NOUVELLES NOIRES, recueil de RENAUD BENOIT

*En un flash tout disparut, et Lantier, en sueur, sursauta en ne comprenant pas ce qu’il avait vu ou avait cru voir…Ne voulant en parler à personne, il décida donc
de garder cette incroyable histoire pour lui.*
(Extrait : NOUVELLES NOIRES, vol. 1, CHEZ LANTIER, Renaud Benoist,  édition L’ivre-book, 2014, numérique,  recueil)

Dans ce premier opus des NOUVELLES NOIRES, Renaud Benoist nous entraîne dans un malstrom de réalité et d’irréalité. Le but : happer le lecteur et le faire plonger dans des textes insolites, noirs, dérangeants et le poussant sans cesse à se demander s’il est dans le réel ou l’irréel. Oui, Renaud Benoist corrompt la perception de la réalité en entraînant le lecteur dans un monde de cauchemar : tueur en série, tableau maléfique, nature vengeresse, village démoniaque et autres tableaux mystérieux issus d’une imagination débridée. Les NOUVELLES NOIRES sont comme un jeu de pistes qui ouvre la voie à une nouvelle dimension du frisson.

CAUCHEMAR AU JOUR LE JOUR
*Ce jour-là, les cloches de l’église sonnèrent
longtemps, trop longtemps, le curé avait été
seul à s’en inquiéter et ce fut lui qui remarqua
cette brèche qui passait sous la maison de
Dieu.*

(Extrait:: NATURE, du recueil NOUVELLES
NOIRES)

À l’occasion, j’aime insérer dans mes projets de lecture, un recueil de nouvelles pour voir et apprécier comment les auteurs, autant ceux qui sont connus que les émergents se débrouillent dans cette forme littéraire très particulière. La nouvelle littéraire est un récit fictif très bref qui fait appel à la réalité et qui, la plupart du temps, ne comporte pas de situation finale. Généralement, elle se termine avec un dénouement inattendu qu’on appelle la chute. Comme il s’agit d’un court récit, la nouvelle littéraire comporte peu de personnages, peu d’action et peu de lieux…

Le défi d’un nouvelliste est de concentrer son histoire pour en renforcer l’effet. Donc la nouvelle n’est pas un roman. C’est une forme définie de littérature développée dans un minimum de pages (5 à 15). Certaines nouvelles vont jusqu’à cent pages. Je ne me passerais certainement pas des romans. Ils jouent sur le développement des émotions et des sentiments et la psychologie. Dans la nouvelle on planche plutôt sur la surprise, les rebondissements et les finales percutantes.

En matière de nouvelles, mon choix s’est porté cette fois sur les NOUVELLES NOIRES, vol. 1 de Renaud Benoist. Les nouvelles de Benoist ont comme toile de fond l’Auvergne, une région du massif central de la France, un territoire de nature sauvage et de paysages grandioses. Un décor parfait pour développer les thèmes de la solitude, du mystère, de la peur et des légendes entourant la nature vengeresse.

J’ai aimé ce recueil, résultat d’une imagination volontairement débridée. Les textes sont insolites et poussent le lecteur à l’évasion. On oublie les problèmes, le temps…pour frissonner un peu car c’est bien ce que propose l’auteur : de l’émotion parfois forte, de l’insolite, de l’inexplicable, des forces obscures qui échappent à la raison humaine…

NOUVELLES NOIRES vol. 1 comprend 8 nouvelles. Ma préférée : LES ÉTANGS BLEUS.  Les parents de Jean décident de déménager toute la famille dans un complexe de HLM appelé LES ÉTANGS BLEUS. Quelques temps après le déménagement, Jean entend des bruits bizarres dans le placard de sa chambre…comme un grattement. Dans son nouveau patelin, Jean est attiré par un coin de forêt appelé le petit bois dans lequel apparemment des enfants sont disparus et ne sont jamais revenus. Ça l’intrigue et il demande à son nouveau copain Luc de l’accompagner.

Luc lui montre sa cabane perchée discrètement dans un arbre…soudain le lien se fait entre le placard et la cabane. Jean s’apprête à goûter l’obscure médecine du petit bois : *J’ai vu…J’ai vu ce que tu ne verras jamais…J’ai vu une espèce de chose sortir d’un arbre et les attaquer, ça n’a duré qu’une minute ou deux…elle les a avalés et est retournée dans son antre…* (Extrait)

C’est une nouvelle dans laquelle l’atmosphère s’alourdit de pages en pages et qui développe l’idée de créatures qui rappellent un peu les monstres de H.P. Lovecraft. C’est une lecture qui devient très vite addictive.

Une forme se dégagea du comptoir et prit corps. Jeannette…c’était sa Jeannette, sa femme morte depuis dix ans. (Extrait de CHEZ LANTIER, la première nouvelle du recueil NOUVELLES NOIRES vol.1)
Les bulles étaient là, tout comme le «rien» était derrière nous. Lui avançait, elles grossissaient. On aurait dit une scène d’un livre de Kafka. (Extrait de LE PONT la quatrième nouvelle de NOUVELLES NOIRES vol.1)

Bref, j’ai passé un bon moment de lecture. Je crois que l’auteur a bien relevé le défi. L’écriture est fluide, le mystère est bien entretenu, on le sent dans chaque texte comme une espèce de non-dit. À lire. Si vous aimez, le volume 2 est disponible.

Renaud Benoist est né le 27 mars 1973 à Epinay-sur-Seine. Il suit des études d’arts plastiques aux Beaux -arts de Saint-Étienne. En 1998, il débute la série Nouvelles noires. En 2001, il sort le premier tome de la Trilogie des Yukulutes, La Solution symbiose suivi du tome 2, Le Culte d’Arès, en 2013 et du dernier volume, Quazar Balder, en 2006. De 2007 à 2013, il se consacre à des recherches sur le fameux Triangle de la Burle. En mai 2013, il sort En Quête du triangle de la Burle. Entre ses écritures, les occupations ne manquent pas pour Renaud Benoist. Il reçoit le prix des automnales du livre de Sury-le-Comtal, en 2001, pour La Solution symbiose, Il écrit le scénario d’une comédie musicale intitulée Le Fanten lupo, en 2007 et réalise un court-métrage : ESPRIT ES-TU LÀ ? en 2008.

À LIRE AUSSI

BONNE  LECTURE
Claude Lambert
Le samedi 28 septembre 2019

LE SYNDROME «E», livre de FRANCK THILLIEZ

*-Je vais te cramer un peu, jouer avec mes couteaux,
puis j’irai te larguer dans le désert, vivant. Les
hyènes et les vautours te boufferont en quelques
heures. On ne retrouvera jamais ton corps. Il
cogna Sharko en pleine face avec le bidon. Un
craquement, une giclée de sang.*
(Extrait : LE SYNDROME [E], Franck Thilliez, Fleuve Noir,
2010, édition numérique, 420 pages)

Deux évènements dramatiques viennent compliquer singulièrement la vie de deux policiers, deux personnages récurrents dans l’œuvre de Franck Thilliez : Lucie Hennebelle et Frank Sharko (3e apparition pour ces deux personnages dans la bibliographie de Thilliez). D’abord, une équipe technique de la voirie découvre par hasard cinq cadavres ensevelis sous deux mètres de terre à Notre-Dame-De-Gravenchon. Fait tout à fait horrible : leur crâne a été scié, ouvert, le cerveau et les yeux prélevés. Parallèlement à cet évènement, un passionné de films anciens, Ludovic Sénéchal devient inexplicablement aveugle après avoir visionné un film qu’il vient d’acquérir…deux affaires bien différentes mais qui sont pourtant étroitement liées. Un nouveau mal fait son apparition : LE SYNDROME [E]. Les policiers se retrouvent devant un mystère extrêmement complexe…

Très haute teneur en adrénaline
*Ces lignes de brancards représentent l’attente pour la salle
des électrochocs. Les patients les subirent trois fois par jour,
durant des programmes de sept à huit semaines. Trois fois par jour,
mademoiselle. Des milliers de volts dans l’organisme. Imaginez-vous
seulement les dégâts que cela pouvait occasionner aux nerfs,
au cœur et au cerveau?*
(Extrait : LE SYNDROME [E])

J’ai beaucoup à dire sur ce livre qui joue dur. Pour ma part, c’est une première incursion dans l’univers de Franck Thilliez et d’entrée de jeu, je peux vous dire que ça m’a ébranlé tellement le récit est noir et teinté d’un implacable réalisme.

J’aurais peut-être dû commencer par un des premiers ouvrages de Thilliez comme LA CHAMBRE DES MORTS ou à la rigueur LA FORÊT DES OMBRES, mais quand j’ai découvert le titre SYNDROME E, j’étais trop intrigué pour passer outre.

Mais commençons par le commencement. LE SYNDROME E est le premier volet d’un dyptique qui décortique le phénomène de la violence. Le récit porte sur deux enquêtes policières séparées au départ, devenant graduellement convergentes pour finalement ne faire qu’une. Au début d’une part, l’ex-ami de l’enquêteuse Lucie Hennebel, un passionné de cinéma et collectionneur de films rares est frappé de cécité après avoir visionné un film rare et non répertorié.

Lucie enquête et commence par faire analyser la pellicule. D’autre part, un enquêteur devenu schizophrène suite au décès soudain de sa femme et de sa fille, Franck Sharko enquête sur la découverte de cinq corps atrocement mutilés.

Au fur et à mesure que l’analyse de la pellicule progresse, les deux enquêtes fusionnent. En fait, tout démarre et tourne autour de ce mystérieux film d’un réalisateur non moins mystérieux, Jacques Lacombe : *Mais la question qui la turlupinait le plus était de savoir quel lien invisible il pouvait y avoir entre le film anonyme et les cadavres déterrés en Haute Normandie. Cette bobine maléfique était peut-être l’arbre qui cachait la forêt.*(Extrait)

Je vous ai déjà parlé de l’énorme pouvoir du septième art, c’est-à-dire, de cette capacité qu’a le cinéma de façonner les esprits, de créer des tendances, d’influencer les modes de pensées et d’apprentissages. Imaginez tout ce qu’on peut sortir sur le potentiel cinématographique du cinéma. (Voir mon commentaire sur LA CONSPIRATION DES TÉNÈBRES)

Dans LE SYNDROME E, Thilliez va encore plus loin car par des procédés de surimpression, d’insertions subliminales, de découpages obscurs et autres diableries, la pellicule sert ici à cacher un incroyable secret qui dévoile un potentiel extraordinaire et apparemment exploitable du cerveau humain ainsi qu’un complot imaginé par des esprits tordus, des scientifiques malades, auteurs d’expériences sur des sujets vivants dont plusieurs comptaient parmi les Orphelins de Duplessis : *Ce que Lucie Découvrait dépassait l’entendement. Une aliénation de masse, à grand renfort de bulletins médicaux faussés et d’occultes financements* (Extrait)

La dernière citation fait référence au financement par la CIA de certaines expériences sur des cerveaux d’êtres humains vivants. L’enquête amène à l’identification du syndrome E et je vous laisse découvrir par vous-même qu’est-ce que c’est que cette saloperie.

Évidemment, ce roman est une fiction mais quand on y pense, on sait peu de choses sur le cerveau et ça peut laisser un doute dans l’esprit du lecteur. Appelons ça un facteur de stress car l’auteur dévoile les horreurs du film au compte-gouttes et ça n’arrête jamais jusqu’à la dernière page qui là encore dévoile un punch tout à fait imprévisible.

Donc pour résumer, LE SYNDROME E est un thriller d’une fantastique efficacité, fait de corps mutilés, de tortures, de cadavres, de crasse, de fourberie et d’une science qui évoque des bêtes conduites à l’abattoir. C’est un livre audacieux qui m’a sorti des sentiers battus et qui m’a écorché au passage. Rythme rapide malgré certaines longueurs, lecture aisée, fil conducteur solide.

Dans l’ensemble, le récit est gore et décapant et il est porteur je crois d’une petite réflexion sur la science et l’éthique car je ne suis pas certain que les savants fous et les scientifiques tarés n’appartiennent qu’à la légende et la littérature.

Si vous avez survécu au SYNDROME E, vous êtes mûrs pour la lecture de GATACA, le deuxième volet du dyptique.

Par définition du dyptique, il faut avoir lu LE SYNDROME E pour comprendre GATACA. Je vous le dis tout de suite, l’un est aussi effrayant que l’autre. Un an après l’identification du syndrome E et l’explosion de la vérité, et toujours en vertu d’une quête de la compréhension globale de la violence, l’auteur Franck Thilliez nous entraîne cette fois dans les arcanes obscurs du génome humain.

À nouveaux réunis et prêts à explorer un autre cercle de l’enfer, les policiers Lucie Hennebelle et Franck Sharko remontent cette fois aux origines de la violence, là où le génome humain détermine son avenir : rien de moins que l’extinction. 

Franck Thilliez est un écrivain et ingénieur français né en 1973. En plus d’avoir développé un goût irrésistible pour la lecture, plus particulièrement pour les thrillers, Thilliez a une passion pour le cinéma et pour les Nouvelles technologies. C’est d’ailleurs dans ce dernier domaine qu’il exerce l’ingénierie. Sa carrière d’écrivain a été lancée en pompe dès 2003 avec TRAIN D’ENFER POUR ANGE ROUGE en 2003, nnominé au prix SNCF du polar français.

Le succès des livres suivants lui a permis d’abandonner son travail d’informaticien et de s’adonner à l’écriture à temps plein. Ses passions se reflètent dans son écriture. Il aime enduire ses récits d’une atmosphère glauque et comme son imagination est débordante, qualité reconnue rapidement par ses pairs, sa plume produit des romans qui retiennent les lecteurs dans un filet qui évoque la toile d’araignée. Plusieurs de ses livres ont été adaptés ou sont en attente d’être adaptés à l’écran dont LE SYNDROME [E]. Thilliez a également les scénarios de deux téléfilms à son actif.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le dimanche 25 février 2018

DOSSIERS SECRETS, PIERRE BELLEMARE

*…Alors elle lâche son verre qui éclate sur le
sol carrelé de rouge, et elle hurle avec une
force incroyable. Elle n’appelle pas son mari,
elle ne crie pas *au secours*, elle hurle un son
bizarre, strident, modulé à l’infini, c’est la voix
de la peur la plus animale…*

(extrait de DOSSIERS SECRETS de Pierre Bellemare,
LA MAISON SOUS LA LUNE, Éditions de la Seine, 1984)


Fidèles à leur passion, Pierre Bellemare et Jacques Antoine poursuivent leur exploration de l’étrange et de l’insolite avec DOSSIERS SECRETS. Ce livre réunit 54 histoires dans lesquelles l’insolite fait loi. Par exemple cette incroyable aventure de Betty et Barney qui, après avoir observé un mystérieux objet lumineux dans le ciel seront victimes d’un trou de mémoire d’une heure et demi…que dévoilera l’hypnose?  Saisi par une atmosphère oppressante, le lecteur plonge dans l’univers de l’irrationnel où le cerveau est impuissant à comprendre. Ce livre fait partie d’une collection de 8 titres développant essentiellement les thèmes du fantastique et de l’insolite.

DOSSIERS SECRETS est un recueil de courtes histoires. Ce ne sont pas des récits d’horreur proprement dits, à glacer le sang et à empêcher de dormir mais plutôt de petites aventures étranges qu’on ne peut expliquer car elles échappent à la logique. C’est là que ça devient intéressant car le lecteur est amené à jongler avec ce qui se cache derrière les apparences et à chercher la vérité qui, bien qu’impossible à atteindre, lui donne la possibilité de tirer ses propres conclusions en séparant le rationnel de ce qui est impossible à comprendre pour le cerveau humain.

Comme je l’ai mentionné, les histoires sont courtes. Plusieurs d’entre elles manquent de fini et la conclusion de plusieurs récits pourraient bien laisser les lecteurs sur leur appétit. Je dirais que c’est un livre divertissant qui plonge le lecteur dans l’univers de l’étrange : inconnu, magie, folie, insolite, enchantement, bizarre…

C’est loin d’être le meilleur livre que j’ai lu mais les histoires sont hors du commun et l’ensemble est original.

Avant même d’atteindre l’âge adulte, Pierre Bellemare (photo de gauche)  rêve d’une carrière dans les médias. Au milieu des années 50, il rencontre Jacques Antoine, concepteur de la célèbre émission LA CHASSE AU TRÉSOR. Il deviendra présentateur de nombreuses émissions, puis deviendra animateur et producteur sur Europe 1 et le demeurera pendant 17 ans.

Son imagination tournant à la vitesse *GRAND V*, il quittera Europe 1 en 1987 pour adapter le concept américain du télé-achat sur TF1. Enfin Pierre Bellemare n’en reste pas là…il écrit de nombreux livres réunissant des histoires étranges ou hors du commun…près d’une centaine de titres, des millions d’exemplaires vendus…

Jacques Antoine (1924-2012) (photo de droite) est un homme de télévision et de radio qui s’est distingué en produisant, pendant près de 40 ans plus de 150 jeux pour la radio, mais surtout pour la télé, et dont plusieurs ont été très célèbres dont LA CHASSE AU TRÉSOR et FORT BOYARD (îlot désaffecté d’origine militaire dont Jacques Antoine se portera acquéreur en novembre 1988 pour la production de la célèbre série télé). Jacques Antoine a aussi participé à quelques scénarios de films et écrit comme co-auteur et complice de Pierre Bellemare.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
AVRIL 2014