La réincarnation une réalité

LA RÉINCARNATION
une réalité

Commentaire sur le livre de
J. ALLAN DANELEK

*Jespère que les lecteurs finiront par prendre
conscience que la réincarnation possède une
cohérence intellectuelle et rationnelle, que je
trouve réconfortante et admirable.*
(Extrait : LA RÉINCARNATION UNE RÉALITÉ,
introduction, J. Allan Danelek, éditions, AdA,
2012, édition de papier, 260 pages)

Ce livre est une exploration de tout ce qui concerne la réincarnation : le choix de la prochaine vie physique, linfluence des vies antérieures, ce qui se passe entre les vies, etc. Lauteur passe aussi en revue les sujets intimement liés à la réincarnation dont le divin, l’âme  éternelle, le lien entre les mondes spirituel et physique, le karma, le choix de notre prochaine réincarnation, les fantômes, sans oublier les souvenirs de vies antérieures. Fidèle à son parcours de chercheur du domaine paranormal, Danelek présente des théories variantes sur un monde étrange et fascinant y compris laspect spirituel du processus de renaissance.

UNE QUESTION DE FOI
*Il s’agit d’un recueil d’idées, de théories
et de pensées sur le processus de la
réincarnation, qui sont devenues pour
moi des croyances.*
(Extrait de la préface, LA RÉINCARNATION)

Lorsqu’on m’a proposé la lecture de ce livre, j’ai hésité parce que je craignais de tomber sur un livre vendeur porteur de bonnes nouvelles ou sur le genre <L’ABC de l’incarnation>. Lorsque j’ai entrepris ma lecture, j’ai vite constaté que l’auteur J. Allan Danelek est sérieux dans son approche. Toutefois, je veux préciser tout de suite que Danelek n’apporte aucune résolution à la question de la réincarnation qui demeure un mystère interprété selon la foi de tous et chacun : *Le concept que chaque lecteur trouve personnellement plus profitable reste, bien sûr, une question de préférence. * (Extrait) L’auteur explore plutôt de façon exhaustive le sujet et propose des pistes de solutions. Plusieurs sont sérieuses comme le chapitre sur les personnalités multiples d’autres simplement intéressantes comme le chapitre sur la danse karmique, certaines m’ont paru fantaisistes comme la question des jumeaux, des âmes sournoises et des âmes qui se disputent un bébé.

Dans à peu près tous les cas, j’ai trouvé l’argumentaire bien nourri mais qui retourne toujours le lecteur à son libre arbitre. Le livre est généralement bien vulgarisé mais il repose sur un mystère qui ne sera jamais résolu. La question de la réincarnation quant à sa définition et son but demeure complexe malgré tous les efforts de l’auteur pour la rendre accessible : *Bien que la réponse paraisse simple, elle est immensément complexe : étant donné que l’âme ne peut parvenir à la perfection, comme elle est déjà parfaite, elle peut réaliser cette perfection en oubliant qu’elle est parfaite et en s’expérimentant plutôt comme quelque chose qui n’est pas parfait* (Extrait)

Malgré certaines tournures de phrases qui font parfois savantes et hautaines, le livre est relativement facile à suivre et une conclusion rétrospective termine chaque chapitre, ce qui amène le lecteur à se dire d’accord ou pas d’accord avec la conclusion tirée évidemment mais aussi à faire le point sur des questions auxquelles on ne pense pas et c’est ici que l’auteur m’a vraiment saisi, confirmant le caractère exhaustif de l’ouvrage. En effet, Danelek développe des idées extrêmement intéressantes par exemple sur l’âme et la personnalité, le libre arbitre dans la réincarnation, la durée du processus : est-ce qu’on se réincarne éternellement, ce qui entraîne le développement d’un autre argumentaire intéressant cette fois sur les *vieilles âmes* et *les jeunes âmes*.

Pour utiliser une expression familière, au final, la réincarnation, cette migration de l’âme demeure inexpliquée et ça demeurera toujours un mystère.

Dans le titre de l’ouvrage, Danelek présente la réincarnation comme une réalité. Il n’en apporte aucune preuve mais une logique sous-tend son raisonnement. Par ailleurs son sous-titre est irritant : *LES MYSTÈRES DE L’ÂME DÉVOILÉS*. C’est ce genre d’insertion qui me fait hésiter à lire sur des sujets comme la réincarnation ou *la vie après la vie* ou la *vie après la mort*. Si j’en crois les chiffres de vente de ces ouvrages, il semble certain que les humains ont besoin de croire à quelque chose.

Pour moi aussi c’est une corde sensible, mais je n’ai pas besoin d’un sous-titre vendeur pour alimenter ma foi ou disons mon système de croyance. Ceci dit, j’ai apprécié ma lecture. J’adhère à beaucoup des idées de l’auteur. J’en ai pris j’en ai laissé. C’est sans doute ce que vous ferez amis lecteurs amies lectrices. Je vous laisse sur un extrait de la conclusion du livre pour alimenter éventuellement votre réflexion : *Que la réincarnation existe ou non demeure une question de croyance, mais, en niant sa réalité, que reste-t-il de ce phénomène que nous appelons la vie ? En ce qui me concerne, croire que cette vie est tout ce que nous avons et que notre conscience ne survit pas à la mort, c’est comme penser que l’amour n’existe pas et n’est qu’une notion stupide que nous avons inventée pour éviter de nous sentir seuls et peu appréciés. * (Extrait)

Un bon livre…utile pour enrichir une réflexion…

J. Allan Danelek est un auteur et essayiste américain, originaire du Minnesota et habitant le Colorado. Son parcours de vie l’a mené sur plusieurs voies différentes. En plus de l’écriture, ses passe-temps incluent l’art, l’histoire politique et militaire, la religion et la spiritualité, la numismatique, la paléontologie, l’astronomie et les sciences en général. Danelek s’intéresse aussi beaucoup aux phénomènes inexpliqués, incluant les ovnis. Sa philosophie personnelle se résume comme suit : la vie est une question d’apprentissage et d’évolution, tant sur le plan intellectuel que sur le plan spirituel. C’est dans cette perspective qu’il entreprend chaque projet.

Bonne lecture
Claude Lambert
le vendredi 13 novembre 2020

ENTRE DEUX TEMPS

ENTRE DEUX TEMPS

Commentaire sur le livre d’
HÉLÈNE GOFFART

*Ce monde putride et obscur se désagrégeait peu à peu,
et il ne pouvait rien faire pour empêcher cela. Ni sa
révolte ni ses larmes ne modifieraient la réalité. Mais, au
moins, cet univers vérolé était à lui, et à  lui seul. Il en
faisait ce qu’il voulait ou ce qu’il pouvait…Et si cela lui
faisait du bien, ne fut-ce que par moments, c’était
toujours cela de gagné.>
(Extrait : ENTRE DEUX TEMPS, Hélène Goffart, Éditions
Sarah Arcane, 2018, édition numérique, 215 pages)

Nathan, enfant timide et solitaire, nourrit l’ambition de prouver à tous sa valeur. Souffre-douleur de sa classe, puis de son professeur de piano, il vit dans l’angoisse des brimades, jusqu’au jour où il se découvre un extraordinaire pouvoir : le bang. Peu à peu, il apprend à contrôler ce don étrange. Il profite largement de ses avantages, même si celui-ci s’avère redoutable : tous les êtres vivants qu’il touche pendant le bang meurent inévitablement. Mais un jour, le bang se bloque. Tout est figé. Plus rien ne bouge. Nathan abandonne peu à peu tout espoir, renonçant à son humanité, jusqu’à ce qu’il rencontre une vieille femme, Lise, comme lui prisonnière du temps.
Pourquoi tout s’est-il arrêté ? Lise, va-t-elle répondre à ses questions ?

DU TEMPO ENTRE TEMPS
«C’est donc pour ça qu’on nous avait demandé de venir
en Chine ? Pour aider à intercepter un astéroïde ? (1) Et que
devons-nous faire ? Bloquer le temps pour permettre à
des ingénieurs de travailler sur une fusée d’interception ? »
«Lise…voyons. C’est impossible : Les gens extérieurs à notre
faction ne peuvent rester éveillés dans l’entre-deux-temps.»

(Extrait)
(1) l’astéroïde fait 100 kilomètres de long. Au moment d’écrire ces lignes,
nous n’avons pas la technologie pour arrêter un tel bolide géo croiseur »

Ce livre est venu me chercher dès le départ parce que quand j’étais jeune, disons ado, je rêvais de pouvoir maîtriser le temps : l’arrêter, le repartir, voyager vers le futur, explorer le passé. Je m’intéressais donc fortement à cet aspect de la littérature et du cinéma fantastique et de science-fiction. Par exemple, j’ai dévoré la télésérie AU CŒUR DU TEMPS, cette magnifique série créée par Irwin Allen et réalisée avec les moyens qu’on avait dans les années 1960. Dans le livre ENTRE DEUX TEMPS, il n’est pas question de voyage dans le temps, mais bien de BLOQUER le temps…ce qui est déjà pas si mal. En littérature, ce pouvoir a un nom : la chronokinésie. Mais voyons d’abord le contenu.

Voici l’histoire de Nathan, un gamin d’une dizaine d’années au départ. Un garçon timide, pusillanime, solitaire qui n’a qu’un souci : prouver sa valeur : *Comment ? Il avait à ce point travaillé pour montrer sa réelle valeur, et ce connard monumental, ce débile de prof raté, cet artiste de pacotille, le plaçait dans une position où il ne pourrait pas être brillant ? La rage l’envahit…* (extrait) Un jour, Nathan se découvre un don, un pouvoir extraordinaire : Il pouvait provoquer un bang temporel, c’est-à-dire un arrêt du temps. Un don très pratique pour échapper aux durs de l’école, faire des devoirs en retard, et surtout, travailler à prouver sa valeur. Si Nathan apprivoisait le bang, il n’a compris que trop tard ses effets redoutables. Par exemple, si une personne figée par le temps est touchée pendant le BANG, elle meure. Autre exemple des effets du bang, les personnes qui bénéficient du blocage de temps vieillissent trois fois plus vite sans compter une détérioration tous azimuts de l’environnement.

Un jour, un bang est provoqué et Nathan ne peut plus le défaire. Proche du désespoir, Nathan rencontre une vieille femme, Lise de Smet, elle aussi prisonnière du temps, membre d’un petit groupe qui vit la même situation et appelé LA FACTION. Nathan aura des réponses surprenantes à ses questions, mais malheureusement, le BANG ronge son esprit. L’arrêt du temps serait-il définitif? Malgré quelques faiblesses, c’est un livre intéressant. La subtilité réside en fait dans les effets pervers du blocage temporel et les raisons précises d’un blocage prolongé, ce que l’auteure appelle le *temps-sablier*. Le récit est intriguant mais le rythme change presque brutalement quand Lise fait son apparition dans le décor de Nathan. Lise raconte son histoire et là, le récit s’enlise. Il y a des longueurs, de l’errance.

Certains lecteurs peuvent décrocher à ce moment. Toutefois, l’auteure réajuste le fil conducteur de son récit vers le quatrième quart. Le récit de Lise déstabilise Nathan. Il en devient pratiquement fou. Il est intéressant de voir les effets du bang sur les personnages : *Les yeux vides de ce dernier lui faisaient penser qu’il avait perdu la raison depuis longtemps. Il avait l’air tellement mal en point. Sale, confus, blessé… un pauvre garçon ravagé par la solitude* (Extrait) Malheureusement, sur le plan scientifique, l’histoire est totalement sous-développée. Il aurait été intéressant d’insérer dans le récit des règles scientifiques concernant cette notion fondamentale qu’est le temps comme par exemple, la théorie de la relativité.

Une fois bien vulgarisé, le sujet aurait sûrement enrichi l’histoire. J’ai eu aussi de la difficulté à m’attacher à Nathan qui est quelque peu dépourvu d’émotion et de chaleur. Victime du temps, il devenait difficile à saisir. L’empathie n’est pas facile. Malgré tout, l’intrigue est prenante, le sujet est original. Le caractère sombre du récit va crescendo. J’ai trouvé en effet très intéressant de suivre la dégradation entraînée par le blocage du temps. Enfin le livre propose une intéressante réflexion sur la solitude et sur la vie. Un livre intéressant qui a un peu plus que la note de passage…

NOTE : Hélène Goffart est née en 1976 à Bruxelles, ville dans laquelle elle travaille comme enseignante. Elle aime consacrer son temps à sa famille ainsi qu’aux voyages et à la nature surtout si elle est sauvage. L’univers Fantastique, qu’il soit littéraire ou cinématographique l’a toujours fascinée. ENTRE DEUX TEMPS est son premier roman. Au moment d’écrire ces lignes, il n’y a pas de photo disponible de l’auteure. Même pas sur sa page Facebook. Il y en a une chez l’éditeur qui s’est empressé d’imposer un copyright. Ça la regarde évidemment mais je trouve ça moins qu’ordinaire.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le samedi 7 novembre  2020

 

À LA PERSONNE ÉGARÉE, auteur inconnu

Texte trouvé dans une église de Baltimore en 1692, auteur inconnu.
C’est un texte qui fait du bien.

À LA PERSONNE ÉGARÉE

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.

Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes les personnes. Dites doucement et clairement votre vérité et écoutez les autres, même le plus simple d’esprit et l’ignorant : ils ont eux aussi leur histoire. Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont une vexation pour l’esprit.

Ne vous comparez avec personne : vous risqueriez de devenir vain et vaniteux. Il y a toujours plus grand et plus petit que vous.

Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez toujours intéressé à votre carrière, si modeste soit-elle : c’est une véritable possession dans les prospérités changeantes du temps.

Soyez prudent dans vos affaires car le monde est plein de fourberies. Mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe : plusieurs individus recherchent de grands idéaux et partout la vie est remplie d’héroïsme.

Soyez vous-même. Surtout n’affectez pas l’amitié. Non plus ne soyez cynique en amour, car il est, en face de toute stérilité et de tout désenchantement, aussi éternel que l’herbe.

Prenez avec bonté le conseil des années en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d’esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain. Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.

Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles : vous avez le droit d’être ici. Et, qu’il soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devrait.

Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception de lui, et quels que soient vos peines et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme.

Avec toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. Soyez positif et attentif aux autres.

Tâchez d’être heureux.