I.R.L. le livre d’AGNÈS MAROT

I.R.L.

Commentaire sur le livre de
AGNÈS MAROT

*Cette fois, ce n’est pas de la fiction. Personne ne vous
cachera la vérité qui dérange, n’enclenchera une jolie
musique quand vous vous mettrez à pleurer. Aucun
écran ne vous protégera de votre propre histoire.*
(Extrait : I.R.L., Agnès Marot, Gulf stream éditeur,
collection Electrogen3, science-fiction, 2016, édition
numérique, 444 pages)

Je m’appelle Chloé Blanche et j’ai grandi à Life City. Comme tous les habitants, j’ignorais que nous étions filmés en permanence, que nous étions un divertissement pour des milliers  et des milliers de foyers. J’ignorais que nous étions les personnages de PLAY YOUR LIFE, l’émission qui fait fureur hors de Life City, IRL. J’ignorais surtout à quel point nous étions manipulés. Puis j’ai rencontré Hilmi, le nouveau à la peau caramel…le garçon qui faisait battre mon cœur mais que ceux qui tirent les ficelles ne me destinaient pas. C’est ainsi, que j’ai découvert ce que nous étions, Life City : Les personnages d’un immense jeu vidéo

Et si on était des *SIMS*
*Il a conçu un programme pour empêcher un joueur de se
connecter à son personnage…Il suffit de lui construire un
support dans Life City pour l’attacher aux IA, un bracelet
par exemple ; on ne peut pas le matérialiser nous-mêmes,
toutes les entrées sont surveillées maintenant. Tu le passes
au poignet de ta mère, et personne ne pourra plus rien contre
elle.*

(Extrait:  I.R.L.)

 Non, la liberté, c’est permettre à l’autre de penser, de choisir et
même de se tromper si ça lui chante. Et dans ton monde, personne
n’est libre. Pas plus que dans le mien. »
(Extrait I.R.L.)

Pour bien apprécier voire savourer cette histoire, le lecteur doit d’abord en comprendre les principales définitions. PLAY YOUR LIFE : Un jeu virtuel très futuriste dans lequel les utilisateurs créent des avatars très semblables aux humains et les font évoluer dans un monde virtuel très proche de la réalité appelé LIFE CITY. Ce jeu évoque ce qui pourrait être son ancêtre : LES SIMS poussés à un très haut degré de perfection. Les créateurs et utilisateurs et les téléspectateurs qui bénéficient de cette téléréalité font partie de l’IRL : In real life. *Life city n’est pas la ville que tu penses connaître, commence-t-il. C’est une société qui a été imaginée pour permettre aux gens de la vie réelle comme moi, de se divertir. Vous êtes une sorte de—jeu télévisé à échelle géante. * (Extrait)

Deuxième petit devoir du lecteur, c’est qu’il devra composer avec des réalités qui s’imbriquent, des sauts dans le temps, des narrations différentes parfois dans le même chapitre et elles ne s’annoncent pas. Les lecteurs et lectrices auront plaisir je crois à démêler tout ça et je dois dire qu’ils sont très bien outillés par l’auteure qui fournit une plume d’une extraordinaire efficacité et un fil conducteur qui aident les lecteurs à garder le cap.

L’originalité, la trouvaille dans cette histoire est qu’un des personnages, l’héroïne Chloé Blanche développe de façon totalement imprévue un impressionnant quotient émotionnel et finit par échapper à tout contrôle et ce n’est pas le seul problème de son créateur, Link Rinku qui devient jaloux d’un personnage qui aurait un petit sentiment pour Chloé : Hilmi. Link en vient à faire des bêtises et ça se complique du fait qu’il est le fils du PDG de PLAY YOUR LIFE, Arn Rinku, une espèce de monstre sans conscience. Link se retrouve entre l’écorce et le bouleau. L’énorme entreprise d’Arn a maintenant un problème majeur : une intelligence artificielle qui évolue. Du jamais vu. Le pourquoi et le comment restent dans le domaine du mystère. Une chose est sûre, Chloé constitue un danger potentiel énorme pour l’IRL. J’ai beaucoup aimé cette histoire. Embarquer dans cette histoire a été un peu long et difficile, mais une fois accroché au fil conducteur, je ne pouvais plus m’arrêter, J’ai senti l’influence de plusieurs des immortels de la littérature dont les célèbres dystopies 1984 de George Orwell et Farenheit 451 de Ray Bradbury.

J’ai surtout senti l’influence d’un chef d’œuvre du cinéma : LE SHOW TRUMAN de Peter Weir sorti en 1998 avec Jim Carrey et Ed Harris. Influence largement admise à l’intérieur même du récit d’Agnès Marot : *Il (Arn) s’est inspiré du concept de « the Truman show», tu sais, ce vieux film où tout le monde regarde la vie d’un homme qui évolue dans une ville remplie d’acteurs ? Avec les nouvelles technologies et le développement des univers virtuels, mon père a compris qu’il pouvait la réaliser pour de vrai et même aller beaucoup plus loin. * (Extrait) Donc on a un univers d’IA autonomes avec une vie propre, dotée d’une intelligence émotionnelle modifiable selon les besoins de la production. Toutefois, un personnage semble vouloir sortir du décor.  L’auteure a réussi à m’imposer son rythme qui est assez rapide avec des intrigues qui diffèrent tout en se complétant. J’ai aimé cette façon de manipuler les technologies, de faire chevaucher la fiction et la réalité, cette façon de garder le lecteur dans le coup. Les personnages ont été travaillés avec beaucoup d’intelligence et de patience.

En terminant, je veux mentionner que ce livre n’est pas sans nous faire réfléchir sur les abus et dérives des Nouvelles technologies et sur la nécessité de les encadrer. Ça me rappelle aussi l’insipidité de la téléréalité et les bizarreries exprimées de son public de voyeurs. Il y a de quoi réfléchir sur la question comme je l’ai fait en lisant LE VIDE de Patrick Sénécal, et ACIDE SULFURIQUE d’Amelie Nothomb. Rien pour embellir la réputation de cette tache qu’on appelle la téléréalité. Des livres porteurs de réflexion. C’est gagnant. Lisez IRL. Je crois que vous ne serez pas déçu.

Sa tasse de thé bien chaude à la main, sa panthère de poche sur les genoux, Agnès Marot écrit des histoires dans lesquelles elle partage ses rêves, ses espoirs. Depuis L’AUTRE CÔTÉ DU MUR jusqu’à I.R.L., son cinquième roman, ses personnages empruntent les mille facettes des émotions et parcourent les sentiers de l’imaginaire pour mieux parler des hommes et du monde. Entre deux mots et trois carrés de chocolat, elles passe de l’autre côté de la barrière pour travailler les romans des autres auteurs en tant qu’éditrice indépendante et tente de dompter sa muse incontrôlable. Elle écrit plus spécifiquement pour les ados et les jeunes adultes. Pour sa pages Facebook, cliquez ici.

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 11 avril 2021

LES PETITES CULOTTES, livre de GÉRALDINE COLLET

*Il y a très peu de temps, j’ai découvert qu’il existait des culottes mécaniques. Je nomme cela ainsi car aussi intrigantes soient-elles, il semblerait qu’à l’intérieur, une étrange machinerie remplisse des fonctions bien particulières. Si j’en saisis parfaitement l’intérêt érotique, je ne peux m’empêcher d’en détourner quelque peu l’utilisation* (Extrait : LES PETITES CULOTTES, une nouvelle de Géraldine
Collet, 2013, Neobook Édition, numérique, 142 pages)

LES PETITES CULOTTES est un récit cocasse dans lequel l’écriture rencontre l’intimité des petites culottes. Un étant aussi impudique que l’autre, autant parcourir les situations cocasses dans lesquelles les dames se reconnaîtront forcément. Après tout, il n’est pas toujours évident de se retrouver dans tous ces termes savants et il est facile de se perdre dans toute cette lingerie. C’est le moment idéal pour les garçons de prendre des notes…culottes d’écolière, de rechange, pour la piscine, cataloguées, culottes de la première fois, la première culotte noire, la culotte pressée, les slips, tout y est pour une exploration en *profondeur*…

UN RECUEIL DE CULOTTES CULOTTÉ
*Quelle est la différence entre une fille et un garçon?…
Je me suis faite à l’idée que les filles avaient des
culottes avec des princesses et les garçons des slips avec
des super héros. Pourtant, je vous assure qu’une culotte
avec Goldorak et ses fulguro-poings auraient fait mon
bonheur et que je n’avais rien d’un rien d’un petit gars!
(Extrait : LES PETITES CULOTTES)

Ce n’est pas un livre qui va révolutionner la littérature. Il faut le prendre pour ce qu’il est d’après ce que l’on est : un divertissement, une digression, une diversion dans vos lectures plus sérieuses. Ne vous attendez à rien de grivois. Tout au plus certains passages sont coquins. Géraldine Collet développe un sujet qui a toujours hanté l’imagination de monsieur et madame tout le monde : LES PETITES CULOTTES. L’auteur décrit une variété de culottes dans une série de courts textes sans liens.

On dirait la vie, le quotidien, l’ordinaire, les réussites et les échecs du point de vue de la petite culotte. Elles y passent toutes : les culottes d’hiver, les culottes de la femme enceinte, la culotte de cheval, la culotte échancrée en lycra, la célèbre culotte noire, et même la culotte en PVC sans compter l’invention du siècle en matière de culottes : le string.

Il y a dans ce petit livre autant d’éléments pour satisfaire la curiosité que pour l’alimenter et bien sûr, l’ensemble est teinté d’humour : *Tanga, shorty, boxer, string : que de mots exotiques pour désigner aujourd’hui une culotte! Il ne faudrait tout de même pas oublier que l’essentiel est de pouvoir y glisser la première syllabe*.  (Extrait)  De l’humour sous formes d’affirmations, de dictons, de proverbes…*Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il n’a pas de culotte pour passer l’hiver ? (Extrait)  Partons du principe que les culottes touchent tout le monde de près, l’auteure devait être certaine de toucher tout le monde.

En ce qui me concerne, quand j’ai vu le titre au hasard d’un bouquinage numérique, la curiosité m’a poussé et je l’ai finalement lu. C’est un livre intéressant mais pas emballant. Il donne l’impression que l’auteure s’est motivée pour vider le sujet. Alors, il fallait varier au maximum les sortes de culottes : formes, style, couleur, grandeur. Le résultat est que beaucoup de textes se ressemblent. Il y a un peu de redite, de redondance. Quand j’ai vu le pedigree de cinq ou six culottes, j’avais l’impression d’avoir tout vu.

L’ouvrage est aussi ponctué de petits jeux, quizz, devinettes, il y a même un mot caché. Ce genre de diversion n’apporte absolument rien au texte, l’ensemble étant déjà très ventilé et facile à lire. Je ne peux pas dire que je suis déçu, après tout ce livre m’a fait sourire ce qui est une victoire sur moi.

Aussi il faut dire que ce livre ne parle que des petites culottes pour femmes. C’est un peu dommage, avouez qu’il y aurait eu des liens intéressants à faire. Enfin je ne suis pas voyeur, mais j’aurais préféré des textes avec un peu plus de substance, plus coquins un peu et plus sensuels cela dit sans vulgarité. Sur ce plan, le petit livre est quand même très honnête.

L’humour aussi lui donne une certaine valeur :*Avec l’engouement des foules pour l’écologie, la culotte écologique vient d’être inventée. Fabriquées pour certaines à partir de pulpes de pins recyclées, elles seraient thermo régulatrices, anti-odeur, absorbante, lavable en machine à 30 degrés et…biodégradables! Nous voilà enfin débarrassées de la culpabilité d’oublier nos culottes n’importe où !* (Extrait) Avouez que ça se glisse assez bien dans une conversation : Vous savez j’ai beaucoup lu sur les culottes thermorégulatrices…

Évidemment, en ce qui me concerne du moins, ce n’est pas un livre qui va passer à l’histoire mais c’est léger, rafraîchissant, le sujet est traité avec beaucoup de douceur. Les textes sont très courts, le sujet est original, l’ouvrage est très ventilé donc facile et agréable à lire. Enfin, je ne savais pas qu’il y a une culotte pour chaque occasion.

Ça se laisse lire…

Née à Paris en 1975, Géraldine Collet étudie l’histoire contemporaine et devient professeure. Elle enseigne durant quatorze ans puis elle se consacre aujourd’hui pleinement à l’écriture. Principalement auteure jeunesse, elle est également scénariste de bandes dessinées et continue d’explorer d’autres formes littéraires.

Avec la complicité d’Arnaud Boutin au dessin, elle a signé La Boulette, Le Petit Vent et Le Petit Marcel. Elle signe également la série Jacotte avec l’illustratrice Estelle Billon-Spagnol. Plusieurs de ces livres ont été traduits en Corée, en Espagne, en Chine et bientôt aux États-Unis… Elle a un blog qu’on peut visiter au http://geraldinecollet.unblog.fr/

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le dimanche 25 juin 2017