LE SINGE NU, le livre de DESMOND MORRIS

*Il existe cent quatre-vingt-treize espèces vivantes de singes et de gorilles.
Cent quatre-vingt-douze d’entre elles sont couvertes de poils. La seule
exception est un singe nu qui s’est donné le nom d’<homo-sapiens>. Cette
espèce à part, qui a brillamment réussi, passe une grande partie de son
temps à étudier les plus nobles mobiles de son comportement et non moins
de temps à en négliger…les mobiles fondamentaux. *
(Extrait : LE SINGE NU, Desmond Morris, Éditions Bernard Grasset, 1968, Le
livre de poche. Édition de papier, 320 pages avec bibliographie)

Familiarisés comme nous le sommes maintenant avec l’idée que l’homme descend du singe, noud avons coutume de considérer ce parent comme un ancêtre très lointain distancé depuis belle lurette sur la route de l’évolution des espèces par la variété dite *homo sapiens*. Dans cet ouvrage, Desmond Morris va à contre-courant en déclarant que   nous ne sommes pas une espèce nouvelle née du processus de l’évolution, nous sommes toujours des singes.

Et il le démontre. Éliminant les sociétés primitives encore existantes comme étant  » des ratés de l’évolution « , il observe le singe nu moderne, arboricole, sorti des forêts et devenu carnivore, sous l’angle de la sexualité, de l’éducation, de la combativité et de la recherche du confort Pour élaborer cette thèse originale, il lui a suffi d’étudier le comportement humain dans la même optique que celui des animaux, et en utilisant le même vocabulaire. Le résultat est assez singulier et ne manque pas d’humour.

ON EST TOUJOURS DES SINGES
*Le fardeau que représente les soins prodigués par
les parents est plus lourd pour le singe nu que pour
toute autre espèce vivante. Les devoirs des parents
sont peut-être aussi ardus ailleurs mais ils ne sont
jamais aussi étendus*
(Extrait)

C’est un livre intéressant qui repose sur une théorie devenue obsolète mais à laquelle certains scientifiques croient encore, à savoir que l’homme est toujours un singe. Ce qui le différencie des autres primates est son absence de pilosité. Raison pour laquelle l’homme est, dans le livre de Morris, rien d’autre que le SINGE NU. Nous pouvons admettre à la rigueur que l’homme descend du singe, que le chimpanzé par exemple, soit un lointain cousin de l’homme.

Personnellement, ça m’a toujours suffit. Mais Desmond Morris bouscule notre égo en soutenant que nous ne sommes pas une espèce nouvelle née du processus de l’évolution. Nous sommes toujours des singes, mais des singes sans poils. Le but du petit livre de Morris est de le démontrer, Il le fait en abordant les grands thèmes liés surtout au cousinage entre fonctions animales et humaines : Les origines, le sexe, l’éducation, l’exploration, la violence, l’alimentation, le confort, relations et symbioses avec d’autres animaux.

Il est beaucoup question de sexualité dans ce livre comme si tout reposait là-dessus. Elle est omniprésente, presque crue. Cette question m’a arraché bien des sourires mais en fin de compte, les théories qui en découlent comptent parmi les moins crédibles du volume. Même si le livre a été publié en 1968, Morris semble convaincu que sa théorie est éternelle. L’homme est un animal et c’est tout. Il tente de le démontrer avec une conviction qui ne m’a pas atteint tout à fait.

J’ai compris aussi que Morris ne s’attendait pas à ce que sa théorie soit accueillie à bras ouverts : Malheureusement, notre puissance et notre réussite extraordinaires, en comparaison des autres animaux nous inclinent à considérer nos humbles origines avec un certain mépris; je ne m’attends donc pas à des remerciements. Notre ascension fut un enrichissement rapide, et, comme tous les nouveaux riches, nous n’aimons guère qu’on évoque nos modestes débuts, si proches encore.* (Extrait) Je trouve l’argument plutôt simpliste.

Je pense que Morris avait tort de croire à la pérennité de sa théorie car si j’applique le contexte à notre époque actuelle, le livre est d’une désolante désuétude : la femme y serait une dépendance de l’homme, l’homosexualité serait un accident de parcours de l’évolution qui ne servirait en fait qu’à limiter la reproduction. Est-ce la fonction qu’on attribuerait alors aux prêtres et aux moines? Il m’a semblé aussi que les blancs étaient plutôt privilégiés.

Si plus de vingt millions de lecteurs se sont penchés sur l’enthousiaste théorie de Desmond Morris dans les années 1960, je me demande ce qu’ils en penseraient aujourd’hui. En ce qui me concerne, le livre est dépassé, désuet et je n’ai pas trouvé de fondement scientifique sérieux qui dépasse le stade de l’observation. J’y trouve un amalgame de justifications à caractère évolutionniste sur ce que nous sommes et ce que nous ne sommes pas. Mais au départ, l’auteur nous considère comme des animaux.

Donc la vision d’ensemble se limite à celle du biologiste ou du zoologiste. J’ai eu un peu de difficulté à garder mon intérêt pour cette lecture. Toutefois, l’auteur m’a quand même appris des choses intéressantes, sur l’origine des phobies par exemple, je comprends mieux maintenant ma peur des araignées, notre amour pour les chevaux et à ce sujet, Morris n’a pas manqué de développer une théorie sur l’aspect sexuel de cette affection pour les chevaux.

C’est un peu tiré par les cheveux, mais la théorie est intéressante. L’auteur penche constamment vers l’environnement. C’est sa principale force. Il ne manque pas de préciser que le singe nu surpeuple actuellement la planète bleue et que tôt ou tard, les choses devront se rééquilibrer, parce que c’est le propre des animaux.

C’est un livre passablement intéressant mais dont l’intérêt s’est limité pour moi à une certaine exploration de la mentalité d’une l’époque.

Né en 1928 à Wiltshire, Desmond John Morris est un zoologiste, écrivain et peintre anglais. Au début des années 1950, Desmond Morris intègre le département de zoologie de l’Université d’Oxford pour y réaliser sa thèse sur le comportement animal. Trois ans après, il devient professeur spécialisé dans le comportement reproductif du poisson épinoche.

Il se penche alors sur l’étude des oiseaux, puis des grands singes. Avec ses derniers, il réalise un projet autour d’œuvres réalisées par son chimpanzé Congo. L’Institute of Contemporary Arts de Londres exposera ces toiles. Dans le but de rendre la zoologie accessible à tous, il devient présentateur du programme télévisé « Zoo Time » dans les années 60, et produit un show télé sur les livres de zoologie.  Desmond Morris devient un précurseur en matière d’éthologie humaine avec son ouvrage « Le Singe nu » vendu à plus de 10 millions d’exemplaires. (Artsper)

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 29 août 2021

PASSAGE, le livre de CONNIE WILLIS

*…Il souhaitait l’informer des détails sidérants que Mme Davenport s’était remémorée. «Ils sont si précis et authentiques que vous ne pourrez plus contester la réalité des EMI.» -Ce qu’on voit n’est pas réel.- Rétorqua-t-elle. Même s’il a raison de
parler de précision et d’authenticité. *
(Extrait : PASSAGE, Connie Willis, t.f. Éditions J’ai Lu, 2001, édition numérique, 740 pages)

PASSAGE est un roman de science-fiction qui raconte l’histoire de Joanna Lander. Cette psychologue, fascinée par la mort, s’est spécialisée dans les EMI, les expériences de mort imminente. Pour comprendre les mécanismes de la mort et du passage dans une autre vie, elle collige des témoignages qui s’avèrent malheureusement peu fiables. Ses recherches demeurent stagnantes jusqu’à ce qu’un neurologue, le docteur Richard Wright lui propose de travailler sur des EMI provoquées artificiellement par l’injection d’une drogue psychoactive. Joanna accepte la proposition de Richard sans toutefois se douter que cette technique pourrait bouleverser complètement toutes les théories scientifiques sur les EMI et sur la mort elle-même. Pour Joanna, il devient impérieux de prouver la survie de l’esprit à l’enveloppe charnelle, mais les motivations ne sont pas les mêmes pour tous…

LES CHEMINS DE LA LUMIÈRE
*-C’est un S.O.S.- Ils ne le capteront jamais,
se répéta-t-elle. Mais elle resta assise dans
le noir, cernée d’étoiles, pour serrer le
petit chien contre elle et diffuser des
signaux d’amour, de compassion et
d’espoir. Les messages des trépassés.*
(Extrait : PASSAGE)

La mort, l’au-delà, la vie après la mort et les expériences de mort imminente sont des thèmes qui prolifèrent en littérature mais surtout sous forme de témoignages ou de documentaires, rarement sous forme de roman. Dans PASSAGE, Connie Willis a relevé le défi en se concentrant sur les expériences de mort imminente : Les E.M.I.

Évidemment, quand on parle d’E.M.I. on pense presque automatiquement au docteur Raymond Moody qui a fait un tabac avec son livre LA VIE APRÈS LA VIE. Peut-on comparer avec PASSAGE? Disons que les deux auteurs développent une théorie complètement opposée : Moody attribue à l’E.M.I une dimension essentiellement spirituelle répondant à des critères précis, les principaux étant la décorporation, la sensation d’être enveloppé de bien-être et d’amour, le tunnel avec au bout l’ange de lumière et le récapitulatif de la vie.

Dans PASSAGE, la théorie développée par Connie Willis est essentiellement scientifique, l’ E.M.I. étant considérée comme un soubresaut hallucinatoire du cerveau mourant, une réaction chimique et même comme une ultime tentative pour se raccrocher à la réalité de la vie.

Voilà qui ne fait pas l’affaire des mystiques car la disparition des synapses cérébrales une par une implique une finalité de la vie, un passage vers la non-existence. Ça s’arrête là. *Il est logique de supposer qu’une scientifique considère ces choses sous un jour différent, qu’elle les dépouille de leurs connotations mystiques* (Extrait)

Dans PASSAGE, les deux théories s’opposent. Nous avons en présence Maurice Mandraque, auteur à succès, être borné, farouche partisan du tunnel de lumière et dont les convictions se rapprochent beaucoup de celles de Raymond Moody. L’auteure n’est pas tendre avec son personnage et lui attribue la fâcheuse tendance à influencer les ÉMISTES dans leur témoignage.

Puis, il y a les défenseurs de la théorie scientifique, Joanna Lander et Richard Write qui tentent de comprendre les mécanismes de la mort pour éventuellement sauver des vies. Pour eux, la mort est une finalité, l’âme n’entrant pas en ligne de compte puisqu’elle n’est pas scientifiquement prouvée et encore moins manipulable.

Pour illustrer les étapes de la mort cérébrale, expliquer un retour possible à la vie et mettre en perspective le caractère hallucinatoire de l’É.M.I, l’auteure a imaginé une énigme qui trouverait sa réponse à bord du Titanic peu avant son naufrage et prend l’allure d’une véritable course contre la montre. Le Titanic prend ici valeur de symbole de la finalité de la mort. Ce n’est pas simple à suivre, mais l’idée était tout de même excellente.

PASSAGE touche une corde sensible, développe un sujet controversé et on ne peut pas vraiment dire qu’il apporte une bonne nouvelle aux êtres humains mystifiés par la mort depuis l’aube des temps. L’histoire est intéressante et comporte beaucoup d’action, même haletante par moment. Mais le livre est victime de sa complexité. Les longues explications scientifiques sont nombreuses et lourdes.

Dans l’ensemble, le livre comporte beaucoup de longueurs. Mais la plume de Willis, brillante, pousse le lecteur à aller toujours plus loin pour comprendre où les acteurs veulent en venir. C’est réussi je crois, même si la finale m’a laissé un petit arrière-goût d’inachevé.

C’est un livre à lire avec patience et un esprit ouvert. Il faut se rappeler que c’est un roman de science-fiction. Willis a évité le piège du mélodrame tout en maintenant une forte intensité dramatique. Elle ne prétend pas détenir la vérité mais développe une théorie originale qui pousse à une profonde réflexion et un questionnement qui n’aura peut-être jamais sa réponse : peut-on lier la logique, la raison, la science et la survie de l’esprit? Un bon livre finalement.

Connie Willis, de son vrai nom Constance Elaine Trimmer Willis est une romancière américaine spécialisée dans la science-fiction, née à Denver, Colorado, le 31 décembre 1945. Elle a rapidement gagné en célébrité dès l’apparition de ses premières nouvelles dans les années 80. Comme c’est le cas avec PASSAGE, la plupart de ses livres abordent des thèmes difficiles ou sensibles. Son œuvre est chargée d’une impressionnante quantité de prix et distinctions. PASSAGE par exemple, a décroché le PRIX LOCUS du meilleur roman de science-fiction en 2002. Ses œuvres majeures sont  LE GRAND LIVRE (1994) et SANS PARLER DU CHIEN (2000). REMAKE (1997) est aussi très intéressant. C’est l’anticipation d’un proche avenir où le cinéma n’existerait plus.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le dimanche 6 janvier 2019