PÉRIL EN MER, le livre d’Olivier Descamps

*Est-ce que je suis le seul à me sentir mal ?… Tania sourit
encore  puis elle s’apprête à partir. À ce moment-là, elle
voit quelque chose derrière moi, et ses yeux s’agrandissent.
Elle pousse un cri et s’accroche à mon bras.* 
(Extrait : PÉRIL
EN MER, Olivier Descamps, Héritage jeunesse éditeur, 2019,
édition de papier, 320 pages, Collection Frissons sang pour sang
québécois)

Lorsque Pierre accepte de passer une fin de semaine sur un catamaran avec des amis de son école, il est heureux de fuir l’inquiétant personnage qui le pourchasse depuis l’invitation. Pierre pense être la nouvelle victime des Croquemitaines, un groupe anonyme qui effraie des élèves pour poster sur internet les vidéos de leurs proies. Ce voyage en bateau est pour lui une façon d’échapper aux mauvais plaisantins. Mais quand les apparitions continuent au milieu de la mer, il n’est plus certain qu’il s’agisse d’une blague.

FRISSONS sang pour sang québécois
*J’hésite. Je sais que c’est presqu’impossible.
Jérôme s’avance. Je me mets devant lui
instinctivement. Il fait un geste et la peur me
retourne l’estomac*
(Extrait)

C’est un livre intéressant pour les 8 à 12 ans. Il l’est aussi  pour les adultes, dans la mesure où ils peuvent comprendre les codes et les procédures qui régissent les relations entre les ados et apprécier la psychologie de ce groupe d’âge particulièrement friand de frissons et d’émotions fortes.

Revoyons un peu le synopsis : Dans un lycée, un groupe de jeune se fait appeler LES CROQUEMITAINES. Leur raison d’être est de capturer en vidéo des scénarios de terreur d’adolescents persuadés de se faire tuer. Dans le plus récent scénario, Charles, dont la vie a été gâchée par les moqueries de ses pairs, perd connaissance suite à une panique incontrôlable. Le tout est filmé et diffusé bien sûr. Vivement une autre victime qui pourrait bien être la dernière.

Pierre, le personnage principal de cette histoire accepte une excursion en haute mer à bord d’un catamaran, prochaine victime toute indiquée des Croquemitaines. Mais rien ne se passe comme prévu et une série d’épreuves amènera Pierre à découvrir la véritable nature des Croquemitaines.

Ce récit met en perspective l’existence, dans beaucoup de collèges et dans la Société en général de petites confréries, bien inoffensives, mais dont quelques-unes développent un esprit sectaire et sont dirigées par une personne psychologiquement instable. L’histoire rapporte de nombreux exemples à ce rayon…un des plus célèbres étant la secte de Jim Jones.

Notre histoire ne va pas aussi loin bien sûr mais les fondements et les motivations sont similaires et reposent sur la manipulation, la naïveté et la pusillanimité. Le développement de ce récit m’a semblé ordinaire ou disons conventionnel. Mais j’ai été moi-même surpris par certains rebondissements imprévus et for bien calculés.

Le rythme très modéré de la plume entretient le mystère et la finale est très bien travaillée quoiqu’elle pourrait forcer les jeunes lecteurs à revenir en arrière pour comprendre l’ultime conclusion. O surprise c’est la grande Agatha Christie qui va amener Pierre à compléter le puzzle. Je ne peux évidemment pas en dire plus, mais j’ai apprécié le petit clin d’œil d’Olivier Descamps sur le pouvoir des livres.

C’est un livre bien écrit qui pousse à la réflexion sur nos anxiétés, peurs, angoisses souvent exacerbées dans l’enfance et dans l’adolescence par des relations familiales complexes et insécurisantes et le livre vient nous rappeler aussi que dans l’entourage des jeunes, ils se trouvent toujours des pairs dont la popularité s’est construite sur la manipulation et l’intimidation. Ces jeunes font souvent des adultes peu convenables…

la principale faiblesse du récit repose sur ce qu’on sait des Croquemitaines : peu de choses. Par opposition à la structure psychologique de Pierre, le point fort du roman, on ne sait presque rien sur la psychologie des autres personnages, Jérôme en particulier. Comment tout a commencé. Il aurait été intéressant d’ajouter quelques scénarios de vidéos pour mieux comprendre les motivations du groupe.

Mais en général, ça se laisse lire assez vite. La deuxième moitié en particulier pousse les jeunes lecteurs à se mettre en mode *tourne-page*. Je signalerai ici un dernier élément de réflexion évoqué très brièvement dans le récit et qui m’évoque la fondation d’un édifice : on n’en fait jamais assez pour protéger ses données personnelles.

Enfin, beaucoup de jeunes lecteurs apprécieront je crois que l’auteur ait choisi de mettre isolément et en caractère gras les émotions de Pierre :
*Isolé depuis plusieurs jours, je me suis imaginé le pire.*
*Quelque chose attrape mon pantalon.*
*Je ne respire plus, tétanisé*.
*L’image du monstre sortant de l’eau me revient*
*Un sanglot étouffe son dernier mot.*
(Extrait)
Les jeunes vont passer, je crois, un bon moment de lecture.


Après des études à l’université de la Sorbonne, Olivier Descamps part s’installer au Québec pour écrire. Scénariste depuis plusieurs années, il n’a jamais cessé de raconter des histoires, teintant ses fictions des grandes questions de ses recherches philosophiques.

Découvrez son site web :
Cliquez ici

 

d’autres titres de la collection FRISSONS

Bonne lecture
Claude Lambert

le dimanche 29 mai 2022

TRUCS DE PEUR 1- Perdues dans le noir

Commentaire sur le livre de
ALEXANDRA LAROCHELLE et YOHANN MORIN

*Rosalie, de son côté, frissonne d’effroi. La maison de leur grand-mère est si vieille et immense…En plus, elle craque de partout ! C’est certain qu’elle est remplie de fantômes oui pire, de monstres qui se cachent sous les lits ! (Extrait : TRUCS DE PEUR, tome 1, PERDUES DANS LE NOIR, texte : Alexandra Larochelle, dessins, Yohann Morin, Éditions de la Bagnole, 2019, papier, 283 pages, très grosses lettres. Jeunesse.)

Mégane et Rosalie sont demi-sœurs et se détestent plus que tout au monde. À 9 ans, Mégane est la plus populaire de sa classe alors que Rosalie, âgée de 8 ans, a peur de tout, même de son ombre. Lorsque leur père les envoie une semaine chez leur grand-mère, muette, le séjour s’annonce horrible ! Ce que les 2 filles ignorent c’est, qu’aidées de leur aïeule, elles auront 7 jours, mais surtout 7 nuits, pour vaincre leurs plus grandes peurs et unir leurs forces afin de surmonter leurs pires cauchemars…dans une maison où les attendent monstres, fantômes et bibittes…

La peur qui rassemble
*-Ça se peut pas…Ça se peut pas…Ça se peut pas…,
répète Mégane en frottant ses yeux derrière ses
lunettes. Les filles s’approchent prudemment de la
tablette, comme si elle risquait de les attaquer. Après
l’avoir regardée un moment sans savoir quoi faire,
Mégane ose la prendre *
(Extrait)

Avec PERDUES DANS LE NOIR, Alexandra Larochelle introduit une nouvelle série très prometteuse pour les premiers lecteurs et les premières lectrices, le thème central de la série étant la peur… la petite ou la grande frousse que les jeunes recherchent…aux montagnes russes et au cinéma d’horreur et d’action à la James Bond s’ajoute la littérature qui permet aux jeunes d’identifier les mécanismes de la peur pour mieux l’affronter et pourquoi pas commencer la série par le noir, les coins sombres, portes  grinçantes, bruits inquiétants et l’introduction du genre fantastique avec de mystérieux textos venus d’on ne sait où…

Cette histoire repose sur la résolution de deux énigmes qui ne sont pas évidentes même pour les adultes. À ce sujet, j’ai beaucoup apprécié les deux principaux personnages créés par Alexandra Larochelle. Parlons-en un peu et voyons, en propos très résumé, ce que raconte le récit.

Voici l’histoire de deux jeunes filles, pré-adolescentes : Mégane 8 ans, une fille sûre d’elle et Rosalie qui est tout le contraire. Elle a 9 ans. Elle a peur de tout, de son ombre et plus encore. Les deux filles, qui sont demi-sœurs, se détestent singulièrement. Elles se disputent continuellement au point qu’un bon jour, le bon papa en a ras le bol et décide d’envoyer ses filles chez Mamie Léo, dans sa vieille maison perdue en forêt. Les filles auront sept jours pour s’entendre jusqu’à faire équipe pour affronter les mystères de cette maison. Sept jours…sinon…

Est-ce que sept jours seront suffisants ? L’auteur veut démontrer que s’entendre avec quelqu’un qu’on aime pas, mettre de l’eau dans son vin, faire des concessions, faire preuve de tolérance…tout ça dans un jeu qui se joue à deux, ce n’est pas si simple et il faut y mettre le temps…l’expérience aidant, ça peut marcher, surtout que les filles développeront un point en commun. Elles connaîtront la peur.

C’est une chouette petite histoire. En plus de donner une petite leçon raisonnablement moralisante, les jeunes sont initiés à la forme, la texture et l’épaisseur du livre, c’est-à-dire le nombre de page. Personnellement, quand je fus premier lecteur, j’aurais été fier de crier sur les toits que j’ai lu au complet un livre de 288 pages. Eh oui…les jeunes lecteurs ne doivent pas avoir peur de l’épaisseur du livre et du nombre de pages qui, nous assure l’auteur, n’a aucune importance.

L’important est d’entrer dans l’histoire, de s’accrocher au fil conducteur et de se laisser emporter dans des chapitres courts, des enchaînements rythmés et les superbes illustrations de Yohann Morin qui mettent vraiment le texte en valeur, qui ajoutent à l’émotion chez les jeunes lecteurs et lectrices et qui rendent le tout vivant et attrayant. Ce livre constitue une excellente transition de la bande dessinée au roman. Il présente d’ailleurs plusieurs facettes de la BD entre autres les nombreuses illustrations et chaque chapitre comporte quelques bulles de dialogue.

À chaque fois qu’on tourne la page, une petite araignée descend de sa toile de plus en plus, indiquant ainsi la progression de la lecture. Original et même *joyeusement* lugubre. J’ai essayé de lire ce livre avec un cœur d’ado, mais même les adultes vont le trouver captivant. N’est-ce pas la première qualité qu’on cherche en littérature jeunesse?

Quant à savoir si Mégane et Rosalie vont s’entendre, je vous laisse le découvrir. La finale pourrait vous surprendre. Mais d’une façon ou d’une autre, tout est en place pour une suite ou les jeunes auront sans doute la chance d’aborder un autre aspect de la peur.

Ce livre offre une façon agréable d’introduire les jeunes à la lecture.

Alexandra Larochelle est une jeune écrivaine née à Laval au Québec le 5 mai 1993. Elle a publié en 2004, à l’âge de dix ans, un premier roman, qu’elle avait écrit à l’âge de neuf ans dans sa classe à degrés multiples. AU-DELÀ D’UN UNIVERS, premier tome d’un cycle, elle a publié cinq autres romans de cette série. Elle collabore également aux magazines Cool! et Entre les lignes. En 2015, elle publie le roman Des papillons pis de la gravité aux éditions Libre Expression. Le deuxième tome de la série est sorti au début octobre 2016 sous le nom de : Des papillons pis du grand cinéma.

Yohann Morin commence sa carrière comme caricaturiste et illustrateur pour des journaux locaux et étudiants. Il a ensuite participé au magazine Safarir à la fin des années 1990. Après des études en infographie et une pause artistique, il revient à Safarir où il scénarise et dessine régulièrement plusieurs chroniques sur des thèmes variés durant cinq ans. Parallèlement, il a publié quatre tomes de la série bd Biodôme avec le scénariste Frédéric Antoine.

 

Bonne lecture
JAILU/Claude Lambert
janvier 2020