. Quelque chose que je ne ferais jamais de ma vie. Comme vous devez vous le rappeler, excellentissime Maître Clunet, j’ai dit cela dans cette farce de procès : «Prostituée, oui. Espionne, jamais. * (Extrait)

Bien que ce livre soit le témoignage d’une femme hors du commun, il ne s’agit pas d’une biographie en tant que telle. Quoique la vie de Mata Hari s’inspire de faits réels dans les grandes lignes aux dires de l’éditeur et que l’auteur a tenté de reconstituer la vie de Mata Hari à partir de données historiques, ce livre demeure une œuvre de fiction. Il mérite toutefois d’être lu. Il est poignant, il rend captif, il se lit vite, son contenu est crédible et plausible. Je serais curieux de lire les dossiers de presse de l’époque…dans un contexte de guerre, la justice diffère.

Mata Hari aura été victime autant d’elle-même que d’une parodie de justice. Mais toutes les versions s’entendent pour dire que l’artiste aura gardé la tête haute, même quelques minutes avant d’apparaître devant les fusilleurs : *Je sais ce que je vais faire maintenant, avant d’entendre les pas dans le couloir et l’arrivée du Petit-déjeuner. Je vais danser. Je vais me rappeler chaque note de musique et je vais bouger mon corps au rythme des mesures, parce que cela me montre qui je suis : une femme libre* (Extrait)

Une belle écriture…un excellent moment de lecture

Paulo Coelho est un romancier et interprète brésilien né à Rio de Janeiro. Il a vendu plus de 210 millions de livres à travers le monde, traduits en plusieurs dizaines de langues. Son premier livre, LE PÈLERIN DE COMPOSTELLE a été publié en 1987, mais c’est le livre suivant L’ALCHIMISTE qui vaudra à Coelho une notoriété internationale. Il a gagné de nombreux prix littéraires dont une mention au prix littéraire de Dublin pour VÉRONIKA DÉCIDE DE MOURIR.


En novembre 2014, Paulo Coelho a achevé de mettre en ligne près de 80 000 documents – manuscrits, journaux, photos, lettres de lecteurs, coupures de presse – créant ainsi une vitrine sur le net pour la Fondation Paulo Coelho qui est basée à Genève.

Mata Hari (1876-1917)

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le vendredi 15 mai 2020

FIFI BRINDACIER, le livre d’ASTRID LINDGREN

*Regardez-moi un peu le plancher de la cuisine!…Fifi
fit bouillir une grande bassine d’eau qu’elle renversa
sans cérémonie sur le plancher de la cuisine. Puis elle
ôta ses grandes chaussures et les déposa sur la planche
à pain. Puis elle attacha deux grosses brosses à lessiver
à ses pieds nus et patina sur le plancher-splash, splash!*
(Extrait : FIFI BRINDACIER, Astrid Lindgren, Hachette-livre, 1995,
réédition et traduction, Hachette-livre, 2007, num., 90 pages.)

FIFI BRINDACIER est une enfant hors du commun, c’est le moins qu’on puisse dire. C’est une petite fille rousse de 9 ans, intelligente, énergique, audacieuse et astucieuse. Elle est aussi dotée d’une extraordinaire force physique. Elle vit avec monsieur Dupont, ainsi qu’un petit singe et un cheval. Fifi a aussi deux amis qui habitent la maison voisine : Tommy et Annika. Comme tous les enfants du voisinage, Tommy et Annika sont impressionnés par Fifi qui n’a pas d’heure pour se coucher et qui fait tout ce qui lui plait. Fifi est attachante et a un irrésistible petit côté irrévérencieux.  Astrid Lindgren a créé un personnage féminin autonome et sans contrainte et nous entraîne dans ses aventures où la fantaisie côtoie la réalité.

Fififolotte Victuaille Cataplasme Tampon
fille d’Efraïm Brindacier
*Dans l’univers bien sage de ce que l’on appelait
alors la «littérature enfantine», le personnage
si neuf et si exceptionnel qu’était Fifi
Brindacier, libre, primesautier, imprévisible,
faisait irruption avec une joyeuse hardiesse.
Ce fut un coup de vent émoustillant.
(Extrait : FIFI BRINDACIER, avant-propos de l’éditeur)

FIFI BRINDACIER est connue dans le monde entier. Elle amuse et fait rire les enfants et les nombreuses rééditions permettent aux enfants d’aujourd’hui de faire connaissance avec la petite suédoise. Je suis sûr que les enfants se régaleront des aventures de FIFI. Pour ce qui est des adultes, je vous préviens qu’il est de loin préférable de lire ce livre avec les yeux et le cœur d’un enfant. Sinon, ça risque de vous déplaire ou tout au moins de vous faire trouver le temps long.

Pour comprendre le sentiment des enfants à l’égard de FIFI BRINDACIER, je me permets de décrire FIFI avec mes yeux d’adulte : FIFI a 9 ans, sa mère est morte et son père a fait naufrage quelque part. Elle vit donc seule…eh oui…à 9 ans, dans la villa familiale. Elle fait ce qui lui plait, quand ça lui plait, ne va pas à l’école, éducation déficiente, arrogante avec les adultes, propos incohérents, indépendante et riche, son père lui ayant laissé un plein coffre de pièces d’or.

Elle vit avec un cheval et un singe et est proche de ses deux jeunes voisins Tommy et Anika. Elle est excentrique, insouciante et mal élevée. Enfin, FIFI est dotée d’une force physique surnaturelle. Elle a aussi de belles qualités : elle a beaucoup d’imagination, c’est une petite fille très généreuse, elle est aussi courageuse, énergique et volontaire.

Par défaut, les enfants sont peu soucieux des règles, des consignes et de l’étiquette. Ce phénomène se résorbe pendant un processus normal d’éducation mais entre-temps, les enfants ont des tendances anti conformistes. On comprend un peu mieux maintenant pourquoi FIFI BRINDACIER est appréciée des enfants du monde entier.

FIFI BRINDACIER a été publié en 1945 en Suède. C’était une époque où la littérature enfantine avait besoin d’être dépoussiérée, modernisée, où on voulait servir aux enfants autre chose que des contes. Astrid Lindgren a imaginé un jeune personnage, féminin, capable d’en montrer aux garçons, qui défie le conformisme et se moque des adultes. Il n’en fallait pas plus pour que la popularité de FIFI gagne l’Europe, puis le monde entier.

C’est probablement la raison pour laquelle l’œuvre a été inscrite dans le top 100 des meilleurs livres à vie et dans l’édition de Peter Boxall des *1001 LIVRES QU’IL FAUT AVOIR LUS DANS SA VIE*.

Personnellement, je n’ai pas été emballé par FIFI BRINDACIER, ni par le livre ni par la série télévisée que j’ai eu l’occasion de regarder pendant mon adolescence. Peut-être suis-je trop conformiste, mais une petite fille de 9 ans qui peut lever un cheval, marcher aisément sur un fil de fer, qui vit seule, qui ne va pas à l’école, qui est capable d’envoyer promener les adultes et qui est affublée de deux tresses plus que voyantes qui me donnaient l’impression d’être tenues par des broches…un petit air punk…tout ça est un peu trop surréaliste pour moi dans le cadre d’une littérature enfantine.

Mais il est évident que les enfants ne voient pas ça du même œil si je tiens compte de l’accueil extraordinaire qui a été réservé à FIFI BRINDACIER de par le monde. Je dois tenir compte aussi du fait qu’Astrid Lindgren a reçu en 1958 le prix Hans Christian Andersen qui est presque l’équivalent d’un prix Nobel en littérature pour sa contribution durable à la littérature enfantine qui s’est vue d’une certaine façon révolutionnée.

C’est donc une lecture sortie des sentiers battus qui est proposée aux enfants avec FIFI BRINDACIER qui fait peur aux garçons et qui projette les petits lecteurs dans un monde de fantaisie et d’humour.

Astrid Anna Emilia Lindgren, née Ericsson (1907-2002) était une écrivaine suédoise, romancière, scénariste et auteure d’ouvrages pour les enfants. Elle s’est fait connaître dans le monde entier par ses personnages originaux, à la fois attachants et impertinents : Zozo la Tornade, Karlssom Pa taket, et bien sûr, la plus connue : FIFI BRINDACIER par laquelle elle a largement contribué à donner un nouveau souffle à la littérature pour enfants. Lindgren a créé FIFI BRINDACIER alors que sa fille était atteinte de pneumonie. Elle fera par la suite l’objet d’un roman publié en 1945. À la suite du décès de l’auteure en 2002, le gouvernement suédois crée un prix portant son nom : le Prix commémoratif Astrid Lindgren : le prix littéraire le plus important au monde en terme pécuniaire, réservé à la littérature pour l’enfance et la jeunesse.

FIFI BRINDACIER À L’ÉCRAN

                
                   1                                              2                                            3

PIPPI LANGSTRUM est une série télévisée germano-suédoise traduite sous le titre de FIFI BRINDACIER (photo 2) réalisée par Olle Hellboom et diffusée en 13 épisodes en 1969 sur la chaîne suédoise SVT, puis par la suite, dans les années 70 pour la francophonie. Par la suite, une série d’animation (photo 1) de 26 épisodes de 26 minutes a été diffusée en première au Canada en 1998, puis rediffusée à plusieurs reprises sur Teletoon. Enfin, le film (photo 3) réalisé par Olle Helboom est sorti le premier janvier 1970, toujours avec Inger Nilsson dans le rôle de FIFI BRINDACIER, personnage éponyme d’Astrid Lindgren.

Inger Nilsson à l’âge de 10 ans en pleine gloire, puis à l’âge de 57 ans. On la voit encore régulièrement à la télévision suédoise.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le dimanche 6 mai 2018

1 COBRA, 2 SOULIERS ET BEAUCOUP D’ENNUIS

Commentaire sur le livre d’
Alexander McCall Smith

*…Elle continue à feuilleter le magazine, il y avait
une photo du pape qui descendait d’hélicoptère…
Deux cardinaux vêtus de rouge le suivaient et elle
remarqua qu’ils étaient l’un comme l’autre de
constitution très traditionnelle, ce qu’elle trouva
rassurant. Si je vois Dieu un jour se dit-elle, je suis
certaine qu’il ne sera pas maigre…*
(extrait de 1 COBRA, DEUX SOULIERS ET BEAUCOUP
D’ENNUIS, Alexander McCall Smith, éditions 10/18,
Collection Grands Détectives, 2007)

Ce livre raconte le quotidien de l’Agence numéro 1 des Dames Détectives du Botswana dirigée par Mma Precious Ramotswe et sa fidèle assistante Mma Makutsi. Grâce à leur extraordinaire capacité de déduction et à leur formidable intuition, elles réussissent à résoudre toutes les énigmes…histoires familiales, chantage, adultère, falsification, etc. la vie professionnelle des Dames Détectives s’imbrique dans leur vie amoureuse et sociale. 1 COBRA, DEUX SOULIERS ET BEAUCOUP D’ENNUIS est le 7e tome des aventures de ces dames sympathiques et énergiques.

BOTSWANA :

La république du Botswana est un petit pays d’Afrique australe sans accès à la mer, entouré par l’Afrique du sud, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe. On appelle les habitants les Botswanais. La population est d’un peu plus de 2 millions d’habitants. Les langues officielles sont l’anglais et le tswana. La capitale est Gaborone.

Entre un terrible cobra
et un maître chanteur…

Tout au cours de ma lecture, je me suis posé la question : s’il y a une intrigue digne du titre dans ce livre, où est-elle? Eh bien voilà, il n’y en a pas. Dans cette histoire, il n’y a pas de crimes violents ou de situations morbides. Il n’y a à peu près pas d’action, pas de suspense. Pourtant j’ai pris plaisir à lire ce livre et je crois comprendre pourquoi Alexander McCall Smith s’est rendu au septième tome.

D’abord, l’histoire comprend quelques énigmes qui, malgré leur légèreté, pousse le lecteur à émettre quelques hypothèses et même à tirer des conclusions. Toutefois la vraie force du livre réside dans le caractère des personnages principaux : les dames détectives…premières femmes détectives du Botswana (ce n’est pas rien), des femmes sympathiques et empathiques. On s’y attache dès le début de l’histoire.

Il y a aussi l’omniprésence de certains thèmes qui sont comme une pointe d’humour et jouent un peu le rôle de fils conducteurs pas déplaisants du tout. Par exemple, il est beaucoup  question dans ce livre de la constitution traditionnelle de Mma Ramotswe, un gentil euphémisme pour dire qu’elle est grosse. Il est aussi beaucoup question de chaussures et même de féminisme. Il est difficile de ne pas tomber sous le charme de ces femmes sages et profondément humaines.

J’en ai aussi beaucoup appris sur le Botswana, un *gros village* africain pris en sandwich entre des pays plus important comme l’Afrique du sud et le Zimbabwe. Le Botswana est un petit pays de 2 millions d’habitants et dans lequel les traditions ont la vie dure et il est présenté comme un beau pays, progressiste et accueillant dans lequel il fait bon vivre paisiblement. La notion d’entraide y est particulièrement forte. Le livre m’a quasiment donné le goût d’aller y faire un tour.

Si vous entreprenez la lecture de ce livre, faites-le sans attente. Moi j’ai pris ce livre pour ce qu’il est… un anti-stress…une petite douceur…

Alexander McCall Smith est né en 1948 au Zimbabwe. Il s’est fait connaître à l’échelle internationale après avoir créé le personnage de la première femme détective du Botswana : Mma Precious Ramotswe, héroïne d’une série qui compte huit volumes à ce jour. Il est également l’auteur des AVENTURES D’ISABEL DALHOUSIE et de 44 Scotland Street, premier tome des CHRONIQUES D’EDIMBOURG.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
JUIN 2014