L’ÉLÉGANCE DU HÉRISSON, de MURIEL BARBERY

*Il faut vivre avec cette certitude que nous
vieillirons et que ce ne sera pas beau, pas
bon, pas gai. Et se dire que c’est maintenant

ce qui importe: construire, maintenant,
quelque chose, à tout prix, de toutes ses
forces.*

(Extrait: L’ÉLÉGANCE DU HÉRISSON, Muriel
Barbery, Gallimard, 2006, édition de papier,
410 pages)

Dans cette histoire, on retrouve Renée, une femme intelligente, douée et dotée d’une grande intelligence. Malheureusement, elle est timorée au point de vivre dans sa peau de concierge insignifiante et ignorante. Tous ceux qui l’entourent rue de Grenelle la connaissent sous cet angle. Il y a aussi une jeune fille brillante de 12 ans appelée Paloma. Elle habite aussi rue de Grenelle. Elle rejette le monde des adultes qu’elle considère comme hypocrites et ineptes. Paloma en a marre et décide qu’elle se suicidera le jour de ses 13 ans, après avoir mis le feu à l’appartement familial. Toutefois, un mystérieux personnage s’installe au 7 rue de Grenelle : Kakuro Ozu. Ce japonais, cultivé et raffiné va graduellement changer la donne. Il comprend surtout que Renée se donne des airs de ce qu’elle n’est pas. Ainsi, Paloma la compare à un hérisson. Et très vite, Ozu semble lui en attribuer l’élégance.

LA SEMPITERNELLE DUALITÉ

*Je me souviens de toute cette pluie…
Le bruit de l’eau martelant le toit, les
chemins ruisselants, la mer de boue
aux portes de notre ferme, le ciel noir,
le vent, le sentiment atroce d’une
humidité sans fin, qui nous pesait
autant que nous pesait notre vie…*
(Extrait : L’ÉLÉGANCE DU HÉRISSON)

C’est le tapage médiatique mielleux voire dithyrambique qui m’a poussé à lire ce livre. C’est un récit étrange que celui de Renée Michel, une concierge du 7 rue de Grenelle : 54 ans, petite, laide, moins qu’ordinaire et inintéressante. C’est le personnage principal du récit auquel s’ajoute une jeune ado : Paloma, 12 ans, exceptionnellement brillante et qui, catastrophée par l’insignifiance du monde adulte et la complexité de la vie, planifie son suicide.

Plus loin dans le récit, un mystérieux personnage entre en conjonction dans la vie de Renée et Paloma : Kakuro Ozu, un japonais aisé qui s’installe au 7 rue de Grenelle et qui va changer la vie de la jeune et de la vieille fille, ressortir et dynamiser leur personnalité. L’histoire de ces trois personnages converge jusqu’à une issue à la fois dramatique et heureuse.

Je ne peux en dire plus sinon préciser que madame Michel est extrêmement cultivée, lettrée, intelligente, lectrice avide. Elle est tout ça et plus encore mais…en cachette. Elle ne veut absolument pas étaler sa culture au contraire.

Elle la cache farouchement préférant donner l’image que se fait habituellement la bonne société d’une simple concierge, ce dont s’aperçoit rapidement monsieur Ozu : *J’ai endossé mon habit de concierge semi-débile. Il s’agit là d’un nouveau résident que la force de l’habitude ne contraint pas encore à la certitude de mon ineptie et avec lequel je dois faire des efforts pédagogiques spéciaux. Je me borne donc à des oui, oui, oui asthéniques en réponse aux salves hystériques de Jacinthe Rosen*. (Extrait)

J’ai aimé ce livre, mais avec un enthousiasme modéré. En fait je ne comprends pas l’engouement exagérément poussé pour cet ouvrage. Personnellement, je l’ai trouvé plutôt prétentieux, ampoulé. L’auteure y expose une philosophie poussée jusqu’à en être outrancière sur l’estime de soi, la vie, les apparences et la paix intérieure à la japonaise entre autres. C’est donc un roman philosophique dans lequel il n’y a rien de simple.

Même l’humour qui est largement présent dans le récit est parfois d’une lourdeur démesurée : *Ce que le papier de toilette fait au postérieur des gens creuse bien plus largement l’abîme des rangs que maints signes extérieurs. Le papier de chez monsieur Ozu, épais, mous, doux et délicieusement parfumé est voué à combler d’égards cette partie de notre corps qui, plus que toute autre, en est particulièrement friande. * (Extrait)

Il y a je l’admets, certains passages plus légers, celui par exemple qui décrit la professeure de français de Paloma comme affichant un évident surplus de poids, au point d’être affublée de nombreux bourrelets. Cette femme s’appelle madame maigre. L’auteure ne manque pas d’humour, c’est évident.

La véritable force du roman est dans la profondeur des personnages, malmenés par la vie et qui sont appelés à s’aider mutuellement par l’entremise d’un sage. Les émotions qu’ils partagent sont fortes par moment même si les situations ne sont pas toujours crédibles comme Paloma par exemple qui planifie son suicide comme si c’était une liste d’épicerie. Quant à Renée, elle m’a impressionné même si je n’ai pas vraiment compris ses motivations quant au regrettable camouflage de sa culture…j’ai toutefois bien saisi le rapprochement avec le hérisson. Il pourrait être je crois discutable.

Voilà…le fameux roman porté aux nues à une vitesse vertigineuse en 2006 est un bon roman mais ça s’arrête là. J’admets que la concierge ultra-cultivée et passionnée d’Anna Karénine et qui cache farouchement sa culture est une trouvaille originale, qu’il y a dans le livre beaucoup de matière à réflexion.

Malheureusement, le récit est étouffé par la philosophie qu’il colporte, élitiste et beaucoup trop tartinée : *Mais si, dans notre univers, il existe la possibilité d’être ce qu’on n’est pas encore…est-ce que je saurai la saisir et faire de ma vie un autre jardin que celui de mes pères*? (Extrait) intéressant, bien écrit mais lourd.

Je vais jusqu’à vous le recommander, quoique je ne vous souhaite pas de *tomber* sur l’édition que j’ai lue : un spectaculaire gâchis de fautes d’orthographe et de frappes.

Muriel Barbery est une romancière française née le 28 mai 1969 à Casablanca. Normalienne et agrégée de philosophie, elle débute sa carrière d’enseignante à l’Université de Bourgogne. Elle enseignera par la suite à Saint-Lô. Puis, elle s’établira à Kyoto au Japon avant de revenir en Europe pour se fixer à Touraine.

Souhaitant rester dans l’ombre médiatique, Muriel Barbery demeure discrète. Son grand succès tient beaucoup plus du bouche à oreilles et de l’engouement pour ses livres. Ses deux livres ont été récompensés par de nombreux prix, en particulier L’ÉLÉGANCE DU HÉRISSON, adapté à l’écran. Voir ci-bas.

Au cinéma, L’ÉLÉGANCE DU HÉRISSON devient LE HÉRISSON…

À gauche, l’affiche du film LE HÉRISSON, de la réalisatrice Mona Achache, adaptation libre de l’œuvre de Muriel Barbery, sorti en juillet 2009. Ci-haut, l’affiche du film. On retrouve aussi dans la distribution Garance le Guillermic (La jeune fille à la caméra sur l’affiche) et Anne Brochet.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le dimanche 26 avril 2020

MOTS D’EXCUSE, livre de PATRICE ROMAIN

*Des mots méprisants ou condescendants (un peu), des mots d’excuse ou de justification (beaucoup), des mots qui photographient le milieu familial (passionnément), des mots qui racontent, ou plutôt résument l’amour des
parents pour leur enfant et leur angoisse face au risque d’échec scolaire (à la folie), des mots insignifiants (pas du tout)*
(Extrait de l’avant-propos de MOTS D’EXCUSE de Patrice Romain, 2011, François Bourin éditeur, num. 55 pages)

Retards, absences, difficultés scolaires, contestations de notes… autant d’occasions pour les parents d’écrire au maître de leurs petites progénitures. Patrice Romain qui a été professeur, principal et directeur d’école pendant plus de 20 ans a recueilli, au fil des ans,  ces perles drôles ou émouvantes. Au-delà du sourire, ces billets sont également le reflet d’une société. Bien sûr, ces *mots* viennent de France mais vous allez voir qu’ils ont un évident caractère universel, de sorte que tous les parents du monde pourraient bien se reconnaître, et probablement en rigoler….des fautes d’orthographe entre autres.

ESSAYEZ DONC DE CHANGER LES PARENTS!
*Monsieur
excuser moi pour se Matin.
Car le petit frère à Sassia à
été Malade toute la nuit et
il a chié partou.
Merci d’avance.*
(Extrait : MOTS D’EXCUSE,
transcription intégrale)

L’EXCUSE EST HUMAINE…
MOTS D’EXCUSE est un opuscule de Patrice Romain qui a constitué comme un intermède dans mes lectures. C’est court, c’est drôle et ça porte un peu à réfléchir.

On ne peut pas vraiment critiquer MOTS D’EXCUSE. L’auteur a simplement réuni des mots de parents pour excuser leurs rejetons d’un retard à l’école par exemple, d’un devoir pas fait ou pour se plaindre d’une injustice dont ils pourraient être victimes. On dirait que les raisons pour écrire un mot au prof sont aussi nombreuses qu’il y a d’élèves dans le monde. Romain a précédé son petit recueil d’un avant-propos dans lequel il explique qu’il en a vu de toutes les couleurs, laissant à penser que les parents comprennent peu le petit côté *missionnaire* du métier d’enseignant.

Je précise ici que Patrice Romain a publié intégralement les messages des parents. Pas de censure, pas de correction d’orthographe, pas de ponctuation. C’est du *mot pour mot*. Le résultat : c’est bourré de fautes. Mais il faut aller au-delà de l’orthographe et se rappeler que les parents qui ont écrit ces messages sont issus du siècle dernier et ont connu une enfance encadrée par un contexte culturel et économique très différent. Et puis on peut aussi se poser cette question : est-ce que les ados d’aujourd’hui font mieux?

Je recommande aux parents de lire ce petit ouvrage pour rigoler bien sûr, mais aussi pour faire un petit exercice auquel je me suis moi-même livré : tenter de se reconnaître. Les mots sont tellement variés et touchent tellement de possibilités que par moment, le livre avait sur moi l’effet d’un miroir. Il faut se rappeler que le ridicule ne tue pas.

Un bref mais agréable moment de lecture. Je vous laisse sur cette perle :

*Madame, puisque vous voulez un mot d’excuse pour le retard de ma fille, Le voilà. Au revoir.*

Inspiré par sa longue carrière dans le monde de l’enseignement, Patrice Romain a publié plusieurs livres sur les évènements et les situations qui l’ont marqué. L’aventure a commencé en 1993 avec la publication de MON ÉCOLE, SES MAÎTRESSES, SES MAÎTRES : livre dans lequel il dresse un portrait de ses collègues enseignants du primaire vus par un élève. Bien sûr, MOTS D’EXCUSE a suivi avec près de 100 000 exemplaires vendus. Patrice Romain est même allé jusqu’à exposer son expérience de sapeur-pompier volontaire dans son livre CHRONIQUES D’UN POMPIER VOLONTAIRE, paru en 2012 chez François Bourin. Je vous invite à consulter les notes biographiques et la bibliographie ici.

BONNE LECTURE
JAILU
28 AOÛT 2016

FRÈRES DE SANG, FRÈRES D’ARMES

Le mystère des pirates

Commentaire sur le livre d’
Olivier et Patrick Poivre d’Arvor

*Je m’appelle François. J’ai dix ans et j’ai mille ans.
J’ai été de toutes les aventures du monde…je vais
aujourd’hui vous raconter la fabuleuse histoire des
pirates et des corsaires. Je les ai tous connus et
accompagnés sur les mers, ils ont été mes frères.
Mes frères de sang, mes frères d’armes.*
(4e de couverture, LE MYSTÈRE DES PIRATES, de Patrick et
Olivier Poivre d’Arvor, éd. Albin Michel jeunesse, 2009,
littérature jeunesse, 130 pages. Édition de papier)

Ouvrage en deux parties, la première étant le récit de François, un jeune garçon de 10 ans qui résume la vie de quelques célèbres pirates et corsaires qui sont devenus célèbres par leurs exploits en mer comme par exemple les frères Barberousse ou Jeanne la lionne. La deuxième partie, plus didactique, est en fait un dossier que François appelle Carnet de navigation et qui réunit les éléments nécessaires à la compréhension de la mentalité et de la culture de tous ces personnages colorés et de leur époque : cartes, repères, les équipages,  lexique des termes techniques et maritimes, stratégies de combat en mer, description des bateaux et des armes, détails sur les noms cités, etc. Le livre est agrémenté et rehaussé par les très belles illustrations d’Antoine Ronzon.

Frères de sang, Frères d’armes
*À tous mes camarades de course,
mes frères et sœurs de mer,
à tous mes cousins pirates…
merci de nous avoir fait rêver,
nous, les petits enfants du monde entier.*
(extrait : LE MYSTÈRE DES PIRATES)

Dans le MYSTÈRE DES PIRATES, les frères Poivre D’Arvor racontent les trépidantes et dangereuses aventures des corsaires et des pirates à travers les yeux d’un petit garçon appelé François.

Quoique très intéressant et vraiment bien fait, le livre ne fait qu’effleurer le sujet. Il passe en revue le destin de quelques pirates et corsaires et cette revue est à mon avis est très incomplète. Heureusement, au moins, François explique clairement au début, la différence entre un corsaire et un pirate. Mais dans l’ensemble, le sujet n’est développé qu’en surface. Peut-être les auteurs n’ont-ils pas voulu décourager les jeunes en leur refilant une brique qui serait de nature à les décourager mais il aurait été intéressant je crois d’alimenter davantage le sujet.

En revanche, la deuxième partie du livre est impeccable et tout à fait conforme, je crois, aux capacités d’absorption intellectuelle des enfants. Cette partie est en fait un dossier qui regroupe des éléments très intéressants sur la culture pirate et corsaire et de leur époque : des cartes, une présentation des principaux navires utilisés, les stratégies guerrières, un lexique, et même des suggestions de livres, de sites internet et de films, dont bien sûr PIRATES DES CARAÏBES.

Je veux souligner ici la superbe présentation du volume : un papier au style parcheminé, une couverture attrayante une écriture simple et limpide, le langage est soigné l’ensemble est bien ventilé et enrichi par les très belles illustrations d’Antoine Ronzon réputé pour créer des images à forte intensité, extrêmement visuelles et riches en détail. Ajoutons à cela que François, le jeune narrateur a un ptit quelque chose de sympathique, d’attachant.

L’ensemble a un petit côté romanesque et devrait plaire aux jeunes, les garçons en particulier, mais aussi aux jeunes filles qui ont un caractère le moindrement aventurier. Il n’est pas exclu non plus que ce livre plaise aux adultes.

Après tout qui n’a pas été fasciné tôt ou tard par le caractère énigmatique des pirates et des corsaires.

Patrick (à gauche) et Olivier Poivre D’Arvor

Patrick Poivre D’Arvor (1947- ) est français. C’est un véritable homme-orchestre : journaliste, animateur de télévision, écrivain. Sa vie professionnelle est marquée par la controverse…il aura en effet à subir plusieurs procès et condamnations. Sa vie privée est aussi abondamment scrutée par la presse à scandale. Il a d’ailleurs écrit un livre à ce sujet : LETTRE AUX VIOLEURS DE VIE PRIVÉE (1997). Malgré tout, il accumule les distinctions : Légion d’honneur, officier de l’ordre national du mérite entre autres. Son œuvre (en partie d’inspiration autobiographique) comprend une soixantaine de titres avec la participation, pour certains d’entre eux, de son frère Olivier.

Olivier Poivre D’Arvor (1958- ) est un écrivain et diplomate français et au moment d’écrire ces lignes, il est directeur de la radio FRANCE-CULTURE. Il est aussi homme de théâtre et un peu homme à tout faire dans le réseau culturel français. Il est l’auteur de près de 25 ouvrages, surtout des romans et des essais, certains écris  avec son frère Patrick. On lui doit en particulier LE VOYAGE DU FILS et LE MONDE SELON JULES VERNE.
Olivier Poivre D’Arvor est, au moment d’écrire ces lignes, membre permanent du jury DES PRIX LITTÉRAIRES.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
NOVEMBRE 2015

IL FAUT BIEN MOURIR DE QUELQUE CHOSE

ON NE MEURT QU’UNE FOIS
ET C’EST POUR SI LONGTEMPS

Commentaire sur le livre de
Patrick Pelloux

*Ce livre est un plaidoyer pour que la médecine
reste humble face à l’histoire. Combien de
médecins ont tué leurs malades au cours des
siècles?*
(extrait de ON NE MEURT QU’UNE FOIS ET C’EST
POUR SI LONGTEMPS, Patrick Pelloux, éditions
Robert Laffont, 2013)

Partant d’une recherche poussée sur les plans historique et médical, le docteur Patrick Pelloux, urgentiste, passe en revue l’agonie et les derniers moments de la vie de 30 personnalités historiques en commençant par Jésus, jusqu’à Winston Churchill en passant par Mollière, Louis XIV, Beethoven, Balzac, Staline et même Laurel et Hardy. L’auteur s’est appuyé sur le contexte social, politique, culturel et médical des époques visées pour retracer avec un maximum de justesse la fin de vie de ces personnes dont le génie s’est gravé dans l’histoire.

Il faut bien mourir de quelque chose…

C’est un livre intéressant. Le sujet est original. Je craignais au départ que la lecture soit pénible à cause du sujet traité…agonie, mort, errance médicale… mais non,  le sujet est traité avec doigté, finesse, un petit soupçon d’ironie et une pointe d’humour qui vient donner à l’ensemble un bel équilibre.

Il ne faut pas oublier que Patrick Pelloux est médecin. Il ne faut donc pas se surprendre de trouver une grande quantité de détails sur l’état physiologique des illustres personnages réunis dans ce livre. Mais qu’à cela ne tienne, Patrick Pelloux est un excellent vulgarisateur et nous livre des pistes très intéressantes sur l’évolution médicale.

Il faut ici faire la différence entre manque de connaissance et errance médicale. J’étais heureux que Pelloux pointe du doigt l’incompétence crasse des médecins de la Cour de France par exemple. Pour ces charlatans, les lavements et la saignée étaient la panacée, le remède passe –partout. Je ne suis pas expert en médecine, mais est-ce que faire des saignées généreuses et à répétition ne rend pas exsangue un malade déjà très faible. Est-ce que même un médecin du 17e ou 18e siècle ne pouvait pas comprendre ça au moins d’instinct? J’ai l’impression qu’à cette époque, pour achever un malade, l’idéal était de trouver un médecin. Je comprends mieux l’état d’esprit de Molière quand il a écrit LE MALADE IMAGINAIRE.

Autre fait intéressant : la description de l’agonie de tous ces personnages illustres en dit très long sur leur époque. Bien que ce ne soit pas son objectif premier, le livre est porteur d’histoire avec des faits précis quoique parfois grinçants sur la mentalité de ces époques. J’ai particulièrement apprécié les chapitres sur Marie Curie et le duo le plus célèbre de l’histoire du cinéma, Laurel et Hardy.

Je pense que vous apprécierez ce livre, dont le titre a été emprunté au grand Molière d’ailleurs…il est si doux de vivre. On ne meurt qu’une fois et c’est pour si longtemps…(LE DÉPIT AMOUREUX, MOLIÈRE 1622-1672).

Je crois qu’on peut être sérieux sans se prendre au sérieux, comme Molière et comme Patrick Pelloux qui a mis à contribution non seulement ses compétences de médecin, mais aussi sa passion de l’histoire et son engouement pour la recherche afin de nous offrir un livre qui nous amène d’un personnage et d’une époque à l’autre en nous arrachant au passage des sourires amusés.

Je vous souhaite d’avoir autant de plaisir que j’en ai eu à lire ce livre.

Patrick Pelloux est médecin urgentiste très populaire en France pour son implication active dans les débats sur la santé et l’évolution sociale. Il publie régulièrement des chroniques dans lesquelles il prend la défense de l’hôpital public et pour lesquelles il a obtenu le prix CINO DEL DUCA de l’institut de France. Il a écrit entre autres HISTOIRE D’URGENCES tome 1 et 2. Pelloux est devenu célèbre en 2003 quand il a donné l’alerte aux médias de la France sur les conséquences de la canicule dans les services hospitaliers.

BONNE LECTURE
JAILU
JUILLET 2014