LE CHIEN DES BASKERVILLE d’Arthur Conan Doyle

*Barrymore fit un bond pour s’écarter de la fenêtre ;
un sifflement s’échappa de sa poitrine ; livide, tremblant,
il resta immobile devant nous. Ses yeux noirs qui, dans
le visage blanc, paraissaient encore plus noirs, allaient
de sir Henry à moi en exprimant autant d’horreur que de
surprise.*
(Extrait : LE CHIEN DES BASKERVILLE, Arthur Conan Doyle,
numérique, storylab éditions, 2014, 200 pages)

Une malédiction pèse sur les Baskerville, qui habitent le vieux manoir de leurs ancêtres, perdu au milieu d’une lande sauvage : quand un chien-démon, une bête immonde, gigantesque, surgit, c’est la mort. Le décès subit et tragique de Sir Charles Baskerville et les hurlements lugubres que l’on entend parfois venant du marais, le grand bourbier de Grimpen, accréditent la sinistre légende. Dès son arrivée à Londres, venant du Canada, Sir Henry Baskerville, seul héritier de Sir Charles, reçoit une lettre anonyme : « Si vous tenez à votre vie et à votre raison, éloignez-vous de la lande. » Malgré ces menaces, Sir Henry décide de se rendre à Baskerville Hall, accompagné de Sherlock Holmes et de son fidèle Watson.

Un célèbre cerbère
*Ce fut d’abord un murmure long, grave ; puis
un hurlement qui prit de l’ampleur avant de
retomber dans le gémissement maussade où
il s’éteignit. À nouveau il retentit, et tout l’air
résonna de ses pulsations : strident, sauvage…*
Extrait : LE CHIEN DES BASKERVILLE

LE CHIEN DE BASKERVILLE est un livre à part dans l’œuvre d’Arthur Conan Doyle…une petite escapade atypique comme ça s’est vu avec 10 PETITS NÈGRES d’Agatha Christie par exemple ou LA TOUR SOMBRE de Stephen King. D’abord le récit est plus long que les nouvelles habituelles de l’auteur, le texte est mieux travaillé et l’intrigue fait l’objet d’enquête d’une minutieuse attention. Le docteur Watson est plus présent, plus utile. Il fait corps avec Holmes qui lui, fait un peu moins office de maître un peu imbu comme j’ai pu l’observer dans l’ensemble de l’œuvre : *Je dois vous complimenter…pour le zèle et l’intelligence dont vous avez témoigné à propos d’une affaire extrêmement difficile*. (Extrait) Enfin, l’enquête qui est développée est beaucoup plus complexe, je dirais mystifiante. On a l’impression d’une petite touche de surnaturel. On était habitué à la légendaire réplique *élémentaire mon cher Watson* à quelques variantes près. Pas dans LE CHIEN DE BASKERVILLE où il n’y a rien de simple, encore moins d’élémentaire. 

Je ne m’étonne donc pas que LE CHIEN DE BASKERVILLE soit devenu dès sa parution au début du XXe siècle une des enquêtes les plus palpitantes et intrigantes de l’œuvre du Père Doyle…la mieux travaillée, la plus réussie. Et un détail qui m’a beaucoup plus, c’est qu’on a donné à Sherlock Holmes un peu plus d’humilité qu’à l’ordinaire, et surtout, du fil à retordre : *On ne peut pas toujours gagner, ni obtenir le succès qu’on espère, fit-il. Un enquêteur a besoin de faits, mais pas de bruits et de légendes. Cette affaire m’a déçu* (Extrait) Watson aussi, à qui on a beaucoup demandé dans cette aventure, était ébranlé par la complexité de l’affaire…un sentiment que l’auteur a le don de transmettre au lecteur… :

*- Ah ! Holmes, je suis heureux du fond de mon cœur que vous soyez ici ! Car vraiment ma responsabilité et le mystère devenaient trop lourds pour mes nerfs. * (Extrait) 

Avec une énigme aussi puissante, je ne suis pas surpris non plus que LE CHIEN DE BASKERVILLE ait été très largement adapté au cinéma, à la télévision et même à la radio. Près d’une trentaine d’adaptations dans différents pays et c’est sans compter les livre-jeux, les jeux vidéos, les bandes dessinées. Il y a même eu trois adaptations au théâtre. Tout ça fait de LE CHIEN DE BASKERVILLE l’œuvre la plus visitée et consultée de Conan-Doyle et probablement la plus adulée.

J’irai un peu plus loin…Rappelez-vous la prestation de Sean Connery dans le célèbre film LE NOM DE LA ROSE, adaptation de l’œuvre d’Umberto Eco. Connery jouait le rôle d’un ancien inquisiteur en visite dans une abbaye bénédictine pour enquêter sur une mort suspecte. Connery incarnait Guillaume de Baskerville. Ce nom est un clin d’œil d’umberto Eco à Sherlock Holmes et au roman d’Arthur Conan Doyle : LE CHIEN DE BASKERVILLE. 

Donc nous avons ici un très beau classique de la littérature policière, doté d’une écriture ferme, une puissante intrigue développée dans l’atmosphère embrumée, voire glauque de la lande anglaise. Pour moi c’est une trouvaille car Sir Charles de Baskerville est mort de peur apparemment à cause d’un chien sorti tout droit d’une malédiction ancestrale. Comment prouver que cette peur a été provoquée? Autrement dit, que Sir Charles a été assassiné et que Sir Henri court le même risque. Tout ça nous conduit à une finale fort bien imaginée tout à fait imprévisible et dans laquelle les spéculations surnaturelles prennent toutes leur sens. 

C’est un roman assez court, il se lit vite et bien. J’ai apprécié sa profondeur et le non-dit, c’est-à-dire l’atmosphère parfois épaisse qui se dégage de la lande, un endroit définitivement peu recommandable. J’ai aussi apprécié bien sûr l’intelligence de la machination et l’intensité des principaux personnages. Je vous recommande ce livre avec plaisir et je vous invite aussi à essayer au moins une adaptation cinématographique. Voyez ma suggestion ci-bas.

Il y a eu plusieurs adaptations du célèbre roman de Connan-Doyle.

Mon adaptation préférée du livre est de loin la version britannique réalisée en 1950 par Terence Fisher. C’était la première adaptation cinématographique en couleur du roman éponyme de Sir Arhur Conan Doyle publié en 1901. Je l’ai préférée à cause de l’atmosphère particulière du film rendue par Fisher et pour l’excellence de deux des meilleurs acteurs de films d’épouvante : Peter Cushing dans le rôle de Sherlock Holmes et Christopher Lee dans le rôle de Sir Henry Baskerville. André Morell incarne le docteur Watson.

Ce film fut l’une des grandes heures de gloire des studios de la Hammer. En haut, Holmes avec son fidèle Watson. En bas, Sir Henry Baskerville et Sherlock Holmes, incarné par deux icônes du cinéma : Peter Cushing et Christopher Lee.

Pour tout savoir sur l’auteur Arthur Conan Doyle,

cliquez ici.

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 25 avril 2021

EXOMONDE, livre 1

EXOMONDE-LIVRE 1
Perle, le piège du temps

Commentaire sur le livre d’
EMMA CORNELLIS

*dix-sept ans…toujours aucun signal de la terre. Ils
sont les premiers. La toute première mission
spatiale habitée, envoyée hors du système solaire !
Les premiers dans toute l’histoire de l’humanité, à
avoir posé les pieds sur un monde nouveau ! Se
pourrait-il vraiment qu’on les ait abandonnés ? *
(Extrait : EXOMONDE-LIVRE 1, PERLE, LE PIÈGE DU TEMPS
Emma Cornellis, Éditions Hélène Jacob, 2018, 338p.)

Nous sommes en 2323. Lola est à un mois de son 17e anniversaire. Elle est l’unique enfant à avoir vu le jour sur Perle, exoplanète identique à la Terre. Sa mère était membre du tout premier vaisseau habité à s’aventurer hors du système solaire afin d’explorer et étudier ce nouveau monde. Mais à l’approche de leur destination, les astronautes ont été confrontés à une mystérieuse planète dont l’orbite a frôlé celle de Perle. Leur « aplanétage » d’urgence a coûté la vie à la mère de Lola. Élevée par les survivants, la jeune fille est quand même heureuse et épanouie mais les adultes sont inquiets car la catastrophe à l’origine du naufrage est sur le point de se reproduire : la Terre, qui aurait dû répondre depuis longtemps à leurs messages de détresse, semble les avoir oubliés ! Fait plus troublant encore : Lola recommence à parler avec l’ami imaginaire qu’elle s’est inventé durant son enfance. Mais cette fois, elle prétend qu’il est bien réel et est déterminée à le trouver !

UN ENFER PARADISIAQUE
*Le jugement du Chaos éternel nous a été
enseigné par nos ancêtres créateurs : C’est
le dernier recours pour savoir si un être
appartient à l’Obscur ou au limpide ; ce
n’est pas un combat… (Extrait)

Dans l’ensemble, c’est un assez bon roman mais je suis mitigé. La première partie m’a passionné, la deuxième partie m’a énervé. C’est une histoire d’amour singulière dans laquelle s’entremêle la science-fiction, le fantastique, le suspense et un soupçon de mysticisme. Voyons la première partie. Le récit développe un sujet qui intéresse de plus en plus la Société : la découverte d’une exoplanète qui permettrait à nos futures générations de s’installer dans un monde neuf et repartir à zéro. L’équipage de l’explorer 1 arrive sur PERLE à la suite d’un accident provoqué en partie par le passage orbital d’une petite planète appelée petit f, une planète qui n’orbite pas sur le même plan que les autres planètes gravitant autour de PERLE. Lorsque petit f passe très proche de PERLE, une fois à tous les 17 ans, un enchaînement de catastrophes frappe la planète. Lors de cet accident, contrevenant à toutes les règles, une des membres de l’équipage est enceinte. Suivra la naissance de Lola, première humaine extra-terrestre. Le récit débute 17 ans après la naissance de Lola et se concentre sur la jeune fille.

Lola entend une voix, celle de ZVEN. Elle est certaine que ce n’est pas son imagination et décide de partir à la recherche du vrai ZVEN incarné. Ce qui amène Lola à fuguer, à peu près au milieu du récit. Ce sera un virage très sec qui laissera complètement de côté les *Perléens* et qui concentrera l’histoire sur Lola et sur ZVEN qu’elle finira par trouver, personnage énigmatique, issu lui aussi du dernier chaos, comme par hasard, 17 ans, beau comme le jour, fort comme un ours et doté de pouvoirs surnaturels…un moyen coup de dés. Vous vous doutez sans doute que l’amour apparait et que les hormones se réveillent. De plus, ZVEN aura à lutter contre une croyance absurde qui exige le sacrifice d’un élu pour calmer ZRA, C’est ainsi qu’il appelle petit F, lorsqu’elle sera au plus près de PERLE. Une croyance ridicule qui s’explique facilement sur le plan scientifique. C’est la partie suspense de l’histoire. ZVEN devra aussi sauver Lola. Mais ZVEN aura des alliés : *J’ai décidé de t’empêcher de sacrifier ta vie ! Aujourd’hui tu vas m’écouter : Cette nuit, tu refuseras de partir et je t’aiderai à combattre cette bande d’imbéciles sans cervelle s’ils veulent t’y obliger.* (Extrait)

C’est la beauté de l’écriture qui m’a le plus frappé. Malheureusement, j’ai trouvé beaucoup d’irritants. Dans la première partie, l’auteure en dit très peu sur PERLE, son environnement, sa faune, sa flore. J’aurais apprécié un descriptif plus riche. Je déplore aussi que l’auteure se soit complètement désintéressée de l’équipage dans la deuxième partie du récit. Pas de liens, pas de parallèles. L’aspect scientifique du récit est assez fluide et clair, mais j’ai trouvé l’aspect religieux compliqué pour rien et indigeste. Je me suis perdu dans les longues explications sur la nature religieuse du récit. J’aurais souhaité aussi en savoir plus sur les personnages. Ils ne sont pas vraiment creusés à part les deux héros. J’aurais aussi aimé savoir ce qui s’est vraiment passé avec la mère de Lola. Enfin, la finale est très abrupte. Elle annonce évidemment une suite sauf que la coupure est sèche. J’aurais souhaité que l’auteure donne un peu plus d’indépendance à son récit, ce qui n’aurait pas empêché le lecteur d’avoir le goût de continuer.

Donc dans l’ensemble, le récit accuse un faible pouvoir descriptif, les personnages sont peu définis, ajoutons à cela un aspect mystique complexe à se perdre. Quelques points forts, car il y en a : L’écriture est belle et fluide. Sauf quand il est question de croyances et de folklore, il n’y a pas de longueur. Les sentiments d’adolescents de ZVEN et Lola ainsi que le besoin d’amour et de reconnaissance qui caractérisent leur âge sont traités avec subtilité et une remarquable délicatesse. Comme ça tient la moitié du récit, c’est donc un aspect intéressant. Malgré tous les irritants que j’ai cités, j’ai quand même le goût de voir la suite pour voir comment ZVEN et Lola s’en sortent et surtout pour retrouver l’équipage, les *Perléens* auxquels je commençais à peine à m’attacher.

Emma Cornellis est née à Lyon et a vécu dans le sud de la France jusqu’à l’âge de 22 ans. Diplômée d’une maîtrise de langues étrangères appliquées, elle s’installe ensuite aux Pays-Bas pour l’amour d’un étudiant hollandais rencontré à Barcelone lors d’un programme ERASMUS.
Après une courte carrière d’attachée commerciale, elle reprend ses études à l’Académie des Beaux-Arts de La Haye. Dix années, trois enfants et un Bachelor en Art plus tard, elle est de retour en France, toujours avec son hollandais ! Elle se consacre désormais à l’écriture, ses trois enfants et la vie associative et culturelle de son village.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le dimanche 21 février 2021

LE LIVREUR

LE LIVREUR

Commentaire sur le livre de
Marie-Sophie Kesteman

*Personne ne l’avait jamais vu. Plus mystérieux encore
était le fait qu’il œuvrait ainsi dans l’ombre depuis près
de trois-cents ans. La plupart des villageois expliquaient
son immortalité par ses origines célestes, puisque pour
beaucoup, il serait un ange chu du ciel qui, tombé
amoureux du patelin, vivrait parmi eux. *
(Extrait: LE LIVREUR, Marie-Sophie Kesteman, Éditions
Hélène Jacob, collection Mystère/Enquête, 2014. Édition
numérique, 210 pages

Au cœur de Silver Owl, depuis trois cents ans, une légende prospère, jalousement gardée. Le dimanche, au cœur des ténèbres, entre minuit et 10 heures, le Livreur opère. Et un mystérieux colis noir apparaît sur le chemin d’un des habitants. « Ce que vous désirez le plus au monde », voilà ce qu’il vous offre. Il ne se trompe jamais. Il ne demande rien en retour. Et personne ne l’a jamais vu. De lui, on ne connaît que sa légendaire signature. Une ombre fugace, la lueur dans l’obscurité ; il est le héros de chacun. Qui est-il ? Quel est son objectif ? Tant de questions demeurent sans réponses… Cependant, pour la première fois en trois cents ans, le Livreur a commis une erreur… Une erreur qui pourrait bien mener Mélie sur sa piste. Parviendra-t-elle à être plus rusée que son héros ? Fondez-vous avec elle dans les pas du Livreur, et plongez au cœur de ses secrets. Imaginez-vous dans la grande noirceur…après minuit…

AU PLAISIR DE TON BONHEUR
Le Livreur
*Après avoir, par le plus grand des hasards,
heurté le livreur cette nuit-là, j’ai pris
conscience de son plus gros défaut: il a une
fâcheuse tendance à s’assurer qu’il n’a commis
aucune erreur. *  
(Extrait)

LE LIVREUR est ce que j’appelle un roman d’attente : cabinet de médecin, autobus, quand on attend dans l’auto ou qu’on relaxe sur la plage. Certains appellent ce livre *roman de gare*. Donc vous voyez un peu le genre. Ce n’est pas un livre qui va bouleverser la littérature mais ça reste une lecture légère, agréable et rapide. L’histoire est fantaisiste et pourrait même titiller l’imagination du lectorat car après tout, le livreur n’est-il pas un marchand de bonheur. Il livre chaque dimanche un petit colis à une personne sélectionnée et dans ce colis se trouve la réalisation d’un rêve. Alors, on peut s’imaginer facilement à la place de Mélie, l’héroïne de l’histoire qui espère ardemment la visite du livreur afin de réaliser un rêve très particulier…un peu fou même. Quelle ne fut pas sa surprise le jour où elle a reçu le fameux colis…vous aurez compris que l’histoire est prévisible.

C’est un roman très léger, victime de certains choix de l’auteure, Marie-Sophie Kesteman. Par exemple elle a choisi de faire connaître l’identité du livreur très tôt dans l’histoire, dans les premiers chapitres. C’est un choix qui fait changer le texte de direction et qui enlève beaucoup de saveur à l’ensemble de l’histoire. Tout est prévisible ou presque dans cette histoire surtout une amourette qui devient un grand amour entre Mélie et le livreur. Le récit est un peu naïf. Par exemple, comment Mélie et son ami ont pu trouver aussi vite la maison du livreur qui œuvre au bonheur de ses semblables de père en fils depuis 300 ans, sans recherche, sans indice. Nos amis, savent que la maison est là…un peu d’effraction et voilà…le tour est joué. Je souligne aussi la naïveté de la relation entre les deux jeunes adultes héros du récit. On dirait des enfants.

La principale force du roman réside justement dans sa naïveté. Il ne se prend pas vraiment au sérieux et reste positif. Imaginez, un rêve réalisé pour chaque colis livré. Le problème, c’est qu’une fois Mélie bien installée dans sa relation avec le livreur, on entend plus parler de livraison. L’histoire est recentrée et se prépare à une finale plutôt intéressante malgré certains aspects discutables.

C’est une lecture intéressante, vivante, très légère, agréable. Malgré tout, elle ne m’a pas emballé parce que l’histoire est sous-exploitée et je dirais sous-alimentée. Je reproche souvent aux romans leur longueur. Ici, c’est le contraire. Le roman n’est pas assez long et omet des détails intéressants, sinon importants. Il aurait été intéressant par exemple de connaître l’origine de cette étrange tradition du livreur, d’en savoir plus sur l’altruisme du fondateur, de comprendre les bases financières. Réaliser des rêves chaque dimanche pendant 300 ans suppose des dépenses colossales. D’ailleurs j’ai bien vu que le jeune livreur et celui qui passe pour son domestique appelé MOZART (en passant), ne regardent pas à la dépense.

Pour ce qui est des personnages, je dois dire que j’ai eu de la difficulté à m’y attacher. Ils manquent de profondeur et d’authenticité. Mais il y a quand même Mozart qui est un peu spécial et qui m’a fait sourire, consacrant ainsi un brin d’humour rafraîchissant. Comme vous voyez, il y a quand même du positif. L’ensemble aurait simplement besoin de retouches.

Donc pour résumer, je dirai que c’est un petit livre sympathique, agréable à lire. Son sujet est original, presque onirique qui donne à l’ensemble une allure de conte. L’auteure est avare de détails et de rebondissements, donc l’histoire se lit très vite. Il n’y a pas non plus beaucoup de place pour les rebondissements. Malgré tout, c’est une lecture positive et bonne pour le moral.

Au moment de publier mon article, Marie-Sophie Kesteman a 25 ans et réalise sa septième et dernière année de médecine à l’Université de Liège. Elle rédige elle-même une courte biographie sur un sympathique ton badin : * Étudiante, boute-en-train, éternelle optimiste, future médecin, auteure, Belge, Liégeoise, chroniqueuse, mais avant tout… rêveuse ! J’ai pour habitude de dire que les chaussures des rêveurs sont toujours usées, parce qu’ils passent plus de temps à regarder les étoiles qu’à regarder leurs pieds… Eh bien ! Sachez que je n’ai plus aucune paire de chaussures convenable ! Et c’est tant mieux ! Pourquoi j’ai décidé d’écrire ? Pour rendre possible l’impossible. Aussi, je vous invite à plonger avec moi au cœur de mes rêveries. Elles sont parfois un peu farfelues, mais peut-être en ressortirez-vous avec de la poussière d’étoiles plein les yeux. *

Bonne lecture
Claude Lambert
vendredi 6 novembre 2020

LES ROIS MAUDITS, la série de MAURICE DRUON

LES ROIS MAUDITS

Tomes
1-LE ROI DE FER (1955)
2-LA REINE ÉTRANGLÉE (1955)
3-LES POISONS DE LA COURONNE (1956)
4-LA LOI DES MÂLES (1957)
5-LA LOUVE DE France (1959)
6-LE LIS ET LE LION (1960)
7-QUAND UN ROI PERD LA France (1977)

           

*Pape Clément !… Chevalier Guillaume !… Roi Philippe !… Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste jugement ! Maudits ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races ! *
(Extrait : LES ROIS MAUDITS, Maurice Druon, 1955, éditions Mondiales, Plon pour de multiples rééditions. L’édition intégrale de papier a 2100 pages.)

           

LES ROIS MAUDITS est une saga historique en 6 volumes à laquelle un septième tome s’est rajouté 22 ans après la publication du premier volet LE TRÔNE DE FER. Il s’agit d’un collectif dirigé par Maurice Druon et, faut-il le rappeler, c’est une fiction. Toute la saga repose sur une légende imaginée par le chroniqueur italien Paolo Emilio (1455-1529) et selon laquelle le dernier grand maître de l’Ordre des Templiers, Jacques de Molay, alors qu’il brulait sur le bucher aurait lancé une malédiction à l’encontre du Roi de France Philippe IV Le Bel, du pape Clément V, de Guillaume de Nogaret gardien du sceau et de leurs descendants pendant 13 générations. L’histoire se développe dans un contexte d’intrigues, de complots et de lutte pour la succession au trône. On se dirige lentement mais sûrement vers la guerre de 100 ans.

OMBRE ET SANG SUR LE TRÔNE
*Eh bien ! mon frère, dit Monseigneur de Valois, avec un
mauvais sourire ; vous voici content, je pense ?
Philippe le Bel se retourna.
Non mon frère, dit-il. Je ne le suis point. J’ai commis
une erreur.»
Valois se gonfla, déjà prêt à triompher. «Vraiment,
vous en convenez ?»
«Oui mon frère, dit le roi. J’aurais dû leur faire
arracher la langue avant de les brûler.*
(Extrait : LES ROIS MAUDITS, tome 1, LE ROI DE FER)

Philippe IV le Bel (1268-1314) appelé aussi *roi de fer* était le fils de Philippe III le Hardy et de sa première épouse, Isabelle D’Aragon. Il fût le onzième roi de France de la dynastie des Capétiens de 1285 à 1314. Il est considéré par les historiens comme un roi important à cause de ses politiques progressistes et centralisatrices. Comme les finances de son royaume étaient hors de contrôle, Philippe Le Bel a été conduit à abattre l’ordre du Temple qui était très riche, expulser les juifs et rétablir une monnaie d’or qui restera stable pendant plus de cent ans.

J’ai lu avec intérêt, voire avidité la grande saga LES ROIS MAUDITS qui constitue une fresque historique d’une remarquable précision. Il faut ici souligner l’extraordinaire travail de documentation réalisé par une équipe de rédacteurs soucieux du détail avec la supervision et la touche finale du célèbre écrivain et homme politique Maurice Druon (1918-2009) qui fût secrétaire perpétuel de l’Académie Française de 1985 à 1999.

Comme nous l’avons vu plus haut, au début du XIVe siècle, la monarchie française intente le plus vaste procès de l’histoire contre le grand Maître des templiers Jacques de Molay qui lance une malédiction contre les grands responsables de la chute du temple. À partir de ce moment, une ombre sinistre s’abat sur la France. Entre autres, les quatre derniers capétiens meurent en moins de 15 ans.

La Couronne de France passera ainsi des Capet aux Valois ce qui fragilisera davantage le pays. Adultère, complots, intrigues de cour, procès expédiés, meurtres, trahison, mensonges, incompétence, avidité du pouvoir, détournements…les travers de la monarchie mettront en place lentement mais sûrement les éléments qui déclencheront la guerre de cent ans. Ça n’a pas tellement contribué à me faire copain copain avec les grands principes de la monarchie.

Une quantité considérable de sites internet regorgent de détails sur l’Ordre des templiers, les rois succédant à Philippe le Bel et la révolution française. Je me contenterai ici de dire ce que j’ai ressenti en lisant ce pavé de plus de 2000 pages. Premièrement, je n’ai jamais été un adepte de la monarchie. Tous les livres d’histoire que j’ai lus à ce sujet mettent en perspective les abus de ce système. Un jour les français en ont eu marre et on fait rouler la tête de Louis XVI.

Le livre de Druon m’a démontré encore une fois à quel point la royauté avec ses *Votre Majesté*, ses *messires* ses *Chevaliers*, son *sang noble* et autres appellations hautement cossues, était loin des besoins et des misères du peuple. J’ai toujours été choqué par le mépris des nobles pour un peuple brimé par des impôts lourds et injustes, les pillages, la guerre. Toutefois, après la recherche que j’ai faite parallèlement à la lecture des *ROIS MAUDITS*, je dois admettre que Philippe le Bel, malgré sa froideur hautaine était un roi progressiste qui a travaillé à sortir son pays de la féodalité alors vieillotte, encrassée et étouffante pour le peuple.

Ensuite, la lecture des ROIS MAUDITS que je considère documenté de façon très crédible m’a appris beaucoup de choses sur l’histoire de la France des XIV et XVe siècle et sur ses nombreuses subtilités. On sent que l’État veut émerger au détriment de l’Ordre Féodal. Malheureusement, la monarchie n’a jamais sur faire le ménage dans sa propre cour. J’ai aussi appris beaucoup de choses sur les forces et les faiblesses de chaque roi de la dynastie capétienne.

Je dois faire court malheureusement mais je dirai que la plume d’une exceptionnelle richesse m’a littéralement enlevé et rendu addictif. Forcément, sur 2100 pages il y a des longueurs. Elles concernent surtout les intrigues de cour et l’influence de certaines femmes dans le système dont celle de la redoutable comtesse Mahaut. J’ai tout absorbé avec un intense plaisir. LES ROIS MAUDITS est une de mes meilleures lectures à vie. C’est une fresque extraordinaire qui non seulement nous fait remonter le temps, mais nous entraîne aussi dans les coulisses de l’histoire d’une France à la croisée des chemins.

Bien sûr c’est romancé mais dans chaque tome, le cadre historique est respecté avec minutie et rigueur. J’ai savouré aussi la profondeur des personnages, leur psychologie, leur caractère trempé, en particulier Robert D’Artois et Mahaut…Préparez-vous à la détester celle-là. Bref LES ROIS MAUDITS est un chef d’œuvre. Ne vous laissez pas impressionner par le nombre de pages. Lisez-le…vous verrez, le temps passe vite. Il y a de l’émotion dans chaque page.

Maurice Druon (1918-2009) est né à Paris. Il a passé toute son enfance en Normandie et déjà, dès l’âge de 18 ans, il publiait des articles dans différents journaux et revues littéraires. Démobilisé pendant la guerre, il devient journaliste pour la BBC. Il est coauteur avec son oncle Joseph Kessel du Chant des partisans. En 1946 Maurice Druon se consacre temps plein à la littérature. Il supervise la série historique LES ROIS MAUDITS, reçoit le prix Goncourt pour Les Grandes Familles en 1948 et le prix Pierre de Monaco pour l’ensemble de son oeuvre.

Le 8 décembre 1966, il est élu au trentième fauteuil de l’Académie française à 48 ans et devient le benjamin de l’institution. Nommé secrétaire perpétuel le 7 novembre 1985, il démissionnera de cette fonction mais l’exercera à nouveau à titre honoraire à partir du 1er janvier 2000. Sur le plan politique, Maurice Druon devient ministre des Affaires culturelles sous la présidence de Georges Pompidou en 1973-1974 et député de Paris de 1978 à 1981. Dans toutes ses fonctions, il se signalera par un conservatisme qui le rendra aussi célèbre que ses fresques romanesques.

BONNE LECTURE
Claude Lambert

le vendredi 8 mai 2020

 

ANAVÉLIA, le livre de KIM FOURNELLE

Les neuf médaillons

*Lentement, elle se laissa emporter, sentant son cœur
ralentir et sa vue s’embrouiller. Les heures s’écoulèrent
sans qu’elle réagisse, puis soudain un ruban noir
couvrit son regard. Un froid humide l’engloutit, et un
bourdonnement incessant se mit à résonner autour
d’elle. Pensant que c’était la mort qui venait la chercher,
elle se mit à divaguer doucement. -Enfin…*
(Extrait: ANAVÉLIA LES NEUF MÉDAILLONS, Kim Fournelle,
Éditions AdA, 2013, édition de papier, 675 pages)

Tyffanie semblait avoir la vie rêvée jusqu’à ce qu’elle trébuche dans un monde hostile…une plongée en enfer. Lentement, afin de se procurer sa drogue pour revoir ses couleurs, elle renonce à sa survie jusqu’à être acculée au pied du mur et ne voir aucune autre option que la mort. Elle pense que celle-ci est venue la délivrer quand un homme vient la surprendre. Qui est ce capitaine Inès qui lui parle d’une légende dont elle semble faire partie. Elle ne le sait pas, mais elle va embarquer dans une aventure plus grande qu’elle ne l’aurait jamais imaginé. La Légende des neuf médaillons sera-t-elle sa délivrance?

Une *fantasy* sympathique
*…«Au moins je pourrai venger les miens si je les
tue et les renvoie en petites tranches au château.»
Tyffanie se mit à se secouer violemment sur le sol.
Elle voulait se défendre, elle voulait parler. «Très
bien Jordan. Attachez-les sur l’exécutoire dehors,
et nous les pendrons au coucher du jour.»

(Extrait : ANAVÉLIA LES NEUF MÉDAILLONS)

 C’est un livre très volumineux dans le genre Fantasy qui développe une grande quête et qui nous fait passer d’une sous-quête à l’autre. Il y a beaucoup de personnages, des longueurs, quelques redondances mais c’est un récit riche d’aventures et de leçons.

Je résume d’abord ce que ça raconte : Alors qu’elle nage dans l’enfer de la drogue et victime d’une vie dissolue, Tyffanie est interrompue dans son attente de la mort, par un mystérieux personnage : Le capitaine Oswald Inès qui lui fait une offre étrange : *-J’ai passé devant votre rideau et vous sembliez en pleine douleur, alors je suis entré et je vous ai vue. Et c’est là que j’ai vu votre marque et que j’ai su… – Vous avez su ? – Oui, j’ai su que vous étiez ce qui me manquait pour chercher le trésor de ces îles. J’ai su que j’étais votre guide pour empêcher une horreur.* (Extrait)

Cernée par la souffrance et la douleur, Tyffanie ne pouvait vraiment refuser. C’est ainsi qu’elle s’est lancée dans une aventure extraordinaire : la légende des 9 médaillons qui pourrait garantir à Tyffanie la rédemption. Ce n’est pas pour rien qu’Oswald l’a choisie. Elle a la marque…elle est l’élue. C’est donc une grande aventure qui attend les lecteurs. Une aventure qui se passe en mer et aussi sur les îles qui représentent autant de sous-quêtes et sur ces îles, l’équipage s’enrichira de nouvelles alliances et tout ce beau monde affrontera l’ennemi final : Shelk.

C’est un récit typique de la fantasy : des magiciens, des sorcières, des Elfes, des monstres, il y a même un vampire, et italien encore, personnage sympathique, drôle et pas méchant pour deux sous : Émilio, le cuistot de bord. Il y a du mystère et une héroïne, Tyffanie, qui a en elle des pouvoirs qu’elle ignore mais qui sera aidée par des alliés inespérés pour les mettre en évidence et les rendre redoutables : *Ce n’est pas quelque chose que nous faisons, mais plutôt quelque chose qui fait partie de nous .* (Extrait)

Ça ne réinvente pas le genre, mais l’auteur a développé avec beaucoup de savoir-faire, la transformation de son héroïne et ses interactions avec l’équipage. De plus Kim Fournelle a beaucoup travaillé sur ses personnages, imposant à chaque espèce ses qualités propres et sa psychologie, ses forces et ses faiblesses

Tyffanie est un personnage particulièrement attachant et l’auteure s’est bien gardé d’en faire une héroïne sans peur et sans reproche comme on en voit souvent en littérature. Comme vous voyez, ce livre a des belles qualités. Toutefois, c’est un long pavé pour du fantasy : 680 pages. Et encore, il y a une suite. Il y a des longueurs, c’est inévitable et les scénarios se ressemblent d’une île à l’autre. Il y a des redondances et bien sûr, un petit caractère prévisible. Les bons prennent des raclées, mais les méchants finissent par perdre.

Le récit véhicule toutefois une belle leçon de vie. D’une part, il faut savoir que nous avons en nous une force insoupçonnée qui contribue à atteindre ou maintenir l’équilibre dans notre vie, et d’autre part, retenir qu’il y a toujours de l’espoir, et voir comme une nécessité… *Le bonheur de la bonne compagnie et des moments simples de la vie qui vous remplit d’une béatitude incroyable .* (Extrait)

Pour ce qui me concerne, j’ai trouvé ce livre agréable, bien documenté, avec des bonnes idées, des personnages sympathiques. Le fil conducteur de l’histoire est parfois mince, il faut s’y accrocher mais c’est un détail parce que la plume est assez fluide. La pire faiblesse est au niveau de la structure : des chapitres qui n’en finissent pas de finir…trop long, un peu lourd. J’aurais préféré une meilleure ventilation. Mai qu’à cela ne tienne je vous recommande ce livre et sa suite : LA QUÊTE DES DIEUX

KIM FOURNELLE

À LIRE AUSSI :

ANAVÉLIA, TOME 2, LA QUÊTE DES DIEUX

Maintenant en parfait contrôle de ses pouvoirs après avoir reçu l’éducation de Karmina, Tyffanie prend la mission des Dieux entre ses mains. Elle se lance dans la quête qu’ils lui ont octroyée sans se poser plus de questions, mais la vie reste une surprise…

 Prisonnière de son destin, elle fait face aux épreuves qui se dressent sur son chemin sans se douter de ce qui l’attend vraiment. Sera-t-elle prête à faire ce qu’elle doit faire pour accomplir la dure et lourde tâche qui s’impose à elle ?

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le samedi 3 août 2019

 

 

TARZAN SEIGNEUR DE LA JUNGLE, EDGAR RICE BURROUGHS

LES CLASSIQUES DE JAILU

 *Haut dans les branches d’un arbre majestueux,
elle serrait contre elle le bébé hurlant,
et bientôt, l’instinct qui dominait cette femelle sauvage
comme il avait dominé le cœur de sa tendre et
gracieuse mère -l’instinct de l’amour maternel-
toucha l’entendement à peine formé du

petit enfant homme, qui se calma aussitôt.
Puis la faim combla le fossé entre eux,
et le fils d’un lord anglais et d’une lady anglaise
téta le sein de Kala, la guenon anthropoïde.
(Extrait : TARZAN SEIGNEUR DE LA JUNGLE,
Edgar Rice Burroughs, édition d’origine, E.R.B. 1912
réédition 2016 : Éditions Archipoche, édition de papier,
330 pages)

JUIN 1888 : Lord John et lady Alice voguent à bord d’une goélette au large de l’Afrique. À la suite d’une mutinerie, ils sont débarqués sur la côte. Là, dans une cabane, Alice met au monde leur fils John Clayton III, comte de Greystoke. Un an plus tard, Alice meurt avant qu’un grand singe vivant dans la forêt voisine pénètre dans la cabane et tue John. Kala, une jeune femelle, s’empare alors du bébé humain et s’en occupe comme s’il était le sien. Elle lui donne le nom de Tarzan, ce qui signifie *peau blanche*. À 20 ans, Tarzan rencontre une équipe d’explorateurs anglais conduite par le professeur Porter et sa fille Jane. Il y a comme une chimie dans l’air.

LE SEIGNEUR DES CLASSIQUES
*Les français y découvrirent un spectacle
indescriptible. Une douzaine de morts et
de mourants roulaient de bord à bord,
les vivants mélangés aux cadavres. Deux
de ceux-ci avaient été partiellement
dévorés, comme par des loups.*
(Extrait : TARZAN SEIGNEUR DE LA JUNGLE)

 Encore une fois j’avais envie d’un classique et je me suis tourné cette fois vers un personnage de légende créé par Edgar Rice Burroughs que j’ai suivi pendant mon adolescence par le biais de la bande dessinée, de la télésérie et du cinéma. Étant un peu moins connu dans l’univers du roman, je me suis intéressé à la toute dernière édition de TARZAN, SEIGNEUR DE LA JUNGLE, un condensé de l’édition originale réalisé par Archipoche. Je voulais en particulier ce que la BD et la télévision ne pouvait m’offrir, soit l’histoire de Tarzan. En fait je voulais tout savoir.

Le fait est que Lord John et Lady Alice Greystoke se sont échoués sur une île. Alice a donné naissance à un enfant et est morte. Puis John est mort. Le petit a été adopté par une guenon du nom de Kala qui avait déjà un petit, mort dans la cabane qu’habitaient Alice et John. Kala a nommé le bébé Tarzan qui est devenu son enfant par substitution.

Tarzan a grandi et a retrouvé la cabane beaucoup plus tard. Il y avait trois squelettes : deux adultes et un enfant. Tarzan est à la recherche de son identité et découvre différents indices. Une confusion nait dans son esprit. Tout porte à croire que c’est un Greystoke mais le squelette de l’enfant complique beaucoup ses recherches. De qui est le squelette? Entre temps, la belle Jane débarque sur l’île…

Ce roman est toujours demeuré une œuvre culte, malheureusement occultée par le septième art, en particulier par Walt Disney qui a charmé littéralement les babyboomers. J’ai beaucoup aimé ma lecture malgré certains irritants mais je veux d’abord signaler la beauté de l’écriture qui décrit remarquablement la splendeur de la jungle africaine ainsi que ses pièges, ses dangers et les tribus qui l’habitent. Les talents descriptifs d’Edgar Rice Burroughs me rappellent un peu Fenimore Cooper qui décrit presqu’avec poésie son Amérique, celle d’œil-de-Faucon.

Ce raffinement verbal dans la redécouverte d’un de mes héros d’enfance m’a beaucoup plu et j’ai pu enfin avoir le fin mot du rôle joué par Jane Porter dans la vie de Tarzan. Il y a des passages très touchants dans ce roman mais toujours avec cette légèreté, cette délicatesse, cette sobriété qui caractérise Rice Burroughs. J’ai aussi trouvé l’évolution de Tarzan moins ampoulée dans le roman, plus authentique que dans les films que j’ai vus.

Pour moi, le principal irritant de cette histoire tient dans le fait que tout est grossi à outrance quant à la personnalité de Tarzan : sa force, sa puissance, sa beauté, son intelligence, je pense entre autres à la vitesse à laquelle il apprend à lire et à écrire…seul…sans aide, sans oublier sa vitesse et sa facilité d’adaptation à la civilisation moderne.

De plus, il est à peine sujet à l’erreur…*Tarzan, seigneur des singes, était la personnification même de l’homme primitif, du chasseur, du guerrier. Le port altier de sa belle tête sur ses larges épaules, l’éclair de vie et d’intelligence qui animait ses yeux clairs le faisaient ressembler à un demi-dieu venu d’un ancien peuple guerrier de cette forêt.* (Extrait) C’est trop parfait, c’est trop beau pour être vrai. C’est surfait, surréaliste.

Personnellement je n’ai jamais lu un livre que j’ai jugé parfait. Toutefois, dans mon rapport de forces et de faiblesses, le livre sort gagnant. Il m’a rappelé de beaux souvenirs d’enfance et j’observe que le roman ne vieillit pas. Edgar Rice Burroughs vient ainsi rejoindre dans mes favoris entre autres, Robert Louis Stevenson avec son ÎLE AU TRÉSOR, Fenimore Cooper avec LONGUE CARABINE et Rudyard Kipling avec son magnifique livre de la jungle. Pour les enfants que nous étions et les adultes que nous sommes devenus, Tarzan a toujours sa place dans nos rêves et dans notre bibliothèque…

Edgar Rice Burroughs (1875-1950) est un romancier américain né à Chicago le premier septembre 1875. Il est l’auteur de plusieurs séries de science-fiction, de romans policiers. Par exemple, il a créé en 1912 un personnage qui sera en fait le premier héros de science-fiction : John Carter. La même année Edgar Rice Burroughs créait un des personnages devenus parmi les plus célèbres de la littérature et du cinéma : TARZAN L’HOMME SINGE publié officiellement pour la première fois en France en 1926. Tarzan a eu un énorme impact dès sa sortie et aura marqué l’enfance et l’adolescence des baby-boomers. Tarzan est resté un héros de la littérature, du cinéma et de la bande dessinée, sans compter les produits dérivés.

Pour en savoir plus, je vous invite à visiter la tribune des amis d’Edgar Rice Burroughs.

TARZAN AU CINÉMA

Il serait trop long de développer ici l’évolution de Tarzan au cinéma. Je laisse cela aux sites spécialisés. Toutefois, je dirai que l’acteur le plus populaire ayant incarné Tarzan fut sans aucun doute Johnny Wessmuller (1904-1984) d’origine austro-hongroise. C’était le premier Tarzan du cinéma parlant en 1930. Je dirai aussi que Tarzan n’a pas fini de nous surprendre puisqu’il est de retour dans un nouveau remake : TARZAN.

Après avoir grandi dans la jungle africaine, Tarzan a renoué avec ses origines aristocratiques, répondant désormais au nom de John Clayton, Lord Greystoke. Il mène une vie paisible auprès de son épouse Jane jusqu’au jour où il est convié au Congo en tant qu’émissaire du Commerce. Mais il est loin de se douter du piège qui l’attend. Car le redoutable belge Leon Rom est bien décidé à l’utiliser pour assouvir sa soif de vengeance et sa cupidité… Réalisation David Yates (2016) avec Alexander Skarsgârd dans le rôle de Tarzan, Margot Robbie et Christoph Waltz. Production américaine, disponible sur dvd.
SOURCE : allocine.fr

Pour ceux que ça intéresse, cineserie.com dresse un portrait très intéressant des principaux acteurs ayant incarné Tarzan dans l’histoire du cinéma. Cliquez ici.

BONNE LECTURE
CLAUDE LAMBERT
Le samedi 8 juin 2019

L’ACCIDENT, livre de JEAN-LUC ESPINASSE

AUX CONFINS DE L’INDICIBLE

*Les traits de son visage étaient tendus par l’abomination
de ce que je venais de lui apprendre. Elle avait vu la sueur
m’inonder brusquement alors que je luttais pour repousser
ma vision
.
(Extrait : L’ACCIDENT Aux confins de l’indicible,
Jean-Luc Espinasse, IS Éditions, 2014, édition numérique 230 pages)*

Daniel Montvillard rentre de week-end avec sa femme et son fils lorsqu’un terrible accident, survenu dans de mystérieuses circonstances, brise sa vie. Convaincu qu’un événement extérieur a provoqué le drame dont il est le seul survivant, il décide de tout faire pour retrouver le responsable. Son enquête l’entraîne alors dans l’univers inquiétant des romans de HP Lovecraft. Il y découvrira un secret terrifiant qui menace l’humanité tout entière, le faisant sombrer peu à peu dans la folie… Texte fortement inspiré de l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft, un des écrivains d’horreur les plus influents du XXe siècle avec Edgar Allan Poe.

LES LEÇONS DE LOVECRAFT
J’étais au bord de la nausée et la peur m’avait
envahi tout entier, paralysant les dernières
facultés d’analyse qui me restaient;
une frayeur intense, glaçante et mêlée d’horreur
s’immisçait en moi.
(Extrait : L’ACCIDENT)

C’est le quatrième de couverture, la page couverture et l’avertissement au lecteur qui m’ont convaincu de lire ce livre. L’auteur dit dans son avertissement qu’il a lu, voire dévoré Lovecraft à l’âge de 25 ans alors qu’il vivait aux Antilles, un coin de terre tout à fait compatible avec l’univers de Lovecraft. Toutefois, dans L’ACCIDENT, il n’est pas question de vaudou mais de quelque chose de bien pire.

Le fil conducteur est simple : Daniel Montvillard et sa famille ont un accident. Daniel est le seul survivant. Une ou deux secondes avant l’impact, Daniel jure par tous les Dieux avoir vu la tête de son fils Junior exploser…une balle venue d’on ne sait où et qui lui a traversé la tête et est allée se ficher dans un mur de béton.

Daniel finit par retrouver la balle et commence une enquête qui l’obsèdera tout au long de l’histoire et qui l’amènera dans la cour d’un mystérieux comte qui organise des soirées très spéciales basées sur le mythe de Cthulhu, entité cosmique terrifiante qui inspire aux mortels les histoires les plus incroyables.

Si Daniel est obnubilé par son enquête, il verra aussi qu’une brèche est en train de s’ouvrir sur un univers parallèle, une dimension où se trouvent les GRANDS ANCIENS, ces Dieux qui, selon la légende peuplaient la terre avant l’arrivée des hommes…une dimension qui n’est que chaos et horreur. C’est dans le deuxième volet de son enquête qu’entre en jeu la toute puissante influence de HP Lovecraft.

C’est un livre intéressant mais qui comporte plusieurs irritants. L’implication de Lovecraft arrive presqu’au milieu du récit et de façon très abrupte et met de façon subite son personnage principal à cheval entre son enquête et une brochette de mythes et de légendes peuplant l’univers de Lovecraft. Ça met le roman en déséquilibre et comme il est question ici de l’indicible et du chaos, j’aurais souhaité une introduction graduelle et plus explicite.

Aussi, j’ai trouvé la plume d’Espinasse un peu figée, froide. Elle n’a pas vraiment réussi à faire passer les émotions peut-être justement parce que l’introduction subite du lecteur dans un cadre mystique est déstabilisante. Quant à la finale, je l’ai trouvée dans la logique des faits mais elle est un peu sèche, abrupte. Elle m’a un peu laissé sur ma faim.

J’ai tout de même apprécié ma lecture parce que le livre a des forces signifiantes. D’abord il faut rappeler que l’œuvre de HP Lovecraft associe les mystères cosmiques à une mythologie démente. Le livre d’Espinasse laisserait supposer que Lovecraft était dépositaire d’un terrible secret ce qui justifie l’inclusion dans L’ACCIDENT de nombreuses citations du célèbre auteur.

Que je sois moi-même un lecteur de Lovecraft ne change rien, j’ai trouvé ce choix d’Espinasse fort judicieux. Malgré ses faiblesses, L’ACCIDENT est un bon roman. Il ne donne pas vraiment de réponses à part peut-être que Lovecraft avait un esprit torturé. Le petit déficit d’émotions mentionné plus haut ne m’a pas empêché d’entrer dans l’histoire. J’ai pu savourer le caractère terrifiant du récit…

Plusieurs critiques pensent que l’importance accordée à Lovecraft dans L’ACCIDENT est surdimensionnée. Peut-être pensent-ils que l’œuvre de Lovecraft est un long délire paranoïaque. Pas moi. Sur ce plan précis, je crois que l’histoire est équilibrée. Même si les citations viennent tard dans le récit, l’aura de Lovecraft est présente partout. Lire ce livre vous permet de vous immiscer dans l’esprit de deux auteurs qui se rejoignent.

Si vous n’aimez pas Lovecraft, inutile de lire L’ACCIDENT. Si vous ne connaissez pas Lovecraft, c’est une façon de faire connaissance et d’alimenter une possible réflexion sur les dimensions et univers parallèles. Les théories exposées dans L’ACCIDENT ont un petit quelque chose de fascinant. Ce livre est au bout du compte, une intéressante découverte.

Après une brillante carrière dans la publicité et la presse quotidienne en tant que Directeur Marketing, Jean-Luc Espinasse décide de s’adonner à sa passion avec 3 romans jusqu’à maintenant. Cet écrivain basé à Marseille publie chez IS Edition son quatrième ouvrage « L’Accident – Aux confins de l’Indicible », un livre énigmatique, ésotérique et surtout très angoissant dont il a le secret. L’homme qui faisait habilement rêver les gens grâce à la publicité les fait désormais cauchemarder grâce aux livres…

Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) est un écrivain américain connu pour sa correspondance et pour sa substantielle littérature d’horreur et de science-fiction. C’est un des précurseurs de la littérature moderne dans les genres fantastique, horreur et science-fiction. Son influence a été considérable comme celle d’Edgar Allan Poe. Parmi ses ouvrages les plus célèbres, je cite L’APPEL DE CTHULHU qui a largement inspiré Jean-Luc Espinasse pour son livre L’ACCIDENT.

Je citerai aussi DANS L’ABÎME DU TEMPS, LES MONTAGNES HALLUCINÉES et L’ABOMINATION DES DUNWICH…il y en a beaucoup d’autres. Je pense à L’INDICIBLE, publié en 1923, également cité et exploré dans L’ACCIDENT et bien sûr HISTOIRE DU NECRONOMICON, ouvrage fictif du mythe de CTHULHU inventé par Lovecraft.

 Dans L’ACCIDENT, l’auteur Jean-Luc Espinasse laisse un des personnages influents de son roman présenter l’œuvre de Lovecraft comme étant *l’aboutissement d’une pensée inquiétante associant les mystères cosmiques d’un univers inconnu et les ténèbres d’une mythologie démente où règnent l’horreur et la terreur* (Extrait : L’ACCIDENT)

LECTURES PARALLÈLES SUGGÉRÉES EN LIENS AVEC L’ACCIDENT ET SIGNÉES HP LOVECRAFT :

    

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert

Le samedi 16 mars 2019

LES MURAILLES DE FEU, le livre de STEVEN PRESSFIELD

*…-Puis vint la convocation des Trois cents pour
les Thermopyles et j’éprouvai là enfin la
véritable perversité des desseins divins.*
(Extrait : LES MURAILLES DE FEU, Steven Pressfield,
traduit de l’américain par Gérald Messadié, éd.
Doubleday 1998, Archipoche, num. 350 pages)

Nous sommes en 480 avant J.C. Sparte est fébrile car l’ennemi héréditaire des grecs, le roi Xerxès marche vers Athènes, à la tête de 200,000 perses, écrasant tout sur son passage. Le roi de Sparte, Léonidas rassemble ses hoplites, soit quelques centaines de soldats d’infanterie pesamment armés, pour aller au-devant de l’ennemi. Une bataille extrêmement inégale s’annonce. En effet, comment 300 hommes, fussent-ils braves et aguerris peuvent-ils stopper une armée de centaines de milliers de soldats?  L’affrontement aura lieu dans le défilé des Thermopyles, un étroit passage rocailleux. La bataille, horriblement sanglante, durera 6 jours et sera racontée ensuite par un des rares survivants grecs. Le but de Leonidas : donner une chance à la Grèce de s’organiser, mais le temps presse… 

AVANT-PROPOS :

LA BATAILLE DES THERMOPYLES

La bataille des Thermopyles est une réalité historique. Elle a opposé en août 480 av. J.C. l’empire Perse à l’alliance des Cités grecques. L’armée grecque, comptant environ 7000 fantassins, tenta de retenir la grande armée de Xerxès 1er (qui comptait d’après certaines estimations entre 100,000 et 250,000 guerriers)  à l’entrée du défilé des Thermopyles qui donne accès à la Grèce Centrale le long de la mer Égée.

À la suite d’une désastreuse manœuvre, la plupart des grecs abandonnèrent la bataille, et seul le contingent spartiate commandé par le roi Léonidas 1er décida de combattre jusqu’au sacrifice ultime, inévitable vue leur forte infériorité numérique. Ce geste altruiste devait laisser aux grecs le temps d’organiser leur défense. Le courage et le sacrifice des spartiates sont devenus légendaires. C’est l’un des plus célèbres faits d’armes de l’histoire antique.

Affiche du film LA BATAILLE DES THERMOPYLES réalisé en 1962 par Rudolph Maté et produit par la Twentieth Century-Fox. Très réaliste sur le plan géographique et militaire. Voir à ce sujet la fiche préparée par ALLOCINÉ

UNE DÉFAITE SALVATRICE
*…le mur des cadavres de Mèdes bouchait le
défilé comme un éboulis. Les spartiates
se battaient devant ce mur de cadavres
comme si c’était un rempart de pierres.
L’ennemi déferlait par-dessus…*
(Extrait : LES MURAILLES DE FEU)

Peut-être avez-vous vu le film *300* réalisé en 2006 par Zack Snyder. Ce fim m’avait impressionné par sa mise en scène, sa photographie très glauque issue d’une technique d’incrustation qui visait à restituer le mieux possible l’imagerie de la bande dessinée de Frank Miller et surtout par son contexte historique.

Voulant en savoir plus sur la guerre des Thermopyles et n’ayant pu mettre la main sur le roman graphique de Miller et Varley, j’ai porté mon choix de lecture sur LES MURAILLES DE FEU, roman historique de Steven Pressfield.

LES MURAILLES DE FEU est un roman épique. C’est le récit de Xéon, un soldat allié des spartiates retrouvé par hasard, gravement blessé parmi les cadavres, suite à la bataille des Thermopyles. Il a été recueilli et soigné par les officiers de Xerxès afin qu’il livre à sa Majesté le récit complet de son périple.

En fait, intrigué par la force colossale déployée par les 300 aux portes de feu, Xerxès voulait tout savoir des spartiates : leur stratégie militaire et la nature de leur entraînement bien sûr, mais aussi sur leur organisation politique, sociale et familiale, leurs amours, leurs espoirs et j’en passe.

C’est un roman très fort et d’une très grande richesse descriptive. C’est aussi très dur et très violent. Dans de nombreux passages consacrés à la vie sociale et culturelle des spartiates, Xéon décrit une société militariste intransigeante, rompue à une discipline cruelle qui ne tolère aucun manquement…

une société où les petits garçons sont introduits à l’art de la guerre, souvent au prix de leur vie ou de leur intégrité physique. *Le fouet à Sparte fait partie de l’entrainement des garçons, non parce qu’ils auraient volé de la nourriture, exploit auquel on les encourageait pour développer leur débrouillardise dans la guerre, mais parce qu’ils y avaient été surpris.* (Extrait : LES MURAILLES DE FEU)

Ce livre m’a surpris au-delà de mes espérances. Malgré son style très direct et l’implacable potentiel descriptif de la plume de Pressfield, il se dégage de ce récit une remarquable finesse. Ça peut paraître paradoxal, mais dans la lecture du récit de Xéon, J’ai ressenti beaucoup d’émotions, parfois contradictoires, mais généralement positives. C’est tout le récit qui m’a absorbé.

Aussi, j’ai fait quelques recherches qui ont conforté l’idée que je me suis faite de la crédibilité du livre de Pressfield. Là encore, c’est positif. L’ensemble est bien documenté et à cela s’ajoute un évident souci du détail. La description de Léonidas, roi des spartiates est particulièrement intéressante.

LES MURAILLES DE FEU est un roman très fort qui met en perspective la valeur de la vie. Il est développé avec intelligence et sensibilité. Il est difficile d’en interrompre la lecture. Je vous le recommande sans hésiter.

Steven Pressfield est un écrivain et scénariste américain né en 1943. Il obtient son diplôme universitaire, sert dans les Marines, et après des débuts difficiles, la publication de son roman LA LÉGENDE DE BAGGER VANCE marque le début de sa carrière d’auteur à plein temps. À ce jour, il a écrit une dizaine de livres et a scénarisé trois films. Le film LA LÉGENDE DE BAGGER VANCE a été porté à l’écran en 2000 par Robert Redford. Je signale aussi FREEJACK et NICO. Au moment d’écrire ces lignes, Pressfield vit à Los-Angeles. Il est toujours resté très proche de la culture grecque. Il est d’ailleurs citoyen d’honneur de la ville de Sparte.

LES 300

L’adaptation cinématographique la plus récente de la guerre des Thermopyles est *300*, une production américano-britannique coécrite et réalisée en 2006 par Zack Snyder d’après le roman graphique *300* de Frank Miller et Lynn Varley. Plusieurs se rappelleront qu’à proximité de sa sortie, le film avait soulevé une controverse sur l’image qu’il projetait des Perses dans le contexte international des tensions entre les États-Unis et l’Iran (anciennement la Perse). Malgré tout, le film a connu un succès impressionnant.

*300* a connu une suite : 300 : LA NAISSANCE D’UN EMPIRE réalisé en 2014 par Noam Murro.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le dimanche 21 janvier 2018

 

ET DIEU CRÉA LES BEATLES, DANIEL ICHBIAH

Après la sortie de *SHE LOVES YOU*…
*Le 31 octobre, le groupe débarque à Londres après avoir passé une semaine en Suède. À la stupéfaction générale, ils découvrent qu’une foule tumultueuse les attend.
Les Beatles ne parviennent aucunement à expliquer ce qui a pu expliquer une telle frénésie.
«Nous n’en savons rien, dira Lennon. On nous pose cette question mais nous n’en avons aucune idée. Je ne pense pas que quiconque détienne une telle réponse»*
(Extrait : ET DIEU CRÉA LES BEATLES, Daniel Ichbiah, Édition Les Carnets de l’Info, 150 pages, édition numérique, 2009)

La discographie remasteurisée des Beatles étant disponible sur le marché, une nouvelle génération découvre l’incroyable talent mélodique de ce quatuor anglais dont la liste de chansons entrées dans la légende est incroyablement longue. Pourtant la carrière du groupe a été courte. Entre juin 1962 et janvier 1970, les Beatles ont bâti une œuvre d’une étonnante richesse. ET DIEU CRÉA LES BEATLES raconte la saga des Beatles depuis ses tout débuts. Tous les albums du groupe sont analysés en détail. Daniel Ichbiah évoque les facteurs qui ont permis une éclosion aussi extraordinaire en tenant compte bien sûr de l’atmosphère débridée des sixties. Il évoque la rencontre de deux génies de la composition qui va marquer à jamais l’histoire de la musique : John Lennon et Paul McCarthy, et bien sûr, l’œuvre du légendaire orchestrateur : Georges Martin. Une histoire extraordinaire…

 Les Secrets d’une alchimie musicale
*Au fond, il faudra peut-être des millénaires
pour que la civilisation absorbe la quintessence
de cette œuvre magnanime. Ou bien alors…
ou bien encore… Se pourrait-il que l’œuvre des
Beatles ait passé un pacte avec l’éternité?*
(Extrait de l’introduction à ET DIEU CRÉA LES BEATLES)

Je n’ai jamais été un inconditionnel des Beatles, mais j’ai toujours été intrigué par l’incroyable succès que le FABFOUR a connu à l’échelle planétaire. En fait, j’ai commencé à apprécier les Beatles au milieu des années 60 alors que l’influence du *folk song* commençait à se faire sentir dans certaines de leurs chansons. Il devait être difficile, même dans les sixties, d’échapper à l’influence de groupes ou de chanteurs bien implantés…Mamas and the Papas, Peter and Gordon, Donovan et Bob Dylan en particulier…ou encore d’échapper à la montée graduelle de groupes émergents comme les Rolling Stones, Animals, Emerson Lake and Palmer, Credence clearwater Revival, Led Zeperlin et j’en passe bien sûr.

En lisant ET DIEU CRÉA LES BEATLES, je ne m’attendais pas à une explication satisfaisante sur le fait que les Beatles soient devenus en si peu de temps des légendes vivantes. Leurs disques se vendent encore et il y a une recrudescence des ventes suites à la remasteurisation de leur œuvre. À ce chapitre, l’auteur, Daniel Ichbiah n’a fait que me confirmer que l’incroyable succès des Beatles est hors de toute compréhension.

C’est sur les plans anecdotiques et analytiques que le livre est venu me chercher. Pour nous aider à comprendre comment quatre jeunes hommes qui, pris séparément, n’avaient rien d’exceptionnel aient pu créer autant de chansons majeures en si peu de temps, influençant à vie la musique pop et rock, Ichbiah n’avait pas le choix, il devait passer en revue et analyser différents facteurs : l’atmosphère un peu débridée des sixties, la fusion intellectuelle et artistique de deux maîtres de la composition : John Lennon et Paul McCartney, les personnages-clés qui ont encadré les Beatles dont l’orchestrateur de génie George Martin, surnommé le cinquième Beatle, la chimie qui a soudé les membres du quatuor. Ichbiah complète le tout par une analyse méticuleuse de chaque album et de plusieurs chansons phares.

J’ai beaucoup apprécié ce livre, en particulier son caractère anecdotique. Je croyais tout savoir des Beatles. J’ai bien vu qu’il y a toujours moyen d’en savoir plus. J’ai lu entre autres beaucoup de détails intéressants sur les évènements qui ont amené la création des Beatles. Mais j’ai été surtout surpris par l’analyse de la chaîne d’évènements qui ont conduit à la dissolution du quatuor incluant l’influence destructrice de Yoko Ono et l’incompétence ou l’honnêteté douteuse de certains gérants. Je devine aussi que l’auteur est allé au-delà des souhaits des lecteurs et lectrices en y allant d’une description des carrières solos de Paul McCartney, John Lennon, George Harrison et Ringo Star ainsi que sur leurs albums, les producteurs et sur les nombreux artistes qui ont enregistré des reprises de chansons des Beatles. Enfin, j’ai appris des détails très intéressants sur la carrière cinématographique des Beatles.

Même s’il ne peut pas expliquer comment le quatuor a fait pour bâtir une œuvre aussi extraordinaire en si peu de temps, 1962 à 1970, Ichbiah a enrichi son récit d’une grande quantité d’anecdotes sympathiques, ce qui, ajouté à la genèse des chansons rend la lecture du livre très agréable. Je mets un tout petit bémol parce qu’à plusieurs reprises dans le dernier quart du volume, l’auteur sous-entend que vers la fin, les Beatles deviendront graduellement dépassés, spécialement après la production d’un des plus purs chefs d’œuvre du FABFOUR : SGT. PEPPER’S LONELY HEARTS CLUB BAND. Dépassés peut-être, mais dépassés par quoi? Ils n’ont jamais cessé de vendre des disques et d’être réclamés partout, même après leur dissolution. C’est un peu paradoxal. Mais je ne peux pas vraiment blâmer Daniel Ichbiah d’avoir évité d’expliquer l’inexplicable. J’aurais simplement souhaité me mettre quelques hypothèses sous la dent pour m’aider à comprendre comment quatre musiciens chanteurs peuvent être adulés de toute une planète. Je ne suis même pas sûr qu’on se soit posé la même question pour d’autres phénomènes comme Elvis Presley par exemple.

Je n’irais pas jusqu’à qualifier ET DIEU CRÉA LES BEATLES de livre extraordinaire. Il ne m’a pas apporté de révélations capitales mais c’est quand même un livre original, agréable à lire avec l’accent mis sur l’analyse des chansons et des albums et par la bande, sur l’état d’esprit des auteurs-compositeurs. Je crois qu’ichbiah n’a rien négligé dans sa recherche et qu’il nous propose un ouvrage très bien documenté. À tout ce que j’ai déjà dit s’ajoute des détails qui rendent l’ouvrage exhaustif : comment le groupe s’est construit? Avait-il une intimité? Quelles étaient les relations entre les membres du groupe et pourquoi se sont-elles à ce point envenimées, précipitant la chute du quatuor. À ce titre, Ichbiah livre des détails très signifiants sur le rôle des femmes, les conjointes des Beatles et spécialement sur la ténébreuse Yoko Ono. J’ai été particulièrement impressionné par les détails contextuels sur les années 60 : les tendances, l’ambiance sociale entre autres.

Voilà. Je pense que, comme moi, vous apprécierez la lecture de ET DIEU CRÉA LES BEATLES. C’est une biographie qui a réussi à m’atteindre, moi qui n’ai jamais été un inconditionnel des Beatles. Je suppose donc qu’elle ravira les passionnés du quatuor…livre d’autant intéressant qu’étrangement son sous-titre est plus révélateur que le titre : alchimie…magie sous-entendue, inexpliqué enrobé….légende adulée…

Avec ET DIEU CRÉA LES BEATLES, de très beaux souvenirs devraient refaire surface.

Daniel Ichbiah est un écrivain et journaliste français spécialisé dans les jeux vidéo, la robotique, le multimédia et la musique. Il est aussi compositeur à ses heures. C’est surtout un passionné des jeux vidéo. Sa saga des jeux vidéo régulièrement mise à jour est un véritable ouvrage de référence. Il a écrit plus d’une soixantaine de livres dont BILL GATES ET LA SAGA DE MICROSOFT en 1995, et ROBOTS GENÈSE D’UN PEUPLE ARTIFICIEL qui lui a valu le prix Roberval en 2005. Notons enfin que depuis quelques années, Ichbiah publie en autoédition dans différentes bibliothèques numériques.

LES BEATLES…FILMOGRAPHIE

                           1                                       2                                     3


       4                                                  5

1) Yellow Submarine, sorti en 1968, réalisé par George Durning et Al Brodax
2) A hard day’s night, sorti en août 1964, réalisateur: Richard Lester
3) Help, sorti en juillet 1965, réalisateur : Richard Lester
4) Let it be, sorti en 1970, réalisateur : Michael Lyndsay Hogg
5) Magical Mystery tour réalisé en 1976 par les Beatles et Bernard Knowles

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le 30 avril 2017

L’ARRACHEUSE DE TEMPS, de FRED PELLERIN

*…Toussaint fût réveillé subitement. Était-ce le
chant du coq d’Ovide Samson? Non. Le coq
avait succombé d’un coup de poêlonne de
fonte dans l’omelette ce matin-là. Le chant
du toc, ce fut une explosion. Bang! Chez les
Gélinas.*
(Extrait : L’ARRACHEUSE DE TEMPS, contes de
village, Fred Pellerin, Sarrazine Éditions, 2009,
num. 135 pages)

Encore une fois, Le célèbre conteur Fred Pellerin plonge dans l’inépuisable mémoire de
Saint-Élie-De-Caxton pour nous livrer un conte touchant et vibrant sur le thème de la mort. Il y est question de cette étrangère venue s’établir au Lac-Aux-Sangsues…une femme discrète qu’on a élevée rapidement au rang de sorcière parce qu’elle lisait l’avenir. Une arracheuse de temps comme on dit…«en interurbain constant avec le passé»…partie comme elle est arrivée emportant une grande quantité de mystères et de secrets enfouis dans la mémoire de Saint-Élie…

SAINT-ÉLIE PURE LAINE
*La dépouille faisait fureur. Tout le monde
s’était agglutiné autour de la table où
s’étendait la translivide. On observait cette
anonyme sans vie. À intervalles, chacun
jetait un œil à son voisin pour décoder une
réaction. À s’interroger sur la façon de
s’endeuiller devant l’inconnue.*
(Extrait : L’ARRACHEUSE DE TEMPS)

L’histoire tourne autour de LA STROOP, un des personnages de légende de Fred Pellerin. LA STROOP est une étrangère riche, étrange, mystérieuse et indépendante qui s’est installée un peu en retrait du village, ce qui entretien davantage le mystère qui l’entoure avec le résultat que le village n’a pas tardé à *sorciériser* la femme, encouragé par le curé neuf qui est par nature assez orthodoxe. Ce que tout le village ne sait pas, c’est qu’il côtoie la mort, personnifiée dans le conte par celle qu’on appelle LA TRANSLIVIDE. Mais ce qu’on ne sait pas ne fait pas mal n’est-ce pas?

Toujours est-il qu’on fait connaissance avec des personnages sympathiques bien ancrés dans leur mentalité de village : Méo le coiffeur du village, Toussaint Brodeur, la belle Lurette, le curé *Neuf*…tous ont des raisons de consulter la STROOP qui aurait le pouvoir de faire reculer la mort…de lui *arracher du temps*.

Telle est la trame de ce conte rempli de fantaisies, de sympathiques expressions tordues, de tendresse, et porteur d’une belle réflexion sur la mort…pas le genre à faire peur mais plutôt à y réfléchir simplement. Fred Pellerin demeure résolument positif…même que personne ne meure pendant le passage de la STROOP chez les *Caxtoniens* sauf si on doit considérer la mort de la mort elle-même.

Le spectacle m’a ému, le livre m’a enveloppé. Dans le spectacle, Fred Pellerin a ce don magnifique de mettre en perspective le non-dit par son expression et son langage dans lequel le français *passe par des tours de passe-passe* tout à fait délicieux. Il rit de la mort sans jamais nous laisser indifférent à la Faucheuse. Avec une remarquable énergie, de l’humour et beaucoup de douceur, il laisse en nous la couvaison d’une réflexion qui viendra bien en son temps.

Si le spectacle mérite d’être vu, le livre vaut vraiment la peine d’être lu. Je sais que pour Fred Pellerin, le récit oral passe bien avant l’écrit. Mais ce livre est beaucoup plus que la transcription du conte dans le genre *mot à mot*, j’ai pu en mesurer toute l’intensité, le rythme sans oublier les expressions tout à fait savoureuses et de superbes tournures de phrase : *Et toutes ces choses faisaient d’elle une prémonitieuse sans fil. En interurbain constant avec le passé. L’avenir aussi. L’indicatif passé proche, et le futur compliqué…il suffisait de la consulter quelques minutes dans une volonté de vous refaire le futur que déjà vous n’aviez plus aucune idée de ce que vous avez fait la veille. À subjoncter au possible…*(Extrait)

Si vous êtes tanatophobe, ou si vous avez ne serait-ce que peur d’avoir peur, pensez à la légende Caxtonienne et à son fier porte-parole Fred Pellerin avec L’ARRACHEUSE DE TEMPS. C’est une formidable thérapie. Je vous dirai ici que le meilleur des mondes consiste à voir le spectacle et à lire le livre, peu importe dans quel ordre. De toute façon, les deux versions sont vendues ensemble.

Vous aimerez je crois…vous aimerez beaucoup.

Fred Pellerin est un conteur, écrivain, scénariste et chanteur né en 1976 à Saint-Élie-De-Caxton en Mauricie au Québec. Diplômé en littérature de l’Université du Québec à Trois-Rivières, il s’est fait connaître rapidement par ses contes issus de son village natal, Saint-Élie-De-Caxton, et mettant en scène des personnages du village, comme Toussaint Brodeur, La Stroop et Méo le coiffeur, entre autres. Il est devenu, tôt dans les années 2000, un des meilleurs conteurs du Québec. En 2007, il produit avec son frère Nicolas, un album de musique folklorique. L’année suivante, un de ses contes est adapté à l’écran par le réalisateur Luc Picard. Il a produit plusieurs spectacles, livres, disques et DVD. L’ARRACHEUSE DE TEMPS est son 4e spectacle produit en 2008, publié par la suite chez Sarrazine en 2009. Il a été reçu Chevalier de l’Ordre National du Québec en décembre 2012.

BONNE LECTURE
JAILU/CLAUDE LAMBERT

le 18 décembre 2016