APOCALYPSE SUR COMMANDE, de KEN FOLLETT

*Dans le vignoble, l’eau monte jusqu’aux genoux des Travailleurs, jusqu’à leur taille, jusqu’à leur cou. Il essaie de crier pour prévenir ceux qu’il aime, leur dire de bouger maintenant, vite, dans les secondes à venir ! Mais il a beau ouvrir la bouche et faire des efforts désespérés, aucun son ne sort. La terreur le submerge. L’eau vient clapoter dans sa bouche ouverte. À ce moment-là, il se réveille.* (Extrait : APOCALYPSE SUR COMMANDE, Ken Follett, le livre de poche,  1998, édition numérique. 432 pages, best-seller, éd. originale : Robert Lafont)

Des terroristes d’un nouveau genre provoquent des catastrophes naturelles. Allons-nous être menacés par des tremblements de terre, des éruptions volcaniques ou des raz de marée ? Sur l’écran du célèbre sismologue Michael Quercus, tout indique que le dernier tremblement de terre californien a été provoqué artificiellement. Les Soldats du Paradis, terroristes jusqu’alors inconnus, auraient-ils raison lorsqu’ils affirment être les auteurs du cataclysme ? Un deuxième séisme ébranle une petite ville, tuant les habitants, abattant les maisons et semant une panique meurtrière. Mais que veulent les Soldats du Paradis ? Comment s’y prennent-ils, jusqu’où iront-ils ? Et qui peut les arrêter ? 

Les soldats du paradis
C’est un lieu saint. Protégé par le secret
et les prières. Il est resté pur. Ceux qui Y
vivent sont libres tandis qu’au-delà de la
vallée, le monde a sombré dans la
corruption, l’hypocrisie, la déchéance et
la cupidité.
(Extrait)

C’est un thriller intéressant mais en-deçà du talent de Ken Follett, surtout spécialisé dans les thrillers politiques et historiques. Voyons le contenu : Une communauté hippie qui se fait appelée LES SOLDATS DU PARADIS squatte une vallée isolée de la Californie. Or cette vallée est choisie pour un projet de construction de barrage menaçant ainsi le petit paradis de la communauté dirigée par celui qui apparaîtra finalement comme un psychopathe : Richard Priest.

Pour sauver sa vallée, et profitant de la présence d’une sismologue dans sa communauté, Priest eut l’idée de voler un vibrateur sismique lui donnant le pouvoir de provoquer des tremblements de terre afin de forcer le gouverneur de l’État à négocier. L’idée est, principalement, de déclencher des tremblements de terre de plus en plus puissants en utilisant un camion de sismologie abritant le puissant vibrateur, volé à une entreprise pétrolière.

Je crois que c’est l’originalité de l’histoire qui sauve l’ensemble. Provoquer des tremblements de terre sur commande est une trouvaille même si c’est peu crédible sur le plan scientifique. Le roman traîne en longueur dans sa première partie même si dans l’ensemble, l’action est soutenue.

Le récit comporte des irritants et des failles (sans jeu de mot) des sous-thèmes usés : une agente du FBI qui se bat à la fois contre un écoterroriste et ses chefs, cette même agente qui tombe en amour avec un expert en sismographie…banal et prévisible. La façon dont Priest échappe continuellement à ses poursuivants est toutefois bien travaillée.

Si les sous-thèmes sont surexploités, on ne peut pas en dire autant du thème principal. Le mot APOCALYPSE est nettement exagéré. Je n’ai pas senti d’intensité dramatique…pas d’éléments anxiogène. L’action n’est issue que de la course-poursuite.

L’histoire de la communauté qui vit à l’écart de la Société dans un espèce de jardin d’Eden est aussi un thème usé mais la façon dont Follet le développe est intéressant. Je suis toujours touché par les histoires qui évoquent cette vie idyllique. Malheureusement, le tout se banalise avec le caractère psychopathe du gourou qui mène la barque. Retour à la case de départ. J’aurais souhaité que l’ensemble soit mieux travaillé, mieux abouti avec une intensité dramatique digne du thème.

Un tremblement de terre qui peut provoquer des milliers de mort, ce n’est pas rien. Il faut aussi tenir compte du fait que dans la vie de tous les jours, la menace écoterroriste fait de plus en plus partie de la triste réalité des capacités humaines à verser dans le mal. Donc je crois qu’une touche de réalisme n’aurait pas fait tort à l’histoire, bien au contraire. Quelques rebondissements, des revirements, quelques bonnes idées, mais peu d’émotions. Il y aurait de quoi faire un film probablement.

En terminant, je mentionnerai un dernier élément. Une toute petite communauté, vivant dans un tout petit lopin de terre bordé par une rivière, prête à tuer des milliers d’êtres humains pour sauver un petit paradis remplaçable…ça parait très gros. Évidemment ça met en évidence la folie du gourou. Les gourous cinglés pullulent dans l’histoire et dans la littérature. Le jeu n’en vaut tout simplement pas la chandelle.

Je continue d’apprécier Ken Follett car il nous a donné entre autres deux séries extraordinaires : LES PILLIERS DE LA TERRE une des meilleures trilogies historiques de la littérature, un coup de génie de Follet. Il y a eu aussi la trilogie LE SIÈCLE et plusieurs livres qui ont fait époque dont LE RÉSEAU CORNEILLE et CODE ZÉRO dont j’ai déjà parlé sur ce site. Pour ce qui est de APOCALYPSE SUR COMMANDE, j’ai pas aimé, tout simplement.

Ken Follett est un écrivain gallois spécialisé dans les thrillers politiques. Il est né le 5 juin 1949. Follet a grandi avec les histoires que lui racontait sa mère, ce qui l’a amené très tôt à développer une forte imagination ainsi que le goût de lire. Alors qu’il était étudiant pendant la guerre du Vietnam, il s’est pris peu à peu de passion pour  la politique et le journalisme. L’écriture suit rapidement. Si le succès tarde un peu à venir, déjà en 1978, son livre L’ARME À L’ŒIL connait un succès foudroyant et devient le premier d’une longue série de best-seller.

Le point culminant de sa carrière est atteint avec LES PILIERS DE LA TERRE qui devient rien de moins qu’un succès planétaire. Fort de ce succès, il entreprend dès 2009 l’écriture de la trilogie LE SIÈCLE. Parallèlement, Follett dirige un institut de dyslexie et soutient une association de lutte contre l’analphabétisme.

DU MÊME AUTEUR :

Pour lire mon commentaire sur la trilogie LE SIÈCLE, cliquez ici
Pour lire mon commentaire sur CODE ZÉRO, cliquez ici

Bonne lecture
Claude Lambert
Le dimanche 15 août 2021

HAUTE TENSION, le livre de RICHARD CASTLE

*Comment c’est possible ça ? Elle avait du sang partout sur elle quand tu l’as trouvée. Elle se vidait. Mais elle a quand même réussi à appeler les secours sans en perdre ne serait-ce qu’une goutte sur le téléphone.* (Extrait : HAUTE TENSION de Richard Castle, City editions, 2016, édition numérique, 350 pages.)

New-York connaît une vague de terreur : dans la ville symbole de la liberté, les islamistes radicaux de Daech viennent de décapiter une journaliste américaine en direct à la télévision. Et c’est Nikki Heat qui est chargée de l’enquête.  Pour la détective, cette affaire est capitale à plus d’un titre. Fraîchement nommée capitaine, elle doit faire ses preuves. Et surtout, le groupe terroriste vient d’annoncer sa prochaine cible : ce sera Jameson Rook, le célèbre journaliste qui n’est autre que le mari de Nikki Heat ! Nikki a beau être une flic d’exception, son travail et sa vie se compliquent encore lorsqu’elle aperçoit fugacement, au détour d’une rue, une femme qui ressemble étrangement à sa mère. Sa mère qui est morte vingt ans plus tôt…

Un roman multipiste

*Quelque part, l’inimaginable se produirait.
Pendant un instant, personne ne bougea. On
aurait dit que la veillée funèbre avait commencé*
(Extrait : HAUTE TENSION)

Sur le plan littéraire, ce livre développe un sujet en surchauffe : le terrorisme islamique. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, beaucoup d’éditeurs ont fait du terrorisme leurs choux gras. Il devient difficile d’être original dans l’écriture d’un roman ayant le terrorisme comme toile de fond. Richard Castle a bien essayé, mais le résultat est un peu étrange. Au départ, des islamistes radicaux décapitent une journaliste devant caméra. Nikki Heat prend connaissance de la vidéo et apprend que la prochaine victime annoncée est…son amant, Jameson Rook. Parallèlement, tout à fait par hasard, Nikki aperçoit, au détour d’une rue, sa mère…sa mère morte vingt ans plus tôt : *Sa mère était bien morte dans ses bras non ? Son sang s’était bien vidé sur son chemisier non ? Nikki avait bien vu le couteau planté dans son dos non ? * (Extrait) 

Outre l’enquête sur la décapitation de la journaliste Tam Svejda, plusieurs volets sont développés en parallèle dont l’élection présidentielle américaine et le développement très graduel d’une conspiration majeure. J’avoue que par moment, j’avais de la difficulté à suivre tellement les volets s’imbriquent et s’entremêlent. L’auteur en a peut-être pris conscience en écrivant une petite remarque qui en dit long sur l’état d’esprit de son enquêteur-vedette. Je ne pouvais qu’être d’accord : *Cette fois, ce n’était pas à cause de l’obscurité. C’était parce que, furieuse, elle gardait le regard rivé sur le pare-brise dans l’espoir de parvenir à trouver une logique dans l’enchaînement chaotique de tous ces évènements. * (Extrait) 

Il m’a fallu beaucoup de temps et beaucoup de pages avant d’entrer dans l’histoire, le roman comportant des longueurs irritantes relatives, en particulier à la complicité entre les deux héros Nikki et Jameson et sur leurs petites manœuvres sexuelles. On commence à les connaître un peu puisque HAUTE TENSION est le huitième tome des enquêtes de Nikki Heat. L’histoire n’est pas claire, comme si elle était sous-développé. Pour moi, ça constitue une zone grise dans le roman. Ça devient un peu plus clair vers la fin, mais l’incertitude et le questionnement sont demeurés. 

Tout n’est pas négatif au contraire. Si l’histoire est développée avec une plume un peu naïve et met à l’épreuve la patience du lecteur, je me suis tout de même laissé aller à son rythme jusqu’à la finale que j’ai trouvé intéressante et bien pensée. En fait, je dois admettre que le dernier quart de l’histoire réserve quelques rebondissements assez forts et une conclusion assez spectaculaire de l’enquête sur la décapitation de la journaliste. 

Pour ce qui est de la mère de Nikki, Cynthia, il faut bien y revenir, car la conclusion du livre qui est presque brutale, laisse à penser qu’elle est vivante. Elle était agente secrète et vivait dangereusement. Nikki l’a vu mourir. C’est tout.

Voilà qui garantit la suite. On aura peut-être le fin mot de l’histoire dans le tome 9 des aventures de Nikki Heat : ORAGE DE CHALEUR qui entraîne le lecteur dans le trafic de fausse monnaie, le blanchiment d’argent et diverses activités criminelles d’une redoutable organisation mafieuse. 

J’ai suivi le rythme et j’ai pu profiter d’une finale satisfaisante. Mais je ne peux pas dire que cette histoire m’a emballé. Peut-être que pour l’apprécier davantage, il faut lire toute la série, même si les tomes peuvent être lus indépendamment. À la lecture de HAUTE TENSION, je n’en ai pas développé le goût tout simplement et je parierais que ce livre n’est pas le meilleur de la série. 

Bref, un livre plutôt ordinaire mais avec une finale très bien imaginée. Amis lecteurs, amies lectrices, c’est maintenant à vous de voir…

Castle est l’auteur de 26 romans policiers, et autant de livres à succès, les plus connus étant ceux composant la série de « Derrick Storm ». La série commence alors que Castle commence à se lasser de son personnage et choisit de le tuer dans son dernier roman paru, décision critiquée aussi bien par les lecteurs que les collègues écrivains de Castle. Il retrouve l’inspiration à travers un poste de consultant auprès de la police de New York, notamment l’inspectrice Kate Beckett, poste qu’il obtient grâce à son amitié avec le maire de la ville. Elle lui inspire le personnage de « Nikki Hard » (Nikki Heat dans la version originale), personnage décrié en public par son modèle, Beckett estimant qu’elle a « un nom de prostituée ». (source : wikipédia)

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 23 mai 2021

PARIS BRÛLERA-T-IL ? livre de ÉRIC ROBINNE

*Il lut le message qui était inscrit à l’écran et crut
aussitôt à une plaisanterie. Il le relut…Dune détente
subite, il se rejeta dans son fauteuil qui recula sur ses
roulettes. Maurice n’
en croyait pas ses yeux. Ce n’était
plus de la stupéfaction
qui lanimait mais une crainte
violente
une onde de peur venait de lenvahir !
(Extrait : PARIS BRÛLERA-T-IL ? Éric Robinne, Éditions AO,
2017, édition numérique et papier, 375 pages)

Le 11 septembre 2009…La date n’est pas choisie au hasard par le mystérieux groupe M3W pour adresser par mail un ultimatum au Président de la république, Nicolas Sarkozy. Si les conditions posées ne sont pas respectées, Paris pourrait bien brûler d’ici quelques jours. Ce roman met en scène un personnage devenu récurrent dans l’œuvre d’Éric Robinne, le lieutenant Mathieu Guillaume et son enquête s’annonce corsée…genre *course contre la montre*…

UN BON TOURNE-PAGE
*Sarkozy lut le texte, les sourcils froncés…
Ses interlocuteurs attendaient en retenant
leur souffle qu’il leur en dise plus. Il
redressa la tête et afficha un sourire jaune.
La nouvelle devait être mauvaise.*
(Extrait : PARIS BRÛLERA-T-IL ?)

PARIS BRÛLERA-T-IL est un roman-catastrophe écrit dans la tradition du *page turner* (tourne-page), c’est-à-dire un livre dont on a pas envie d’abandonner la lecture : chapitres très courts, rythme très élevé, intensité dramatique allant crescendo, sujet lié à l’actualité sous le thème du terrorisme et participation de têtes chaudes de la politique française au moment de l’écriture du livre, comme le président de la république, Nicolas Sarkozy dont l’auteur confirme le sale caractère et le côté un peu gauche.

Un autre point intéressant : c’est la première fois que je lis Éric Robinne mais je sais, pour avoir lu sa petite histoire que le lieutenant Mathieu Guillaume est un personnage récurrent de son œuvre. L’ombrageux policier est de retour dans PARIS BRÛLERA-T-IL.

Le point fort du récit est certainement l’intensité du drame vécu par le milieu policier à défaut du public puisqu’on réussit péniblement à garder secrète l’information, à savoir la destruction imminente de Paris : *Écoutez-moi bien ! Nous sommes peut-être le dernier rempart qui protégera cette ville et sa population. Le temps joue contre nous et nous n’éviterons probablement pas les premiers décès…Cela me parait impossible. Mais nous avons cinq jours pour trouver ce fils de pute et pour empêcher un massacre général. Je ne sais pas ce que nous allons vivre au cours de ces jours maudits…la seule chose dont je sois sûr, c’est que nous allons nous serrer les coudes et qu’ensemble nous allons résoudre cette équation. * (Extrait)

L’autre point fort du récit est son lien avec la grande actualité. Le sujet n’est pas tellement original en soi mais l’histoire est plausible et son développement vient nous rappeler qu’il n’y a pas grand-chose pour arrêter un individu ou un groupe réellement décidé à semer la terreur, déstabiliser, tuer. À ce sujet, les évènements du 11 septembre 2001 hantent toujours la planète et l’auteur ne manque aucune occasion d’établir un lien avec cette tare de l’histoire.

L’auteur a travaillé davantage les personnages qui organisent la destruction de Paris avec une froideur, une indifférence à la vie humaine et un savoir-faire qui ébranle le lecteur. L’ajustement du récit avec l’actualité a un effet un peu hypnotique et même addictif car si des avion-kamikazes peuvent détruire des gratte-ciel de 80 étages, un génie du mal peut bien subtiliser une petite bombe nucléaire aux russes et l’amorcer où ça leur chante. En résumé, le rythme très élevé de la chaîne d’évènements capte et retient l’attention du lecteur qui ne pense qu’à une chose, tourner la page pour connaître la suite.

Ce qui m’a le plus déçu dans ce livre est sa finale. Elle m’a refroidi pas à peu près. Je ne peux évidemment pas dire de quoi il s’agit mais je l’ai trouvé expédiée et bâclée. Les opinions émises sur le livre de Robinne n’en font à peu près pas mention. Peut-être le lectorat a-t-il jugé qu’il n’était pas nécessaire d’aller plus loin. L’équilibre était atteint, c’est ce qui compte. Peut-être…peut-être suis-je trop dur, mais quand on en est rendu à se demander qu’est-ce qui arrive avec la bombe, qu’est-ce qui arrive avec Sarkozy qui semble disparaître de la circulation.

Pas vraiment d’explications, de résultats d’enquête mais évidemment beaucoup de congratulations, de tapes dans le dos, de nominations, de départ à la retraite et le sommet de l’ordinaire : l’annonce d’un mariage…*policier*… je n’ai pas compris ce choix de l’auteur qui m’a donné l’impression d’avoir été au bout de son inspiration à quelques pages de la fin. Je n’ai pas compris non plus le choix du titre PARIS BRÛLERA-T-IL qui, à mon avis, manque passablement d’imagination.

Peut-être dois-je mettre de côté cette déception et garder en mémoire que j’ai passé un bon moment de lecture presque ininterrompue… que j’ai apprécié les rebondissements, les revirements de situation, l’imagination déployée par l’auteur dans le projet des terroristes qui sont, je le rappelle, complètement dénués de sentiments. Le livre vaut la peine d’être lu. C’est au lecteur ou à la lectrice d’imaginer la meilleure finale possible. La balance penche davantage pour un peu plus que la note de passage.

Né en 1955 à Rouen, Éric Robinne est marié. Il a trois enfants et autant de petits-enfants. Ingénieur agricole, il accomplit son service national comme coopérant au Gabon. Par la suite, il dirige une entreprise de restauration collective avant de devenir responsable administratif de restaurants à Paris.

Un jour, son fils lui demande s’il serait capable de lui écrire un scénario…ainsi nait le premier roman d’Éric Robinne: LE SILENCE DES LOUPS qui s’est vendu à 100,000 exemplaires. Devenu accro à l’écriture, il a publié plusieurs ouvrages par la suite dont JEUX FATALS en 2016, OPÉRATION DIAMANT NOIR en 2015 et bien sûr PARIS BRÛLERA-T-IL en 2017.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le samedi 8 août 2020

LIEUTENANT EVE DALLAS, de NORA ROBERTS

-Démence du crime
-Préméditation du crime
*Une mise en garde…-De quel genre ? aboya Eve .
Enfermez-vous chez vous? Fuyez la ville ?… ne sortez
plus faire vos courses au cas où le magasin où vous vous
rendrez soit visé ? Semer la panique, voilà l’objectif
de ces ordures.*
(Extrait : DÉMENCE DU CRIME, Nora Roberts, t.f. Éditions
J’ai lu, 2014, édition de papier, 800 pages en co-publication
avec PRÉMÉDITATION DU CRIME)

Dans un bar chic de Manhattan, une folie contagieuse fait une véritable boucherie : 83 morts. Eve Dallas interroge les rescapés, terrorisés, qui lui relatent l’apparition d’un monstre et d’abeilles par centaines. Eve traque le moindre indice pour trouver le coupable jusqu’à déterrer des souvenirs qu’elle croyait enfouis pour toujours. Après cette affaire, Dallas n’aura guère le temps de reprendre ses esprits car elle doit élucider la mort d’une comptable appréciée et sans histoire. Quand des dossiers confidentiels de la défunte disparaissent, Ève n’a d’autres choix que de s’immiscer dans le monde impitoyable des affaires…

AVANT-PROPOS :

Dans un avenir pas si lointain, le lieutenant de police Eve Dallas consacre sa vie à traquer des criminels. Dans son métier, pas de place pour les sentiments. Ni pour les états d’âme. Alors, les cauchemars qui hantent ses nuits, elle les oublie…elle essaie…comme son passé, un passé pas simple…un passé qui, forcément va s’amalgamer avec plusieurs de ses enquêtes, c’est inévitable.

Nora Roberts a publié cinquante-cinq titres dans la série LIEUTENANT EVE DALLAS, en grande partie sous le pseudonyme J.D. Robb. Chaque titre de la série comprend le mot CRIME : AU BÉNÉFICE DU CRIME (#3), LA LOI DU CRIME (#11), HANTÉ PAR LE CRIME (#22), CONFUSION DU CRIME (#42), etc


DES ANGLES DU CRIME

*Tout s’est passé si vite. Ce salaud avait une façon de bouger-
rapide, agile. Il a soulevé le gamin d’une main, cogné le père
du coude gauche, pivoté sur lui-même et lancé. Ce type a joué
au football… Il est fort. Le gosse devait peser une dizaine de
kilos.
(Extrait : #36 PRÉMÉDITATION DU CRIME)

Je n’ai lu que deux livres de la série LIEUTENANT ÈVE DALLAS, laquelle série compte 55 tomes qui peuvent se lire indépendamment. Je ne peux donc pas dire si DALLAS a évolué au cours des années. Je peux cependant affirmer que le personnage est bien campé : Dallas est très intelligente, intuitive, minutieuse, curieuse, un peu froide, agressive, tenace.

J’ai eu de la difficulté à m’attacher au personnage, peut-être à cause de son côté un peu roublard, imbu, peut-être aussi à cause de sa précision militaire et son petit côté parfait. Bref, elle m’énerve. Mais le cadre dans lequel elle a été installée, DÉMENCE DU CRIME en particulier est très intéressant. D’abord à cause de l’histoire comme telle qui est à saveur de terrorisme, donc très ajustée avec l’actualité.

Au tout début du récit, Roberts frappe fort. Dans un grand restaurant, une folie contagieuse éclate subitement. D’abord une hallucination collective puis une paranoïa généralisée amène tout le monde à s’entretuer avec une violence innommable. Résultat de cette incroyable boucherie : 83 morts et des blessés. L’auteure m’a accroché immédiatement à cause de l’intrigue et à cause du mobile qui est mis en lumière à la petite cuillère jusqu’à la fin qui m’a coupé le souffle.

Les possibilités sont nombreuses, le ou les tueurs sans pitié : *Qui a pu commettre un acte pareil?…Peut-être ciblait-il une ou plusieurs victimes en particulier, mais provoquer un tel massacre dans un bar en quelques minutes, Ça l’a forcément excité. Êtes-vous d’accord docteur Mira? Absolument. Tuer des gens si vite et de surcroit les manipuler comme des marionnettes. Probablement sans se salir les mains…* (Extrait)

Ce n’est pas du tout le lieutenant Dallas qui m’a fasciné dans ce récit, mais bien l’intensité dramatique de l’histoire qui amène le lecteur de rebondissement en revirement jusqu’à une seconde hécatombe qui fera une cinquantaine de morts. Comment décrire un tel meurtrier ? *Notre tueur jongle avec la colère, la cruauté, un mépris total à l’égard de l’humanité- et plus encore à l’égard de ceux qu’il côtoie chaque jour.* (Extrait)

Ce qui m’amène à vous parler d’un autre aspect du récit qui m’a fasciné : l’omniprésence du profilage, que j’ai aussi retrouvé dans l’épisode 36 PRÉMÉDITATION DU CRIME. En criminologie, le profileur établit le profil psychologique d’un individu recherché en fonction des indices recueillis par les services d’enquête. C’est ainsi que j’ai très apprécié l’excellente expertise que l’auteure a prêté au docteur Mira, psychiatre. C’est la première fois que je lis un roman policier dans lequel est développé et expliqué le profilage psychologique prévisionnel. J’ai donc appris quelque chose d’intéressant…quelque chose qui m’a accroché.

Maintenant, pour le tome 36, PRÉMÉDITATION DU CRIME, il est assez bien fait mais beaucoup moins intense et dramatique que dans le tome précédent. L’action se déroule dans le monde des affaires, des sociétés qui s’imbriquent les une dans les autres avec leurs clientèles…on brasse de l’argent à la pelle, c’est pas très propre et quand des audits sont réclamés, beaucoup de financiers sont pris par surprise parce qu’ils ont beaucoup à cacher…et puis un meurtre en appelle un autre.

On s’y perd un peu tellement ce monde est tentaculaire et impitoyable. Ça donne tout de même une enquête tricotée serrée avec un lieutenant Dallas toujours aussi opiniâtre et directif. Un point en commun avec l’épisode précédent : La vie de Dallas : boulot pour 90%, du sexe pour le reste avec Connors, l’amant parfait qui gagne à être connu.

En conclusion, sans être emballé, j’ai trouvé ces deux lectures intéressantes. Je ne serais pas surpris que DÉMENCE DU CRIME soit un épisode très à part dans le monde du lieutenant Dallas. Je ne serais pas plus surpris si le fait de se lancer dans la lecture des 55 épisodes deviennent singulièrement ennuyant. Toutefois, DÉMENCE DU CRIME vaut bien qu’on s’y arrête.

voir la liste complète des tomes ici

Nora Roberts (de son vrai nom Eleanor Marie Robertson) est une romancière américaine spécialisée dans les romans sentimentaux et les thrillers psychologiques, née en 1950 dans le Maryland. Après avoir fait ses études dans une école catholique, elle se marie jeune. Pendant quelques temps, elle travaille en tant que secrétaire juridique et après la naissance de ses deux fils, elle décide de rester à la maison. Elle commence à écrire pendant une tempête de neige en février 1979 et son premier roman L’INVITÉE IRLANDAISE est publié en 1981. Nora Roberts est une auteure particulièrement prolifique. Près d’une dizaine de nouveaux romans sortent chaque année. Elle a vendu plus de 100 millions de livres et est traduite en plus de 25 langues.

QUELQUES ÉPISODES DE *LIEUTENANT ÈVE DALLAS*

           

Bonne lecture
Claude Lambert
Le samedi 4 avril 2020

TERREUR DOMESTIQUE, de GUILLAUME MORRISSETTE

*-Christian, j’ai devant moi au moins cinq cents
bûches appuyées contre le mur d’une maison,
c’est sûr que je ne les ai pas toutes retournées!
Vous m’avez dit que la nitroglycérine pouvait
exploser si on la secouait, j’ai vite perdu l’envie
de faire tomber du bois!*
(Extrait : TERREUR DOMESTIQUE, Guillaume
Morrissette, Guy St-Jean éditeur, 2015, version
numérique, 665 pages)

L’action se déroule à Trois-Rivières, la ville la plus peuplée de la Mauricie, située à mi-chemin entre Québec et Montréal. Une série d’explosions jette la ville dans un horrible climat de paniques. Ce sont des attaques brutales qui touchent indifféremment enfants, adultes et personnes âgées. L’inspecteur Jean-Sébastien Héroux (de retour après L’AFFAIRE MELODY CORMIER) est chargée de l’enquête car ces explosions pourraient très bien avoir été provoquées par un groupe terroriste. Pourquoi Trois-Rivières? Pourquoi autant de morts? La peur paralyse maintenant Trois-Rivières, Héroux doit trouver les réponses et le temps joue contre lui. Entre-temps, trois dangereux délinquants semblent vouloir faire la pluie et le beau temps. Une impitoyable course contre la montre est engagée.

LA PEUR EST PARTOUT
*Comment allaient réagir les suspects? Ils pouvaient
tirer à travers les murs ou même tout faire sauter
s’ils n’avaient rien à perdre. La confrontation était
à éviter tant que Brigitte était près d’eux. Il fallait
gagner un peu de temps.*
(Extrait : TERREUR DOMESTIQUE)

TERREUR DOMESTIQUE est un livre qui m’a accroché pour plusieurs raisons. D’abord son sujet est d’actualité et vient nous rappeler que le terrorisme n’est pas exclusivement une réalité des grandes villes du monde mais qu’il peut toucher aussi des villes improbables et même des villages. J’ai été vite conquis aussi parce que l’action se déroule à Trois-Rivières. Étant moi-même natif de la Mauricie, Trois-Rivières est une ville que je connais très bien. La plume très alerte de Guillaume Morrissette me donnait l’impression que l’action se déroulait chez moi et comme vous le savez, on voit les choses un peu différemment quand le drame se déroule dans notre cour.

Donc, dans TERREUR DOMESTIQUE, Trois-Rivières est prise pour cible : meurtre, explosions, intimidation, terreur. L’auteur installe lentement mais sûrement la peur et la panique dans son récit. On sait que Guillaume Morrissette s’est particulièrement intéressé aux jeunes attirés par le terrorisme. Comment par exemple, des enfants peuvent être attirés dans le piège du Djihadisme?

C’est ainsi que l’auteur a créé de jeunes personnages frustrés et déconnectés des réalités sociales et qui posent des gestes horribles avec une flagrante indifférence. Comme vous le savez, pour moi un bon livre donne toujours matière à réflexion. Dans TERREUR DOMESTIQUE, on est pas sans réfléchir sur l’énorme pouvoir que détiennent les intervenants sociaux de terrain sur les jeunes esprits. Les ados ont en général un esprit malléable, influençable, ouvert. L’influence des intervenants est déterminante. Heureusement, il se fait un travail remarquable à ce niveau au Québec. Mais ça ne nous met malheureusement pas à l’abri des esprits tordus.

Autre matière à réflexion : la réalité du terrorisme et sa montée un peu partout dans le monde. On sait maintenant qu’il peut frapper n’importe où : *J’en conviens. Ils peuvent être deux, dix ou cent. La milice traditionnelle est morte, le gangstérisme et le terrorisme sont maintenant des vocations sournoises et patientes. Et de la terreur, ça en est! Moi c’est la seule façon que je m’explique des crimes comme ceux-là. Ce que tu trouves épeurant, c’est que ça soit rendu chez nous.* (Extrait)

Pour ceux que ça intéresse, j’ai noté deux petites faiblesses dans le récit. J’ai trouvé que la trame est prévisible. J’anticipais facilement ce qui allait se passer, mais j’admets que cette perception peut varier beaucoup d’un lecteur à l’autre. Ensuite, j’ai trouvé que l’auteur faisait peu de cas des réactions de la population. Comme l’action était très loin de se dérouler dans une mégapole (Trois-Rivières ne compte qu’environ 135,000 habitants) j’aurais pensé que l’auteur aurait mis plus d’emphase sur les peurs, les craintes, les réactions et les attitudes de monsieur et madame tout le monde, du commun des mortels…du simple citoyen quoi!

En dehors de ce détail, je crois que TERREUR DOMESTIQUE est une réussite…pas de temps morts, pas de longueurs, une plume habile et rythmée et des personnages attachants dont l’inspecteur Jean-Sébastien Héroux, personnage créé dans le premier roman de Morrissette L’AFFAIRE MÉLODIE CORMIER et qui a valu à l’auteur le prix du premier polar 2015 et même le jeune terroriste Thomas Morin-Lefèbvre, 20 ans, piégé dans une Société qu’il ne comprend pas.

Je recommande sans hésiter TERREUR DOMESTIQUE. C’est un roman d’une grande actualité, à l’action ininterrompue et qui a une qualité particulière que j’apprécie beaucoup dans un polar : il est plausible.

Guillaume Morrissette est un auteur québécois, résident de Trois-Rivières en Mauricie. Polymathe, c’est-à-dire doté d’une culture poussée et large, Guillaume est chargé de cours à l’université du Québec à Trois-Rivières, récipiendaire du prix d’excellence en enseignement 2012, la plus haute distinction honorifique remise à un chargé de cours. Il est membre actif de Mensa Canada qui fait la promotion de la paix. Il publie LA MAISON DES VÉRITÉS EN 2013, suivi de L’AFFAIRE MÉLODIE CORMIER qui marque le début des aventures de Jean-Sébastien Héroux, le fameux inspecteur qu’on retrouve avec plaisir dans TERREUR DOMESTIQUE.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le dimanche 25 novembre 2018

LE BAISER DU SERPENT, livre de MARK TERRY

*La première balle atteignit Frank McMillan sur le
côté gauche…le long des côtes flottantes. La douleur
le fit pivoter, mais réagissant comme il avait été
entraîné à le faire, McMillan chuta en adoptant une
position de Weaver classique, les deux mains sur son
revolver, retournant le tir. Et ce fut l’enfer sur terre.*
(Extrait : LE BAISER DU SERPENT, Mark Terry, éditions AdA,
2007, t.f. 2008, édition de papier, 525 pages)

Nouvelle de dernière heure
Cinquante-deux personnes ont perdu la vie dans une attaque fatale au gaz sarin dans un restaurant du centre-ville de Détroit, à 8 h, ce matin. Détroit : 10 h 50
Je suis le Serpent. Trois millions de dollars doivent être versés dans le compte 84-532-6887 d’ici 11h45 ; sinon, plusieurs autres personnes mourront. Détroit : 11 h 47
Le Serpent frappera de nouveau. Dans cinq minutes. Ils en sont responsables.
Nouvelles de dernière heure
À midi, quarante-trois personnes ont été trouvées mortes dans une salle de conférence de la Wayne State University. Cet incident paraît être le deuxième de nombreuses attaques bioterroristes déterminées d’avance sur la ville de Détroit.
Détroit est à court de temps. Il est temps de faire intervenir Derek Stillwater.

La crainte nourrie du bioterrorisme
*Rien ne se produisit. Ils se retournèrent devant
la maison. –Peut-être n’était-ce qu’une alarme,
supposa Jill. La résidence éclata, la vitre et le bois
explosant vers l’extérieur. La vague de compression
leur fit perdre l’équilibre. Au moment où ils
reprenaient leurs sens, la petite habitation se
voyait engloutie par les flammes.
(EXTRAIT : LE BAISER DU SERPENT)

Ce n’est pas ce que j’appellerais une œuvre magistrale, mais c’est un bon roman policier. Son sujet demeure résolument populaire, mais il est un peu usé et renouveler le genre n’est pas facile. En effet, il est question ici de terrorisme.

Le Docteur Derek Stillwater, cet agent très spécial et pas très discipliné qu’on a connu  dans LA FOURCHE DU DIABLE est de retour pour combattre un dangereux terroriste qui organise des attaques mortelles au gaz sarin. Les pistes sont minces…le criminel est habile…le temps presse et les morts s’accumulent.

Comme dans la plupart des histoires de ce genre, nous avons ici une course contre la montre. Dans LE BAISER DU SERPENT, tout se déroule à la vitesse grand V. L’histoire est très ventilée, les chapitres sont courts, il y a de nombreux rebondissements et revirements et surtout, beaucoup de fausses pistes. Tous les ingrédients sont réunis pour garder le lecteur alerte et captif.

Toutefois, j’ai été agacé par cette impression de déjà vu ou devrais-je dire de déjà lu qui ne m’a pas quitté tout au long de ma lecture. Je pense que Mark Terry n’a pas fait grand-chose pour dépoussiérer le genre même s’il a donné à son personnage principal beaucoup de caractère et un don particulier pour briser les règles et les procédures…une particularité qui devient irritante à la longue.

Je dirai donc que l’ensemble manque d’originalité mais demeure tout de même très actuel à notre époque où le terrorisme est devenu une préoccupation mondiale.

La finale de l’histoire laisse supposer une suite, mais étrangement, celle-ci n’est jamais venue. En fait, au moment d’écrire ces lignes, il y a plusieurs années que je n’ai pas eu de nouvelles de Mark Terry.

En bref, LE BAISER DU SERPENT est une histoire bien bâtie, avec beaucoup d’action. Le rythme est élevé. Somme toute, ce livre m’a procuré un bon divertissement.

Mark Terry est un auteur américain, né en 1964, diplômé de l’Université d’État du Michigan. Après avoir passé 18 ans à travailler dans la génétique, il se tourne vers l’écriture à plein temps. LE BAISER DU SERPENT est son deuxième roman, publié un an après LA FOURCHE DU DIABLE publié en 2007. Son diplôme en microbiologie et son expérience dans le domaine des maladies infectieuses et en génétique lui ont été très utiles jusqu’à maintenant dans sa nouvelle carrière d’écrivain. Toutefois, au moment d’écrire ces lignes, il n’y a pas de titre récent à signaler. En fait, il y a un bon bout de temps que je n’ai pas entendu parler de Mark Terry.

À LIRE: le bioterrorisme selon INTERPOL

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 27 août 2017

LA TRAHISON PROMÉTHÉE, le livre de Robert Ludlum

 *Restez couchée! Souffla Bryson en levant son Uzi pour tirer une rafale dans la direction générale de son ennemi. Mais sans grand effet; le tueur continuait à approcher de son allure tranquille.* (Extrait : LA TRAHISON PROMÉTHÉE, Robert Ludlum, t.f. : Éditions Grasset et Fasquelle, 2001, 730 pages.)

Après 15 ans au service d’une agence ultrasecrète américaine appelée LE DIRECTORAT, l’agent Nicholas Bryson apprend que son employeur n’est pas du tout au service du gouvernement américain, mais plutôt associé à un mystérieux groupe terroriste appelé PROMÉTHÉE, profondément infiltré dans les plus hautes sphères des puissances économiques et militaires, telles la Chine, la Russie, la France et bien sûr les États-Unis.  Bryson, dont la désillusion est cruelle, est recruté par la CIA pour mettre fin aux agissements de cet envahisseur tentaculaire qui s’étend telle une infection et dont les agissements confinent à la folie et au cauchemar en utilisant les technologies les plus raffinées pour manipuler, déstabiliser et tuer. Devant les complots, les trahisons et la paranoïa, la vie de Bryson ne tient qu’à un fil.

DES ESPIONS QUI ESPIONNENT DES ESPIONS
*-Et pour finir, la dernière gâterie, lui
murmura la blonde à son oreille.
Il eut à peine le temps de voir le
fil de fer tranchant comme une
lame qu’elle passait en un éclair
autour de son cou…*
(Extrait : LA TRAHISON PROMÉTHÉE)

C’est un livre intéressant, très captivant mais il faut le lire avec attention et concentration car le récit, changeant parfois de direction, est développé sous le thème complexe de l’espionnage et du contre-espionnage. Suite à la lecture de ce livre, j’ai fait une recherche et j’ai réalisé que Ludlum s’est bien documenté. En effet, dans les pays du G7 on ne compte plus les agences de renseignements, services secrets et autres obscurs départements dont certains existent sans avoir d’existence officielle et même des agences qui surveillent d’autres agences. Je me suis même demandé si l’administration des salaires de ces gouvernements savaient qui ils payaient et pourquoi?

Le coup de génie de Ludlum repose sur la vraisemblance et l’actualité du sujet. PROMÉTHÉE est en effet une organisation extrêmement puissante, riche et influente qui se propose d’installer un système de surveillance très étroite des individus, et ce à l’échelle planétaire faisant ainsi de la vie privée rien d’autre qu’une chimère. Or, tout le monde sait que, qui contrôle l’information parfaitement contrôle tout le reste. Pour donner une couverture légale à son action, PROMÉTHÉE tente de faire voter par un maximum de pays un traité de surveillance et de sécurité qui n’est rien d’autre qu’un système de surveillance planétaire rendant les gouvernements obsolètes.

Le héros de l’histoire, Nicholas Bryson est un agent que le directorat, une autre de ces obscures agences ultra secrètes, a manipulé pendant plus de 15 ans. Je ne vais pas dévoiler ici de quelle façon, mais Bryson a connaissance du complot PROMÉTHÉE et c’est ici que le fil conducteur de l’histoire devient d’une remarquable efficacité : Bryson risquera le tout pour le tout afin d’empêcher la catastrophe : il ira de pays en pays, subissant de multiples blessures, frôlant la mort, victime de trahison et de tromperie. L’auteur ne lui réserve que peu de repos. Plusieurs critiques comparent Bryson à James Bond mais je crois qu’il est infiniment plus malmené et dispose de moins de moyens. Il ne sait plus à qui se fier, la trahison et la mort l’entourent.

Une fois que j’ai bien saisi l’enchevêtrement des arcanes de cet incroyable pouvoir menant au contrôle de la planète, je me suis laissé emporter par le rythme soutenu imposé par l’auteur : beaucoup d’action, de rebondissements, de nombreux revirements de situation et s’ajoute à cela de la violence, de la haute technologie et enfin une plume tellement habile qu’elle propulse le lecteur dans l’histoire lui donnant l’impression d’être un personnage du livre.

J’ai dévoré ce livre, d’autant qu’il touche une corde sensible de notre société : la protection de la vie privée et des renseignements. J’ai été comblé par l’histoire mais je me suis retrouvé à la fin avec des questionnements dont je crains un peu les réponses si jamais on venait à me les donner : quel héritage ais-je laissé sur Internet, mes courriels, mes comptes électroniques? À quel point ma signature électronique peut se retourner contre moi? N’importe qui, mal intentionné ou non peut-il tout savoir sur moi? Suis-je surveillé?

Remarquez que je n’ai pas développé de paranoïa, mais LA TRAHISON PROMÉTHÉE est un livre qui, en plus de nous propulser dans une action soutenue et de forte intensité est aussi porteur de questionnement sur les éléments qui contrôlent notre vie et sur le pouvoir magistral donné à celui ou ceux qui contrôlent l’information.

C’est un bon livre…il sent la décadence, mais il est fort excitant.

Robert Ludlum (1927-2001) était un écrivain américain connu aussi sous les pseudonymes de Jonathan Ryder et Michel Shepherd. Très tôt, il est attiré par le théâtre mais la carrière militaire prend le dessus. Après la guerre, il devient comédien, metteur en scène avant de se tourner vers l’écriture au début des années 70. Depuis L’HÉRITAGE SCARLATTI publié en 1971, plusieurs de ses romans seront considérés comme des chefs d’œuvre. L’ensemble de son œuvre comprend 26 romans traduits dans 32 langues, l’adaptation au cinéma de quatre livres de la série JASON BOURNE et plusieurs films tirés de ses autres romans dont LE WEEK-END OSTERMAN par Sam Peckinpah .

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
AVRIL 2016