STAR WARS, LES DERNIERS JEDI, BRIAN JOHNSON

Commentaire sur le roman du film
novellisation d’après le scénario de
BRIAN JOHNSON

*L’homme abandonne son air sévère. Ses yeux se voilent. Ce sabre laser porte tant de souvenirs ! TROP de souvenirs. Il ne devrait pas l’accepter. Pas après si longtemps. Ses doigts métalliques touchent la poignée. Elle lui parait aussi légère et familière que la première fois qu’il l’a tenue en main. Ce jour-là, sa vie avait basculé. Il s’était découvert une destinée.(Extrait : STAR WARS VIII LES DERNIERS JEDIS, novellisation de Michael Kogge d’après le scénario de Rian Johnson. Hachète 2018, édition de papier, 216 pages, la bibliothèque verte.)

Il y a longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…Le premier ordre règne. Après avoir décimé la pacifique république, le Suprême leader Snoke déploie ses impitoyables légions pour prendre le contrôle militaire de la galaxie. Seule la générale Leia Organa et les chasseurs de la résistance s’opposent à la tyrannie naissante, convaincue que le Maître Jedi Luke Skywalker reviendra pour redonner une étincelle d’espoir au combat. Mais la résistance s’est laissée surprendre tandis que le premier ordre fond sur la base rebelle, les héros tentent une évasion désespérée.

RETOUR SUR LA FORCE
*Maintenant qu’ils sont disparus, les Jedi sont
idéalisés, idolâtrés comme des dieux. Mais
au-delà du mythe, leur héritage n’est qu’échec,
hypocrisie et orgueil. *
(Extrait)

Un bon petit livre, excellent pour les 8-12 ans, les préados contemporains de la troisième génération des Star wars, mais pour les adultes issus de la première génération (UN NOUVEL ESPOIR, L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE, LE RETOUR DU JEDI) il se pourrait bien que beaucoup de lecteurs-lectrices pensent comme moi…que LES DERNIERS JEDI est une histoire réchauffée et redondante et qui laisse supposer un essoufflement du thème général de la guerre des étoiles.

Voyons un peu plus en détail le synopsis de notre livre du jour, en commençant par les personnages. On retrouve d’abord SNOKE, le suprême leader du Premier Ordre, tyrannique et sans scrupules. Le bras droit de SNOKE, KYLO REN, de son vrai nom BEN SOLO, ancien padawan de Luke Skywalker qui a basculé dans le côté obscur. Kylo Ren est le fils de Leïa et Han Solo, issus de la première génération des Star Wars tout comme Chewbacca qui est encore là. Han Solo a été tué par son propre fils.

On retrouve plusieurs personnages de soutien, JAKKU, REY, FINN et les deux principaux personnages de la première trilogie : PINCESSE LEÏA ORGANA, devenue Générale et LUKE SKYWALKER, un des derniers Jedi qui travaille à détruire l’Ordre des Jedi et le faire oublier.

Voilà pour les personnages. Le contexte est déjà plus clair. Dans cet épisode, le huitième de la saga, le Premier ordre règne après avoir annihilé la pacifique république. Il reste toutefois Ies enfants de la rébellion avec Leïa en tête. Mais la rébellion se meure et tous n’ont qu’un espoir, que le maître Jedi Luke Skywalker reprenne du service…Luke dont le destin va se préciser dans le récit : *Tu m’as demandé la raison de ma présence ici. Je suis venu sur cette île pour mourir, et pour m’assurer que l’Ordre Jedi mourra avec moi. * (Extrait)

Reste à savoir comment se débrouillera la rébellion sans Luke. Un aspect intéressant du récit est à l’effet que les sentiments de Kylo Ren pour Rey se précisent ainsi que ceux envers son père Han Solo. Mais en général, tout le livre est basé sur un espoir impossible. La finale est particulièrement déchirante et met en place des éléments intéressants pour une suite. La saga Star Wars est loin d’être terminée car une quatrième trilogie est en préparation.

Pour moi c’est clair, la série s’essouffle. Elle développe en fait l’éternelle dualité du bien et du mal à grands coups de rayons et de sabres laser, de bombes, de méga-cuirassés et de quadripodes dans un univers hautement technologique. Encore une fois, la Force s’oppose à son pendant obscur, cette force qui octroie des dons très particuliers et puissants à ceux qui la maîtrise. L’histoire se répète et se répète encore.

Même un des derniers Jedi disparait de la même façon qu’Obiwan Kennoby disparait dans son combat contre Dark Vador pour permettre à Luke Skywalker et ses amis de fuir. Le corps disparait devrais-je dire, ce qui ne l’empêchera pas d’intervenir par la suite. Sur le plan littéraire, le sujet est élimé. Sur le plan cinématographique, c’est autre chose. Là aussi le sujet tombe en poussière mais comme je suis un amateur d’effets spéciaux, je compte sur les prochains épisodes pour me surprendre.

Mettons de côté un instant ma déception de cette novellisation. En fait j’essaie de me mettre dans la peau des préados. La novellisation des Star Wars leur offre ce que plusieurs d’entre eux recherchent et ici, je ne fais pas référence uniquement au lectorat masculin.

Vous pourriez être surpris. Les histoires se tiennent et leur fil conducteur est relativement efficace. Il y a beaucoup d’action, des revirements, des pouvoirs fantastiques, des combats savamment réglés et bien sûr, ça s’entretue. Peut-être les jeunes constateront ils un manque d’originalité rendu au huitième épisode parce que les récits se suivent et se ressemblent. Violence, magie, héroïsme et haute technologie avec des personnages auxquels on aime s’identifier…c’est quand même vendeur.

Il paraît que la quatrième génération des Star Wars, en préparation au moment d’écrire c’est lignes sera complètement différente. J’ai hâte de voir…

Ryan Johnson est un réalisateur, scénariste et producteur américain né en 1973 dans le Maryland. Il se lance dans la réalisation de son premier film en 2005, avec le thriller Brick, qui s’inscrit dans la veine du film noir. Rian Johnson remporte tous les suffrages avec cette œuvre et gagne de nombreux prix. Ce succès permet au réalisateur de faire des débuts remarqués dans le milieu.

Malgré une seconde réalisation passée plus inaperçue, Rian Johnson frappe fort avec son troisième film, LOOPER dans lequel un Joseph Gordon-Levitt, méconnaissable donne cette fois la réplique à Bruce Willis sur fond de voyage dans le temps. Ce film de science-fiction, sélectionné au festival de Toronto, est d’ores et déjà considéré comme « révolutionnaire ».

Johnson passe ensuite par la case petit écran en réalisant deux épisodes de la saison 5 de la série culte BREANKING BAD. Il est ensuite engagé pour mettre en scène le blockbuster STAR WARS LES DERNIERS JEDI, 8ème épisode de la franchise intergalactique.

AU CINÉMA

En haut, le Wookie Chewbacca et un nouveau copain. Extrait de LES DERNIERS JEDI, VIIIe épisode de STARWARS du réalisateur-scénariste Brian Johnson, sorti en 2017. Ci-dessus, Mark *Skywalker* Hamill. Le simple jedi de la première série (à gauche) devient Maître Jedi à droite.

LA SÉRIE NOVELLISÉE
         
         

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le mercredi 23 octobre 2019

 

SEUL SUR MARS, le livre d’ANDY WEIR

*Mon champ est mort. En l’absence de pression
atmosphérique, la majeure partie de mon eau
s’est évaporée. Et puis, la température est
largement inférieure à zéro. Rien, pas même
les bactéries contenues dans mon sol ne peut
survivre à pareille catastrophe.*
(extrait : SEUL SUR MARS, Andy Weir, Bragelonne,
2014, édition numérique, 822 pages)

Une équipe en mission sur la planète Mars doit faire face à une effroyable tempête qui l’ oblige à quitter la planète rouge. La tempête isole Mark qui se retrouve seul, coupé de toute communication avec la terre. Laissé pour mort par son équipe, Mark affronte une à une les difficultés, même celles qui lui semble insurmontables. En principe Mark dispose d’une réserve de 400 jours. Bien sûr, à 400 millions de kilomètres de là,  les scientifiques de la terre finissent par s’apercevoir que Mark est vivant, mais auront-ils le temps de le récupérer avant l’épuisement de ses réserves? Entre temps, Mark devra faire face à tous les dangers dont les monstrueuses tempêtes de sable qui grugent la planète.

549 JOURS DANS LE SABLE ROUGE
*J’ai commencé la journée avec un «thé à rien».
Le thé à rien est très facile à préparer.
D’abord, prenez un peu d’eau chaude, puis…
et puis c’est prêt.*
(Extrait : SEUL SUR MARS)

Seul sur mars est ce qu’on pourrait appeler un thriller survivaliste : un homme, Mark Watney, laissé pour mort par ses camarades suite à une violente tempête sur la planète mars doit survivre 18 mois avant d’être récupéré dans une dramatique tentative de sauvetage.

Tout le récit repose sur l’intelligence, l’ingéniosité, l’astuce, la débrouillardise et le savoir-faire de Watney qui vient prouver ici la véracité du vieil adage : Aide-toi et le ciel t’aidera. Pour chaque problème, et ce ne sont pas les problèmes qui manquent, Mark finit toujours par trouver la solution appropriée. Le fil conducteur du récit se résume en un mot : SURVIVRE.

Bien-sûr, le roman est hautement scientifique, mais Weir a fait de très beaux efforts pour vulgariser le langage scientifique et le rendre accessible. Je ne me suis donc pas senti trop perdu.

Ce qui m’a le plus frappé dans ce récit, c’est l’humour du héros…un humour omniprésent. Étant dépourvue de champ magnétique, Mars ne dispose d’aucune protection contre les radiations solaires. *Si j’y étais exposé, j’aurais tellement le cancer que mon cancer lui-même aurait le cancer*. (Extrait) Disons que la lecture de ce livre m’a arraché rires et sourires. Mais je suis porté à croire que cet humour a fait perdre beaucoup de force aux éléments susceptibles de soutenir la tension dramatique de l’histoire.

Weir a créé un héros sans peur donc je n’ai pas eu peur pour lui…à une ou deux exceptions près. Pour moi c’est une faiblesse, mais elle est compensée par l’action qui se déroule sur terre où les agences comme la NASA sont en mode panique. Ça rétablit un certain équilibre.

Plusieurs critiques littéraires ont comparé SEUL SUR MARS à APPOLO 13 jugeant l’ouvrage de WEIR supérieur. Je ne ferais pas une telle comparaison. Je dirai que SEUL SUR MARS est différent. Le sauvetage de Mark fait l’objet d’une certaine coopération internationale, tandis que dans APPOLO 13 nous avons en présence deux belligérants : les bons américains et les méchants russes. La tension dramatique est plus palpable dans APPOLO 13 et dans SEUL SUR MARS un très grand potentiel imaginatif vient soutenir le contexte scientifique. Les deux récits sont haletants et emportent le lecteur.

Pour ce qui est de l’éternelle question : qu’est-ce que je fais en premier? Lire le livre ou voir le film. Dans ce cas-ci, je n’ai pas hésité une secondes. J’ai lu le livre d’abord et j’ai apprécié l’adaptation après.

Donc pour résumer, j’ai beaucoup aimé SEUL SUR MARS. C’est un récit haletant, très réaliste, crédible sur le plan scientifique, avec un fil conducteur solide. Le héros Mark Watney est comparable au héros de la télésérie des années 80 MACGYVER qui racontait les péripéties d’Angus MacGyver, un aventurier dont la capacité la plus brillante était de combiner l’utilisation des objets courants du quotidien de façon ingénieuse à l’application pratique des sciences naturelles et de l’ingénierie.

L’imagination de Mark combinée à son humour et à son moral toujours maintenu à un haut niveau fait de lui un personnage attachant. Pour un sujet qui est loin d’être nouveau, Andy Weir nous a vraiment pondu un thriller de grande classe.

SEUL SUR MARS AU CINÉMALe livre d’Andy Weir a été adapté au cinéma par le réalisateur Ridley Scott, d’après le scénario de Drew Goddard. Il est sorti en décembre 2015. La prestation de Matt Damon est remarquable.

Andy Weir est un romancier américain né à Davis en Californie le 16 juin 1972. SEUL SUR MARS a été son premier grand défi L’ouvrage a nécessité d’imposantes recherches scientifiques car Weir le voulait le plus exact et le plus crédible possible. Le roman a fait l’objet d’une critique plutôt élogieuse, le wall street journal le qualifiant de meilleur livre de pure science-fiction depuis des années. Au moment où j’écris ces lignes, Weir travaille à un deuxième roman, de science-fiction également, mais plus traditionnel. Titre probable : ZHEK. À suivre.

BONNE LECTURE
Le dimanche 13 janvier 2019
Claude Lambert

ZEUS DE NEW-YORK

Percy Jackson 1
LE VOLEUR DE FOUDRE

Commentaire sur le livre de
Rick Riordan

*Nous étions en route pour Los Angeles. Nous
étions censés trouver l’entrée des Enfers. Ma
mère…Sally Jackson. Il fallait que je la retrouve.
Il fallait que j’empêche Hadès de déclencher la
troisième guerre mondiale.*
(extrait de PERCY JACKSON tome 1, LE VOLEUR DE
FOUDRE, Rick Riordan, éditions Albin Michel,
collection WIZ, 2006, 273 pages. Éd. Numérique)

C’est l’histoire de Percy Jackson, un jeune garçon énergique de 12 ans. Après une série d’évènements surnaturels,  la vie de Percy va basculer quand il apprend que les Dieux de la mythologie grecque existent vraiment et qu’ils ont pour demeure le Mont Olympe, accessible par le toit de l’Empire State building. Mais il y a pire pour Percy quand il apprend qu’il est lui-même demi-dieu, fils de Poséidon et qu’on l’accuse d’avoir dérobé l’Éclair Primitif, symbole de la puissance de Zeus. Une guerre sans merci couve et elle aura pour théâtre le monde entier. Avec l’aide de son ami Grover, Percy devra découvrir qui est le véritable voleur de foudre et sauver le monde d’une fin atroce.

JE VOUS PRÉSENTE PERCY…

Rick Riordan a créé pour la jeunesse, un héros attachant et sympathique. Percy Jackson est un jeune garçon de 12 ans au départ de la saga. C’est un jeune un peu turbulent, énergique, curieux, imaginatif.

Percy est un jeune de son temps…un jeune comme tous les jeunes…avec toutefois un gros plus…il est le fils d’un dieu et ça fait de lui un demi-dieu. Dans le VOLEUR DE FOUDRE, Percy apprend sa vraie nature et apprend avec stupéfaction que son meilleur ami Grover Underwood est un satyre (masculin de Nymphe), lui aussi demi-dieu à corps humain avec des jambes de bouc.

Percy adhère à la colonie des sang-mêlé où tous les demi-dieux s’entraînent pour survivre et combattre les plans de dieux malfaisants.  C’est là que Percy Jackson se verra confier sa première mission : découvrir qui est le voleur de foudre et restituer à Zeus l’Éclair Primitif. Plusieurs autres quêtes suivront et toutes ces aventures sont magnifiquement bien détaillées dans les cinq volumes de la saga. Voici les quatre titres qui suivent le VOLEUR DE FOUDRE :

ZEUS DE NEW-YORK
(OU la mythologie grecque servie à la moderne)
*Nous avions presque atteint le bord lorsque les miroirs se sont ouverts
comme des écoutilles et que des milliers de minuscules…choses métalliques
ont déferlé. Anabeth a hurlé. C’était une armée de bestioles mécaniques :
des corps de bronze, de petites gueules crochues…qui fonçaient sur nous…
-Des araignées…les créatures mécaniques sortaient du pourtour par millions…*
(Extrait de PERCY JACKSON 1, LE VOLEUR DE FOUDRE)

Je dois dire que j’ai été agréablement surpris par ce livre qui adapte de façon assez remarquable les dieux de la mythologie grecque au goût du jour et là les trouvailles sont nombreuses et issues d’une imagination pour le moins fertile. Par exemple, le fait que le Mont Olympe soit accessible par l’Empire state building de New-York. Il suffit, pour les initiés, de demander le 600e étage…c’est tout simple….

Ma plus belle surprise a été le passage dans lequel Percy Jackson et ses amis se retrouvent aux Enfers devant HADÈS qui explique ses soucis administratifs, décrivant les enfers comme un territoire, avec des départements et des sous-départements. Ça m’a arraché des sourires car dans LE VOLEUR DE FOUDRE, l’auteur a réalisé comme une jonction entre le drame, l’héroïsme et l’humour.

Évidemment c’est grandiloquent…des enfants qui combattent des dieux, c’est pousser l’héroïsme juvénile très loin et beaucoup de lecteurs pourraient se sentir abusés mais moi ça m’a plus, en particulier parce que j’ai pu renouer avec l’imagerie de l’Iliade qui m’a tant fasciné quand j’étais adolescent : les dieux, demi-dieux, héros, satyres, minotaures, monstres, la méduse, Cerbère le chien à trois têtes gardien des enfers, les hydres, les furies et j’en passe…le tout servi dans un cadre moderne et avec un humour bien dosé..

LE VOLEUR DE FOUDRE n’est pas pour moi un coup de cœur à proprement parler mais j’ai quand même  beaucoup apprécié ce livre : il est rythmé, les enchaînements sont rapides, les jeunes personnages sont attachants et bien qu’invraisemblables et parfois délirants, les rebondissements sont nombreux et spectaculaires et le tout est fort bien mis en évidence par les effets spéciaux du septième art. Il faut simplement se rappeler que Percy Jackson est un jeune héro créé pour la jeunesse…l’adulte que je suis y a trouvé largement son compte.

Richard Russel Rick Riordan Jr est un auteur américain né en 1964 au Texas. Dès le début de sa carrière, il connaît une réussite fulgurante avec la TRES NAVARRE une série mystère pour adultes (7 volumes publiés de 1997 à 2007) qui a remporté plusieurs prix prestigieux, dont, le prix Edgar Allan Po. Dès 2005,  il entreprend la série PERCY JACKSON, 5 volumes, et par la suite, LES HÉROS DE L’OLYMPE (la suite de la saga PERCY JACKSON), 5 volumes de 2011 à 2015. Riordan a aussi publié plusieurs romans, recueils, essais et séries dont LES CHRONIQUES DE KANE et la fameuse SÉRIE LES 39 CLÉS, début de publication : 2011

Au moment d’écrire ces lignes,  La Twentieth Century Fox avait acheté les droits cinématographiques de la série PERCY JACKSON.  deux films sont sortis :

En 2009: LE VOLEUR DE FOUDRE, réalisé par Chris Columbus. Scénariste: Rick Riordan.

En 2013: LA MER DES MONSTRES, réalisé par
Thor Freudenthal. Scénariste: Rick Riordan

BONNE LECTURE
JAILU
OCTOBRE 2015

IMPLACABLE MACHINATION

Panique à la Maison Blanche

Commentaire sur le livre de
Clive Cussler

*Les hélicoptères de l’armée et de la marine
grouillent comme des sauterelles et on
pourrait presque traverser le fleuve à sec
tellement les garde-côtes sont nombreux.
Vous ne m’avez pas tout dit Amiral, loin de là.*
(extrait de PANIQUE À LA MAISON BLANCHE,
Clive Cussler, t.f. Grasset et Fasquelle 1985,
463 pages en édition numérique)

Le Catawba, navire garde-côte reçoit un SOS dans le golfe de Cook, Alaska. Les garde-côtes arrivent trop tard. Tout le monde est mort à bord de l’Amie Marie. Plusieurs évènements graves vont s’enchaîner : entre autres, le Président des États-Unis disparaît et réapparaît plusieurs jours plus tard avec un comportement anarchique qui échappe à toute logique. Plusieurs autres personnalités disparaissent et les morts s’accumulent.  Ainsi commence le défi le plus dramatique de la carrière de Dirk Pitt : mettre fin à une effroyable machination destructrice qui risque de rompre irrémédiablement l’équilibre mondial. Une enquête complexe au cœur de la folie dominatrice.

Implacable machination

*L’eau s’engouffra aussitôt par les énormes
brèches de la coque. Le VENICE frémit et
entama son agonie. Il ne lui fallut que
huit minutes pour mourir…*
(extrait de PANIQUE À LA MAISON BLANCHE)

C’est du grand Cussler, fidèle à son style et la force de son écriture : intrigue solide, évolution et enchaînements rapides, action, héroïsme, nombreux rebondissements, imprévisibilité et bien sûr, l’omniprésence de la mer et des fonds marins sans oublier l’évocation d’une passion de l’auteur, et par ricochet de son personnage fétiche Dirk Pitt pour les vieilles voitures.

J’ai reconnu aussi Cussler dans son habitude de vouloir parfois trop en mettre. Ça donne de nombreux passages peu vraisemblables et plutôt arrangeants sur le plan littéraire.

Bien que ce roman n’invente pas la roue, son idée de base est intéressante et soulève une question non moins intéressante : Qu’est-ce qui arrivera à l’humanité le jour où on pourra manipuler et programmer à sa guise un cerveau humain? Pour l’instant c’est de la science-fiction mais au rythme où évoluent la science et la technologie il faut croire que rien n’est impossible.

J’ai noté une phrase en cours de lecture qui illustre bien le côté dramatique de la question…*Le secrétaire d’État pianota sur son bureau : -le président disparaît pendant 10 jours, et quand il revient, il perd les pédales*.
Il y a là une fort intéressante matière à débat.

Autre élément intéressant dans ce livre est qu’il nous met le nez dans l’incroyable complexité de l’administration américaine et de ses services secrets, de ses coulisses militaires, des relations internationales, des effets pervers de la ruse politique, de la corruption et de la recherche du pouvoir à tout prix.

L’ensemble est un peu classique, mais c’est un thriller efficace qui se lit vite et bien et dont l’évolution est très rapide ce qui a pour effet de garder le lecteur captif. Les habitués de Cussler ne seront peut-être pas surpris.

Clive Cussler est un romancier américain né en Illinois le 15 juillet 1931. Sa passion pour la vie sous-marine, le patrimoine marin international et les épaves transparaît dans l’ensemble de son œuvre. Il a entamé sa carrière d’écrivain en 1965 avec VORTEX (difficile à vendre au départ) Puis MAYDAY, suivi de ICEBERG où il introduit un personnage qui deviendra récurent dans la suite de son œuvre : DIRK PITT l’aventurier. Le premier grand succès littéraire de Cussler fût RENFLOUEZ LE TITANNIC. Cussler est aussi réputé pour son impressionnante collection de voitures reconstituées.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
AOÛT 2015

AMOS DARAGON, la série de BRYAN PERRO

-La grande croisade
-Le masque de l’Éther
-La fin des dieux

*Écoute, cette île est infestée de cyclopes.
Justement, je viens de faire connaissance
avec la mâchoire de l’un deux et je peux
te dire que je n’ai aucune envie de
m’éterniser ici…*
(extrait de AMOS DARAGON LA FIN DES DIEUX
Bryan Perro,  éd. Les Intouchables,  2006, 150
pages)

-La grande croisade :
Après avoir récupéré la toison d’or qui le rend invincible, Barthélémy est élu chef du Royaume des Quinze et part à la conquête du continent mais le Royaume de Bérion s’y oppose et décide de faire sécession. Furieux, Barthélémy décide d’attaquer Bérion. C’est toute la planète qui est en péril. Amos Daragon et ses amis décident d’intervenir. (AMOS DARAGON LA GRANDE CROISADE, Bryan Perro, éd. Les Intouchables, 2005, 185 pages, éd. Num.)

Le masque de l’Éther :
Amos chemine dans l’univers de son corps spirituel à la recherche du Masque de l’Éther. Cette quête est nécessaire pour sauvegarder l’équilibre du monde. Amos devra y mettre tout son cœur et son courage. (AMOS DARAGON LE MASQUE DE L’ÉTHER, Bryan Perro, éd. Les Intouchables, 2006, 150 pages, éd. Num.)

La fin des dieux :
Les dieux s’étant entre déchirés pour le pouvoir, ce qui a fait des millions de morts sur la terre, le porteur de masque Amos Daragon a pour mission de détruire les dieux et établir l’équilibre du bien et du mal pour permettre au monde d’enfin partager des temps de paix. (AMOS DARAGON LA FIN DES DIEUX, Bryan Perro, éd. Les Intouchables, 2006, 150 pages, éd. Num.)

L’univers d’Amos
*Barthélémy lança le pot par terre qui explosa
en mille morceaux. Il saisit ensuite avec sa
grosse main la toute petite fée étourdie par
le choc et lui brisa tous les os du corps en
refermant son poing sur elle. On entendit un
léger craquement, comme une branche sèche
qui se casse sous la caresse du vent.*
(extrait de AMOS DARAGON LA GRANDE CROISADE)

Récemment, je me trouvais dans une salle d’attente, avec mon livre évidemment. À côté de moi, un ado était plongé dans la lecture d’un volume d’AMOS DARAGON. C’est là que je me suis décidé de faire connaissance avec le jeune héros dont j’ai tant entendu parlé : AMOS DARAGON. J’avais aussi beaucoup entendu parlé de son auteur, Bryan Perro qui, comme moi, est natif de Shawinigan au Québec.

J’ai donc sauté sur l’occasion de varier mes lectures, renouer avec la littérature jeunesse et faire la connaissance d’un jeune héro à qui l’auteur a confié la périlleuse mission de rétablir l’équilibre du monde menacé par la guerre sans merci que se livrent les dieux du bien et du mal. Pour ma quête, j’ai choisi de lire les trois derniers volumes de la série (si je ne tiens pas compte de la trilogie LE SANCTUAIRE DES BRAVES) LA DERNIÈRE CROISADE, LE MASQUE DE L’ÉTHER ET LA FIN DES DIEUX.

D’abord, qui est AMOS DARAGON?
Amos est un ado. Il a 12 ans au départ. Il atteindra 15 ans dans l’épisode LE MASQUE DE L’ÉTHER. Il est courageux et même téméraire. C’est un garçon très intelligent et sait faire preuve de bonté et d’empathie. Il a été désigné comme l’élu de la 2e génération des porteurs de masques.

Ces masques sont en fait des entités qui se fondent sur son visage et qui lui donne le pouvoir de dominer les éléments naturels : le feu, l’air, l’eau et la terre. À cela s’ajoute le masque ultime de l’éther. Les qualités exceptionnelles d’Amos Daragon le désignent pour une mission complexe et dangereuse : délivrer le monde de l’omniprésence des Dieux et rétablir l’équilibre.

Ayant réalisé depuis longtemps que, dans toutes les mythologies, les hommes ne sont que les jouets des dieux, j’ai trouvé ces trois livres fascinants. Bien sûr, l’élément central est classique de la FANTASY : des dieux capricieux avides de gloire et de pouvoir et indifférents à la souffrance des hommes, des héros qui se rebellent, aidés de créatures étranges et soutenus par la magie et des pouvoirs qu’il faut d’abord découvrir et mériter.

Toutefois, j’ai trouvé l’idée de Perro originale et susceptible de développer l’engouement chez les jeunes : confier à des ados la mission de débarrasser le monde de ces dieux cruels, encombrants et nuisibles à l’aide de masques et de dons magiques. Le plan de campagne s’étend et se complexifie d’un tome à l’autre. C’est une montée graduelle, un crescendo vers la rencontre ultime.

Ça se lit très bien, l’écriture est fluide. C’est plein de rebondissements. Le seul irritant que je veux souligner est qu’AMOS DARAGON est trop parfait. Outre une bonne dose d’orgueil et son petit côté individualiste, Amos est sans peur et sans reproche et il a réponse à peu près à tout. Pas mal pour un ado mais peu réaliste. Ça m’a un peu agacé parce que pour moi, en littérature, la perfection peut être une barrière à l’émotion.

Pour entourer Amos, l’auteur a créé des personnages courageux, aussi dotés de pouvoirs mais plus simples et surtout très attachants, qui apportent un très bel équilibre à l’ensemble : entre autres,  Béorf Bromanson le Béorite est le meilleur ami d’Amos. C’est un gros garçon qui a le pouvoir de se transformer en ours et d’en prendre toutes les caractéristiques. Il y a aussi Lolya, une nécromancienne, amie puis compagne d’Amos. Puis il y a Médousa. C’est une gorgone et fait original, elle doit porter des *lurinettes* pour ne pas pétrifier ses amis. Je citerai enfin le puissant Maelström, un dragon gentil et attachant qui considère son entourage comme sa famille. J’arrête là car la liste est longue.

J’ai bien aimé ma lecture, d’autant que Perro a semé dans ses récits des éléments de réflexion très intéressants, sur l’efficacité extraordinaire d’un bon travail d’équipe par exemple, sur l’amitié et ses obstacles, la tolérance, la complexité des sentiments, etc. Le ton n’est pas du tout moralisateur.

C’est une excellente lecture pour les jeunes et les adultes devraient aussi apprécier. J’ai été un peu déçu par la finale de LA FIN DES DIEUX. Je m’attendais à autre chose. C’est une conclusion loin d’être déplaisante mais elle aurait mérité je crois un développement plus étoffé. Ça pourrait toutefois être perçu différemment d’un jeune lecteur à l’autre. AMOS DARAGON demeure une lecture de choix pour les jeunes assoiffés d’aventure.

Bryan Perro est né à Shawinigan au Québec  le 11 juin 1968. Il est surtout connu pour la série jeunesse AMOS DARAGON crée en 2003, 15 tomes traduits en une vingtaine de langues. En 2008, il initie la série WARIWULF . Bryan Perro a aussi écrit quelques romans pour adultes. Très actif, Perro a aussi scénarisé et animé la série télé CRÉATURES FANTASTIQUES à Radio-Canada. Il a encore plusieurs projets en réserve.  Enfin il a remporté plusieurs prix dont le PRIX JEUNESSE DE SCIENCE-FICTION ET DE FANTASTIQUE QUÉBECOIS  en 2006.

BONNE LECTURE
JAILU
FÉVRIER 2015