LE PRÉSIDENT A DISPARU, Bill Clinton/James Patterson

*Elle traitait son adversaire d’<enculé>. Moins
d’une heure plus tard, l’enregistrement était
diffusé sur toutes les chaînes de télévision et
tous les réseaux sociaux. *
(Extrait : LE PRÉSIDENT A DISPARU, Bill Clinton
et James Patterson, éditions Jean-Claude Lattès
2018. Édition de papier, 495 pages.)

Pour des raisons obscures, le président américain s’entretient avec Suliman Cindoruk, leader d’un groupe extrémiste, qui déteste cordialement les américains. Par la suite, les évènements vont se bousculer tout en prenant une dimension hautement dramatique : Le président devra faire face à une menace de destitution malgré les obligations que lui impose la sécurité nationale. Pire : Les États-Unis sont menacés d’une cyberattaque massive qui ramènerait le pays à l’âge de pierre. Le président n’a pas le choix… trouver une solution. L’équilibre mondial est en jeu. Non loin de la Maison Blanche, un huis-clos se déroule. Un huis-clos de trois jours. Président : introuvable.

UN PEU ANGÉLIQUE MAIS EFFICACE
*D’instinct, il caresse l’arme sur sa hanche, celle
chargée de l’unique balle. Il s’est juré de ne
jamais se laissé capturer vivant, de n’être jamais
interrogé, torturé et traité comme une bête. Il
préfère partir à sa manière, en appuyant sur la
détente, le pistolet calé sous le menton. Il a
toujours su…qu’il y aurait un moment de vérité*

(Extrait : LE PRÉSIDENT A DISPARU)

Un livre captivant, intense et angoissant. L’ancien président des États-Unis et le célèbre écrivain James Patterson s’associent pour imaginer une histoire s’étendant sur trois journées parmi les plus effrayantes de l’histoire de la présidence et la plausibilité de cette histoire est terrifiante. Il est question en effet de cyberattaque de masse.

Imaginez en effet ce qui se passerait suite à une destruction totale de tous les fichiers informatiques existant en Amérique, un effacement complet de toutes les données numérisées existantes : gouvernementales, boursières, bancaires, civiles, militaires, techniques, sociales et culturelles. Il n’y aurait plus ni argent, ni eau, ni électricité…plus de transport, plus de communication…ce serait le chaos, l’anarchie, une fin du monde…

Le président Duncan a trois jours pour éviter l’enfer et s’enferme dans un huis-clos avec les meilleurs hackers et experts informatiques du monde. Il ne met personne au courant, mettant ainsi en émoi toute la mécanique du pouvoir américain : Congrès, chambre des représentants, députés, Maison Blanche, le Pentagone et bien sûr, la Presse.

Ici le président doit envisager l’impensable et composer avec l’hypocrisie, la trahison, l’ambition démesurée et un doute envahissant sur un complot en dessous duquel il y aurait du russe…ce scénario catastrophe mettant en péril un monde hyper connecté pose une question angoissante : est-ce que les hackers auraient le pouvoir de se rendre jusque-là?

J’ai été *scotché* à cette histoire : rythme supersonique extrêmement concentré, beaucoup d’action, de rebondissements et une incroyable pression exercée sur le président. Le co-auteur et ex président Bill Clinton a su vulgariser efficacement certains aspects du fonctionnement de la Maison Blanche et du gouvernement rendant le tout crédible.

Il a rendu aussi plus clairs les mécanismes de la politique et des coulisses législatives et sur certaines procédures comme l’impeachment à laquelle le président Duncan doit faire face au début du récit, sans oublier les guerres d’ambition et de pouvoir. L’ensemble n’est pas trop politisé même si j’ai senti que Clinton ne portait pas trop le congrès dans son cœur.

Il y a toutefois des irritants dans l’histoire et il y en a un de taille : le nombrilisme. En dehors des États-Unis, point de salut. Les américains, ils sont beaux, ils sont forts, ils sont les meilleurs. Cet aspect narcissique est présent d’un bout à l’autre du récit  et dévoile la puissance que déploieraient les États-Unis pour punir toutes tentatives d’intrusions.

Est-ce que les Américains n’auraient rien à se reprocher? Je trouve que ça fait un peu cowboy et cette façon de se glorifier me tape sur les nerfs. Je trouve aussi que le livre encense un peu trop le *secret service *. L’histoire confirme que les services secrets américains sont loin de recruter des enfants de Chœur.

Enfin, le discours du président Duncan à la fin, contient des intentions politiques intéressantes quoiqu’un peu oniriques : *Notre démocratie ne peut survivre à la dérive actuelle vers l’extrémisme et la rancune exacerbée.* (Extrait) Ça veut tout dire et ça veut rien dire je pourrais dire aussi que c’est facile à dire.

Ici, l’intrigue sauve les meubles. Son pouvoir d’attraction est très fort et son réalisme a comme un pouvoir hypnotique sur le lecteur. Ce livre est extrêmement actuel et le demeurera très longtemps. Une bonne idée cette association Clinton-Patterson…

Suggestion de lecture : LE COMPLOT MALONE, de Steve Berry

À droite, James Patterson, écrivain et scénariste de films est né en 1947 à Newburgh. Il est l’auteur de thrillers les plus vendu au monde avec plus de 100 millions de livres achetés. Grâce à une technique parfaite et des intrigues très rythmées, tous ses livres atteignent les premières places des classements des meilleures ventes.

Le personnage principal de ses romans est l’inspecteur Alex Cross, dont le rôle fut interprété par Morgan Freeman dans les films Le Collectionneur et Le Masque de l’araignée. Pour la liste des œuvres de Patterson, jCliquez ici.

À gauche, William Jefferson Clinton dit Bill Clinton est né le 19 août 1946 à Hope, Arkansas, juriste et homme d’état américain, fut 42e président des États-Unis de 1993 à 2001. Il tente l’expérience de l’écriture de type thriller en 2018 en coécrivant le thriller de politique-fiction LE PRÉSIDENT EST DISPARU avec James Patterson.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le samedi 19 décembre 2020

VIRUS L.I.V. 3 la mort des livres, Christian Grenier

*Les livres, eux, ne me trahissaient pas.
ils étaient ma réserve de rêve, ma
provision de bonheur. Tout cela, votre
virus l’a anéanti. *
(Extrait : VIRUS L.I.V.3 ou LA MORT DES LIVRES.
Christian Grenier, Éditions or. Hachette jeunesse
1998, 189 pages. Version audio : Audiolib éditeur,
2018, durée d’écoute : 3 heures 34 minutes,
narratrice : Audrey d’Hulstère)

Le gouvernement des Lettrés a interdit les écrans et décrété la lecture obligatoire. Face à cette tyrannie, les Zappeurs se révoltent : en propageant un virus qui efface les mots à mesure qu’ils sont lus. Seule Allis, une jeune fille sourde et muette, semble capable d’identifier l’inventeur du virus et de trouver un antidote. Un roman de science-fiction qui nous fait voyager en 2095, dans une société où l’existence des livres et des écrans est en danger.

LA TOUTE-PUISSANCE DES VOYELLES
*Là, dans la petite pièce de ce centre…, je pris
conscience de l’ampleur du désastre : non
seulement tous les livres qui existaient
allaient mourir, mais personne ne pourrait
plus jamais en écrire.
(Extrait)


Dès le début de ce petit livre, le nom du grand Ray Bradbury est évoqué et pour ma plus grande joie, l’auteur du fameux FARENHEIT 451 allait avoir un rôle capital à jouer dans cette histoire. Pourtant, il ne faut pas s’y tromper. Dans la célèbre dystopie de Bradbury, les livres sont totalement proscrits.

Dès qu’on en découvre on les brûle. Aussi paradoxal que ça puisse paraître, c’est le travail des pompiers.  Dans VIRUS L.I.V.3 OU LA MORT DES LIVRES, ce sont les écrans qui sont prohibés. TOUS les écrans…cinéma, télévision, et surtout les ordinateurs. Les Voyelles, un collège d’érudits formant le gouvernement de lettrés oblige la lecture des livres.

Un groupe de rebelles, les zappeurs zinzins part en guerre contre les Voyelles en mettant au point un virus effroyable qui efface à tout jamais les lettres d’un livre au fur et à mesure qu’on les lit, créant à la place la même histoire mais en réalité virtuelle :

*L.I.V. signifie sans doute Lecture Interactive Virtuelle. Sun, le maître des zappeurs, ou les ZZ, ont dû vouloir mettre au point deux virus L.I.V. successifs. Deux échecs. Mais le troisième…c’est…une réussite. * (Extrait) Vous avez maintenant l’explication du titre.

L’assemblée des Voyelles a délégué l’écrivaine lettrée sourde-muette Allis LC Wonder pour enquêter sur l’origine du virus et trouver un antidote au L.I.V.3 le plus vite possible. Allis entreprend une quête dont je ne parlerai pas ici car vous avez droit à votre part de surprise. Mais cette quête m’a fasciné par son caractère surprenant : un jeu d’alliances et de traîtrise.

Réussira-t-elle sa mission. Une chose est sûre, un piège se referme sur Allis et sa seule façon d’en sortir est de faire intervenir le grand Ray Bradbury.

Ce livre m’a émerveillé à cause du questionnement qu’il soulève sur la pérennité des livres de papier, le tout avec une atmosphère d’intrigue et suspense, des personnages attachants dont les noms de certains évoquent de grands écrivains. Il y a surtout une volonté de croire que le monde littéraire de papier et la technologie peuvent se comprendre, se compléter. J’ai été immergé dans un monde où deux puissantes philosophies s’opposent.

C’est le choc de deux solitudes développé avec ouverture d’esprit. Ce livre, attractif et bourré d’idées ingénieuses, est pour moi, un petit chef d’œuvre de logique et de cohérence qui débouche sur une finale que j’ai appréciée. Il serait intéressant de voir intégrée l’analyse de cet œuvre dans les cours de français de certains niveaux. Je suis sûr que ça donnerait des débats allant dans le sens du raisonnement développé par Christian Grenier.

Comme vous l’avez vu plus haut, j’ai utilisé la version audio du livre. J’ai trouvé très agréable la prestation de la narratrice Audrey d’Hulstère. Eh oui, j’ai utilisé la technologie. Je lis aussi en format numérique.

Malgré tout, ceux qui me connaissent,  connaissent aussi mon attachement indéfectible pour les livres de papier. Vous voyez, les technologies, le papier et moi, nous sommes faits pour nous entendre. Je suis ouvert à tous les supports.

En terminant, je veux mentionner que j’ai senti dans cet opus de Christian Grenier le caractère apologétique de la lecture en général mettant en perspective l’interaction entre écrivains. Aussi, je vous laisse sur cette petite citation qui, je crois, va me suivre le reste de ma vie :

*Les livres sont pleins de livres*

Né en 1945 à Paris, Christian Grenier aime la science et la fiction… donc la science-fiction. Il a publié des récits, des essais, et de nombreux romans pour la jeunesse, parmi lesquels La Machination et Le coeur en abîme, Grand Prix de la S.-F. française en 1988. Après avoir été longtemps professeur dans un collège parisien, au moment d’écrire ces lignes, Christian Grenier vit dans le Périgord.

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 18 octobre 2020

DARK WEB, un roman signé DEAN KOONTZ

*En temps ordinaire, on dénombre 38 000 cas de suicide annuellement. Pour l’an dernier, cela représente 4 500 décès supplémentaires. En projection annuelle, on comptera 8 400 suicides de plus au 31 décembre prochain. Tout en citant ces chiffres, elle avait bien conscience de ne pas pouvoir les interpréter. *

(Extrait : DARK WEB audio, Dean Koontz, édition originale : Archipel éditeur,
2018, papier, 418 pages. Édition audio : Audible éditeur, 2018, narration :
Pascale Chemin, durée d’écoute : 12 heures 12 minutes)

Un homme met fin à ses jours. Son épouse, Jane Hawk, du FBI, ne croit pas à la thèse du suicide. D’autant qu’ils sont de plus en plus nombreux à connaître le même sort sur le territoire américain…En cherchant, Jane met au jour – avec l’aide d’un hacker spécialiste du dark web – un complot visant à manipuler mentalement les êtres humains. Très vite, elle devient la fugitive la plus recherchée des États-Unis.

Ses ennemis semblent posséder un secret si terrifiant qu’ils semblent prêts à tout pour l’éliminer. Mais leur influence et leur perversité suffiront-elles pour arrêter cette femme aussi intelligente que déterminée ?

UN KOONTZ DIFFÉRENT
*En parlant de tuer, j’ai découvert le corps d’une morte à
Aspasie. (il fut parcouru d’un frisson) Une ravissante
blonde nue sur une table en innox. Elle a été étranglée,
sans doute au moment où un de vos amis membres
atteignait la jouissance…Ils s’apprêtaient à brûler son
corps dans un four crématoire…
(Extrait)

Tout au cours de l’écoute de ce livre audio, j’ai essayé de reconnaître l’esprit, le caractère habituellement angoissant de Koontz. Il ne faut donc pas chercher le surnaturel auquel Koontz fait habituellement appel. Il faut plutôt prendre le livre pour ce qu’il est : un thriller. Voyons un peu le contenu. Une vague de suicides sans précédant frappe les États-Unis.

Une agente du FBI récemment mise en congé sans solde décide de faire une enquête à titre personnel et elle y mettra un redoutable acharnement pour la bonne raison que son mari s’est suicidé, lui aussi, sans raison apparente, comme des centaines d’autres. Jane Hawk se lance à la découverte d’un complot qui semble toucher l’ensemble du pays.

Ce qui m’a poussé à m’accrocher dès le départ est la nature même des suicides : des gens sans problème en bonne santé mentale et physique et aussi au caractère mystérieux des messages laissés par les auto-sacrifiés : *Quelque chose ne tourne pas rond chez moi, j’ai besoin, un besoin terrible, j’ai terriblement besoin de mourir. *

Il devient facile pour le lecteur de deviner qu’il y a une intervention humaine…un dispositif quelconque qui modifie quelque chose dans le cerveau : *J’ai une araignée dans la tête, qui me parle. * (Extrait) Ça donne au récit un caractère très intrigant.

Bien sûr, c’est un thriller efficace mais sans grande originalité. En fait c’est une variation sur un thème fortement récurrent en littérature : ambition, pouvoir, domination et même, par extrapolation, l’eugénisme, le tout ficelé avec de la science-fiction. Ne vous fiez pas au titre. Le dark Webb a peu à voir avec l’intrigue. Il n’est qu’un prétexte pour Jane Hawk pour se lancer sur une piste précise.

Pour mettre le lecteur, la lectrice sur un début de piste, je miserais plutôt sur la définition que fait l’auteur dans son récit de la singularité : *…du stade où les progrès de l’intelligence artificielle et des nanotechnologies induiront des changements au niveau de l’évolution humaine. * (Extrait)

Il manque quelque chose à ce récit, comme si l’auteur, en s’écartant de son thème de prédilection, le surnaturel, avait péché par la sous-exploitation de son thème principal c’est-à-dire la recherche de scientifiques tordus assoiffés de pouvoir. Le genre *erreur de la nature* qui se distingue par une absence totale d’empathie et une incroyable cruauté.

Pour les forces : le récit est intrigant avec des passages qui font froid dans le dos. Le rythme est élevé. Le fil conducteur est fragile mais le tout se lit assez bien. Le sujet est bien traité, il y a quelques trouvailles intéressantes. L’écriture est efficace, de nature à donner au livre un petit côté tourne-page, l’intrigue un peu paranoïaque poussant le lecteur à la curiosité.

Du côté des faiblesses : sous-exploitation du thème, récit linéaire, pas beaucoup de rebondissements, personnage principal (Jane) plutôt froid et caricatural. C’est long avant de comprendre où l’auteur veut en venir. La finale est peu éclairante. Je n’ai pas été emballée par la narration de Pascale Chemin qui manque d’émotion.

Bref, je préfère le Koontz *d’avant*.

Auteur de best-sellers souvent classés nº1 sur la liste des meilleures ventes du New York Times, Dean Koontz réside en Californie. Traduit dans près de quarante pays, l’auteur de Les Yeux foudroyés et Les Étrangers a écoulé plus de 450 millions d’exemplaires dans le monde. Les éditions de l’Archipel ont publié Dark Web (2018), premier volet de cette nouvelle saga d’action et en cours d’adaptation par la Paramount.

DU MÊME AUTEUR SUR CE SITE : LE TEMPS PARALYSÉ. Pour lire mon commentaire, cliquez ici.

BONNE ÉCOUTE
Claude Lambert
Le vendredi 2 octobre 2020

LE JEU DU MAÎTRE, livre de JAMES DASHNER

tome 2
La révolution

-J’ai préparé trois cercueils à votre intention,
déclara l’agent Weber…-
-Et maintenant, il est temps de vous connecter.
(Extrait : LE JEU DU MAÎTRE, tome 2, La Révolution,
James Dashner, éditions Pocket jeunesse, 2016,
édition de papier, 300 pages)

Voici le tome 2 de la série LE JEU DU MAÎTRE. Il raconte l’histoire de Michaël. Pour ceux et celles qui n’ont pas lu le premier tome, je résumerai en disant que Michaël est un jeune homme qui se passionne pour le VIRTNET : une plateforme de réalité virtuelle à cheval entre le jeu vidéo et le réseau social.

Une seule condition pour avoir accès au VIRTNET : plonger dans le sommeil, relié au serveur par des fils sensoriels. De cette façon, le cerveau de Michaël rejoint cet univers parallèle où il peut rencontrer entre autres ses amis hackers. Mais une série de suicides vient troubler le jeu et ses participants. Un saboteur met en danger l’univers virtuel. Il se pourrait que le danger soit bien réel.

Ainsi, Michaël et ses amis doivent affronter Kaine, un cyber-terroriste, une tangente, un programme informatique doué de sens et son caractère est belliqueux… Dans le tome 1 Michaël a survécu de justesse aux pièges de Kaine. Dans le tome 2, LA RÉVOLUTION , Kaine confirme son projet diabolique : coloniser tous les hommes en remplaçant leur esprit humain par un esprit virtuel. La prise de contrôle a commencé. À défaut d’éliminer Kaine, Michaël doit à tout prix ralentir cette machination infernale.

LES PIÈGES DE L’UNIVERS VIRTUEL
*-Arrête ça tout de suite! Tu m’entends ?
Michaël l’ignora et continua d’entrer
les chiffres… -Encore un seul geste et
je tire! Michaël tapa le dernier chiffre
du code quand il entendit un déclic.*
(Extrait : LE JEU DU MAÎTRE la révolution)

Cette fois-ci, James Dashner nous entraîne dans un monde futuriste, ultra-technologique et dans lequel la réalité chevauche le virtuel. Le monde virtuel est un énorme réseau appelé VIRTNET, accessible par le sommeil. Les habitants permanents du VIRTNET sont des tangentes, c’est-à-dire de simples logiciels. Le héros de l’histoire s’appelle Michael.

Michael était une tangente mais un jour, il a été téléchargé dans le cerveau d’un humain : Jackson Porter dont on est sans nouvelles depuis. Dans le récit, il y a une hypothèse selon laquelle Porter serait *sauvegardé* quelque part. Quant à Michaël, il est devenu un humain, son intelligence virtuelle a pris le corps de Jackson.

C’est l’œuvre de Kaine qui compte coloniser tous les hommes en remplaçant leur esprit humain par un esprit virtuel. Michaël et ses deux fidèles amis, Sarah et Bryson se sont donnés comme objectif de stopper Kaine et de le mettre hors d’état de nuire.

J’ai trouvé l’histoire originale. À certains égards, elle m’a rappelé TRON : le film de science-fiction des studios Disney réalisé en 1982 par Steven Lisberger et qui a eu une suite en 2010. Le roman du film a d’ailleurs été publié chez Hachette jeunesse en 2011. Ceux et celles qui ont vu le film se rappelleront que Flynn a été téléporté dans le jeu vidéo. Aujourd’hui on dirait plutôt *téléversé*.

L’histoire de Dashner va beaucoup plus loin, le récit est poussé au point que Michael et ses amis et, par la bande, le lecteur, ne sont pas toujours certains de savoir où ils sont : dans le réel ou le virtuel? *Il y a tellement de mondes…Le VirtNet est devenu une extension de la vie. Ce qui est ironique, quand on considère mon projet de donner un corps de chair et de sang au plus grand nombre de tangentes possibles…* (Extrait)

En lisant ce livre, j’ai reconnu la plume de Dashner qui m’a fait frémir il y a quelques temps avec L’ÉPREUVE. Plume nerveuse, fil conducteur fluide, rythme élevé voire haletant par moment. Pas de longueurs, pas de temps morts mais la concentration est requise : *Quand l’humanité devient capable de créer un monde si parfaitement semblable au nôtre, comment faire la différence entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas?*

Le talent descriptif de Dashner est remarquable. Je parle de cette capacité d’écrire pour créer l’image des mondes dans l’esprit du lecteur. On s’entend, LE JEU DU MAÎTRE est une fiction, le VirtNet dépasse toutes raisons mais la plume de Dashner pousse le lecteur et la lectrice à y croire.

Personnellement, je n’ai pas vu le temps passer et les pages défilaient vite. J’ajoute à cela que Dashner a créé des personnages très attachants à qui on a attribué un caractère trempé mais réaliste avec des défauts, des qualités. La façon dont ils évoluent dans leur aventure en dit long sur l’amitié, l’esprit d’équipe, l’entraide et l’abnégation. Des qualités auxquelles Dashner nous a habitué dans la série L’ÉPREUVE.

En terminant, LE JEU DU MAÎTRE n’est pas sans nous fournir une sérieuse matière à réflexion. La socialisation dans un monde virtuel implanté tel que décrit dans l’histoire dépasse l’entendement pour l’instant. À notre époque, la technologie évolue à une vitesse grand V. La réalité virtuelle peut-elle s’étendre jusqu’à confondre la réalité ?

Nos futurs enfants trouveront ils le virtuel plus attirant, plus excitant. Ça pourrait donner lieu à un intéressant débat sur l’éthique. Ça donne aussi à réfléchir sur une tare de la Société avec laquelle on compose plutôt mal pour le moment : Le cyber terrorisme.

Toujours est-il qu’en attendant, la finale de LA RÉVOLUTION ouvre la voie évidente à une suite. J’ai très hâte de voir. Entre-temps, je vous invite à lire les deux premiers tomes de cette grande aventure.

James Dashner est un auteur américain né en 1972. Après avoir écrit des histoires inspirées du SEIGNEUR DES ANNEAUX, il a suivi des études de finances, mais très vite, il est revenu à sa passion de l’écriture. Aujourd’hui, il continue d’inventer des histoires inspirées de ses livres et films préférés. Sa dernière trilogie L’ÉPREUVE connait un immense succès aux États-Unis …tellement qu’après la trilogie Dashner a écrit un nouveau tome pour éclaircir les derniers mystères du labyrinthe.

DU MÊME AUTEUR, ÉGALEMENT COMMENTÉ SUR CE SITE :

Bonne lecture

Claude Lambert

le samedi 23 novembre 2019

LE TÉLÉPHONE PORTABLE, gadget de destruction massive

Commentaire sur le collectif de
L’ÉCHAPPÉE 

*À votre décharge, vous avez peu connu le monde sans portable.
Vos aînés, eux, sont si honteux de leur soumission qu’ils se
justifient à longueur de temps : «C’est juste en cas de panne de
voiture», «je l’utilise très peu», «Avec mon boulot je suis obligé»,
piètre aveu qu’il faut traduire par : «Je me suis fait avoir comme
tout le monde».*
(Extrait : LE TÉLÉPHONE PORTABLE, GADGET DE DESTRUCTION MASSIVE,
Collectif éditorial, Éditions L’Échappée, 2008, numérique, 145 pages)

Dans ce livre, la rédaction de l’Échappée pointe du doigt le téléphone portable qui constitue le plus foudroyant développement technologique de l’histoire. Il est considéré ici comme un instrument d’addiction, générateur d’autisme social. Bref le téléphone portable est devenu un fléau social. L’équipe de rédaction passe en revue ses effets qui, selon elle, ont colonisé nos vies en moins de 10 ans : l’accumulation catastrophique de déchets électroniques, la technification des rapports sociaux et la divulgation de renseignements personnels et bien sûr l’addiction. 

LE PARCOURS D’UN  RAVAGE  

C’est un opuscule qui dresse la liste des méfaits du téléphone portable. Je dis bien méfaits car il n’y a que de ça dans ce petit livre. Aucune qualité, aucune vertu, rien de positif. D’ailleurs, le lecteur est averti dès le départ. Ce petit livre fait partie de la collection NÉGATIF dirigée par PIÈCES ET MAIN D’ŒUVRE :

*Négatif. Parce qu’on ne peut qu’être contre tout, parce qu’il n’y a rien de bien dans une société négative dès son principe. Négatif. Comme l’envers, la réalité et la révélation des apparences pseudo positives.* (extrait)

Donc ce livre est un rejet total du gadget électronique le plus répandu dans le monde. Il est tout à fait dans l’optique et la mentalité de l’éditeur L’ÉCHAPPÉE : pas d’auteurs désignés et caractérisé par un schéma de pensée libertaire, tranchant et revendicateur.

J’irais même jusqu’à dire que c’est noir, ou tout au moins très sombre. Notez que le document, publié en 2008 est dépassé en lui-même parce que la technologie a beaucoup évolué, mais en pire si on s’en tient au raisonnement de l’éditeur :

*Mode d’emploi à l’attention des cobayes : pour connaître les dégâts que vous inflige une «innovation», attendez la suivante.* (Extrait)

Malgré le fait qu’il ne développe qu’un seul côté de la médaille, ce petit livre m’a impressionné et m’a tout de même fait réfléchir car il s’appuie sur des données fiables, des observations crédibles, mais qui sont de nature à faire peur.

Selon l’éditeur, les téléphones portables n’ont aucune vertu, aucune qualité digne de mention, c’est à peine s’ils sont utiles. Ils sont plutôt polluants, nuisibles et terriblement addictifs…REJET TOTAL :

*Le téléphone mobile n’est pas seulement un gadget polluant : il façonne le monde, «révolutionne notre quotidien» comme disent chercheurs et industriels, sans que jamais nous ne l’ayons choisi.* (Extrait)

C’est vrai que le téléphone portable est polluant. On en jette des millions dans le monde à chaque année parce qu’ils deviennent dépassés, technologiquement parlant et on sait que plusieurs composantes de ces mobiles sont toxiques.

C’est vrai que les téléphones portables sont addictifs, particulièrement chez les adolescents et les jeunes adultes et c’est vrai que la technologie fragilise la vie privée.

Mais est-ce que le téléphone portable est ultimement et foncièrement mauvais. Moi je n’irais pas jusqu’à le prétendre. Mais non, L’ÉCHAPPÉE tranche en parlant de mouchard parfait, de liberté sous surveillance, de grillade de cerveau et d’utilisateurs cobayes.

Enfin, L’ÉCHAPPÉE n’hésite pas à pointer du doigt les nouvelles applications développées chaque jour, de plus en plus raffinées et de nature à rendre les utilisateurs encore plus esclaves :

*Mais encore, puisque vous le réclamiez, le téléphone qui détecte la mauvaise haleine, qui vous signale les poissons sous votre canne à pêche et qui éloigne les moustiques. Et pour ces dames, le modèle qui indique le jour d’ovulation* (Extrait)

Enfin je rappelle que L’ÉCHAPPÉE avertit clairement le lecteur au début de l’ouvrage. Il n’y a rien de bon dans les téléphones portables et un argumentaire documenté et tranchant est développé sur une centaine de pages. Pour moi, il manque quelque chose c’est clair…l’objectivité. Ça porte quand même à réfléchir.

Fondée en 2004, L’ÉCHAPPÉE est une maison d’édition associative qui n’identifie pas d’auteurs en particulier mais publie collectivement selon une structure militante et revendicatrice. C’est une association alternative qui  essaie de rémunérer tous les travailleurs participant à la chaîne de production d’un livre. L’ÉCHAPPÉE milite aussi dans l’OFFENSIVE LIBERTAIRE ET SOCIALE. 

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 20 août 2017