LA PESTE le grand classique d’Albert Camus

 

D’ALBERT CAMUS
Le roman raconte sous forme de chronique la vie quotidienne des habitants pendant une épidémie de peste qui frappe la ville d’Oran et la coupe du monde extérieur.

UN CLASSIQUE INCROYABLEMENT ACTUEL                                 

*…leur première réaction par exemple, fut d’incriminer l’administration. La réponse du préfet, en présence des critiques dont la presse se faisait écho, -ne pourrait-on envisager un assouplissement des mesures envisagées- fut assez imprévue* (Extrait, LA PESTE, Albert Camus, publié à l’origine par Gallimard en 1947, par la suite, le roman a été réédité une impressionnante quantité de fois jusqu’en mars 2020 où il fut réédité par l’éditeur d’origine, Gallimard. Ces incessantes réimpressions firent de ce roman un des plus grands succès éditoriaux de l’histoire littéraire. J’ai personnellement choisi la version audio de l’œuvre.)

Au moment d’écrire mon article, la pandémie COVID 19 sévit sur toute la terre depuis plus d’un an. Ce fléau a eu et a toujours de nombreux effets sur l’humanité. Changera-t-il sa face ? C’est un autre débat. Mais un des effets culturels de ce désastre fut la réactualisation d’un ouvrage classique qui a conservé toute sa vigueur littéraire : LA PESTE écrit en 1947 par Albert Camus, un roman philosophique. Camus raconte comment s’est répandu et vécue une épidémie de peste déclarée à Oran, une ville d’Algérie française en 1945. Une épidémie modérée car limitée à la grande région d’Oran qui s’est rapidement déclarée dans ce qu’on appelle de nos jours *zone rouge*. Aussi, l’épidémie n’a jamais atteint le stade de pandémie. Je note aussi que ce livre figurait dans les projets d’écriture de Camus bien avant que l’épidémie ne se déclare à Oran. Si je me réfère aux carnets autobiographiques de l’auteur, il y réfléchissait même depuis 1941. Cela fait de son livre une fiction et non un roman historique mais consacre à l’auteur une qualité de visionnaire avec ce livre qui présente d’étonnants parallèles avec la pandémie du COVID. Mais attention. Il y a aussi d’importantes exceptions.

Voyons d’abord les exceptions et différences qui brisent le lien avec la situation actuelle du COVID. D’abord, la peste est une maladie infectieuse morbide, mortelle presque à 100% dans le cas de la peste pulmonaire, et hautement contagieuse. Donc, beaucoup plus dramatique que le COVID. Mais surtout, dans le livre de Camus, si les morts s’empilent, la vie communautaire semble continuer comme si de rien n’était : cinéma, restaurant, shoping, rencontres de groupe, allées et venues dans tous les sens…dans ce récit, la notion de confinement n’existe pas ou tout au moins celle de distanciation sociale. Je ne comprends pas ce choix de l’auteur car même dans les années 40, pour une maladie aussi contagieuse, il allait de soi d’imposer un confinement ou au moins de le recommander fortement.

Pour le reste, tous les liens sont là : mesures sociales, isolation régionale, hésitations des autorités, retards administratifs, incohérences, épuisement dans les milieux de la santé, l’engagement, l’altruisme, etc. Les analogies avec la pandémie du coronavirus sont telles que les ventes du roman ont augmenté considérablement depuis un an.

En dehors des liens avec la pandémie du COVID des années 2020 et si je tiens compte des éléments contextuels de l’époque, le livre de Camus m’a accroché et m’a ému. Le livre est d’abord axé sur la gestion des évènements mais dans sa deuxième moitié, le récit prend une tournure plus philosophique avec des réflexions sur le sens de la vie et les profondes préoccupations individuelles et sociétales. L’écriture devient quelque peu ambivalente, floue et pourtant limpide si je fais référence à la description qu’Albert Camus fait de la misère humaine. Il y a autant de personnages que de perceptions de la morale, mon préféré étant le bon docteur Rieux qui les dépasse tous par l’altruisme, le don de soi et l’abnégation. Il est le pilier de cette histoire s’il n’en est le héros. Pardonnez l’expression, mais c’est un livre qui m’a brassé. Je l’ai trouvé humaniste et j’ai été touché par le réquisitoire d’Albert Camus contre l’indifférence. Il a combattu l’indifférence comme Voltaire a combattu l’intolérance. L’ouvrage va plus loin je crois que l’auteur ne l’avait prévu dans sa réflexion. Il pousse à une profonde introspection. Un ouvrage frappant par les vérités qu’il véhicule. À lire absolument.

Avec L’HOMME RÉVOLTÉ et LES JUSTES, LA PESTE fait partie du CYCLE DE LA RÉVOLTE, œuvre majeure d’ALBERT CAMUS (1913-1960)

(Une scène m’a particulièrement attristé dans LA PESTE :
l’agonie d’un enfant. Le passage le plus douloureux de
l’œuvre. Ce qui explique je crois, cette citation de Camus.)

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 28 mars 2021