DESTINATION MONSTROVILLE livre 1, MOCHE CAFÉ

Commentaire sur le livre de
NADINE DESCHENEAUX
et
SOPHIE RONDEAU

*Le cri de ralliement du concours s’élève dans la pièce :  <Que le plus dégoûtant gagne ! > Des sifflements et un tonnerre d’applaudissements retentissent. * (Extrait : MOCHE CAFÉ, DESTINATION MONSTROVILLE, tome 1, Nadine Descheneaux/ Sophie Rondeau, Éditions Druide, 2017,édition de papier. 135 pages)
Illustrations : Jessica Lindsay

Hubert, Édouard et Zia se font garder par leur grand-mère. C’est aujourd’hui qu’elle a décidé de leur révéler l’existence de Monstroville, une petite ville secrète où se tient un concours de recettes très spécial…Poussés par la curiosité, les cousins partent à l’aventure dans un moyen de transport inusité : des poubelles qui les mènent directement à Monstroville. Sur place, ils rencontrent des créatures follement répugnantes et, contre toute attente, jouent un rôle déterminant dans le concours se déroulant au Moche Café.

Ces frissons qui font rigoler
*Le cuisinier a le visage bouffi, tout rouge,
et il n’a qu’un unique gros œil au milieu de
son front garni de boutons et de pustules,
Répugnant. Son nez dégouline, son œil
déverse un torrent de larmes et ses lèvres
tremblent continuellement.
(Extrait)

C’est une chouette petite histoire même si le sujet développé n’est pas tout à fait dans mes cordes. Mais je n’ai pas perdu de vue que c’est un livre pour enfant et l’histoire qu’il raconte est loin d’être dédaignée par les jeunes lecteurs et lectrices.

En résumé, Hubert, Édouard et leur cousine Zia sont entraînés dans une chaîne d’évènements qui les amène à aider le cuisinier du Moche café de Monstroville à gagner le concours du plat le plus dégoûtant. *Dégoûtant* est un mot magique qui attire automatiquement la curiosité des enfants : *« Ça va être dégueu ! > * se réjouit Hubert. * (Extrait)

Il n’y a qu’à jeter un coup d’œil sur la liste d’ingrédients remplie à l’épicerie Crapaluche du nom de son propriétaire, une espèce d’iguane à tête humaine : morve de dragon, langues de serpents, tranches de bacon de caméléon et autres petites douceurs pour le palais.

Vous excuserez le mot très direct mais une flopée d’assiettes aussi écœurantes les unes que les autres seront soumises aux juges, dont nos amis rapidement pris de nausées, la première assiette étant une mixture de crottes de fromage poilues au lait de vieux chameau. Vraiment, c’est une histoire qui ne manque pas d’imagination. Elle génère un peu de frisson et surtout elle est drôle et pleine de piquant… :

* …la salle, désormais bondée éclate de rire. Tous les monstres, les elfes, les cyclopes, les géants, les squelettes, les poissons sur pattes, tout le monde se tient les côtes (facile pour les squelettes) * (Extrait) Très franchement, ce livre m’a beaucoup amusé et son côté répugnant a un petit quelque chose de caricatural tout à fait sans danger pour les jeunes lecteurs et lectrices. C’est drôle.

C’est un petit livre qui se lit vite et bien. Les lettres sont grosses, les chapitres sont courts et c’est bourré d’illustrations vivantes et expressives. Le livre répond au besoin des enfants : humour, un soupçon de mystère et tout ce qu’il faut pour générer quelques grimaces des jeunes lecteurs et lectrices. 

Pas étonnant que le livre ait été retenu comme finaliste des prix Tamarac et Hackmatack. L’histoire a aussi un côté aventurier, d’autant que Monstroville est une ville secrète à laquelle on ne peut accéder qu’en passant par…des poubelles.

Je recommande chaleureusement ce petit livre comme lecture jeunesse…136 pages de plaisir. Comme vous le voyez plus bas dans cet article. Moche café a une suite qui nous entraînera dans un environnement très différent. Mais tout aussi amusant. En terminant, je vous laisse avec ce petit extrait qui résume assez bien le livre du jour : * Le cri de ralliement du concours s’élève dans la pièce : « Que le plus dégoûtant gagne ! » *.

Rien n’arrête Nadine Descheneaux, journaliste, auteure, maman, blogueuse, Elle se lève très tôt pour écrire ses histoires souvent imaginées et rêvées au cours de la nuit. Elle profite ainsi au maximum de sa journée. Pas étonnant que, depuis 2006, elle ait publié une trentaine de livres-jeunesse dont la série à succès LES SECRETS DU DIVAN ROSE. Chaque année, elle participe à des salons du livre au Québec et au Nouveau-Brunswick en plus d’animer des ateliers littéraires dans de nombreuses écoles.

Partout où elle va, Sophie Rondeau trimballe un gros cahier et plein de crayons au cas où de folles idées germeraient dans son esprit. Car les idées, elle les trouve partout…parfois même dans ses rêves !

Vingt-cinq livres plus tard, elle a toujours de l’imagination à revendre. Quand elle n’a pas un crayon entre les doigts ou un écran d’ordinateur devant ses yeux, Sophie enseigne le français à des ados et essaie de leur transmettre son amour des mots. Quant aux *monstres*, Sophie les connait bien étant mère de quatre enfants. Elle ne compte plus les fois où elle a débusqué ces bestioles sous les lits et dans les garde-robes. Pour faire d’une pierre deux coups, elle les a tous invités à s’établir à Monstroville et elle raconte maintenant leurs aventures avec son amie Nadine.

À part faire du vélo, sur de longues distances pour se perdre dans
ses pensées, cuisiner, déchiffrer des caractères japonais, Jessica Lindsay prend beaucoup de plaisir à dessiner, que ce soit dans son cahier, sur les mains ou sur le visage de son amoureux. Ce ne sont pas les idées qui manquent et elle caresse beaucoup de projets. Au moment d’écrire ces lignes, le Japon est son terrain de jeu. Il se prépare des choses on dirait…!

Les tomes suivants

LE SALON DE DÉCOIFFURE : Catastrophe ! Zia a des poux ! Dans ce tome, les jeunes lecteurs et lectrices s’amuseront ferme en suivant la trace des trois cousins, décidés à obtenir l’aide de Monstrovillois aux compétences très spéciales…
LE LAIDORAMA : C’est l’halloween et les trois cousins confectionnent leur déguisement chez leur grand-mère.

À la recherche d’un accessoire qui rendrait plus crédible le costume de monstre d’Édouard, ils retourneront à Monstroville et y découvriront le Laidorama…
ooZ : Êtes-vous superstitieux ? Craignez-vous les chats noirs qui rôdent les vendredis 13 ? Croyez-vous que passer sous une échelle porte malheur ? Évidemment, à Monstroville, comme tout est différent d’ailleurs, on adore ce qui attire la malchance…
Parcourez la série DESTINATION MONSTROVILLE ici.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 13 juin 2021

GORE STORY, le livre de GILLES BERGAL

GORE STORY

Commentaire sur le livre de
GILLES BERGAL

*Le commandant était dans un piteux état…
-Commandant ! Je vous croyais à l’agonie.
-Eh bien, tu t’es trompée, et c’est à ton tour
de crever, comme tous ceux que tu as
rassemblés ici… elle chercha une issue, mais
il n’y en avait pas…*
(Extrait : GORE STORY, Gilbert Gallerne, Édition
Objectif Noir, 2015. Édition numérique 115 pages
numériques)

C’est dur de tuer un personnage de roman. Surtout quand le personnage en question est une…tueuse. Fabien Chevriez, auteur de la série BLOODY MARY en fait l’expérience quand, après 37 épisodes sanglants, il décide de se débarrasser de ce personnage et de passer à autre chose. C’est alors qu’un mystérieux fanatique commence à tuer des personnes proches de Chevriez en copiant les manières de BLOODY MARY. Chevriez l’a compris mais il a la tête dure. L’étau se resserre. Avec de l’aide, Fabien tente de résoudre l’énigme pendant que les assassinats s’enchaînent.

Avant-propos

Avant de commenter GORE STORY je veux juste préciser la différence entre deux genres littéraires cousins. D’abord le GORE : d’après l’internaute, le gore est un genre qui privilégie les scènes dans lesquelles le sang coule. Le gore est issu de l’horreur. À ce sujet, Wikipédia est beaucoup plus direct et inspiré en disant que le gore est un sous-genre caractérisé par des scènes extrêmement sanglantes et très explicites dont l’objectif est d’inspirer au spectateur le dégoût, la peur, le divertissement ou le rire.

Le genre TRASH est différent. TRASH est un terme familier emprunté à l’anglais qui désigne quelque chose de sale, similaire à un déchet ou une ordure. Par extension, une histoire trash est plus que médiocre, de très mauvaise qualité ou vulgaire. D’après Wikipédia, une action, une œuvre, voire une personne, sale, répugnante ou moralement malsaine. Je vous ai déjà parlé de la littérature neurasthénique du Marquis de Sade.

Son livre LES 120 JOURNÉES DE SODOME est un excellent exemple d’œuvre TRASH, tout comme 18 MEURTRES PORNO DANS UN SUPERMARCHÉ de Philippe Bertrand, ou encore comme le nullissime BAISE MOI au cinéma, le désormais célèbre navet de Virginie Despentes et Coralie Thrin Thi.

GORE STORY est un livre du genre GORE comme LE RÉVEIL DES MORTS VIVANTS de John Russo, ou HERBERT WEST RÉANIMATEUR du grand HP Lovecraft… encore étonnant qu’à l’origine, GORE STORY ait été édité aux éditions TRASH.

UN AUTEUR TUE SA TUEUSE
*-Hier un type est venu me reprocher davoir
fait mourir mon personnage. Il m
a menacé,
Noémie est intervenue, ils se sont disputés,
et il a fini par se mutiler avant de disparaître.*
(Extrait : GORE STORY)

Je n’ai jamais été un amateur de gore et ce n’est pas le livre de Bergal qui m’a réconcilié avec le genre. Je trouve toutefois intéressant de voir évoluer une histoire dans laquelle un romancier tue son personnage principal, Bloody Mary, après lui avoir fait couler le sang aux gallons sur 37 livres. Je m’attendais à une touche d’originalité, je n’en ai pas trouvé. J’y ai noté toutefois certaines qualités qui plaisent dans les circonstances.

Par exemple l’humour…il sera soit noir soit coquin, mais on en trouve beaucoup dans GORE STORY : *…Marguerite voyait tout et son cerveau fonctionnait à merveille. Il y avait longtemps qu’elle avait repéré la complicité entre l’auteur et l’attachée de presse et elle avait eu vite fait d’additionner deux et deux pour trouver soixante-neuf.* (Extrait)

Dans ce livre l’humour noir arrache des sourires et peut aussi générer des frissons : *En deux ou trois coups, la tête partit vivre sa vie de son côté tandis que le reste du corps demeurait allongé façon Louis XVI sur la table LOUIS XV.* (Extrait) Intéressante aussi est la façon dont Bergal insère l’humour en tournant les phrases de façon rythmique à grand renfort de jeux de mots : *La nuit noyait les lieux comme une nappe de néant où n’entrait nul néon mais quelques noctambules noctambulaient néanmoins nonobstant la noirceur nocturne…* (Extrait) Autant de tournures de phrases qui sont rythmiques en effet mais qui ne veulent pas dire grand-chose.

En général, les livres du genre GORE ne sont pas très longs et sont extrêmement violents, le sang coulant à flot. Dans Gore story, ne manquerait qu’un vampire pour tout nettoyer (si je veux prendre mon tour de faire une blague douteuse).

L’auteur aurait pu innover tout en restant dans le genre. Malheureusement, ce n’est pas le cas, sur le plan littéraire Gore story présente beaucoup de lacunes comme d’ailleurs les autres histoires gore que j’ai lues dans les dernières années. L’aspect policier/enquête est sous-développé. D’ailleurs la trame en général est sous-développée.

Une fois qu’un meurtre est commis, on dirait que l’auteur expédie sa petite cuisine pour passer plus vite au meurtre suivant. À partir des trois quarts du livre, on sent l’essoufflement de l’auteur jusqu’à la finale qui est carrément catapultée sans oublier l’écrivain Fabien Chevriez qui fait copain-copain avec la commandant de police. C’est d’un kitch absolu.

Enfin, il n’y a pas d’émotion dans cette histoire comme dans Jason ou Freddy au cinéma. Dans GORE STORY, Fabien Chevriez perd ses amis un par un avec un détachement choquant. Je ne crois pas vraiment que le gore soit hermétique au changement. C’est l’auteur qui en décide. GORE STORY est saturé de rouge et ça s’arrête là. Heureux de passer à autre chose.

Gilles Bergal est un Pseudonyme de Gilbert Gallerne. Il est né en 1954, est un écrivain français de roman policier, lauréat du Prix du Quai des Orfèvres 2010. Banquier de profession, il a été critique littéraire et a traduit plusieurs best-sellers américains. Le fantastique est son genre littéraire préféré. Sous son pseudonyme, il a publié plusieurs nouvelles, des romans d’horreur et sous le nom de Milan, il a publié le cycle ANTICIPATION. Il publie maintenant sous son vrai nom chez Fleuve Noir. Il collabore régulièrement à une revue consacrée à l’écriture. Dans sa chronique intitulée ÉCRIRE, il donne de judicieux conseils aux jeunes auteurs émergents.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le samedi 14 décembre 2019