ALIEN-LA MER DES DÉSOLATIONS, multicast

Commentaire sur le livre audio de
DIRK MAGGS et JAMES A. MOORE

*Ils tentent de fuir…cachés sous leur peau artificielle
Ils courent en direction de la couveuse, dans
l’épave du vaisseau, exactement là où nous
voulions qu’ils aillent. Pour eux…la grotte est sombre.*
(Extrait : ALIEN-LA MER DES DÉSOLATIONS, 3e titre de la
série, Audibles studios éditeur, 2018, durée d’écoute, 5 heures
et 7 minutes : narrateurs : Bruno Meyer, Catherine Davenier
et 33 autres comédiens)

300 ans après les événements d’Alien – La Sortie des Profondeurs et Alien – Le Fleuve des Souffrances, Alien – La Mer des Désolations retrace la redécouverte des Xénomorphes (Aliens) en état de sommeil dans les mines abandonnées de LV-178, le planétoïde d’Alien – La Sortie des Profondeurs, désormais transformé et renommé New Galveston.

La Weyland-Yutani Corporation, réformée après l’effondrement de l’armée du système des Nations Unies, poursuit ses efforts incessants pour armer les créatures, obtenant l’aide d’Alan Decker, forcé de se joindre à une équipe de mercenaires envoyés pour enquêter sur une ancienne excavation qui se cache sous le désert toxique de la planète, baptisée la Mer des Douleurs.

Quelque part dans ces fouilles depuis bien longtemps oubliées se trouve ce que la compagnie désire à tout prix – un Xénomorphe vivant. Decker ne comprend pas pourquoi l’entreprise a besoin de lui, jusqu’à ce que son patrimoine génétique revienne le hanter.

Il y a des siècles, l’un de ses ancêtres a combattu les Aliens, lançant une vendetta sanglante encore inassouvie. C’est à ce moment-là que les créatures ont juré de se venger de son aïeule, « la Destructrice », Ellen Ripley… et de tous ses descendants.

L’HORREUR SANS L’IMAGE
*-Toute la mine pourrait s’effondrer sur nous ! –Pas seulement !
Je sens les Aliens en mouvement. Ce qui a causé ces
tremblements, ça a secoué la ruche en même temps. –Oh merde !
-Bon…vous savez ce qu’on dit ? Quoi? – T’es pas parano quand
quelque chose essaie vraiment de te tuer…*

Encore une fois, j’ai eu droit à une excellente présentation omnisonore. Technique au point, effets sonores efficaces, musique de circonstance, rythme élevé sans longueur ni temps morts. La logique même de cette histoire vous permet de l’écouter sans au préalable avoir écouté ALIEN-LA SORTIE DES PROFONDEURS et ALIEN-LE FLEUVE DES SOUFFRANCES.

L’histoire est facile à suivre en fait parce que beaucoup d’éléments nous ramènent au film qui a lancé la créature xénomorphe sur le sentier de la gloire : ALIEN LE HUITIÈME PASSAGER. L’ensemble est immersif mais l’histoire comme telle sent le réchauffé, le déjà vu et donne la forte impression d’un essoufflement.

Le fil conducteur de toute la saga n’a pas changé: 

*Ma mission, conformément à l’ordre spécial 9 3 7 de la compagnie Weyland-Utany consiste à ramener un spécimen vivant de la créature qui a attaqué et tué la totalité de l’équipage du NOSTROMO. Ripley est la seule survivante.* (Extrait : ALIEN LA SORTIE DES PROFONDEURS, propos de Ash, qui était officier scientifique du NOSTROMO et dont la conscience a été transférée dans une machine :

*Ash au rapport…je ne dispose plus d’un corps physique, ma voix a changé mais j’existe, mon programme ayant transféré mon intelligence artificielle dans l’ordinateur de bord de la navette. * (Extrait : ALIEN LA SORTIE DES PROFONDEURS)

C’est ce qui est sensé garder l’auditeur et l’auditrice sur le qui-vive : ramener la créature sur terre selon les vœux de la Weyland-Utany tout en sachant que les scientifiques en perdraient le contrôle.

On se doute bien d’une part que les intentions de la Weyland-Utany sont de nature militaire et d’autre part, on a une bonne idée des dégâts que créerait sur terre une telle créature. Dans la MER DES DÉSOLATIONS, le but, les intentions, les objectifs sont toujours les mêmes. On en est là. Je ne peux en dire plus mais tout est en place évidemment pour une suite.

Il y a, je l’admets, quelques rebondissements intéressants concernant par exemple l’agente supérieure Rollins de la Weyland-Utany ou le héros de l’histoire, Decker qui ressent les mouvements Aliens grâce son don de perception extra-sensorielle. Il y a de bonnes idées. Le dernier quart de l’oeuvre m’a particulièrement figé sur place.

Malheureusement, je n’ai pas ressenti le même engouement que pour les autres opus. Il y a comme une faiblesse dans l’évolution de l’histoire. Elle fait du *sur place*, elle stagne, elle est prévisible. C’est peut-être, sur le plan littéraire, l’épisode le moins abouti de la saga. Ici on ne renouvelle pas de genre.

J’aurais souhaité plus d’originalité, de nouveautés et une moins forte tendance à traîner les choses en longueur. Heureusement, la qualité audio est excellente et a réussi à me submerger. Simplement, le scénario m’a laissé un arrière-goût d’inachevé.

Je recommande LA MER DES DÉSOLATIONS pour le caractère immersif de sa prestation. On a l’impression d’être dans un vrai film et proche des acteurs. Je vais sûrement me risquer à écouter la suite en espérant du neuf.

Pour lire mon commentaire sur ALIEN-LA SORTIE DES PROFONDEURS, cliquez ici. Aussi pour tout savoir sur l’historique d’Alien, AUDIBLE propose une chronologie complète de la saga. Si ça vous intéresse, cliquez ici. Comme vous le verrez, la gentille bête est devenue une institution qui me laisse fraîche en mémoire la première production cinématographie d’Alien, LE HUITIÈME PASSAGER réalisée par Ridley Scott. Monsieur Scott a donc ouvert, en 1979, un grand bal.

James Arthur Moore (à gauche) est un auteur américain né en 1965 à Atlanta, Georgie. Spécialisé dans l’horreur et la Fantasy, il a été nominé deux fois pour le prix Bram Stoker: en 2003, pour « Serenity Falls » et, en 2006, pour « Bloodstained Oz », coécrit avec Christopher Golden.

Dirk Maggs, (à droite) est un écrivain et réalisateur indépendant travaillant sur tous les médias. Il est principalement connu pour son travail à la radio, où il a transformé le drame radiophonique en « Audio Movies », une approche quasi visuelle combinant des scripts, des effets sonores superposés, une musique cinématographique et des technologies de pointe.

Bonne écoute
Claude Lambert
Le dimanche 6 février 2022