MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE, EVA BARONSKY

*Quelque chose n’allait pas. Il n’était plus
à la maison. Sa couche était différente,
plus molle et inégale, plus souple en fait;
un parfum subtil, féminin s’y trouvait. Où
l’avait-on amené? Qui pouvait donc bien
être ces méchants bougres?*
(Extrait : MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE, Eva
Baronsky, Édition Piranha pour la présente
version électronique, aussi en version papier,
200 pages sur liseuse, 2009 original, t.f. : 2014)

Il se souvient de tout : il s’appelle Wolfgang Mozart et hier soir encore, il était étendu sur son lit de mort. À son réveil, il ne trouve aucune explication à ce monde différent, étrange, où la lumière ne provient pas des bougies, où la musique se passe de la présence d’un orchestre, où les carrosses se déplacent sans chevaux…est-il aux portes de l’enfer ou dans l’antichambre du ciel ? Tout ce qui lui arrive ne peut avoir qu’une seule raison : il a la mission divine de terminer l’œuvre de sa vie, son Requiem. Et le voici, anachronisme vivant déambulant dans les rues survoltées de la Vienne du début du XXIe siècle, où la musique est sa seule boussole. Tant de nouveaux compositeurs, tant de sonorités inédites ! Mais, plus le temps passe, plus il se demande ce qu’il adviendra de lui, une fois son chef-d’œuvre terminé…

LE TEMPS D’UN REQUIEM
*Avec respect, presque tendrement, il passa
la main sur la fine écriture. En voilà un qui
était à la hauteur du requiem de Mozart,
qui savait l’achever et…qui damait le pion
au génie de Mozart avec une légèreté qu’
il n’aurait jamais cru possible.
(Extrait : MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE)

L’idée n’est pas nouvelle en littérature : réveiller un mort célèbre, lui laisser tous ses souvenirs et en faire un anachronisme vivant dans un but précis. Pourtant, j’ai trouvé le livre de Baronsky extrêmement bien construit. Il m’a fait rire et surtout, il m’a ému. Quand un livre parvient à ce résultat avec moi, je suis comblé. Alors imaginez un peu.

Deux cents ans après sa mort. Mozart se réveille avec le même esprit, dans un environnement dénaturé, étrange. Il faut dire qu’au départ Mozart ne savait pas, ne comprenait pas qu’il venait de sauter deux cents ans d’évolution : *Il comprit par la suite que derrière la plupart des miracles ne se cachait rien d’autre qu’une nouvelle forme d’énergie…* (Extrait)

Au début, ce fut une dure épreuve : Où se loger ? Comment se nourrir ? Restait à comprendre le but de ce miracle : *Chez soi, ce ne pouvait être qu’un petit endroit, au plus profond de soi…tout au fond de son cœur, au plus profond de lui-même, il y avait la musique, rien que la musique et il n’y aurait jamais rien d’autres.* (Extrait)

Mozart comprit qu’il devait finir le célèbre requiem, œuvre majeure mais inachevée au moment de sa mort. La chose la plus difficile pour Mozart dans ce récit était d’établir son identité et ça devenait urgent car son talent s’imposait. Chose difficile voire impossible. Personne ne comprenait : *Wolfgang Musterman. Il n’avait pas été le seul à remarquer ce nom singulier, la presse l’avait fait aussi. Un pianiste surgi du néant, sans parcours de vie, sans que quiconque ait pu apprendre quelque chose sur lui. Un phénomène ! * (Extrait)

Un jour, le musicien miraculé en a eu marre et a fini par dévoiler son véritable nom à un impresario qui avait besoin d’une preuve d’identité : *Oui, reconnut Wolfgang à voix basse. Joannes Chrysostomus Wolfgangus Théophilus Mozart. Né à Salzbourg le 27 janvier 1756. Puis-je m’en aller maintenant ?* (Extrait) Cette explosion de sincérité a fini par amené Mozart dans un hôpital psychiatrique.

J’ai adoré cette histoire parce qu’elle m’a émue. Elle m’a émue parce que l’auteur Eva Baronsky a réveillé Mozart en lui conservant toutes ses qualités de corps, de cœur et d’esprit. Mozart était un être bon, généreux mais aussi brouillon, désordonné et insouciant, sans le sou et pas toujours facile à vivre. Son temps, sa passion sa vie…pour Mozart, tout n’était que musique. Alors l’auteure a planché sur la musique. La musique est partout dans le récit qui est profondément imprégné de l’esprit de Mozart.

J’ai trouvé aussi le récit drôle parce qu’après un sommeil de deux-cents ans, Mozart se débrouillait plutôt mal avec la modernité ce qui a donné lieu à beaucoup de situations cocasses. Enfin, j’ai trouvé le récit touchant pour plusieurs raisons : la qualité des personnages, la profondeur de leur psychologie. Par exemple, l’auteur a mis sur le chemin de Mozart un personnage appelé Piotr, musicien violoniste polonais qui a prix Mozart en amitié et l’a pris sous son aile car Piotr a compris qu’au-delà des qualités de cœur, Mozart était un génie de la musique avec un talent qui avait quelque chose de surnaturel.

Dans l’optique d’une résurrection de Mozart, Piotr pouvait très bien être un ange. Autre personnage un peu plus intriguant celui-là : c’est Anju, l’amour de la nouvelle vie de Mozart, celle qui a touché son cœur et qui apportera une contribution extraordinaire jusqu’à la finale qui est particulièrement poignante.

C’est donc un livre que je recommande. On sent bien que l’auteure admire Mozart. Elle a imprégné son récit du cœur et de la musique de Mozart et avec humour car elle a exploité les anachronismes qui ne manquaient pas d’ébranler le génie musical. Par exemple, pouvez-vous imaginer comment Mozart a interprété le nom AC/DC trouvé sur un chandail ? Ne se doutant pas qu’il s’agissait d’un des groupes rock les plus populaires de l’heure. Mozart lui, a trouvé une toute autre interprétation : *AC/DC. Il se tortilla le sourcil : Adorate, Cherubim, Dominum Cantu. Adorez le Seigneur avec vos chants. Oui, ça devait être cela* (Extrait)  Un récit magnifique, profondément humain…un coup de cœur.

Wolfgang Mozart est né le 27 janvier 1756 à Salzbourg. Lui et sa sœur Maria-Anna sont des enfants prodiges de la musique, encore jeunes quand leur père Leopold exhibe leurs talents musicaux à travers l’Europe.  Wolfgang joue du violon et sa sœur du piano. Ces voyages permettent à Mozart de découvrir de nombreux musiciens et d’effectuer d’importants progrès.

Ainsi, Mozart écrit son premier opéra à l’âge de 11 ans ! Mozart devient de plus en plus connu : il est payé pour écrire de la musique. Puis, il se marie avec Constance Weber et travaille comme professeur de musique particulier auprès de familles riches. Mais, s’il gagne beaucoup d’argent, il ne sait pas le gérer. Mozart passe des années difficiles avec la mort de son père, la maladie et des dettes.

En 1791, il compose tout de même deux chefs-d’œuvre : la Flûte enchantée et le Requiem. Mozart meurt à Vienne, en Autriche, le 5 décembre 1791 à seulement 35 ans, en laissant plus de 600 œuvres à la postérité. Le REQUIEM est une œuvre inachevée de Mozart, la première version complétée peu de temps après sa mort fût de Franz Xaver SüBmayr. L’idée de Baronsky était de donner du temps à Mozart pour achever lui-même le REQUIEM.

Eva Baronsky est une auteure allemande née en 1968. Après des études de marketing et de communication, elle a été tour à tour consultante en communication, graphiste, vendeuse de confiture et journaliste. MONSIEUR MOZART SE RÉVEILLE est son premier roman, publié en allemand sous le titre HERR MOZART WACHT AUF en 2009. Avant sa traduction en français plusieurs années plus tard, l’œuvre de Baronsky a reçu le prix Friedriech Hölderlin, un prix d’encouragement de renommée internationale.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le samedi 15 février 2020

LES FLEURS DU MAL, recueil de CHARLES BAUDELAIRE

*L’horrible soif qui me déchire
aurait besoin pour s’assouvir
d’autant de vin qu’on peut tenir
Son tombeau; -ce n’est pas peu dire*
(Troisième strophe du poème LE VIN DE
L’ASSASSIN, extrait de LE VIN, troisième
partie du recueil LES FLEURS DU MAL,
Charles Baudelaire, 1861, Bibebook,
édition numérique libre de droits)

LES FLEURS DU MAL constituent l’œuvre majeure de Baudelaire et une des plus importantes de la poésie moderne, à cause de son esthétisme novateur, publiée en 1857, visée par une accusation d’outrage à la morale publique et religieuse. L’œuvre aurait pu être acceptable vues les mœurs parisiennes de l’époque, mais les poèmes visés frisaient la pornographie. Baudelaire et ses éditeurs sont  condamnés pour délit d’outrage à la morale publique,  et à la suppression de 6 pièces de l’œuvre qui a influencé de grands poètes comme Arthur Rimbaud, Paul Verlaine.

UN FLEURON DE LA LITTÉRATURE
*La nuit voluptueuse monte,
Apaisant tout, même la faim,
Effaçant tout, même la honte,
le poète se dit : «Enfin !
(Extrait du poème LA FIN DE LA JOURNÉE,
Sixième partie de LES FLEURS DU MAL,
LA MORT…Charles Baudelaire)

Eh oui! Le goût du classique me revient régulièrement. Cette fois-ci, j’ai choisi un livre très très spécial. Je ne suis pas un grand amateur de poésie. C’est la notoriété de Baudelaire qui m’a attiré surtout, son prestige et aussi l’admiration et l’attachement qu’il éprouvait pour Edgar Alan Poe (1809-1849) un écrivain américain que moi-même j’aime beaucoup et dont j’ai déjà parlé sur ce site.

Baudelaire est même devenu le traducteur officiel de Poe et il en éprouvait une grande fierté. On ne peut pas vraiment critiquer Baudelaire. Mon avis est qu’il était simplement génial. Je peux vous dire aujourd’hui ce que je ressens après la lecture du chef d’œuvre qui réunit l’essentiel de la poésie de Charles Baudelaire : LES FLEURS DU MAL.

LES FLEURS DU MAL est un  recueil en six parties :
1) SPLEEN ET IDÉAL
2) TABLEAUX PARISIENS
3) LE VIN
4) FLEURS DU MAL
5) RÉVOLTE
6) LA MORT

Cet ouvrage m’a fasciné. Peut-être à cause de son côté sombre. On y voit le mal sous différents aspects : la souffrance, vue comme une nécessité d’expiation du mal, Une idée bien précise voire un goût du mal, goût qu’il partage avec Edgar Alan Poe qu’il admirait tellement qu’il a entrepris de le faire connaître aux français en traduisant ses œuvres. Aussi, partout dans LES FLEURS DU MAL, j’ai vu, j’ai senti une profonde obsession de la mort de la part de l’auteur :

 Ô vers! Noirs compagnons sans oreille et sans yeux
Voyez venir à vous un mort libre et joyeux;
Philosophes viveurs, fils de la pourriture,
À travers ma ruine allez donc sans remord,
Et dites-moi s’il est encor quelque torture
Pour ce vieux corps sans âme et mort parmi les morts !
            (Extrait : LE MORT JOYEUX)

Faut-il s’en surprendre ? Baudelaire était un poète écorché, une âme torturée qui allait complètement à contre-courant de la morale de son époque.

Outre les thèmes récurrents du recueil : la mort, la souffrance, le néant, outre le fait que par son œuvre, Baudelaire fait un constat navrant de la réalité de son monde, de son époque, moi j’ai vu aussi de la beauté dans LES FLEURS DU MAL, de l’espoir, des poèmes sur la pureté, la musique, les chats, les saisons et son hymne à la beauté est un texte, sans jeu de mot, de toute beauté :
Tu contiens dans ton œil le couchant et l’aurore ;
Tu répands des parfums comme un soir orageux ;
Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore
qui font le héros lâche et l’enfant courageux.
             (Extrait : HYMNE À LA BEAUTÉ)

La crudité de la réalité s’oppose à la beauté, mais dans plusieurs poèmes, j’ai l’impression que les deux s’amalgamaient. Plusieurs poèmes sont très directs. On voit que Baudelaire n’avait peur ni de la critique ni de la vindicte :
            Puissé-je user du glaive et périr par le glaive!
            Saint Pierre a renié Jésus…il a bien fait!
            (Extrait : LE RENIEMENT DE SAINT PIERRE)
            Gloire et louange à toi, Satan, dans les hauteurs
Du ciel, où tu régnas, et dans les profondeurs
De l’Enfer, où, vaincu, tu rêves en silence !
            (Extrait : PRIÈRE)

Qu’à cela ne tienne, il a dû faire face à la censure. Il n’aura rien gagné de son vivant. Aujourd’hui, il est considéré comme un génie. Pour moi, il n’y a pas de doute, son œuvre est géniale aujourd’hui, et elle l’était à son époque, peut-être trop pour être comprise, trop audacieuse pour être acceptée intégralement sur le plan de la religion, de la morale, de l’éthique et même de la bonne Société qui pourtant, ne se gênait pas au XIXe siècle pour se laisser aller au libertinage.

En ce qui me concerne, ce recueil, LES FLEURS DU MAL m’a beaucoup plus. Bien au-delà de la *beauté extraite du mal* selon les dires même de Charles Baudelaire, j’ai vu la beauté des mots, de l’expression, la richesse des vers, rythmées selon certaines règles qui sont propres à Baudelaire. Ces vers m’ont entraîné dans le raisonnement de l’écrivain, une tempête d’émotions.

J’ai développé l’impression que LES FLEURS DU MAL sont devenues une valeur intrinsèque de la littérature du monde, elles sont partout, elles constituent un phare. Les Fleurs du mal sont fiel et miel, le mal, le désespoir puis la souffrance rédemptrice et enfin la reconstruction du monde idéal.

Je pense qu’il faut lire les FLEURS DU MAL au moins une fois. J’en senti et apprécié l’audace de Baudelaire, son sens de la provocation, la variété dans le style, son mépris pour le jugement de ses contemporains dont plusieurs n’allaient pas hésiter à crier à l’immoralité du recueil, le caractère du titre allant à contre-courant de l’éthique et qui pourrait supposer que le les fleurs naissent du mal ou le contraire mais qui nous rappelle aussi que les FLEURS DU MAL auront autant d’interprétations que de lecteurs, la substance des mots.

Baudelaire m’a surpris, mais à la lumière de nombreux livres et articles publiés à son sujet, je dirais qu’il a surpris tout le monde, qu’il surprend encore aujourd’hui et que son œuvre est devenu un phare de la poésie moderne. Je vous recommande cette lecture à la fois douce et amère. Si comme moi, vous n’êtes pas amateur de poésie, abordez LES FLEURS DU MAL comme une expérience nouvelle, originale, singulière…sortie des sentiers battus.

Charles Baudelaire (1821-1867) est un des grands poètes du XIXe siècle. Après une enfance et une adolescence agitées qui seront finalement à l’image de sa vie d’adulte, Baudelaire fera ses débuts littéraires dans la traduction. En effet, en 1847, il découvrira l’œuvre de l’écrivain américain Edgar Alan Poe avec qui il se découvre des affinités comme une certaine opinion sur le goût du mal. Ainsi, Baudelaire entreprend la traduction de nombreuses œuvres de Poe afin de le faire connaître aux français. Toujours en 1847, Baudelaire tombera sous le charme de Marie Daubrun qui lui inspirera plusieurs poèmes.

Auteur bohème à l’esprit torturé, Charles Baudelaire ne publiera qu’une seule œuvre de son vivant, son œuvre majeure : LES FLEURS DU MAL, un recueil de poèmes fait de paradoxes : le bien et le mal, la beauté et la laideur, le ciel et l’enfer…le recueil a été condamné et censuré dès sa sortie parce que trop choquant pour la morale bourgeoise. Notez que ça ne l’a pas empêché de passer à la postérité. Une deuxième édition est produite en 1861 après la suppression de six poèmes. L’œuvre ne sera réhabilitée qu’en 1949.

En 1864, croulant sous les dettes, Charles Baudelaire part pour la Belgique comme conférencier. Mais il sera déçu par cette expérience. Sa santé se dégrade rapidement. Il retourne à Paris en 1866 et y meurt un an plus tard après un long combat contre la syphilis, sans compter ses abus de drogues et d’alcool.

Un an après, LE SPLEEN DE PARIS et LES CURIOSITÉS ESTHÉTIQUES sont publiés à titre posthume. Baudelaire, qui a mené une vie en total désaccord avec la morale de son époque, n’a jamais été reconnu de son vivant et il en a toujours été attristé. Il peut toutefois reposer en paix car son œuvre introduira graduellement la poésie moderne.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le dimanche 7 octobre 2018