1958 à 2011 Durée du voyage : 2 minutes

C’était plus fort que moi, il fallait que je me jette corps et âme dans le dernier-né des univers de Stephen King.

Dans un article un peu plus long que de coutume, je vous invite à lire mon commentaire sur le dernier livre de King :  22/11/63 un roman qui transcende un fait historique qui a conservé jusqu’à aujourd’hui toute sa complexité : le meurtre de John Fitzgerald Kennedy.

Je serai très heureux de lire vos propres commentaires à ce sujet.

Aller lire l’article 22/11/63 DE STEPHEN KING

Bonne lecture
JAILU

1958 à 1120 – Durée du voyage : 2 minutes

*…La figure d’Oswald est apparue juste
au-dessus  de l’épaule du grand bonhomme
et j’ai vu quelque chose de plus surprenant
encore : Lee Harvey Oswald souriait…*

***

*…Mrs Kennedy avait emporté une autre
tenue dans l’avion…il s’agissait d’un tailleur
en lainage rose agrémenté d’un col noir.
Le tailleur serait bien assorti avec les roses
qu’on allait lui offrir à Love Field, mais
certainement moins avec le sang qui
souillerait sa jupe, ses bas et ses souliers…*

(extraits de 22/11/63, Stephen King,
Éditions Albin Michel, 2013 t.f.)

Commentaire sur le livre
22/11/63 de Stephen King

2011, le restaurateur Al Templeton détient un secret extraordinaire. En effet, il y a, dans son arrière-boutique un passage temporel qui relie 2011 à 1958. Al conçoit un projet non moins extraordinaire : utiliser ce passage temporel, soit  jusqu’à 1958 et patienter par la suite jusqu’en 1963 et empêcher le meurtre du président John Kennedy. Mais Al en est empêché par un cancer très agressif et il confie cette mission à son ami Jake Epping, un enseignant de Lisbon, Maine. Jake accepte mais il lui faudra du temps pour comprendre qu’il transgresse les règles naturelles du temps et surtout pour comprendre les paradoxes du temps et le fameux effet Papillon. Ainsi Jake s’installe dans l’Amérique des années 50 à la recherche d’un mystérieux personnage errant, possiblement le plus médiatisé de l’histoire américaine : Lee Harvey Oswald. Deux questions : tricher avec le temps amènerait quelles conséquences? Et est-ce que le jeu en vaut la chandelle?

AVANT PROPOS :
L’EFFET PAPILLON

L’effet papillon ou théorie de la prédictibilité a été élaborée en 1972 par le météorologue Edward Lorenz lors d’une conférence à l’Association Américaine pour l’Avancement de la Science. La théorie se base sur une question beaucoup plus complexe qu’elle en a l’air : *le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas?*

La question devient plus fluide si on ajoute le battement d’ailes de milliards de papillons auxquels on ajoute le battement d’ailes de milliards d’oiseau etc. Lorenz précise bien que si le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut provoquer une tornade au Texas, il peut aussi l’empêcher. Ça nous rapproche considérablement de la théorie du chaos et du déterminisme.

En regard du roman de King, ce qu’il faut surtout retenir, c’est que si l’Effet Papillon s’applique aussi aux humains, cela voudrait dire que des changements de comportement semblant insignifiants au départ pourraient déclencher des bouleversements à grande échelle. Cette théorie à elle seule rendrait le voyage dans le temps extrêmement hasardeux.

Stephen King veut sauver JFK
(figaro.fr)

Je suis heureux qu’un de mes auteurs préférés soit resté aussi fort et alerte parce que 22/11/63 est un roman très fort, un coup de génie de Stephen King qui a décidé de mettre l’horreur de côté pour s’attaquer à une des énigmes les plus complexes du 20e siècle : le meurtre de John Fitzgerald Kennedy. D’ailleurs cette énigme déchire encore les historiens et les milieux politiques américains. L’Amérique a opté pour l’Acte isolé mais la théorie du complot est encore tenace. Il y a encore de l’obscurité sur cette affaire et ce nouveau livre de King demeurera d’actualité longtemps.

Il faut préciser que King n’apporte aucune réponse à l’énigme du meurtre de Kennedy, mais l’auteur ne croit pas à la théorie du complot. Il m’a semblé évident qu’il est parti du principe de l’acte isolé et l’opinion qu’il se fait du meurtrier de Kennedy Lee Harvey Oswald est frappante : un minable sans envergure. Le livre de King n’est pas une enquête. L’auteur a simplement imaginé une chronologie, une chaîne d’évènements en utilisant le voyage dans le temps.

Je crois avoir déjà expliqué sur ce site que développer le thème du voyage dans le temps pose un défi de taille : comment rester cohérent et composer avec les risques théoriques du voyage temporel : les paradoxes temporels et l’effet papillon. Voilà la première force du roman de King : La cohérence. Il s’est donné des principes clairs au départ et s’y est tenu. Voyons voir :

1) Chaque saut temporel dure deux minutes au temps de départ. Exemple, Jake a fait un saut de 2011 à 1958. Il est resté 5 ans dans l’ancien monde. Son absence en 2011 n’a duré que deux minutes.

2) Dès qu’un étranger fait intrusion dans le passé, il y a harmonisation par rapport aux effets de sa présence sur le futur. Autrement dit, le passé est tenace et refuse de changer.

3) La théorie de la prédictibilité est incontournable. Même une simple respiration dans le passé peut influencer le futur. C’est l’effet papillon.

4) Enfin, si Jake fait le saut en 1958 et qu’il revient en 2011, un retour éventuel en 1958 annulera tout ce qui a été fait dans le premier saut. C’est ce que King appelle une remise à zéro. Ça j’ai trouvé ça génial et vous découvrirez pourquoi en cours de lecture.

Pour le reste, Stephen King demeure égal à lui-même : son roman est très long (près de 1000 pages),  il prend bien son temps pour introduire ses personnages et comme dans la plupart de ses livres, il accuse des longueurs en exposant la psychologie de ses personnages.  Fait intéressant, King brosse un portrait très riche des années 60 : la mode, les tendances, les mentalités, la politique, les relations internationales et bien sûr l’incontournable menace nucléaire.

C’est un roman intense, complexe et extrêmement captivant qui pousse le lecteur à se poser une question non moins complexe : Que serait notre monde d’aujourd’hui si Kennedy n’avait pas été tué en 1963?

Ce à quoi peut s’attendre le lecteur et la lectrice repose sur une magnifique petite phrase très explicite écrite quelque part dans le livre de King et je cite :

*quand on essaye de changer le passé, il mord* (citation de Georges Amberson, extraite de 22/11/63 de Stephen King)

Je crois que vous ne serez pas déçu.

Je ne ferai pas ici le bilan biographique de Stephen King. Comme vous vous en doutez, il est assez impressionnant. Je vous invite plutôt à visiter le site
www.stephenking999.com .
Ainsi vous saurez tout sur le grand maître de l’étrange. Je vous invite aussi à lire mon article intitulé LE MONDE À PART de Stephen King concernant la septologie LA TOUR SOMBRE, disponible ICI

BONNE LECTURE

JAILU/Claude Lambert
JUILLET 2013 

LES LOIS FONDAMENTALES DE LA STUPIDITÉ HUMAINE

Les crétins…ignorent en général à quel point
Les gens stupides sont dangereux. Rien
d’étonnant à cela, ce n’est qu’un signe de
Plus de leur crétinerie…
(extrait de LES LOIS FONDAMENTALES DE LA
STUPIDITÉ HUMAINE, de Carlo M. Cipolla, Presses
Universitaires de France, 2012)

Commentaire sur le livre
de
De Carlo M. Cipolla

Essai philosophique qui analyse de façon très originale le phénomène de la stupidité humaine que l’auteur considère comme *…l’une des plus puissantes forces obscures qui entrave le bien-être et le bonheur de l’humanité*. Pour bien connaître cette force, et donc se donner la possibilité de la combattre, l’auteur a établi cinq lois fondamentales en s’appuyant sur une classification simplifiée des individus : les crétins, les intelligents, les bandits et les stupides. L’essai tend à évaluer l’impact de la stupidité humaine sur nos destins personnels.

Brièvement imbriqué dans mes multiples lectures et recherches, LES LOIS FONDAMENTALES DE LA STUPIDITÉ HUMAINE est un petit livre (70 pages) qui pour moi, a fait diversion vu la grande originalité du sujet. En effet, Cipolla y décortique la stupidité humaine avec beaucoup de sérieux, voire de rigueur. C’est un livre spécial, pas banal qui force l’attention. Des étudiants de CEGEP pourraient l’appeler *cours de stupidité 101* ou de façon plus pompeuse le *précis de la stupidité*.

J’ai trouvé ce livre drôle, toutefois, un chapitre situé au cœur de l’opuscule m’a fait prendre l’ensemble plus au sérieux. Il s’agit d’un chapitre qui détaille de façon précise la toute-puissance de la stupidité. C’est un livre intéressant quoique le sujet soit développé de façon très cartésienne et avec un peu d’humour décapant.  Il répond à des questions et en soulève d’autres : Est-ce qu’un crétin peut être intelligent? Quel est le pouvoir d’un être à la fois crétin et stupide? Quel mal peut faire un bandit intelligent? Un prix Nobel peut-il être stupide?

Partant du principe énoncé par le philosophe et poète Johann Christoph Friedrich Schiller à savoir :  *contre la stupidité, les Dieux même luttent en vain* pour moi la grande question est : DE QUOI AURAIT L’AIR L’HUMANITÉ MAINTENANT EN L’ABSENCE TOTALE DE STUPIDITÉ?  Pour tous les lecteurs, il y a de quoi s’amuser avec un des plus grands mystères de la condition humaine.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Juillet 2013

(En Complément…)

Épouvante et profondeur

Petit récit qu’il conviendrait de lire au moins une fois, L’Étrange cas du Dr. Jekyll et de Mr. Hyde est une nouvelle d’épouvante mille fois reprise, citée, adaptée à l’écran et à la scène. Bien que cette réalité prive quelque peu l’intrigue de son effet (lequel serait autrement extraordinaire), la lecture de ce classique en vaut grandement la peine.

Comme on peut s’y attendre, le style est très articulé et fait évoluer quelques gentlemans Anglais dans un décor Londonien qu’on imagine sombre et brumeux, en cette fin de XIXème siècle. Utterson, le notaire et ami du Dr. Jekyll, se fait raconter une sinistre histoire au sujet d’un certain Mr. Hyde. Il découvre que ce personnage, présenté comme un affreux nabot, est une des fréquentations du Dr. Jekyll. Soucieux des intérêts de son client et du bien-être de son ami, il cherchera à connaître le lien obscur qui relie l’un et l’autre.

Comme l’élément clé de son intrigue, le récit affiche deux visages différents. L’angoisse croissante et le mystère, que l’on peut voir en l’aspect de Mr. Hyde, en font un parfait divertissement, et l’émotion est entretenue sans effusion démesurée d’hémoglobine et de violence gratuite. Ensuite lors de la chute, le Dr. Jekyll pousse à la réflexion sur la dualité de l’homme, il explore l’idée de creuser un tel fossé entre le bien et le mal au sein d’un seul individu, que celui-ci se divise en deux entités distinctes. Là est l’originalité au coeur d’un thème éternel. Après avoir lu la dernière ligne, je n’ai pu m’empêcher de prendre quelques instants pour méditer la question, une fois de plus.

Phenixgoglu
Juillet 2013

Quelques mots sur Québec Loisir

Bonjour a tous,

Il y a un certain temps, je vous parlais d’un livre reçu d’une erreur de commande de la part de Québec Loisir. J’aimerais vous en dire un peu plus sur cette entreprise à laquelle je me suis abonné il y a bientôt 8 ans.

Pas France Loisir
Attention je parle ici de Québec Loisir et non de France Loisir. Le seul lien que je connais entre ces deux entreprises, c’est que Québec Loisir vend plusieurs livres publiés par les éditions France Loisir (Voir le complément). Les propos rapportés ici sont basés sur mon expérience avec Québec Loisir et je ne peux pas dire s’ils s’appliquent à France Loisir.

Fonctionnement Général
L’abonné doit acheter 4 livres par an, pendant un minimum de deux ans.  Seul les livres sont concernés ici. Les cd/dvd, abonnements magasines, jeux de société et cossins également disponibles ne comptent pas comme des achats trimestriels. Ceux qui ne respectent pas leur obligation d’achat subiront la sélection Québec Loisir, constituée d’un ou deux livres sélectionnés je ne sais trop comment. Personnellement j’ai toujours tout fait pour éviter cette sélection douteuse, ce qui est plutôt facile d’ailleurs. Le processus d’achat en ligne est simple, rapide et efficace. On peut payer par transfert bancaire, carte de crédit, ou sur réception. Pas de paypal malheureusement. Les délais de livraison ont rarement dépassés les 3 jours.

A qui ça s’adresse?
Soyez assuré que le représentant qui voudra vous convaincre au milieu du centre d’achat aura des arguments peu importe le profil de lecteur qu’il aborde. Vous êtes un grand lecteur? Québec Loisir enrichira votre bibliothèque! Vous êtes un petit lecteur? Quatre livres par an, c’est parfait pour vous, et moins cher qu’ailleurs! Vous ne lisez pas? C’est l’occasion parfaite pour vous y mettre!
Ne vous laissez pas avoir… Personne ne commencera à lire simplement parce qu’il est obligé d’acheter des livres. Et on connait tous quelqu’un qui achète des tonnes de livre et ne les ouvre jamais. Et le grand lecteur a-t-il vraiment besoin de cette source d’approvisionnement en livre? Surement pas.
A mon avis, pour éviter les frustrations d’un abonnement inutile, il faut être du genre à lire au moins une dizaine de livres par année, et avoir un budget lecture plutôt flexible.

Des livres moins chers? Pas vraiment
L’autre argument de vente des représentants est que le prix est très avantageux, et que cet avantage s’accroît avec les années. Personnellement, j’en suis à sept ans, et je n’ai jamais vraiment eu l’impression de payer mes livres moins chers. Les prix accotent ceux des magasins grandes surfaces, et même s’ils présentent une économie intéressante, celle-ci est anéantie par les frais de livraison. Notez quand même que, pour les commandes d’un peu plus de 40$, Quebec Loisir offre un petit cadeau qui est parfois assez attrayant. J’ai ainsi mis la main entre autre sur un bon petit ouvrage de synergologie ou un autre traitant des étiquettes de produits de supermarché.

Une sélection faible, mais des trésors de passage
Je crois que la principale raison qui me garde abonné, c’est que malgré le choix de livres plutôt faible (en dehors des succès commerciaux et des nouveautés), il arrive à l’occasion que paraisse un petit trésor, ou même un joyau de bibliothèque. Un truc rare, un livre original, un roman auquel je n’aurais jamais pensé. Grâce à Québec Loisir, je dispose d’un incroyable ouvrage imagé sur les batailles de toutes époques. Je me suis emparé de deux petits livres aux reliures fines contenant une multitude de contes issus de la sagesse indienne et tibétaine, et j’ai fais une découverte extraordinaire en me procurant un étrange livre orange fluo intitulé « ORANGE MÉCANIQUE« . Ces trouvailles trop rares ne restent jamais très longtemps alors d’un trimestre à l’autre il faut être a l’affût.
Depuis peu Quebec Loisir s’est affilié avec numico.ca pour offrir des ebooks. L’achat d’un ebook remplit l’obligation d’achat de l’abonné. Bien que cette affiliation enrichit beaucoup leur librairie virtuelle, je trouve que les prix y sont beaucoup trop élevé pour du numérique.

J’espère que ces informations vous seront utiles!

PHENIXGOGLU
JUILLET 2013

(En Complément…)