LA PESTE, le grand classique D’ALBERT CAMUS

 
Le roman raconte sous forme de chronique la vie quotidienne des habitants pendant une épidémie de peste qui frappe la ville d’Oran et la coupe du monde extérieur.

UN CLASSIQUE INCROYABLEMENT ACTUEL                                 

*…leur première réaction par exemple, fut d’incriminer l’administration. La réponse du préfet, en présence des critiques dont la presse se faisait écho, -ne pourrait-on envisager un assouplissement des mesures envisagées- fut assez imprévue* (Extrait, LA PESTE, Albert Camus, publié à l’origine par Gallimard en 1947, par la suite, le roman a été réédité une impressionnante quantité de fois jusqu’en mars 2020 où il fut réédité par l’éditeur d’origine, Gallimard. Ces incessantes réimpressions firent de ce roman un des plus grands succès éditoriaux de l’histoire littéraire. J’ai personnellement choisi la version audio de l’œuvre.)

Au moment d’écrire mon article, la pandémie COVID 19 sévit sur toute la terre depuis plus d’un an. Ce fléau a eu et a toujours de nombreux effets sur l’humanité. Changera-t-il sa face ? C’est un autre débat. Mais un des effets culturels de ce désastre fut la réactualisation d’un ouvrage classique qui a conservé toute sa vigueur littéraire : LA PESTE écrit en 1947 par Albert Camus, un roman philosophique. Camus raconte comment s’est répandu et vécue une épidémie de peste déclarée à Oran, une ville d’Algérie française en 1945.

Une épidémie modérée car limitée à la grande région d’Oran qui s’est rapidement déclarée dans ce qu’on appelle de nos jours *zone rouge*. Aussi, l’épidémie n’a jamais atteint le stade de pandémie. Je note aussi que ce livre figurait dans les projets d’écriture de Camus bien avant que l’épidémie ne se déclare à Oran. Si je me réfère aux carnets autobiographiques de l’auteur, il y réfléchissait même depuis 1941.

Cela fait de son livre une fiction et non un roman historique mais consacre à l’auteur une qualité de visionnaire avec ce livre qui présente d’étonnants parallèles avec la pandémie du COVID. Mais attention. Il y a aussi d’importantes exceptions.

Voyons d’abord les exceptions et différences qui brisent le lien avec la situation actuelle du COVID. D’abord, la peste est une maladie infectieuse morbide, mortelle presque à 100% dans le cas de la peste pulmonaire, et hautement contagieuse. Donc, beaucoup plus dramatique que le COVID.

Mais surtout, dans le livre de Camus, si les morts s’empilent, la vie communautaire semble continuer comme si de rien n’était : cinéma, restaurant, shoping, rencontres de groupe, allées et venues dans tous les sens…dans ce récit, la notion de confinement n’existe pas ou tout au moins celle de distanciation sociale.

Je ne comprends pas ce choix de l’auteur car même dans les années 40, pour une maladie aussi contagieuse, il allait de soi d’imposer un confinement ou au moins de le recommander fortement.

Pour le reste, tous les liens sont là : mesures sociales, isolation régionale, hésitations des autorités, retards administratifs, incohérences, épuisement dans les milieux de la santé, l’engagement, l’altruisme, etc. Les analogies avec la pandémie du coronavirus sont telles que les ventes du roman ont augmenté considérablement depuis un an.

En dehors des liens avec la pandémie du COVID des années 2020 et si je tiens compte des éléments contextuels de l’époque, le livre de Camus m’a accroché et m’a ému. Le livre est d’abord axé sur la gestion des évènements mais dans sa deuxième moitié, le récit prend une tournure plus philosophique avec des réflexions sur le sens de la vie et les profondes préoccupations individuelles et sociétales.

L’écriture devient quelque peu ambivalente, floue et pourtant limpide si je fais référence à la description qu’Albert Camus fait de la misère humaine. Il y a autant de personnages que de perceptions de la morale, mon préféré étant le bon docteur Rieux qui les dépasse tous par l’altruisme, le don de soi et l’abnégation. Il est le pilier de cette histoire s’il n’en est le héros. Pardonnez l’expression, mais c’est un livre qui m’a brassé.

Je l’ai trouvé humaniste et j’ai été touché par le réquisitoire d’Albert Camus contre l’indifférence. Il a combattu l’indifférence comme Voltaire a combattu l’intolérance. L’ouvrage va plus loin je crois que l’auteur ne l’avait prévu dans sa réflexion. Il pousse à une profonde introspection. Un ouvrage frappant par les vérités qu’il véhicule. À lire absolument.

Avec L’HOMME RÉVOLTÉ et LES JUSTES, LA PESTE fait partie du CYCLE DE LA RÉVOLTE, œuvre majeure d’ALBERT CAMUS (1913-1960)

(Une scène m’a particulièrement attristé dans LA PESTE :
l’agonie d’un enfant. Le passage le plus douloureux de
l’œuvre. Ce qui explique je crois, cette citation de Camus.)

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 28 mars 2021

GERMINAL, le classique de ÉMILE ZOLA

*Un raclement monta de sa gorge, il cracha noir. -Est-ce que c’est du sang ? Demanda
Étienne, osant enfin le questionner. Lentement, Bonnemort s’essuya la bouche d’un revers de main. -C’est du charbon…j’en ai dans la carcasse de quoi me chauffer jusqu’à la fin de mes jours.*
(Dans la série LES ROUGON-MACQUART #13, parution originale : 1878 chez Flammarion, collection Folio Classique, 640 pages. Éd. Num. 50 chef d’œuvre que vous devez lire avant de mourir)

À PROPOS DES ROUGON-MACQUART

LES ROUGON-MACQUART ou histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire comptent vingt romans qui s’échelonnent de LA FORTUNE DES ROUGON (1871) au DOCTEUR PASCAL (1893). L’origine du projet remonte à 1868 alors que Zola part de l’idée d’un cycle qui se déploie en suivant l’arbre généalogique d’une famille.

La meilleure façon de décrire LES ROUGON-MACQUART est encore de citer Maître Zola lui-même, dans un propos publié par Encyclopaedia Universalis : « Je ne veux pas peindre la société contemporaine, mais une seule famille, en montrant le jeu de la race modifiée par les milieux. Si j’accepte un cadre historique, c’est uniquement pour avoir un milieu qui réagisse ; de même le métier, le lieu de résidence sont des milieux. Ma grande affaire est d’être purement naturaliste, purement physiologiste. »

Les Rougon-Macquart #13 : GERMINAL

         

Etienne Lantier part, en pleine crise industrielle, dans le Nord de la France, à la recherche d’un emploi. Devenu mineur, il tombe amoureux de Catherine Maheu, maîtresse d’un autre ouvrier, Chaval. Etienne, endurant des conditions de travail inhumaines, voit sa conscience sociale s’affirmer. Lorsque la société minière baisse les salaires, il enjoint ses compagnons à se mettre en grève. Le conflit est âpre et dur, l’arrivée des soldats en durcit le déroulement qui prend un tour sanglant. Lorsque, résignés, les mineurs reprennent le travail, la mine est sabotée : Etienne, Catherine et Chaval sont bloqués à l’intérieur. Etienne tue Chaval et devient enfin l’amant de Catherine, qui meurt dans ses bras avant l’arrivée des secours. Etienne part pour Paris, certain que son exigence de justice finira par triompher.

LES AURORES  DU SYNDICALISME
Qu’on dise un peu si les travailleurs avaient eu leur
part raisonnable, dans l’extraordinaire accroissement
de la richesse et du bien -être, depuis cent ans ?
On s’était fichu d’eux en les déclarant libres : Oui,
libres de crever de faim, ce dont ils ne se privaient guère.
(Extrait)

Germinal est un roman publié en 1878. C’est un drame social qui raconte l’histoire d’Étienne Lantier, un jeune homme un tantinet caractériel, en tout cas suffisamment pour avoir giflé son employeur è la suite d’une dispute. Lantier est viré, devient donc chômeur et décide de partir dans le nord de la France pour tenter sa chance dans les mines.

Il débarque à Montsou et se fait loger dans une famille de mineurs : les Maheu. Il tombera amoureux d’une des filles, Catherine. Cette amourette qui finira en triangle amoureux entretiendra disons la partie sentimentale de l’histoire. Pour moi ça ne présente pas grand intérêt et ça crée du remplissage pas toujours utile. C’est bien à ce niveau qu’il y a le plus de longueurs dans ce pavé de près de 700 pages.

Mais revenons à Étienne. Il se fait engager dans les mines de Montsou et est frappé rapidement par la vie de misère des travailleurs : des salaires de misère, des conditions de travail inhumaines, aucun égard pour la santé et encore moins la sécurité des travailleurs.

La misère était partout en particulier dans les regards et les estomacs. *La faim exultait les têtes, jamais l’horizon fermé n’avait ouvert un au-delà plus large à ces illuminés de la misère* (Extrait) Etienne commença d’abord à s’interroger : *est-il possible qu’on se tuât à une si dure besogne dans ces ténèbres mortelles, et qu’on y gagnât même pas les quelques sous du pain quotidien…* (Extrait)

Puis il développa une conscience sociale plutôt révolutionnaire pour l’époque : *Le siècle ne pouvait s’achever sans qu’il y eût une autre révolution, celle des ouvriers cette fois, un chambardement qui nettoierait la société du haut en bas et qui la rebâtirait avec plus de propreté et de justice.* (Extrait)

Quand l’employeur décida de baisser les salaires, prétextant un contexte économique difficile, Lantier poussa les mineurs à la grève. La compagnie adopta une position inflexible et refusa toutes négociations. Après des semaines de lutte, les mineurs, affamés, deviennent violents. Il y a des blessés…des morts. La compagnie ne bronche pas. L’estomac sclérosé, les mineurs se résignent à reprendre le travail dans des installations devenues extrêmement dangereuses suite au manque d’entretien.

Puis un ouvrier anarchiste sabote la mine. La galerie s’effondre, tuant de nombreux mineurs. Lantier voit sa belle Catherine mourir dans ses bras. Sorti vivant de cet enfer, Lantier retournera à Paris où il œuvrera à temps plein à l’organisation syndicale et à la reconnaissance des regroupements d’ouvriers.

Il y a beaucoup de longueurs et un peu d’errance dans cette œuvre de Zola que je considère pourtant d’une incroyable actualité. Zola s’étend donc et ça lui ressemble, l’auteur ayant déjà une conscience de droit et de rectitude sociale très développé et ajoutons a cela un sens de la justice aiguisé comme il l’a démontré dans l’affaire Dreyfuss.

Aux longueurs il faut passer outre car dans la deuxième partie, comme se précisait la pensée de Lantier et son action par la suite, je suis devenu accro avec une montée rapide de la tension dramatique alors que les ouvriers affamés laissent éclater leur colère devenue aveugle et vont dans tous les sens.

Ce roman m’a ébranlé et je ne doute pas de sa crédibilité après la recherche que j’ai faite sur Zola qui s’est fortement documenté sur le portrait social de l’époque en France, les conditions dans les mines et le profil des compagnies caractérisées par une avidité obscène. Donc le roman est réaliste, l’intrigue est vigoureuse et l’auteur a évité le piège de l’exagération et de la déclamation.

La misère décrite est noire un peu comme le roman. Quant au personnage central, Émile Lantier j’ai développé plus de compréhension sur ses motivations que d’attachement…de l’empathie autrement dit. Toutefois, le personnage est gauche, un peu extrémiste, un peu trop fier, orgueilleux à la limite. Sa pensée philosophique est correcte mais sa façon de faire était inadéquate. Force est d’admettre que la grève n’a servi à rien sinon à créer un inimaginable gâchis.

Bref, le roman est réaliste, l’écriture est puissante, le raccord avec notre société moderne est intéressant, l’ensemble est poignant et attractif. La finale est déchirante. Est-ce que Lantier pourrait rebâtir sur ses erreurs. Une suite serait intéressante » Toutefois le quatorzième volume des Rougon-Macquart s’intéresse à un peintre : Claude Lantier et sur les bouleversements qui secouent l’art français. Quant à GERMINAL, c’est définitivement un incontournable.

Emile Zola publie son premier ouvrage, « Contes à Ninon » à l’âge de vingt-quatre ans. Puis il se lance dans une carrière de journaliste engagé. Son premier succès, le roman « Thérèse Raquin », lui vaut de nombreuses critiques de la part de la presse.  Puis, Emile Zola entreprend une immense oeuvre naturaliste, « Les Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire ».

Ce projet l’occupera pendant un quart de siècle. Chacune des oeuvres montre l’affrontement des forces naturelles, soumises aux circonstances et à l’environnement social, qui gouvernent le destin des personnages.
Avec toute son ardeur combattante, son courage et le poids de sa notoriété, Emile Zola s’engage dans
l’affaire Dreyfus en publiant plusieurs articles dont son célèbre « J’accuse » dans le journal « L’Aurore » du 13 janvier 1898.

Il est très critiqué par les nationalistes et le procès qui s’en suit l’oblige à s’exiler pendant un an en Angleterre.  Enfin, Séduit par les idées socialistes, Zola souhaite proposer des remèdes sous la forme d’une vision prophétique du devenir de l’homme dans ses « Quatre Évangiles : « Fécondité », « Travail », « Vérité ». Le quatrième, « Justice », vient d’être commencé, lorsqu’il meurt « accidentellement » asphyxié dans son appartement.

GERMINAL AU CINÉMA

Photo extraite de GERMINAL, adaptation cinématographique du livre d’Émile Zola GERMINAL, réalisé par Claude Berri, production franco-belge de 152 minutes sortie en 1993, avec Miou-Miou, Renaud, Gérard Depardieu et Jean Carmet.

Bonne lecture
Claude Lambert
vendredi 18 décembre 2020

FISSURES NOIRES, le livre de JESS KAAN

<Dylan Coudrelier s’était effondré face contre
terre, provoquant l’hilarité de ses amis, un rire
de gosses habitués à se souler et tomber ivres
morts. Mais la marrade avait vite cessé quand
la tête de Max…avait explosé et souillé le
carrelage de l’entrée de sang, d’os et de
cervelle.>
(Extrait de la nouvelle UN HABITANT, UNE BALLE, du
recueil FISSURES NOIRES de Jess Kaan, Éditions Le
Héron d’argent, 2014, édition numérique et de papier,
336 pages)

Les élèves d’un car scolaire meurent dans des circonstances mystérieuses, un étrange cocon rouge serait en cause… 1916, sur le front allemand, un mystérieux tableau garderait il ouvertes les portes de l’enfer ? Pendant une amicale, un sniper frappe. Les morts s’accumulent. La peur ajoute au ravage. Qui survivra pour raconter. À Locquières, un chômeur profanant la tombe de son patron s’apprête à réveiller d’inquiétantes forces obscures. Vous vous préparez à lire des nouvelles inquiétantes dans lesquelles l’univers familier se délite et laisse place à l’Ailleurs. Et si notre réalité commençait à se fissurer…

Les titres du recueil étant assez évocateurs, j’en reproduit ici la liste :

KÉVIN, CHUTE D’UNE DAMNÉE, RUSTBELT, ÉPIÉS, UN HABITANT UNE BALLE, SHROMAZDISTE, L’INTRIGUE, LE SYNDROME DE MIDAS, LES CHATS, 59, TOUTE LA PEINE DU MONDE, 915, PAUPÉRISATION, LE RESTOROUTE, APRÈS LE NEKKER, FANTASY IMPROMPTUE, CRUEL HIVER, LA GUILDE DES AVALEURS D’ASPHALTE, LES HERBES HAUTES, FENÊTRE OUVERTE SUR…, MACHINE À BROYER LA JEUNESSE.

LA RÉALITÉ QUI BASCULE
*Aux survivants, nous offrirons la beauté absolue
et l’éternité. Mais ils pourront toujours renoncer
à ces dons en se suicidant. Si vous voulez survivre,
il vous faudra renoncer à la technologie et à
toute forme artistique…*
(Extrait de la nouvelle «59» du recueil FISSURES
NOIRES de Jess Kaan.)

 C’est un recueil intéressant qui se caractérise par une belle variété de style et aussi par une évidente variété d’influences. J’y ai savouré du bout de la langue un peu de Guy De Maupassant, EDGAR ALLAN POE et même THÉOPHILE GAUTHIER car il faut bien préciser ici la différence entre le *fantasy* et le *fantastique*. Dans le recueil de Kaan, il n’y a pas de sorcière, de dragons ou d’elfes.

Dans FISSURES NOIRES, on trouve plutôt des personnages qui tentent de se tenir la tête hors de l’eau dans leur fleuve de misère. Je ne vous cacherai pas que les nouvelles dans l’ensemble sont plutôt noires et mettent lez nez de la Société sur les misères qu’elle a créé elle-même…

Un aspect extrêmement intéressant de ces nouvelles, c’est que dans l’ensemble, elles commencent par la réalité. Le décor est planté dans un ordinaire très noir, puis, bascule peu à peu dans une distorsion de la réalité. L’auteur crée alors une brèche, une fissure donnant accès à une dimension surnaturelle. Sa façon de le faire est remarquable. C’est la grande force du recueil.

L’auteur est très habile et manie parfaitement l’art de la nouvelle. Par ses nouvelles, il présente un portrait peu flatteur de la société. Dans chaque nouvelle, il y a un petit quelque chose de sombre, de malsain même qui va crescendo.

Chaque nouvelle laisse un petit goût amer, mais aussi, développe le goût onirique de faire un ménage dans le société, un ménage qui commence d’abord par soi-même : voyons quelques extraits :
*Afin de prouver que je ne suis pas fou et que les mutilations que je vais m’infliger ne résultent pas d’une maladie mentale, voici quelques détails me concernant : je m’appelle Arnaud Ribauval* (Extrait : LES HERBES HAUTES) ou encore cet extrait de ma nouvelle préférée : 59 qui pourrait faire l’objet d’un roman complet comme beaucoup d’autres des nouvelles de ce recueil d’ailleurs, à cause de l’originalité des sujets » Chaque nouvelle constitue une petite fresque de la société dans ce qu’elle a de pire, ce qui n’est pas pour me déplaire.

*Nous sommes les gardiens d’Agven. Écoutez-nous humains, car il en va de votre vie. Dans huit jours exactement et à cette heure, il ne restera plus sur terre que 59% d’entre vous que nous stériliserons. Les autres, nous les aurons éliminés, car nous en avons décidé ainsi* (Extrait : 59) Ces mystérieuses voix qui viennent d’une fissure laissent le choix aux épaves entre l’alpha et l’oméga : *Aux survivants, nous offrirons la beauté absolue et l’éternité. Mais ils pourront toujours renoncer à ces dons en se suicidant* (Extrait : 59) langage direct sur la crasse que camoufle habilement la Société.

Vous comprenez sans doute mieux maintenant la signification du titre. Ces fissures altèrent la réalité des hommes pour les placer face à eux-mêmes. Ça ne fait pas très sympathique mais l’écriture est d’une remarquable beauté et va bien au-delà d’une simple histoire. Il y a des leçons à tirer et tant qu’à tirer, on peut supposer qu’il y a de l’espoir.

J’ai beaucoup aimé ce recueil. Tout est sombre c’est vrai. Mais le livre a deux forces qui tranchent : Les brèches dans la réalité, ces fissures qui nous font verser dans le fantastique mettent notre société face à elle-même avec ce qu’elle a de plus tordu, mais c’est écrit, imaginé avec une finesse qui m’a fasciné, voilà pour la première force et il y a, je l’ai déjà dit, la beauté de l’écriture et une parfaite maîtrise des sujets.

L’écriture est aussi fluide et le propos très direct…pas de temps mort, aucune déviation. Les décors sont savamment plantés. Lisez les titres plus haut, regardez bien la page couverture au début de cet article…tout est en place pour nous amener dans un ailleurs, mais en douceur…

J’en ai déjà parlé sur ce site, écrire une nouvelle est souvent difficile. C’est un art. Il faut couper court et jongler entre le raisonnement cartésien et la fluidité de l’écriture de façon à figer le lecteur et finalement l’engloutir et le pousser à l’empathie pour plusieurs personnages. Il y a dans l’ensemble un petit aspect philosophique, une observation méthodique des travers de la société. Pas d’erreur, FISSURES NOIRES est une réussite. Je vous recommande ce livre sans hésiter.

Né sur les bords de la mer noire, Jess Kaan est un auteur éclectique puisque ses écrits couvrent les champs de la science-fiction et de la fantasy humoristique et surtout du fantastique. Dans ses écrits, Kaan nous montre des personnages ancrés dans la réalité qui basculent soudain, la faute à un grain de sable qui vient gripper la mécanique parfaitement huilée. Ses récits, ayant souvent comme toile de fond le nord du Pas de Calais, naissent d’anecdotes vécues ou entendues.

L’auteur s’est donné comme objectif de pousser le lecteur à éprouver de l’empathie pour ses personnages et de les confronter ainsi à la déglingue de la réalité. Les livres de Kaan, publiés à l’origine en France ont été traduits en six langues dont le russe. Il a reçu en 2003 le prix Merlin pour sa nouvelle L’AFFAIRE DES ELFES VÉROLÉS et en 2005 le prix de l’armée des douze singes. Un de ses scénarios écrits en 2012 a été adapté pour un court métrage.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le dimanche 8 décembre 2019