MORT À CRÉDIT, le livre de LOUIS-FERDINAND CÉLINE

Ah ! C’est le but que tu poursuis…N’est-ce pas ! Inlassable ! Tu rampais !… Divers… Ondoyant ! Imprévu toujours !… Violences… Tendresse… Passion… Force… Je t’ai entendu l’autre jour ! … Tout t’est possible, Ferdinand. Tout ! (Extrait : MORT À CRÉDIT, Louis-Ferdinand Céline Éditions Gallimard 1952, collection Folio, édition de papier, 635 pages.)

Le second roman de Céline nous ramène au temps de son enfance. Nous suivons les avatars du jeune Ferdinand aux prises avec son  époque -la France et l’Angleterre d’avant 1914- et son éducation- une suite d’expériences familiales, touristiques, scolaires, laborieuses, érotiques, etc. Ferdinand grandit  entre une mère mercière et un père correspondancier qui s’empoisonnent littéralement l’existence et accablent leur fils de reproches amères et douloureux. Il ne trouve dans sa famille besogneuse et mesquine qu’une atmosphère étouffante, fébrile, odieuse de laquelle deux personnalités seulement filtrent comme des rayons de soleil, celles de sa grand-mère Caroline et de son oncle Édouard…

AMER ET INDIGESTE
Mais profond
*Ça bardait du matin au soir…un défilé
d’hurluberlus exorbités jusqu’aux
sourcils, qui se dépoitraillaient devant
la porte, gonflés, soufflés de certitudes,
de solutions implacables… C’était pas
marrant à regarder.
(Extrait : MORT À CRÉDIT)

MORT À CRÉDIT m’a ramené à l’esprit certaines expressions consacrées relatives à la folie et au génie comme par exemple la citation de Thomas Fuller *Le paradis des fous c’est l’enfer des sages* ou celle d’Aristote *Il n’y a point de génie sans un grain de folie*. D’après la poétesse belge Josiane Coeijmans, la folie est porteuse de génie. Avec Louis-Ferdinand Céline, j’en suis là. Je ne sais trop quoi penser de son œuvre.

Dans son premier vrai grand roman, VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT, Céline raconte le cheminement de Bardamu se butant aux horreurs du colonialisme en Afrique, puis aux horreurs du capitalisme en Amérique, puis l’humanité de Bardamu tentant d’apaiser les souffrances humaines. Le livre donnait un sens à la vie d’une incroyable profondeur et poussait à l’introspection. 

Dans MORT À CRÉDIT, Céline raconte l’enfance de Bardamu qu’on appellera Ferdinand, fils unique, apparence petit bourgeois dans un quartier de Paris qui vit au début avec des parents qui sont de parfaits modèles d’égocentrisme. Ferdinand évolue dans un monde de grognons mal embouchés et radoteurs. Dans son style *coup de poing* habituel, Céline décrit le parcours initiatique de Ferdinand qui entre dans la transition qui le fera sortir de l’enfance avec de la violence, de l’émotion, l’indifférence qui va jusqu’au *je m’enfoutisme*.

J’ai senti que cette fois, Céline poussait son style à outrance, un style poussant à la redondance et à l’étalement d’états d’âme qui ne finissent pas de finir, le tout dans un langage hautement argotique. 

Les passages qui évoquent les relations de Ferdinand avec ses parents sont intéressants…des relations émiettées entre un petit bonhomme représentant un fardeau potentiel pour ses *vieux* pusillanimes…

Les émotions se ressentent dans certains dialogues dont la compréhension a nécessité un dictionnaire : *Alors ils m’ont fait une gueule ! Rien qu’à m’entendre badiner !… Ça donnait juste l’effet contraire!… Ah! merde ! Moi, j’en avais tringle!… Je fumais alors moi aussi!… Moi aussi merde à la fin… J’avais bien toute la caille au cul…je venais pas leur quémander ! Ni flouze ! ni pitance ! Je leur demandais rien du tout ! Seulement je voulais pas m’enfoirer avec des soupirs à la con. Je venais simplement dire « au revoir »… Merde ! Un point c’est tout! … Ils auraient pu être contents… (Extrait) 

J’ai décelé beaucoup d’amertume dans le récit. Tout en demeurant décapant, une caractéristique indécollable de Céline, je l’ai trouvé geignard. Avec le langage d’une brute, tantôt ordurier tantôt généreux, Céline fait dériver son personnage d’une côte à l’autre, introduisant chaque fois une nouvelle galerie de personnages. Pas de plans précis, pas de fil conducteur. 

Ce n’est pas un récit vraiment axé sur les joies de la vie. C’est au contraire désespérément humain. C’est incisif, parfois acide mais le réalisme est omniprésent. Céline n’avait pas de plan mais il avait une vision et c’est là que ça devient intéressant si on considère que MORT À CRÉDIT est une vision tranchante et sombre du sens de la vie et qu’on le veuille ou pas, ça pousse à la réflexion. Cet aspect a beaucoup divisé les lecteurs et explique aussi mon lien entre la folie et le génie au début de cet article. Si ça met du monde en désaccord, c’est qu’il y a matière à débat. 

J’ai trouvé le livre très long, il fait quand même 628 pages, répétitif, parfois ennuyeux, sensiblement misérabiliste mais son esthétique littéraire a mobilisé beaucoup de lecteurs quant à sa vision plutôt glauque de la vie et par une plume gueularde qui mobilise l’attention et ce, malgré l’omniprésence de l’argot. Heureusement, il y a l’oncle Édouard qui s’en tire bien et qui aime bien Ferdinand…un petit symbole qui nous rappelle que tout n’est pas noir.

Peut-être que je ne sais pas trop quoi penser de ce livre. Difficile aussi de saisir les raisons pour lesquelles il est considéré comme un monument littéraire. Une chose est sûre cependant, il ne m’a pas laissé indifférent.

Auteur du XXe siècle considéré comme majeur, Louis-Ferdinand Auguste Destouches dit CÉLINE est né le 27 mai 1894 à Courbevoie. Il est l’un des écrivains français les plus traduits et diffusés dans le monde. Son œuvre a fait toutefois l’objet de polémiques violentes en raison de son antisémitisme particulièrement haineux. Ce profond antisémitisme l’amène à devenir pro-nazi. Mis au ban des personnalités respectables depuis cette période et celle de la libération, Céline s’exile en Allemagne puis au Danemark. Avant de revenir en France. Il faudra attendre 1957 pour un retour de Céline dans l’actualité littéraire mais il meurt peu de temps après d’une rupture d’anévrisme. Malgré les états d’âme de Céline, son écriture particulière, son réalisme et son style en font un écrivain très important. (Franceculture)

Bonne lecture
Claude Lambert
le vendredi 11 juin 2021