COUP DE FOUDRE, texte de SHININGSTAR

L’AMOUR DANS L’AIR

Y a de l’amour dans l’air ce soir
Y a de l’amour dans l’air ce soir
et moi je broie du noir
qu’on me donne ma chance
qu’on me regarde un peu
je serai votre délivrance
j’exaucerai vos vœux
je me donne tout entière
quand l’amour est dans
l’air
(refrain de la chanson Y A DE
L’AMOUR DANS L’AIR par
Bruna Giraldi)

Bonjour à tous. Je vous propose cette fois un article un peu hors-norme car il ne s’agit pas d’un livre mais plutôt d’un texte écrit par une jeune fille de Québec qui a déjà collaboré à ce site sous le pseudonyme de Shiningstar. C’est un texte écrit avec l’émotion du cœur et marqué par de la candeur et de la sincérité. Merci à la jeune auteure et n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

COUP DE FOUDRE
Deux êtres qui s’aiment se rencontrent toujours
(proverbe danois)

Vous avez sûrement rêvé d’un type parfait…ou d’une relation parfaite. Ou peut-être avez-vous eu simplement l’impression d’être comblé par le regard d’un gars ou d’une fille ayant une belle personnalité et sûrement de grandes qualités. Peut-être avez-vous pensé que cette personne est faite pour vous. Ressentir le vrai coup de foudre est une expérience unique et inoubliable à cause des effets qu’il exerce sur tout notre système: physiquement, moralement et même chimiquement.

C’est indéniable, le coup de foudre est d’abord lié à la toute puissance d’un sentiment apparu spontanément et lié à une personne apparue comme une bombe dans notre vie. On se perd dans son regard profond et sa voix résonne en nous comme une mélodie infinie. Il est dur d’avoir un contrôle sur ce magnétisme, peu importe l’âge de la personne, qui elle est et ce qu’elle est. Cet effet ne se produit pas par la volonté ou le rêve. C’est une fixation venue de nulle part qui s’installe et dont le pouvoir est extraordinaire, surtout si le coup de foudre est réciproque.

Le pouvoir de cette fixation s’atténue rapidement en général, sans doute à cause des barrières qui sont parties intégrantes de notre personnalité: insatisfaction, manque de  volonté, manque d’attention ou juste un besoin inassouvi d’affection. Une statistique française démontre qu’en 2011, le taux de divorce après un mariage était de 44.7%, les femmes demandant le divorce plus souvent que les hommes.

Les effets du coup de foudre peuvent constituer une belle promesse d’amour. Ils peuvent aussi être foudroyants au point qu’on ne peut réfléchir sur la viabilité d’une relation à long terme. Alors la relation se dégrade peu à peu. La conscience nous rattrape. La raison prend le dessus sur le cœur et nous amène à redéfinir la relation ou à y mettre fin.

Dans la réalité du coup de foudre, la chimie joue aussi un rôle important. Elle conditionne le cerveau selon deux scénarios distincts: celui des émotions et celui de la logique…c’est-à-dire le cœur et la raison. Dans l’évolution fulgurante d’un coup de foudre, l’émotion met la logique en échec provisoirement. Apparaissent alors les premiers symptômes physiques: au premier regard, on commence à se sentir bizarre, voire gaga, augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle, sensation de chaleur, de bien-être et de confiance en soi.

J’irai plus loin en abordant ce qui se passe dans l’infiniment petit. Quand le vrai coup de foudre se manifeste, une panoplie de molécules sont secrétées comme la phéniléthylamine qui fait qu’on se sent bien et même un peu étourdi. Il faut composer aussi avec la dopamine qui peut amener la dépendance à ce bonheur ressenti. Notez qu’autant chimiquement que moralement, l’effet est loin d’être éternel. Une étude scientifique démontre que toutes ces molécules, hormones comprises, diminuent 12 à 18 mois après le coup de foudre et disparaissent complètement après quatre ans.

En somme, le coup de foudre peut se produire à tout moment et il est très difficile d’en exercer le contrôle. C’est un état qui nous rend un peu bizarre et aussi un peu aveugle. Le coup de foudre peut aboutir autant sur une belle relation que sur une grande douleur. Il peut être merveilleux de ressentir ce que l’amour a à donner à la condition de repérer ses pièges qui sont rarement évidents. Si ça vous arrive, ne rêvez pas trop. Apprenez à bien connaître une personne avant de l’élire être aimé.

Shinningstar

BONNE LECTURE
JAILU
SEPTEMBRE 2014

Envers et contre moi

J’avais déjà imaginé un univers nouveau, grandiose et sans douleur. Comme dans
mon passé, la douleur a toujours été autour de moi, à m’empoisonner, à m’étouffer.
Ma douleur est telle qu’elle envahit désespérément mon environnement de multiples
maladies souvent graves et intraitables, de guerres interminables et par corollaire de
vengeances naturelles catastrophiques.

En mon vaste univers j’ai grandi, catapulté par des forces inconnues. Je rêvais d’un
monde de paix et d’harmonie. Je rêvais en silence, me laissant bercer par ces milliards
d’étoiles rayonnantes. En mon cocon, j’aurais voulu mieux respirer, mais personne
ne voulait entendre ma souffrance. Toute seule au milieu du vide, je me meurs, dans
les sècheresses comme dans les inondations, dans les froids extrêmes comme dans les canicules.

Là où j’ai grandi, mes ancêtres ont grandi. Ils ont découvert et appris. Ils ont guerroyé
aussi, chassant de gigantesques créatures; sillonnant de nouvelles terres pleines de
richesses verdoyantes et denses.

J’ai fait d’eux des êtres libres, évoluant au gré de leurs périples souvent pénibles voire
mortels. Les explorateurs qu’ils étaient sont devenus des conquérants, rongés par le
pouvoir…ce fameux Pouvoir qui a fait d’eux des inconscients, des fous… et bientôt
des corrompus, manipulant d’autres pauvres êtres à leur tour, les méprisant pour leur
innocence.

Maintenant, les Hommes exploitent mes richesses, rongent à blanc mes forêts, mettent
en danger la vie de plusieurs espèces. Je me fonds sous ces gaz irrespirables, sous ces nappes de smog suffocantes. Le déséquilibre social flagelle mon corps.

L’homme, je l’ai abrité, il a suivi son destin, jusqu’à en devenir dépourvu de sensibilité
et d’esprit.

Un jour, dans mon agonie, je mourrai avec les hommes. Je mettrai fin à cette histoire que j’ai commencée… moi… la pauvre planète terre.

ShyningStar
Janvier 2013 

Chronos

Chronos

Les tulipes inondaient la plaine, et le soleil de midi n’avançait plus. La brise légère balayait l’herbe mais les quelques nuages ne bronchaient pas. L’odeur de la forêt me parvenait de l’horizon, emportant subtilement le bruissement des feuilles. Chaque élément grossier du décor se voyait atténué, et chaque délicatesse se rendait plus perceptible à mes sens. Tout ne restait que douceur.

Et puis l’alarme retentit. Je ne suis pas personnage ni comédien, et pourtant le décor ne s’effrite que pour laisser place à un autre. C’est le branle bas de combat dans mon cerveau. Est-ce que je m’endors, ou bien je me réveille? D’un clairon strident et intermittent, il sonne ma retraite de ces étendues paisibles. « Ta gueule Chronos! » que je hurle intérieurement. Je l’assomme d’un coup de snooze, sachant bien que le titan ne m’oublierait pas pour autant. Je suis en retard et il le sait. Ses yeux rouges indiquent 8:30AM.

Le clairon de mon cadran resonne mais je suis déjà dans la douche. Puis c’est le téléphone qui poursuit d’un son plus cinglant  C’est la job qui appel mais je peux pas répondre, je suis déjà devant le bus. Je regarde à peine le chauffeur et il me le rend bien. Où suis-je déjà? Ah oui… Il faut que je m’assois, je suis étourdis. Le bus c’est l’enfer, on doit l’attendre sinon il faut attendre le suivant, et pour sûr, le suivant se fera attendre.

L’allée empeste le stress et bien d’autres choses. Je rêve encore à mon auto quand je franchis le seuil de mon bureau. Quelques reproches puis quelques excuses, me voilà oubliant des dossiers, aveuglé par d’autres dossiers, aveuglé par leurs écritures rouges « URGENT! ».
J’ai chaud malgré la climatisation, je dois être malade. Mes collègues s’affairent et ne voient pas mon teint de neige. Je vais vomir mais le téléphone me retient. Une engueulade rapide et la ligne qui coupe. Qu’est-ce que je disais déjà? Ah oui, je suis malade. Inutile de vomir, le mal qui me ronge restera en moi. Nouvelle sonnerie, je ne veux pas, je ne veux plus, je veux retourner chez moi. Nouvelle sonnerie, je mets mon désespoir dans le tiroir et répond. Mon auto est réparée, je dois aller la chercher dès ce midi.

Le garagiste est un brave type, mais il fini a 5h, un peu comme moi. Je fais couler le café, mais je n’ai pas le temps d’y goûter  C’est l’heure de dîner  c’est le moment d’aller chercher le char. Pas le temps de manger, je dois partir tout de suite. Quelle chance qu’un repas soit si facilement déplaçable.

Encore le bus et la nausée, puis le garage m’accueille. J’encaisse le coup de la facture et je suis de nouveau sur le bitume. Libre et vivant, sur les artères bouchées. Ça n’avance pas mais je suis maître de ma ferraille.
Enfin ça débouche et c’est parti. Est ce moi qui avance à 100 ou le monde tourne au ralentit? Oui, tout défile et tout se brouille, je suis encore en retard. Qu’est ce qui m’attend? L’asphalte défile et un petit garçon sort d’une voiture rouge. Je vais trop vite et je l’écrase, puis je m’arrête: la lumière est rouge. Tout est rouge donc, ou est-ce le sang dans mon pare-brise? Qu’est ce que j’ai fais, j’en suis plus certain, je croise le regard d’une mère tétanisée. C’est vert je redécolle.
Je tourne à droite puis à gauche mais que je suis gauche! Y fallait aller tout droit.

Je change de cap maladroitement et tourne sur ma droite, même si j’ai pas le droit…Je suis en retard.

Je suis encore étourdis quand je franchis le seuil de mon bureau, le boss est là et me congédie. Je me souviens soudain des appels oubliés et voilà le téléphone qui sonne. Je répond machinalement mais il n’y a que la tonalité. Quelle folie. Mes collègues s’affairent et ne voient pas mon teint de neige. Je reprend mon désespoir dans mon tiroir et je file, croisant celui qui me remplacera.
Je suis pas un personnage, ceci ne peut être une histoire. Tout s’inscrit trop vite, même pour une main divine. Je ne peux être réel, ceci ne peut être ma vie. Tout défile trop vite pour mon cerveau déconfit.

Je reprend mon auto laquelle, il me semble, n’avait pas de rouille sur le capot au garage. Sur la route une fois de plus, je crois devenir fou, je voudrais aller chez moi, mais je crois avoir oublié ce que cela veut dire. Je ferme les yeux pour me reprendre, ce qui me fit perdre le contrôle de mon char.

Quand j’ouvre les yeux, je vois une porte. Celle du paradis? Non… Celle du Répit Piano Bar. J’ouvre et j’entre. Odeur de tabac froid, ambiance chaleureuse, banquette et table carrée, comptoirs et tabouret. Billard et alcools en tout genre, discutions animées mais discrètes, jolies femmes et gentils hommes. Tout est à la fois élégant et simple. Là, un pianiste joue des mélodies douces, accompagné d’un percussionniste qui est hors de ma vue. Cette scène aussi banale qu’extraordinaire pétrifie mes sens, puis les détend, comme un baume chauffe une plaie avant de l’apaiser.

Je m’avance tranquillement et vais m’asseoir sur une banquette. Je ressens le confort. La musique s’écoule en mes oreilles comme venue d’un oasis, et mon ouïe se sustente comme jamais. Le piano et le tambour que je cherche en vain forment le plus parfait des couples. J’ai à peine remarqué l’homme en face de moi. Il a des yeux très pâles et un air bête, toujours ahuri, avec son sourire de bébé. Il me dit quelque chose et je comprend qu’il est schizophrène.

Je m’en moque car en ses yeux je remarque une image, un sentiment, quelque chose que seul un tableau de Dali saurait démontrer. Je vois dans les yeux du malade mental des horloges, des cadrans, tous mous et tous gluants, flottant au vent ou dégoulinant sur la chaussée. Le temps n’y est plus froid, insensible et immuable. Il n’est plus au-dessus de nous, ni absolu en ces terres…Non, le temps y est mon égal  Je comprends alors pourquoi je ne vois pas de percussionniste: les sons de tambours sont le battement de mon cœur.

Le schizophrène se mit a rire tandis que, d’un air incrédule, je ressens et entend mon cœur battre. Je ne suis pas un personnage, ni même une bande dessinée. Je le sens dans ma poitrine. Et si vivre n’était que ceci, prendre conscience des battements de son cœur et vivre au rythme de celui-ci plutôt qu’à celui de la trotteuse. Je suis ivre de révélation, ce qui rend mon nouveau compagnon hilare. Je n’entend ni ne vois la voiture rouge entrer en folle dans le stationnement.

Je plane toujours quand la porte ouvre en fracas. Je sursaute comme tout le monde et cherche la cause de ce raffut. Une dame là-bas crie d’une voix chargée de haine. « Où est-il! J’ai vu son char dans l’parking, Y’a du sang sur son capot! Du sang d’mon fils! » Elle me vit de loin, et moi je revis certains passage de la journée qui m’avait échappé. Étrangement je ne bronche pas, je reste stoïque. La femme s’avance à grands pas, sortant un revolver. Son visage n’est qu’une masse difforme et rouge.

Jamais je ne me suis sentis aussi seul. Je ne suis pas une création, aucun écrit ne me guide. Deux coups partent et je les attends. Je mourrai de la façon dont j’ai vaincu  dans la vitesse et l’attente. Je ne suis pas un personnage ni même comédien. Aucune main supérieure, aucun scénario ne me sauvera. Aussi sentis-je très bien les balles m’exploser la poitrine et crever le cœur que je sentais battre pour la première fois trois minutes plus tôt.  Je ne suis pas un personnage, ni même un pantin, je n’aurai été réel qu’un instant. Je ne suis plus rien.

Phenixgoglu
Novembre 2009