Je m’ennuie, le livre de MICHELINE CUMANT

*Chéri, me demande-t-elle, est-ce ennuyeux de ne rien faire ? –Non mais c’est terriblement fatiguant. On cherche désespérément quelque chose à faire, on fait de tels efforts que quand on l’a trouvé, on en plus l’envie ni le courage. Alors que faire ? -Tu vois, tu cherches déjà.* (Extrait de la première nouvelle du même titre que le recueil JE M’ENNUIE, Micheline Cumant, Éditions BoD numérique, 2005, 200 pages)

Sennuyerconcerne tout le monde et toutes les époques. Que l’on soit un artiste-peintre, une comptable, un chevalier du Moyen-âge, une vache, un soldat en 1940 ou la tour Eiffel, nous sommes tous confrontés à ce vilain parasite que constitue lennui. Ce recueil décrit des personnages qui ont tous un point en commun : ils sennuient dans une vie monotone et grise et cet ennui les pousse à agir d’une certaine façon…logique ou non, selon les circonstances personnelles et historiques. Même les vaches et les pianos peuvent le dire. Il suffit presque déchanger sur la question pour effacer la mélancolie induite par lennui. Ça en est distrayant…

UNE APOLOGIE DE L’ENNUI
*L’ennui de la vie au couvent lui ayant inspiré
d’amener un homme de Dieu au bord du
précipice, la Comtesse en conclut que ce
sentiment est le pire des ennemies de la
vertu.*
(Extrait de la nouvelle DE VERSAILLES AU COUVENT,
recueil JE M’ENNUIE)

Tout le monde est, tôt ou tard, victime de cette plaie qu’on appelle l’ennui. Remarquez, en ce qui me concerne, si j’ai quelques livres près de moi ou à portée, je ne peux pas m’ennuyer. Or comme l’ennui fait l’objet d’un livre, ma curiosité a été piquée. J’ai trouvé l’ensemble original parce que l’auteure semble vouloir vider la question de l’ennui à travers quatorze nouvelles qui développent toutes les facettes de l’ennui : indifférence, solitude, mélancolie, désaffectation, lassitude, personne blasée et j’en passe.

Je n’avais jamais réalisé que l’ennui pouvait avoir autant de tentacules, autant de corollaires. L’auteure utilise un certain pouvoir empathique et va jusqu’à se mettre à la place de la Tour Eiffel : *Des poètes ont fait une pétition contre moi, ils m’ont traitée de lampadaire, de squelette, de cheminée d’usine…et un historien d’art a dit un jour qu’il habitait «au pied du monument le plus laid de Paris»* (Extrait) Et maintenant que Paris a accepté la tour comme symbole, s’ennuie-t-elle toujours?

En plus de décrire et de dénoncer d’une certaine façon les conséquences et implications de l’ennui comme l’errance par exemple qui fait l’objet d’une nouvelle très intéressante du recueil, *Je suis le Seigneur Enguerrand qui ère dans son château retrouvé mais que les murs ne peuvent plus reconnaître…* (Extrait) ou encore le vice, fallait y penser : une tare qui affectait entre autre la dernière maîtresse de sa majesté Louis XV, madame Jeanne Bécu de Cantigny de Vaubernier, un monument d’égocentrisme appelé plus simplement la comtesse du Barry : *L’ennui étant un diable qui poussait au vice, elle chercha dans son entourage quelque personne à séduire ou, à défaut, à tourmenter…* (Extrait de la nouvelle DE VERSAILLES AU COUVENT), l’auteure donne vie et parole à des objets. La tour Eiffel est un exemple.

Un autre exemple m’amène à parler de ma nouvelle préférée dans ce recueil de Micheline Cumant. Avez-vous déjà essayé de vous mettre à la place d’un piano? Avez-vous déjà pensé que cet instrument pouvait s’ennuyer à mourir? Avec une plume d’une remarquable sensibilité, l’auteure nous amène, le temps d’une douce rafale de mots, à devenir un piano…un petit épisode à saveur onirique qui nous fait vivre le quotidien de cet instrument fier et prestigieux : *…j’ai été choisi par cet humain «qui débute», pas grave, il pose les doigts sur les touches, pas très adroit, mais il fait attention. Hélas, il n’est pas patient et quand il n’arrive pas à la fin de son petit morceau, il me crie dessus…* (Extrait de la nouvelle LES GAMMES)

L’auteure donne aussi vie et parole à des animaux comme le suggère la page couverture…encore un peu de cette empathie bien spéciale s’il-vous-plait : Voici la parfaite vie de vache : brouter, ruminer, dormir, regarder passer les trains jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de trains…

J’ai été séduit par ce petit recueil. La plume est fluide et l’expression du langage d’une grande simplicité. L’ensemble est original et je crois que l’auteure a relevé un défi très intéressant en développant un thème un peu abstrait : l’ennui et les différents éléments qui induisent cet ennui : la monotonie, la lassitude, le désœuvrement.

Il faut l’admettre, tout le monde a, tôt ou tard comme une espèce de vide intérieur qui nous enlève goût, volonté et intérêt. Pour les humains, c’est un désagrément temporaire…enfin dans la plupart des cas. Décrire l’ennui des objets apporte à l’ensemble un caractère singulier, original. Et voilà l’ennui schématisé, dédramatisé, dessiné presque à la perfection et qui pousse le lecteur à dire c’est bien vrai tout ça.

Je crois que l’auteure a eu un éclair d’inspiration. Il fallait y penser : décortiquer l’ennui avec distinction, élégance et pour certaines nouvelles, une écriture qui frôle la poésie. Un certain sens de l’humour vient égayer tout l’ensemble. Ce n’est peut-être pas un livre appelé à enflammer la littérature et passer à l’histoire mais je l’ai trouvé intéressant et divertissant et je vous le recommande ne serait-ce que pour sortir des sentiers battus. Je crois que vous ne vous ennuierez pas.

Sur Atramenta.net, Micheline Cumant se présente de cette façon : *violoncelliste de formation, musicologue, professeur de bridge…on fait ce qu’on peut ! J’ai toujours écrit mais il a fallu la venue du Net pour que je me lance dans l’auto-édition. Je suis publiée chez Books on Demand et Amazon create space. Je donne aussi bien dans le roman, le roman policier, le fantastique que dans le livre pratique (musique, partitions, jeux de société). Je décris plus facilement les petits pas-doués que les héros, mon chat est un détective, et mes personnages écoutent Jean-Sébastien  Bach au milieu des tours de la Défense…

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 1er mars 2020

ENLÈVEMENT, le livre de TARA TAYLOR-QUINN

*Après tant de mois passés sur la route à la
recherche de son fils, elle n’avait vraiment
pas besoin qu’on lui dise que la police se
chargerait de le trouver…elle n’avait pas
besoin non plus de compassion, de pitié, de
sympathie, de conseils et de Dieu sait quoi
encore. Elle avait besoin de son fils, point
final.*
(Extrait : ELÈVEMENT, Tara Taylor Quinn, 2007,
Harlequin, S.A., numérique, 530 pages)

Une jeune et riche femme d’affaires à la tête d’un vaste empire industriel voit sa vie basculer quand son fils de cinq ans est enlevé au beau milieu d’une fête foraine. Pas de demande de rançon, un silence à glacer le sang. Désespérée, elle commence une longue quête, prête à tout pour récupérer son enfant. Aidée d’un détective privé, la jeune femme explore la moindre piste, exploite le moindre indice. Alors qu’elle s’approche lentement de la fin de sa quête, elle n’a aucune idée de la découverte terrifiante qui l’attend, pire que tout ce qu’elle aurait pu imaginer. Il n’y a qu’une seule chose de sûre, Amélia fera n’importe quoi pour retrouver son fils, y compris l’inimaginable.

Prête à tout…
*Ses yeux cherchaient désespérément le moindre
bout de tissu vert dans la foule. Elle vivait le pire
des cauchemars. Ce qu’elle craignait le plus au
monde était en train de se produire. Et elle ne
savait pas quoi faire…*
(Extrait : ENLÈVEMENT)

Le livre développe un sujet assez répandu en littérature, au cinéma et à la télévision : l’enlèvement d’un enfant : Charles est enlevé. On soupçonne tout de suite Kathie, la nounou qui vouait à l’enfant un amour démesuré. Kathie est congédiée. L’enfant disparait peu après, puis Kathie devient introuvable.

La plume de Tara Taylor Quin n’apporte rien de vraiment nouveau même si son récit est assez bien ficelé et pousse le lecteur à se mettre à la place de la pauvre Amélia qui recherche désespérément son petit Charles. Ce qui m’amène à vous parler du rapport de force et de faiblesses du récit.

La principale faiblesse du livre tient dans l’errance interminable de la mère pour retrouver son fils. Pendant neuf mois, Amélia va de ville en villes, accumule les mensonges afin de gagner la confiance des citoyens. Elle voit son fils partout, même dans sa soupe si ça se trouve. À chaque semblant de piste, son intuition prend le dessus sur l’avis de son détective privé. Dans chaque ville, c’est le même *patern*.

C’est seulement dans le dernier quart du livre que j’ai senti que l’étau se resserrait autour du kidnappeur, jusqu’à la grande finale qui, quoique d’une densité assez captivante, ne m’a pas vraiment surpris.

Vous voyez où je veux en venir? Le récit m’a paru redondant et son ton un peu misérabiliste. Aussi, l’accent est surtout mis sur la quête laborieuse d’Amélia. Pendant ces 9 mois d’errance, on a peu de nouvelles de l’enfant. Je ne souhaitais pas nécessairement deux récits parallèles, mais un peu plus de détails sur ce que vivait Charles aurait certainement ajouté un plus à l’histoire et ravivé mon intérêt.

Quant à la force du récit, elle réside à mon avis dans la psychologie d’Amélia. Tout au cours de sa quête, cette femme riche et indépendante, développe une seconde personnalité avec laquelle elle croit avoir plus de chances de retrouver son fils. On assiste graduellement à une transformation de ses valeurs, et étrangement, ces changements évoluent plus vite que sa quête.

Cette femme incroyablement riche, à la tête d’une multinationale prospère, qui consacrait peu de temps à sa famille modifie et précise graduellement sa vision de la vie grâce à ce qu’elle découvre dans ses nombreux déplacements : l’amitié, l’empathie, l’entraide, la valeur des sentiments et le courage. Je dois le dire, cet aspect du récit est venu me chercher et a *sauvé les meubles* pour utiliser l’expression consacrée.

Pour moi, ce livre est intéressant, mais ça s’arrête là. Il se lit quand même vite, la plume est fluide et le fil conducteur est bien ancré. À vous de voir…

Tara Taylor Quinn est une auteure américaine. Elle a écrit plus de 70 romans. Plusieurs ont été traduits en une vingtaine de langues. Elle s’est spécialisée dans la littérature romanesque et sentimentale mais elle a aussi écrit plusieurs suspenses dont le succès a été plutôt flatteur. La touche émotionnelle et profondément psychologique qu’elle imprègne à ses récits a séduit des millions de lecteurs.

Pour parcourir la bibliographie de Tara Taylor Quinn, cliquez ici.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le dimanche 15 avril 2018