LES 3 P’TITS COCHONS, LES CONTES INTERDITS

Commentaire sur le livre de
CHRISTIAN BOIVIN

-Pauvre Alicia, avait alors pensé Peter. Si tu savais
toutes les horreurs dont je suis l’auteur, ce n’est pas
dans un asile que tu m’enverrais, mais
directement sur la chaise électrique. –
(Extrait : LES 3
P’TITS COCHONS, Christian Boivin, LES CONTES
INTERDITS, AdA éditeur, 2017, papier, 235 pages.)

Trois individus qui trempent dans le voyeurisme, la pornographie, le cannibalisme et la nécrophilie.

Une étudiante universitaire menant une vie bien rangée qui se retrouve à la morgue après avoir consommé du Flakka.

Un tueur à gages qui revient dans sa ville mettre sa sœur en terre et qui découvre de troublantes vérités à son sujet.

Une rousse excentrique à la libido débridée et dénuée de tout sens moral, capable de pervertir les âmes les plus pures.

Détournement de conte
*Il arrive difficilement à concevoir de quelle manière
une usine employant autant de gens et appliquant
autant de mesures de contrôle pourrait traiter de la
viande humaine à travers ses chaînes de production
sans que ça se sache. Et puis où trouveraient-ils la
matière première ? Ce n’est pas comme s’il y avait
des abattoirs d’humains, à l’image des abattoirs de
porcs.*
(Extrait)

Ce livre nous entraîne dans les basses fosses des penchants humains : violence extrême, nécrophilie, cannibalisme, torture, meurtre, voyeurisme, sadomasochisme. Rien à voir avec le conte traditionnel pour enfant publié au XVIIIe siècle, sinon une hallucination d’Alicia qui voit ses trois bourreaux avec une tête de porc, ce qui va comme un gant à ce trio de racaille.

Il faut dire aussi que le départ de l’histoire est tout doux, tout gentil jusqu’à ce que les mots me manquent pour décrire la cruauté de Peter, un tueur à gage, qui rentre de Vancouver dans sa ville natale, Québec, pour enterrer sa sœur morte dans des circonstances sombres et douteuses.

Peter apprend des choses bien troublantes au sujet de sa sœur. Une rousse excentrique, nymphomane et sans conscience, qui n’est mignonne qu’en apparence, poussera Peter jusqu’à la vérité et la vengeance…une vengeance qui coûtera très cher. Entre temps, les cadavres s’accumulent.

C’est une version détournée et extrêmement vulgaire du conte classique. Elle est truffée de sexe et de violence. Il y a dans ce récit, des passages à soulever le cœur. Ce livre n’est pas pour les âmes sensibles.

L’histoire comporte deux volets qui évoluent en parallèles : Peter qui fait son enquête, assortie de passages sexuels très chauds, et, en deuxième volet, on revient sur le passé d’Alicia pour comprendre les évènements qui ont conduit à son décès.

Ce genre de récit à deux voix est courant en littérature sauf qu’ici, les deux paliers ont un point en commun : ils sont sursaturés de pornographie et pour Peter, tuer est un métier aussi banal que travailler dans un dépanneur. Vous voyez je pense où je veux en venir…l’intrigue est dissoute dans tout un fatras de sexe et de sang.

Les personnages sont superficiels. Puisqu’ils sont sans conscience, l’auteur n’a pas cru bon les travailler davantage. Le personnage le mieux défini est encore Peter Wolfe, le tueur, mais il est tellement froid et amoral que je n’ai pas cherché à en savoir plus. Quant à sa sœur, Alicia, que Peter cherche tant à venger, disons que ce n’est pas une lumière.

C’est un livre pour public averti, un cauchemar de 230 pages qui fait froid dans le dos. Personnellement, je trouve la trame peu signifiante. L’intrigue et le suspense ont été sacrifiés au délire. C’est cru et morbide.

C’est un livre à éviter pour les mineurs, les lecteurs et lectrices sensibles. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un livre à éviter tout court. Il fait partie d’une série québécoise appelée CONTES INTERDITS.

Chaque livre, écrit par un auteur différent revisite un conte classique et le transforme en récit gore et horrifique. Je sais qu’il y a une catégorie de lecteurs et lectrices qui aiment le gore et je respecte ça. En ce qui me concerne, avec LES 3 P’TITS COCHONS de Christian Boivin et BLANCHE NEIGE DE L.P. Sicard, que j’ai lu il y a quelques temps, je suis saturé de ce genre de lecture.

Je ne suis pas amateur de gore mais je veux toutefois nuancer. Si je peux trouver un livre de cette tendance, signé par un auteur capable de mettre à l’avant-plan l’intrigue, la recherche et des personnages bien campés, je suis preneur. Je serai toujours preneur.

Christian Boivin est né au Lac-St-Jean et vit maintenant à Québec. Il est diplômé en informatique.
Amateur de Fantasy, c’est le genre qu’il choisit pour ses premiers romans, les 4 tomes de sa série L’Ordre des moines-guerriers Ahkena. En 2017, il publie pour la série à succès Les Contes Interdits une adaptation moderne, violente et vulgaire du conte folklorique Les 3 petits cochons, devenu best-seller depuis, marquant ainsi un changement de style.
Il récidive en 2018 avec une version sanglante du classique d’Andersen, Le Vilain Petit Canard.

Autres contes interdits

Bonne lecture
Claude Lambert
Le samedi 11 juin 2022

LE ROUGE IDÉAL, livre de JACQUES CÔTÉ

*Vendredi, on a trouvé, dans un boisé à l’université un caniche dépecé et cette main plantée sur un piquet d’une clôture du Collège Jésus-Marie. La veille, quelqu’un avait tracé sur un mur à l’université, un message haineux avec du sang : *au bout de ton sang, femelle*…Méchant malade!…Il y a de a psychose dans l’air.*
(Extrait : LE ROUGE IDÉAL, roman québécois de Jacques Côté,
Éditions ALIRE, 2002, édition de papier. 440 pages)

Octobre 1979, une chaîne d’évènements sanglants sème la terreur à Québec : une chienne horriblement mutilée, une main plantée sur un piquet de clôture, des messages inquiétants qui annoncent menaces et violence. Pour les policiers Daniel Duval et Louis Harel, les pires craintes semblent vouloir se confirmer alors que s’ajoute le meurtre particulièrement sordide d’une jeune femme dans le cimetière de Sillery : un tueur fou est en liberté à Québec et il s’est engagé dans une terrible spirale de violence. L’enquête s’annonce complexe et amènera les enquêteurs à faire connaissance avec un aspect particulièrement répugnant de la criminalité : la nécrophilie.

LES FLEURS DU MAL ET LA
PHILOSOPHIE DE LA MORT
*Le portrait qu’il ébaucha en quatre points mettait
en évidence l’intelligence du meurtrier :
-milieu bourgeois, jeune vingtaine, l’esprit cynique.
-Il méprise tout sauf lui-même et quelques idoles.
Tout comme Baudelaire, il déteste probablement
son père.

-Parents divorcés, très près de sa mère. Il ne
déteste pas les femmes à ce point sans être
atteint d’une démence quelconque.
-Beau et charmeur au point de créer un rapport
de confiance avec ses victimes…*
(Extrait : LE ROUGE IDÉAL)

J’avais très envie de lire du québécois cette fois, avec des noms québécois, du langage québécois, même des jurons québécois, avec un environnement dans lequel je me reconnaîtrais. À ce titre, il y a vraiment de belles possibilités qui s’offrent aux bibliophiles québécois. Mon choix s’est arrêté sur LE ROUGE IDÉAL, un excellent polar de Jacques Côté.

Un mystérieux cercle d’étude appelé Thanatos, dirigé par un professeur apparemment émérite et qui cultive la philosophie de la mort est à l’origine de cette intrigue riche et parfaitement maîtrisée.

Ce thème n’est pas sans rappeler LA SOCIÉTÉ DES POÈTES DISPARUS, le fameux film de Peter Weir avec le regretté Robin Williams. Ce film raconte l’histoire d’un professeur qui réussit à emballer ses élèves pour la poésie au point que ceux-ci forment un cercle à caractère sectaire et qu’ils deviennent dangereux pour eux-mêmes et pour les autres.

Dans le rouge idéal, les étudiants du Cercle Thanatos veulent maîtriser la réalité de la mort et ce faisant, réveille des pulsions de mort chez un étudiant psychologiquement instable. Les dérives du cercle conduisent à la nécrophilie.

Le meurtrier s’inspire de grands auteurs, plus spécialement Beaudelaire, ce personnage troublé en général et mysogine en particulier, et pourtant un incontournable de la littérature. Comme dans les FLEURS DU MAL, l’adorateur de la femme devient son profanateur…vous imaginez qu’il faut s’attendre au pire.

Ce sujet, original, la nécrophilie étant peu courant dans la littérature romanesque, est développé de main de maître par Jacques Côté et sans les artifices superflus souvent attribués à ce genre d’ouvrage.

Avec sa plume d’une remarquable efficacité, Jacques Côté associe la philosophie et les sciences policières dans une enquête complexe qu’il fait progresser avec intelligence, finesse et de bons éléments de surprise.

Les personnages sont attachants, en particulier le gros Louis, policier obèse en fauteuil roulant et dont les réparties arrachent obligatoirement des sourires. Je note aussi que les nombreux passages sur l’assistance des médecins légistes donnent à l’ensemble beaucoup de crédibilité comme c’est le cas pour certains auteurs, Kathy Reichs en particulier.

Je crois que c’est un livre que vous allez apprécier. Il est porteur entre autres, d’une très intéressante réflexion sur la forte influence que peuvent avoir les enseignants sur les jeunes esprits.

D’ailleurs, je ne suis pas surpris que ce livre figure dans les liste des sujets imposés au collégial car les sujets développés concernent de près les jeunes en fin d’adolescence et les jeunes adultes qui peuvent aisément s’identifier au personnage principal en particulier : le lieutenant Duval.

LE ROUGE IDÉAL est une œuvre littéraire de qualité que je vous recommande…un excellent polar.

Jacques Coté est un écrivain québécois né en 1961. Il enseigne la littérature au Cégep de Sainte-Foy. Déjà, dans la jeune vingtaine, il écrit son premier roman alors qu’il séjournait à Londres : LES MONTAGNES RUSSES, adapté au petit écran et réédité en 1999. Suivront : NÉBULOSITÉ CROISSANTE EN FIN DE JOURNÉE, le tout premier roman policier de Jacques Côté, publié en 2000, sa suite logique : LE ROUGE IDÉAL, publié en 2002 et récipiendaire l’année suivante du prix ARTHUR ELLIS.

Je cite aussi WILFRID DEROME, EXPERT EN HOMICIDES, publié en 2003, grand prix LA PRESSE DE LA BIOGRAPHIE qui nous fait connaître le pionnier des sciences judiciaires et de la médecine légale en Amérique. Côté a aussi écrit LA RIVE NOIRE EN 2005, prix Saint-Pacôme et débute LES CAHIERS NOIRS DE L’ALIÉNISTE en 2011 avec LE QUARTIER DES AGITÉS.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 3 décembre 2017