L’ASILE, le livre de MADELEINE ROUX

*…La maison devait les contenir.
Et une fois entrés,
ils n’en sortiraient jamais.*
(Extrait du prologue de L’ASILE de
Madeleine Roux, HarperCollins 2013,
t.f. :  Éditions AdA, 2017. Édition de
papier, 320 pages)

UNE FOIS ENTRÉ, PLUS MOYEN D’EN SORTIR. Pour Dan Crawford, un ado de seize ans, un programme estival pour étudiants doués représente la chance d’une vie. Personne d’autre à son école ne comprend sa fascination étrange pour l’histoire et la science, mais au sein du programme préparatoire du Collège du New Hampshire, ces excentricités sont pratiquement des prérequis. À son arrivée, Dan apprend que la résidence estivale habituelle a fermé ses portes, obligeant les étudiants à demeurer dans un édifice qui tombe en ruines, Brookline – un ancien hôpital psychiatrique. À mesure que Dan et ses deux nouveaux amis, Abby et Jordan, explorent les couloirs sinueux et le sous-sol dissimulés de Brookline, ils découvrent des secrets troublants sur les événements survenus entre ses murs… Des secrets qui lient Dan et ses amis au passé sombre de l’asile. Car Brookline n’était pas un hôpital psychiatrique ordinaire. Et certains secrets refusent de demeurer enfouis.

TROUBLANTES EAUX TROUBLES
*Brookline exerce une emprise sur les gens.
Ça a toujours été le cas. C’est la prophétie
autoréalisatrice de la démence. Si quelqu’un
te dit assez souvent que tu es fou, au bout
du compte, ça devient la réalité.*
(Extrait : L’ASILE)

Vous avez sans doute lu le synopsis un peu plus haut, et vu la page couverture. C’est exactement ce qui m’a attiré et poussé à la lecture de ce livre, en plus du fait que je ne connais pas l’auteure. Comme j’aime découvrir de nouveaux auteurs, je me suis lancé. Je me suis vite rendu compte que ce livre n’est qu’une autre variation sur un thème surexploité en littérature et au cinéma.

En effet, l’action se déroule dans un ancien établissement de santé mentale qui, à une époque où ces hôpitaux psychiatriques, qui portaient le nom d’*ASILE*, réservait à plusieurs de ses patients des traitements aussi barbares qu’inutiles au nom de l’expérimentation médicale bien sûr mais aussi trop souvent pour assouvir les passions de médecins sadiques et tordus. Vous vous doutez donc que des âmes prisonnières rôdent dans les sous-sols, très profonds semble-t-il, de l’établissement qui accueille des étudiants en pension.

Ce qui m’a gardé dans l’histoire, c’est surtout l’atmosphère qui s’en dégage. J’ai eu de la difficulté avec le reste. L’histoire tourne autour de Dan, 15 ans dont le nom complet est Daniel Crawford. Il se lie d’amitié avec Abby et Jordan. Le trio nouvellement formé est bizarre et désassorti. Je n’ai pas pu vraiment m’attacher aux personnages : Dan a été balloté de famille d’accueil en famille d’accueil pour finalement être adopté. Il devient parfois lunatique et a des blancs de mémoires.

Jordan est un homosexuel qui vient de faire son coming out et vit avec la peur constante d’être rejeté. Son caractère est un peu instable. Abby est une petite boute en train, drôle. Pendant l’histoire, Dan se découvre un petit sentiment pour Aby. Mais l’intrigue prend le dessus sur une histoire d’amour qui a une misère noire à décoller et qui finalement n’aboutira jamais, du moins pas dans ce tome. J’ai trouvé cet aspect de l’histoire frustrant, quelconque et simpliste.

Donc, pour ce qui est de l’histoire, c’est du déjà vu, tout comme le fait par exemple que les trois principaux personnages découvrent, pendant leur enquête qu’ils ont un lien mystérieux avec l’établissement et son passé. Sachant que le paranormal est un genre littéraire qui se renouvelle difficilement et c’est pire au cinéma avec des séries qui ne finissent pas de finir, je pense que l’auteure a fait un effort pour rendre le tout intéressant, misant sur deux forces en particulier. Premièrement, l’intrigue est évolutive car le lecteur se posera la question jusqu’à la fin : Qui est l’auteur des meurtres ? Ce n’est pas simple je vous assure. Le mystère est bien entretenu jusqu’à la fin.

Et, ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce livre et qui vient compenser les faiblesses, c’est cette atmosphère…ce non-exprimé de mystère et ça s’épaissit au fur et à mesure que les jeunes descendent dans les sous-sols de l’établissement pénétrant ainsi dans les arcanes de la peur. Évidemment, ça vient réactualiser les incroyables excès dont ont été victimes de nombreuses personnes handicapées mentales au milieu du 20e siècle. Dans la deuxième moitié du récit, le paranormal transpire presque dans chaque page.

Enfin, il y a deux finales dans ce livre : la petite, qui tient sur quelques chapitres, et la grande qui tient sur deux lignes et qui pourrait vous donner la chair de poule pour autant que l’histoire vous a vraiment accroché. Évidemment la grande finale appelle à une suite qui est d’ailleurs connue au moment d’écrire ces lignes, elle s’intitule LE SANCTUAIRE. À la fin de L’ASILE, l’éditeur a pensé vous donné une idée de la suite en publiant le chapitre 1. Ça n’apprend rien sur rien sinon que Dan s’ennuie un ptit peu d’Aby et de Jordan. À mon avis, l’éditeur aurait dû s’abstenir ou mettre quelque chose d’un peu plus accrocheur.

Voilà…ça ne réinvente pas le genre paranormal…PARANORMAL ACTIVITY, CONJURING, BLAIR PROJECT, POLTERGEIST…il y a un peu de tout même si l’ensemble est quand même un peu moins paniquant et évoque sans y croire vraiment le syndrome de la personnalité multiple ou double-personnalité. J’aurais souhaité que les relations interpersonnelles du trio de jeunes soient un peu moins insignifiantes, mais tout de même, l’intrigue est là et le mystère aussi. Ça se lit vite, chapitres courts sans trop de longueurs. Plume efficace. J’en fais la suggestion : L’ASILE et sa suite LE SANCTUAIRE de Madeleine Roux.

Madeleine Roux est titulaire d’un baccalauréat en écriture créative et en interprétation du Collège Beloit en 2008. L’année suivante, elle a terminé un baccalauréat spécialisé proposant, rédigeant et présentant un roman de fiction historique complet. Peu de temps après, elle a commencé le blog de fiction expérimental Allison Hewitt Is Trapped qui s’est rapidement répandu dans toute la blogosphère, apportant une expérience unique de fiction en série aux lecteurs. Née au Minnesota, elle vit maintenant et travaille dans le Wisconsin où elle apprécie la bière locale et la préparation pour l’apocalypse finale et inévitable de ZOMBI.

À LIRE AUSSI :

De la même auteure…

LE SANCTUAIRE

BONNE LECTURE
Claude Lambert

Le vendredi
3 avril 2020

L’EMPIRE DU SCORPION, de SYLVAIN MEUNIER

*Une fois qu’elles furent bien installées, Dorothy lui
demanda d’être assez aimable de la laisser parler
sans l’interrompre et de ne pas lui poser de questions.
Le récit qu’elle s’apprêtait à faire était en elle depuis
longtemps. <Je suis consciente que la chose sera
impossible, Emma, mais l’idéal serait que vous oubliiez
ce que je m’apprête à vous raconter.>*
(Extrait : L’EMPIRE DU SCORPION, Sylvain Meunier, Guy
Saint-Jean Éditeur, 2014, édition de papier, 485 pages)

Percival Imbert accompagne sa femme au Centre commercial de son quartier. Sur place il la laisse aller et s’installe sur un banc. Après un certain temps il commence à s’inquiéter. Qu’est-ce qu’elle fait? Paniqué, il fait lancer un appel. Pas de réponse. Marie Doucet a disparu. Enlèvement? Meurtre? Aucune possibilité n’est écartée, y compris la participation d’un être obscur, ignoble, régnant dans les hautes sphères de la politique canadienne, à l’abri de sa fortune colossale qui magouille, fait chanter en toute impunité et signe des crimes sordides. L’enquête  amènera l’inspectrice Jacinthe Lemay  plus loin qu’elle pensait.

INTRODUCTION À LA POLITIQUE-FICTION
*«Pauvre vieille ordure…Si puissant, si brillant et
tellement aveugle…Vous n’avez rien compris,
Père, rien vu. J’aurais pu passer outre l’horreur
du viol. C’était la première fois que vous vous
intéressiez à moi, après tout…ce qui a rendu
toute forme de pardon impossible, c’est qu’après,
je n’ai pas pu vous garder pour moi, pour moi
toute seule.
(Extrait : L’EMPIRE DU SCORPION)

On aurait pu intituler ce livre LA MYSTÉRIEUSE FEMME DU MYSTÉRIEUX PERCIVAL IMBERT. Je m’explique. Lors d’un magasinage de Noël dans un centre commercial, Percival Imbert perd de vue sa femme Marie Doucet. Il ne la reverra plus. L’enquête est confiée à Jacinthe Lemay qui se lancera dans une investigation extrêmement complexe. Jacinthe apprendra beaucoup de choses très troublantes.

Jacinthe en viendra à se demander si Marie Doucet existe réellement. En fait, elle ne trouve aucune trace de son existence. Elle doit fouiller encore plus loin, cette fois au risque de sa vie car elle commence à en savoir un peu trop, entre autres que le nom de Marie Doucet est associé à d’obscures manœuvres politiques à l’époque où le Parti québécois annonce la tenue d’un référendum.

Il semble que Marie Doucet travaille pour un obscur organisme gouvernemental qui ne reconnait pas son existence. Jacinthe apprendra aussi que les principaux personnages dont elle-même auraient d’étranges liens de parenté. Il semble aussi que Percival Imbert doit combattre un monstre qui est en lui.

Les questions vont se bousculer dans l’esprit du lecteur : qui est Percival Imbert, ce personnage introverti qui parle toujours de lui à la troisième personne du singulier ? Le monstre qui l’habite serait-il en fait le syndrome de la double personnalité?  A-t-il inventé Marie Doucet? (Même dans sa propre maison, tout ce qui aurait un rapport avec Marie Doucet a été complètement occulté) Sinon que lui est-il arrivé? Meurtre, enlèvement ?

Je ne veux pas aller trop loin, mais je peux vous dire que Jacinthe Lemay fera des découvertes pour le moins surprenantes. Ce qui était au départ une simple disparition devient une saga d’espionnage, une obscure et surprenante histoire de famille, une guerre de pouvoir, le tout dans un contexte politique explosif, celui du Québec des années 80.

J’ai beaucoup aimé ce livre, en particulier à cause de cette capacité de l’auteur de maintenir une aura de mystère autour des trois principaux personnages et ce jusqu’à la fin de l’histoire. De pages en pages, le lecteur se questionne, s’interroge, s’accroche. Ce que j’ai trouvé banal au départ est devenu captivant puis addictif.

C’est un récit très spécial par la qualité de son développement, le magnétisme de ses personnages et la plume de Sylvain Meunier que j’ai trouvé très forte en intrigue, en précision et en subtilité. Je mentionne aussi que le récit est très fluide et sa finale est surprenante. Et l’ensemble n’est pas dénué d’humour : *« … à l’impossible, nul n’est tenu, et au possible non plus, si le nul en question travaille au gouvernement ! »*
(Extrait)

Si je peux me permettre de rapporter une petite faiblesse, dans le récit, il n’y a pas vraiment de temps morts, mais il y a beaucoup de personnages secondaires dont plusieurs font des apparitions plutôt aléatoires. Ça devient mêlant un peu, j’ai dû revenir en arrière dans ma lecture pour replacer certains personnages dans leur contexte. Mais ça n’a rien de rebutant. Il suffit de se concentrer, dans un endroit calme et de se fier au fil conducteur de l’histoire qui ne souffre d’aucune déviation.

Un bon livre…d’autant que ça se passe au Québec et que je me suis reconnu dans son environnement géographique et politique. En terminant, je vous laisse sur un autre petit mystère : Le titre. Pourquoi L’EMPIRE DU SCORPION comme titre : le mot empire pourrait évoquer le pouvoir, le mot scorpion pourrait évoquer le venin. Venin et pouvoir vont bien ensemble je pense. C’est à vous cher ami lecteur de résoudre le mystère. Un petit indice peut-être ? Le mot scorpion est intimement lié au mystérieux Percival Imbert.

On ne s’en sort pas…il faut se rendre au bout…et c’est un plaisir.

Sylvain Meunier est né en 1949, à Lachine (Québec). Il obtient un baccalauréat en Études françaises avec une spécialité en éducation à l’Université de Montréal. Retraité de l’enseignement depuis 2006, il a été professeur dans plusieurs écoles de Montréal, en français et en anglais, puis en adaptation scolaire. Il a surtout écrit pour les jeunes, à LA COURTE ÉCHELLE des contes pour les tout-petits, la série GERMAIN pour les  jeunes lecteurs. En 2001, Sylvain  Meunier publie pour les adolescents L’ARCHE DU MILLÉNAIRE. Il récidivera en 2007 avec PIERCINGS SANGLANTS. Trois fois finaliste au Prix du Gouverneur Général du Canada, Sylvain Meunier remportera le prix Création en littérature du premier Gala de la Culture de la ville de Longueuil pour la série RAMICOT BOURCICO.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le dimanche 20 janvier 2019