PANDEMIA

PANDEMIA

Commentaire sur le livre de
FRANK THILLIEZ

*Quand l’homme en noir mettra le Grand Projet en route,
vous n’aurez aucune chance. Cette histoire n’est pas
terminée et vous n’auriez jamais dû mettre les pieds
dedans.*
(Extrait : PANDEMIA, Frank Thilliez, Fleuve édition, 2015,
édition de papier, 650 pages)

Deux scientifiques sont appelés à faire des prélèvements sur des cadavres de cygnes découverts à la réserve ornithologique de Marquenterre. Un sac avec des ossements est trouvé à proximité dans un étang. Quelque chose cloche, quelque chose qui pousse les scientifiques à prendre cette découverte très au sérieux car elle pourrait bien hypothéquer l’avenir de la planète. C’est une enquête ardue qui s’amorce et le temps presse pour Franck Sharko et Lucie Hennebelle ainsi que Camille, jeune et courageuse, elle aura un rôle capitale à jouer dans la préservation de l’espèce humaine car c’est bien de ça qu’il s’agit. Ils apprendront bien vite que l’homme, tel que nous le connaissons est en fait le pire virus de la Terre. PANDEMIA est la suite logique de ANGOR publié en 2014 et dans laquelle on fait la connaissance de Camille Thibeault. Gendarme greffée du cœur….

Le virus de la terre
*L’un des cavaliers, le vert, était un squelette enroulé
dans un long drap et armé d’une lance. La Mort. J’ai
dû voir ce genre de tableau dans un musée. Nicolas
s’approcha, interloqué. «Ce sont…«…les quatre
cavaliers de l’apocalypse. Les annonciateurs de la
fin du monde.
(Extrait : PANDEMIA)

 C’est un thriller assez bien construit avec les héros récurrents de Thilliez : Sharko et Hennebelle. Je n’ai pas choisi ce livre pour son côté thriller biologique même s’il est bon de se faire rappeler des fois que l’être humain est extrêmement vulnérable. Mais j’ai lu beaucoup de romans, d’essais et de documentaires sur les virus, les bactéries, les épidémies et les pandémies. Pour moi, le sujet est usé à la corde. Bien sûr on en apprend beaucoup sur les plus petits êtres de la nature, la façon foudroyante avec laquelle une simple grippe peut se répandre. C’est effrayant, et qu’est-ce qui peut se passer quand un criminel met la main sur une culture virale ou bactériologique. Voilà où je veux en venir…j’ai choisi PANDÉMIA pour son côté policier.

Sharko et Lucie sont sur une enquête poussée, complexe et dangereuse, Une affaire de meurtres sordides commis selon un rituel qui évoque les quatre cavaliers de l’Apocalypse avec, à proximité, trois cercles concentriques qui, eux représentent les paliers de l’enfer, le cercle du centre étant représenté par le grand patron du mal : Satan, incarné aux fins de l’enquête par l’homme noir : un être froid, dépourvu de toute compassion, pas d’empathie, pas de regrets et par-dessus tout, un être qui, comme Hitler, avait dans l’idée de purifier l’humanité en conservant les meilleurs, les plus forts. C’est un des côtés originaux du roman de Thilliez, suivre un meurtrier de masse dans sa folie Eugénique.

J’ai appris beaucoup de choses avec PANDEMIA. En effet, les bassesses innommables de l’homme en noir m’ont poussé à faire une recherche sur l’eugénisme. J’ai compris entre autres que l’eugénisme fait abstraction de toute sympathie, pitié, compassion ou empathie. Même si les progrès de la génétique viennent relativiser l’eugénisme, je considère toujours que cette philosophie n’a fait qu’ensanglanter l’histoire. Il sera intéressant de voir ce que l’eugénisme moderne donnera. Sur son site internet encyclopédique, agora nous résume sa définition de l’eugénisme. Allez voir pour vous faire une opinion…

Autre fait extrêmement intéressant qui ajoute à l’originalité de l’histoire : l’auteur fait plonger le lecteur au cœur des basses fosses d’internet : le Darknet : *Le Web profond, c’est la pire des déviances humaines, c’est la poubelle de l’humanité, un gros cyber-réservoir à déchéance. Nous on essaie de surveiller ce territoire de près dans nos services mais c’est très compliqué, vous allez voir* (extrait) Vu l’anonymat total qui entoure les méandres du Darknet, il est impossible de remonter aux sources, ce qui laisse quartier libre à l’homme en noir pour l’utiliser comme trait d’union entre lui et ses sbires. Malheureusement le darknet est une réalité. Cliquez ici pour en savoir plus. Par l’intermédiaire de Sharko, l’auteur vous donne une petite idée des horreurs qu’on peut trouver dans les bas-fonds de la toile. C’est la première fois que je lisais un roman faisant référence au darknet. Je pêche peut-être par naïveté, mais j’ai été impressionné par l’effet que ça a donné au développement du récit, un effet addictif.

Donc, si je ne tiens pas compte des nombreuses références à des enquêtes antécédentes ou des titres antécédents qui devenait singulièrement irritants, je dirai que PANDEMIA est un très bon roman : très ajusté à notre temps, donc très actuel, j’ai l’impression que Thilliez était très bien documenté. Chapitres courts, rythme élevé, fil conducteur solide, écriture nerveuse, plusieurs moments de forte tension. C’est quand même une brique de 650 pages (édition de papier, Fleuve noir) mais ça se lit bien quoique ce n’est pas un roman idéal pour les cœurs sensibles à cause de l’inclusion du darknet dans le récit. *Un roman peut-être bien plus efficace qu’une campagne de sensibilisation.* (LE FIGARO, édition du 15 juin 2015)

Franck Thilliez est l’auteur de plus d’une dizaine de romans, parmi lesquels PANDEMIA bien sûr et Le SYNDROME E dont j’ai déjà parlé sur ce site. Lauréat du prix Étoiles du Parisien-Aujourd’hui en France pour le meilleur polar 2014 avec ANGOR, Franck Thilliez confirme sa place de pilier du thriller français et continue d’alterner *one-shots* et enquêtes menées par ses personnages phares Lucie Henebelle/Franck Sharko. En 2016, le Palais de Tokyo lui commande une nouvelle, publiée chez Fleuve Éditions, dans le cadre de l’exposition « Double Je ». Ses livres sont traduits dans le monde entier.

BONNE LECTURE
JAILU/CLAUDE LAMBERT
Le dimanche 2 juin 2019

 

 

John Case – Genesis … Religion, Meurtres et…Génétique?

Je viens de terminer GENESIS, le premier roman de John Case (Il s’agit d’un pseudonyme collaboratif, voir le complément). Le quatrième de couverture en parle comme d’un thriller scientifique, ce qui est ridicule. À mon avis le suspense n’y est pas suffisamment intense pour le qualifier de thriller, et la science n’y prend vraiment pas assez de place pour le qualifier de scientifique. Par contre il n’est pas mauvais! Mais  selon moi il s’agit plutôt d’un roman policier. Seul le dénouement nous immerge vraiment dans la science complexe de la génétique et c’est peut-être là où la classification est détournée.

Dans un petit village d’italie, un vieux docteur fera une confession des plus troublantes au curé de la paroisse. Le sujet de cette confession restera inconnu du lecteur jusqu’à la fin. Une chose est sûr, il s’agit d’une révélation qui bouleversera la face du monde, et la face de la chrétienté. Plus tard à des kilomètres de là, la soeur et le neveu de Joe Lassiter périssent dans un terrible incendie criminel. Lassiter, à la tête d’une agence de détective prospère, fera enquête.

J’ai beaucoup aimé la plume de John Case dans ce livre. Il décrit bien les décors mais juste ce qu’il faut, il étale bien le style de ses personnages mais juste ce qu’il faut, il ajoute de la chair à son récit mais juste ce qu’il faut. Il a cette tendance à « décrire ce qui doit arriver avant que ça arrive ». Par exemple il décrit comment le curé devra obtenir un entretien avec les haut placés du Vatican, ou comment un grand brûlé sera traité à son arrivée à l’hôpital. Ces détails font de GENESIS un roman agréable et léger.

L’histoire est plutôt linéaire, une première intrigue est posée au début (la confession), puis mise en suspens pour laisser place à une autre (l’incendie criminel) qui évoluera très progressivement jusqu’à la fin du roman où, on s’en doute, elle rejoint la première. Cette double intrigue compense pour le rythme un peu lent et le manque d’action dans la majeur partie du livre. Joe Lassiter, l’unique héro du roman, est un personnage qui gagne à être connu et pour lequel on éprouve de l’empathie, quoique son côté cossu de riche héritier prospère à parfois tendance à briser la magie.

J’ai bien aimé ce livre et je relierai assurément un autre livre de John Case un jour. J’ai lu des extraits assez convaincants de SYNDROME, je crois bien que ce sera le suivant!

Phenixgoglu
Janvier 2013

(En complément…)