LES LUCIOLES, le livre de DAVID MENON

*Qui avait pu vouloir faire cela ? Il se laissa glisser le long du mur et s’écroula au sol. Son cœur était en miettes et son âme aussi. Il se mit à pleurer. Il lui semblait qu’il ne pourrait plus jamais s’arrêter.* (Extrait : LES LUCIOLES, David Menon, série DSI Jeff Barton,  cop. David Menon 2014, Silver spring press. Format numérique 200 pages.)

L’Inspecteur en Chef Jeff Barton est de retour pour enquêter sur une série de sauvages assassinats de jeunes hommes le soir de leur enterrement de vie de garçon à Manchester. Est-ce le fait d’un psychopathe ou, comme le soupçonne bientôt Jeff, l’œuvre angoissante d’une personne agissant pour le compte d’une autre et prête à tout pour se sentir exister ?
Durant l’enquête, Jeff est confronté à un vieil ennemi qui n’est autre qu’un célèbre gangster de Manchester. Mais ce maître du crime est-il vraiment lié aux meurtres, ou Jeff ne voit-il que ce qu’il veut voir ? Et cette affaire a-t-elle un rapport avec l’assassinat d’une jeune mariée le soir de ses noces dans un luxueux hôtel de Manchester ?
Jeff et sa collègue l’Inspecteur Rebecca Stockton continuent à hésiter sur les sentiments qui les unissent, sans avoir le temps de s’y attarder s’ils veulent démasquer le meurtrier avant qu’une autre victime ne soit retrouvée morte un de ces lendemains de fête.

Enterrement définitif
*Il était assis dans sa voiture, en opération de
surveillance, quand quelqu’un s’est approché
et l’a abattu…Andy approchait du but, il allait
coincer Connelly et c’est ça qui l’a fait tuer.*
(Extrait)

C’est un roman intéressant quoique très expédié si je me réfère à sa présentation générale. Mais voyons d’abord le contenu. Cette histoire met en scène le commissaire Jeff Barton, récurrent dans l’œuvre de David Menon. Un sympathique personnage, veuf, tiraillé entre un travail exigeant et son fils de cinq ans, Toby. Le soir de leur enterrement de vie de garçon à Manchester, un singulier psychopathe tue et mutile de jeunes hommes. Cette affaire serait-elle liée à l’assassinat d’une jeune mariée à Manchester?

Le pauvre nouveau marié n’était sorti que pour fumer et à son retour la jeune fille gisait dans un bain de sang. Jeff travaillera avec sa collègue Rebecca Stockton pour qui il a toujours un petit sentiment qu’il n’arrive pas lui-même à définir. Ce sera une enquête longue et très difficile qui amènera les limiers jusqu’au cœur de la mafia locale mais avec un succès limité. Toutefois, allant de déduction en déduction, analysant absolument tout de la personnalité des personnes interrogées, rassemblant patiemment, un par un et dans le bon ordre, les éléments d’une implacable logique.

C’est ainsi que Barton est propulsé dans un giron de haine, de traîtrise, de vengeance et de punition aussi semble-t-il car on pourrait penser que le meurtrier se prend pour dieu le père appliquant aléatoirement le droit de vie ou de mort.

L’auteur a très bien travaillé son enquête et les efforts de Barton pour concilier le travail et la famille le rendent attachant et sympathique, autant il peut être redoutable sur le plan professionnel. Il apprend même des choses qui le pousseront à préparer son fils à affronter la Société…*Je vais m’assurer que Toby soit au courant de ce que c’est que le harcèlement et de ses effets à long terme.* (Extrait)  Pour l’enquête comme telle, il n’y a pas de problème, c’est du bon policier. Mais le livre a un sérieux problème de remplissage. Je note de l’errance et des longueurs. Je me suis même demandé si on aurait pu faire une simple nouvelle avec l’histoire.

Le fil conducteur prend toutes sortes de directions. Comme une des victimes était un chaud lapin, le sexe prend une place importante dans le récit qui expose des passages très explicites et qui frôlent le mauvais goût. Plusieurs passages ayant le racisme et la ségrégation comme toile de fond ouvrent la voie à des moments ennuyeux, teintés de paranoïa : *Et Jonathan Freeman a utilisé l’histoire tragique du peuple juif pour harceler Olie Wright, juste parce que Ollie est black et gay. La victime est devenue le bourreau, Frappe-les avant qu’ils ne te frappent. * (Extrait)

L’enquête est palpitante mais le reste n’est que du remplissage, phénomène courant en littérature et que je n’apprécie guère. J’ai aussi trouvé la traduction un peu fantaisiste. Beaucoup de personnages intéressants sont sous-exploités ou peu travaillés.

Mais suivre Jeff Barton qui ne m’a pas tapé sur le système avec ses états d’âmes a été pour moi un plaisir et j’ai pu admirer le calme olympien dont il fait preuve presqu’en toute circonstance. Vous comprenez mon dilemme : enquête passionnante incluant la finale même si elle aussi traîne un peu en longueur. Toute ce qui n’est pas enquête abaisse le rythme de lecture et devient beaucoup moins intéressant.

Donc c’est une lecture qui me laisse mitigé. Ça peut vous paraître étrange, mais je vous recommande cette lecture en misant sur Jeff Barton et aussi en misant sur la recherche du ou de la coupable question de comprendre comment une personne peut être fêlée à ce point.

David Menon est né à Derby, Angleterre en 1961. Il a vécu un peu partout au Royaume-Uni et à présent, il partage son temps entre Paris et le nord-ouest de l’Angleterre. En 2009, il a mis fin à une longue carrière dans l’industrie aéronautique pour se consacrer à l’écriture. Il enseigne également l’anglais à des étudiants étrangers, surtout russes, et milite au sein du parti travailliste. LES LUCIOLES est le second roman d’une série mettant en scène l’inspecteur Jeff Barton. LE SORCIER était le premier. Puis après LES LUCIOLES, il y a eu TEMPÊTES, AUCUNE QUESTION, RETOUR À L’ENVOYEUR et BALANCÉ.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le samedi 27 novembre 2021

LA SÉRIE DE CONTES DE VALÉRIE BONENFANT

*D’accord, d’accord, je vais raconter
l’histoire de loin…De toute façon,
cela ne sert à rien que je m’approche,
l’action va venir du ciel…*
(Extrait : LE CHIEN ET L’EXTRA-TERRESTRE
19e conte de Valérie Bonenfant, éditrice : Valérie
Bonenfant/BoD-Books, 2016, Illustrateur :
François Nasica, couleur, 32 pages)

Le n°19 de la collection « Les contes de Valérie Bonenfant ». Un chien est en train de garder son jardin quand soudain débarque du ciel un drôle d’engin, plat avec plein de lumières clignotantes… À l’intérieur un drôle d’occupant. Drôle? C’est un des mots clés de ce conte où avoir peur n’a jamais créé autant de secousses… de rires! Un conte mis en images par l’artiste François Nasica, qui puise son inspiration dans l’art urbain et la figuration narrative. Des images colorées, pétillantes et joyeuses, qui vont régaler les yeux des jeunes lecteurs de six ans et plus curieux de voir ce que donnerait une rencontre  improbable entre un chien et un extraterrestre

LA  DOUCEUR DU RÊVE ET DE L’ÉMOTION
*Baroud n’était pas un accordéon comme les autres. Quand il jouait, il ne produisait pas des notes de musique, mais des fleurs… Celles-ci sortaient de son soufflet, dès qu’il s’ouvrait …Il jouait un morceau, et aussitôt, le parterre se couvrait de fleurs. *
(Extrait : BAROUD L’ACCORDÉON, numéro 20 de la collection de Valérie Bonenfant,
illustrations : Fanny Roques, éd. Valérie Bonenfant, 2017)

Depuis 2015, Valérie Bonenfant réalise un vieux rêve : créer des contes ajustés à des circonstances précises de la vie de l’enfant ou à ses traits de caractère ou tout simplement à son imaginaire. Le petit ouvrage que j’ai lu est un conte inachevé. J’ai été très surpris de trouver ça sur Kobo, les apparences de marketing me semblaient évidentes. Mais j’ai réalisé qu’il pouvait appartenir à l’enfant de trouver lui-même une finale qui l’amuse ou qui lui convient évidemment.

Ce conte inachevé m’a amené inévitablement sur le site internet de Valérie Bonenfant et honnêtement, j’ai pu mesurer toute l’étendue de son talent, réalisant que s’adresser à un enfant, aiguiser sa curiosité, stimuler sa capacité d’émerveillement et faciliter son apprentissage est un art qui n’est pas donné à tout le monde. Allez voir son parcours en bas. Il y a de l’amour là-dedans.

Le souhait de Valérie Bonenfant est *de proposer de beaux ouvrages, réalisés à la manière de livres d’artistes, mais aussi de petits formats à emmener partout pour rêver, imaginer, sourire, s’étonner, s’amuser, avoir envie de créer…* (Valérie Bonenfant) Chaque livre de la collection « Les contes de Valérie Bonenfant » est particulier, porteur d’une esthétique qui lui est propre, empreint des idées et de la personnalité de l’illustrateur.

Les enfants, en symbiose avec le rêve et la réalité ont la possibilité de fusionner leur imaginaire avec celui de l’auteur grâce à des ouvrages brefs, bien ventilés, vraiment bien écrits. Enfin les textes sont magnifiquement mis en valeur par des illustrateurs de talents. Je crois que les petits apprécieront ces petits contes couvrant tous les aspects de la vie.

Je suis née le jour de Noël 1965 et j’habite dans le sud de la France. Mariée et mère de trois enfants, j’écris des histoires depuis l’âge de 6 ans. Enfant, je rêvais de devenir écrivain, mais mes études m’ont finalement poussée vers les sciences. En 1988, j’ai obtenu un diplôme d’ingénieur spécialisé dans l’énergie et l’environnement. Dans la vie professionnelle, je suis responsable de projets liés à l’innovation urbaine.

Passionnée d’art, je fréquente les galeries d’expositions et je peins la vie à travers la réalisation de portraits de personnes. Je suis aussi très proche de la nature auprès de laquelle je vais me ressourcer très souvent. En 2003, j’ai décidé de renouer avec mon enfance, et de retrouver mon univers de rêves, de poésie et de tendresse. Écrire des contes, c’est pour moi quelque chose de spontané, sans pensée préalable, un moment tranquille, une demi-heure environ, des feuilles blanches, un stylo et j’écris ce qui se présente, librement, sans jugement ni contrainte. Le résultat est souvent étonnant pour moi, mais c’est une expérience toujours très agréable, une vraie impression de liberté, une parenthèse volée dans un quotidien par ailleurs bien rempli. (Site internet de l’auteure) à visiter absolument)

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 7 novembre 2021

HISTOIRES À LIRE AVANT LA FIN DU MONDE

Commentaire sur le recueil de
PAUSE-NOUVELLE

*Et puis, nous allons certainement assister à des scènes horribles…les gens vont céder à la panique, et qui sait de quoi ils seront capables alors. De brèves images de déchaînements de brutalité et de décors chaotiques me traversent l’esprit et un frisson
me parcourt l’échine.
(Extrait : HISTOIRES À LIRE AVANT LA FIN DU MONDE, collectif, L’Anthologiste éditeur, 2012, numérique, 80p)

Cette anthologie est exclusivement consacrée à la fin du monde, histoire de coller un peu à l’actualité. En effet, d’après plusieurs exégètes, notre destruction est imminente. 10 auteurs vous présentent leur vision de l’Apocalypse. Interventions divines, guerres nucléaires et autres cataclysmes sont au rendez-vous.

Et la plupart ne laissent pas beaucoup de place à l’espoir. Alors que faire lorsque l’on est condamné ? Certains en profitent pour renouer des liens, d’autres pour régler leurs comptes. Entre destructions massives et dénouements cocasses, découvrez ces histoires à lire avant la fin du monde.

LES NOUVELLES

  • NÉMÉSIS ET TARTE AU RIZ de Frédéric Muller. 15 minutes
  • AU TABLEAU d’Alain Kotsov. 5 minutes
  • MÊME PAS REPU de Raphaël Deux-Ailes. 10 minutes
  • OZOPOLY de Daniel Bruet. 15 minutes
  • BYE BYE BABY de Josepha Alberti. 10 minutes
  • DISPARITIONS de Stéphane Chamak. 10 minutes
  • UNE MAUVAISE MIGRAINE d’Aurélien Poilleaux. 15 minutes
  • ERREURS DE GENÈSE d’Emmanuelle Cart-Tanner. 10 minutes
  • PUNURRUNHA de Michael Chosson, 20 minutes
  • VU DE LÀ de Stéphane Schler. 10 minutes

100% catastrophe
*La bande grandit à vue d’œil au cours des minutes
qui suivent, une barrière poussiéreuse, un rouleau
charriant cendres et fragments de vie réduits en
poudre. Un rouleau poussé en avant, inépuisable.
Sans échappatoire.
(Extrait)

La fin du monde est sans doute le sujet véhiculant le plus de discussions, d’émotions, de prédictions et d’exégèses à travers le monde. Tout le monde y pense tôt ou tard. Il ne faut pas se surprendre que le sujet soit extrêmement répandu en littérature même si la prédiction la plus étoffée du XXIe siècle, celle de décembre 2012 a été balayée, comme toutes les autres d’ailleurs.

Pourtant, tout le monde semble unanime, il y aura une fin. Nombre d’auteurs continuent d’exploiter ce que j’appelle un filon en littérature sauf qu’ici, les auteurs réunis dans ce cinquième tome de PAUSE-NOUVELLES couchent surtout leurs émotions sur le papier. La catastrophe vient après. Si je savais la fin du monde imminente, je ne suis pas sûr que je choisirais ce livre pour me remonter le moral. Voici un bref survol des sous-thèmes traités.

Némésis et tarte au riz de Frédéric Muller : Une météorite va pulvériser la Terre. Privée d’espoir et au bord de la destruction, l’espèce humaine se révèle dans ses aspects les plus misérables.
Au tableau ! d’Alain Kotsov : Julius est interrogé par la maîtresse. Il doit citer le nom des villes détruites au cours de l’histoire …la liste est interminable.
Même pas repu ! de Raphaël Deux-Ailes : Tous les mots qui ne sont pas autorisés par le Syndicat du langage sont interdits. Un auteur attend impatiemment une livraison de nouveaux mots


Ozopoly de Daniel Bruet : Pendant une partie d’Ozopoly, le pollumètre se met en alerte 4.
Bye bye, baby de Josepha Alberti : Quelques jours avant la fin, un étudiant traverse New-York pour empêcher sa sœur de commettre l’irréparable.
Disparitions de Stéphane Chamak : Des êtres humains se mettent à disparaître, Des centaines d’abord puis des milliers et des millions…
Une mauvaise migraine d’Aurélien Poilleaux : des policiers tentent de faire craquer un jeune homme porteur d’un lourd secret.

Erreurs de Genèse d’Emmanuelle Cart-Tanneur : Dieu aurait fait des erreurs dans sa conception du monde. Il a été long avant de créer les océans. Un ingrédient manquait.
Punurrunha de Michael Chosson : Les hauteurs ne te mettront pas à l’abri. Le monde s’embrase.
Vu de là de Stéphane Schler : La fin vue de l’espace.

Comme c’est le cas pour la plupart des recueils, j’ai composé dans celui-ci avec des hauts et des bas, des sujets qui défilent en dents-de-scies. L’ensemble est très varié quant à la longueur des textes, leur sujet et aussi leur sens. Car je dois bien le dire, j’ai eu un peu de difficulté à saisir le sens de certaines nouvelles.

C’est le genre d’observation qui laisse à penser qu’il pourrait y avoir autant de perceptions que de lecteurs. Je note dans l’ensemble qu’il y a de l’originalité dans les récits, que je n’ai pas trop eu l’impression de déjà lu ou de déjà-vu. Je me suis attardé à certains textes comme DISPARITION question de donner à l’humour noir une petite place.

Et puis j’ai déjà imaginé en rêve ce genre de disparition mais moi ça concernait l’évaporation de tout ce que la planète comptait de tueurs, de violeurs et autres…mais l’auteur, Stéphane Chamak a eu une autre idée…pas mauvaise je dirais. Ma nouvelle préférée est ERREURS DE GÉNÈSE qui présente un Dieu plutôt étourdi qui cherche l’ingrédient final à ajouter pour compléter la création des océans. Drôle et bien imaginée.

Il y a plus de pour que de contre. J’ai apprécié ce livre. Certains textes viendront vous chercher, comme moi. Ils offrent tous matière à réflexion. Autre point en commun, aucun ne dédramatise la Fin du Monde, aucun ne fait de prédictions, plusieurs évoquent la folie des hommes, d’autres l’acte de Dieu. 

C’est un peu noir mais la Fin du Monde prête rarement à la fête. Je vous invite à lire ce recueil, ne serait-ce que pour apprécier de très bonnes idées mises de l’avant par des auteurs prometteurs.

***************

Avec PAUSE-NOUVELLE, vous sautez d’un univers à un autre, plongez dans d’improbables situations, rencontrez des personnages hilarants, touchants, machiavéliques ou simplement malchanceux. Vous pouvez les suivre dans leurs aventures les plus rocambolesques, les plus romantiques ou les plus sombres. Les volumes sont publiés par thème, toutefois, l’intégrale des 80 nouvelles est maintenant disponible au rayon numérique. Si vous préférez par thèmes, voici quelques suggestions :

Bonne lecture
Claude Lambert
le samedi 19 juin 2021

50 CHEFS-D’OEUVRE que vous devez lire…

AVANT DE MOURIR

Mes meilleures salutations à vous amis lecteurs, amies lectrices. Aujourd’hui, mon commentaire est un peu hors-norme. Je veux vous parler d’une découverte numérique que j’ai faite récemment chez Kobo. Il s’agit d’une méga-édition qui réunit 50 grands classiques de l’histoire littéraire sous le titre *50 CHEFS-D’ŒUVRE QUE VOUS DEVEZ LIRE AVANT DE MOURIR*. Ce sont 50 titres immortels. Bien sûr, ils sont tous disponibles séparément.

Mais si jamais il vous venait à l’idée de lire ces grands classiques à la queue leu leu, vous vous apprêtez à consommer une œuvre numérique de 15,400 pages, ce qui représente plus ou moins 250 heures de lecture, c’est-à-dire 11 jours et demi de lecture en continu. Vous aurez alors pénétré au cœur de l’histoire littéraire, des grands romans, des courants de pensée, des styles et des genres. Rappelez-vous LE GRAND MEAULNES, LE CID, LA REINE MARGOT, LE FANTÔME DE L’OPÉRA.

Il y a dans cette véritable bibliothèque numériquement reliée des titres dont j’ai déjà parlé sur ce site comme LES FLEURS DU MAL de Beaudelaire, L’ILIADE ET L’ODYSSÉE d’Homère, FRANKENSTEIN OU LE PROMÉTHÉE MODERNE et j’en passe. D’autres titres sont dans mes projets de lecture au moment d’écrire cet article comme LE MYSTÈRE DE LA CHAMBRE JAUNE, CYRANO DE BERGERAC, DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN et plusieurs autres. D’autres titres ne m’attirent pas mais ça ne leur enlève rien de leur prestige.

Plusieurs de ces titres ont été adaptés au cinéma comme LES AVENTURES DE TOM SAWYER, VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE et GERMINAL œuvre romanesque extraordinaire d’Émile Zola qui réunissait à l’écran du septième art une distribution tout aussi extraordinaire : Miou Miou, Renaud, Gérard Depardieu, Jean Carmet.

Maintenant, pour ceux et celles qui aimeraient planifier une liste de lectures potentielles, voici les titres proposés, dans l’ordre de parution: LE GRAND MEAULNES d’Alain Fournier, ALCOOLS de Guillaume Apollinaire,  LES DIABOLIQUES de Jules Amédée Barbey d’Aurevilly, LES FLEURS DU MAL de Charles Beaudelaire, UN CRIME D’AMOUR de Paul Bourget, JANE EYRE ou LES MÉMOIRES D’UNE INSTITUTRICE de Charlotte Brontë, LES HAUTS DE HURLE-VENT d’Emily Brontë, ALICE AU PAYS DES MERVEILLES de Lewis Caroll.

On trouve aussi MÉMOIRES D’OUTRE-TOMBE de François-René de Chateaubriand, LE CID de Pierre Corneille, DE L’ORIGINE DES ESPÈCES de Charles Darwin, DISCOURS DE LA MÉTHODE de René Descartes, CANTIQUE DE NOËL de Charles Dickens, LE MONDE PERDU d’Arthur Conan-Doyle, LA REINE MARGOT d’Alexandre Dumas, L’ÉDUCATION SENTIMENTALE et MADAME BOVARY de Gustave Flaubert, LE JOURNAL D’UN FOU de Nikolaï Gogol, L’ILIADE ET L’ODYSSÉE d’Homère, LE DERNIER JOUR D’UN CONDAMNÉ et COSETTE de Victor Hugo.

         

L’ESCLAVE AMOUREUSE de Gustave Le Rouge, LE FANTÔME DE L’OPÉRA et LE MYSTÈRE DE LA CHAMBRE JAUNE de Gaston Leroux, JUSTICE DE FEMME de Daniel Lesueur, BABBITT de Sinclair Lewis, L’APPEL DE LA FORÊT de Jack London, JUSTINE ou LES MALHEURS DE LA VERTU du Marquis de Sade, BEL-AMI de Guy de Maupassant, LE CHAT NOIR et DOUBLE ASSASSINAT DANS LA RUE MORGUE d’Edgar Allan Poe.

Également, DU CÔTÉ DE CHEZ SWANN de Marcel Proust, CYRANO DE BERGERAC d’Edmond Rostand,  DU CONTRAT SOCIAL ou PRINCIPES DU DROIT POLITIQUE de Jean-Jacques Rousseau,  FRANKESTEIN ou LE PROMÉTHÉE MODERNE de Mary Shelly,  LE ROUGE ET LE NOIR et LA CHARTREUSE DE PARME de Stendhal.

       

DRACULA de Bram Stoker, L’ART DE LA GUERRE (les treize articles) de Sun Tzu, LES AVENTURES DE TOM SAWYER de Mark Twain, LA BIBLIOTHÈQUE DE MON ONCLE de Rodolphe Töpffer, LE KAMA SUTRA de Vatsyayana, LE TOUR DU MONDE EN QUATRE-VINGTS JOUR et VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE de Jules Verne, CANDIDE ou L’OPTIMISME de Voltaire, L’HOMME INVISIBLE et LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS de H.G. Wells, LE PORTRAIT de DORIAN GRAY d’Oscar Wilde, GERMINAL et J’ACCUSE d’Émile Zola.

       

Voilà chers amis. Vous êtes servis. Et si vous voulez aller plus loin dans votre exploration des titres historiques, Oregan a publié le tome 2 de 50 CHEFS D’ŒUVRE que vous devez lire avant de mourir…50 titres, 18 000 pages, près de 450 heures de lecture si vous projetez de lire tout le pavé. On y retrouve des noms qui figurent dans le volume 1 et d’autres comme Jules Renard, Alphonse Daudet, Alexandre Dumas, Machiavel, Théophile Gauthier et beaucoup d’autres. Pour plus de détails, cliquez ici.

Surtout, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires, suggestions et pourquoi pas nous livrer vos titres préférés…

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le samedi 27 février 2021

LES COLLECTIONS DU CITOYEN, collectif

LES COLLECTIONS DU CITOYEN

De NANE ÉDITION

Et deux de ses titres…

*LES COLLECTIONS DU CITOYEN* est une initiative de la maison d’Édition Nane fondée en 1996 dans le but de fournir aux jeunes lecteurs et lectrices des livres conçus pour eux mais aussi destinés à leurs parents et à leurs éducateurs afin d’élargir leur culture générale. Soucieuse de comprendre dans quel monde vit la jeunesse d’aujourd’hui, Nane s’est fixé comme objectif d’éveiller la curiosité des jeunes, leur permettre d’approfondir ce qu’ils souhaitent le mieux connaître et répondre à leurs questions.

La collection compte actuellement plus d’une centaine de titres. Plusieurs de ces titres concernent l’Europe en général et la France en particulier. Il y a aussi une grande quantité de titres qui développent des sujets plus universels comme les dangers de la drogue par exemple, l’eau, les Nations-Unies, les OGM, l’Islam, etc.

Tous ces titres ont un point en commun : l’enrichissement du savoir collectif. Chaque présentation est simple, tout comme les réponses apportées aux questions que se pose le jeune lectorat. Chaque titre a une centaine de pages plus ou moins. Pour avoir la liste complète, cliquez ici.

*Un évènement met le feu aux poudres : le 28 juin 1914,
l’Archiduc François-Ferdinand, neveu de l’empereur
d’Autriche-Hongrie et héritier du trône est assassiné à
Sarajevo. L’Allemagne est pointée du doigt. Le jeu des
alliances fait le reste. En quelques jours, la plus grande
partie de l’Europe est en guerre…La première Guerre
mondiale a commencé.*
(Extrait : LA GUERRE DE 14-18, Frédérique Neau-Dufour
et collectif, Coll. : LES COLLECTIONS DU CITOYEN, 2014,
Nane Éditions, 2014, numérique)

    

LA DÉPORTATION DES CAMPS NAZIS :
L’ouvrage explique les raisons de la montée du nazisme en Allemagne et de son expansion dans toute l’Europe. Il décrit ce que furent les camps de concentration et d’extermination. Cette édition insiste sur la déportation en France et explique les particularités des principaux camps en Europe. Enfin, le livre relate la fin des camps : La libération, le procès de Nuremberg.

LA GUERRE DE 14-18 :
Prévue pour être courte, elle dure plus de quatre ans. Impliquant environ 70 millions de combattants, elle inaugure l’avènement de la violence de masse. Guerre totale, elle mobilise les États et les sociétés et fait plonger l’humanité dans une modernité destructrice. Cet ouvrage destiné aux jeunes et moins jeunes, permet de se replonger dans les épisodes clés du conflit, et aussi d’en découvrir des aspects moins connus.

Les Collections du citoyen sont formées de séries de petits volumes, chacun ayant un titre très révélateur comme RACONTE-MOI, EXPLIQUE-MOI. Elles me rappellent un peu l’ancienne collection QUE SAIS-JE mais moins technique et moins développée en général. Ce sont de petits ouvrages d’une centaine de pages et qui ont sacrifié la rigueur au profit de la synthèse.  La guerre de 14-18 par exemple a fait l’objet d’encyclopédies complètes.

Entre autres, celle publiée chez Bayard en 2013 qui est excellente fait près de 1 300 pages. Alors comment résumer un conflit mondial aussi long et complexe, ayant fait des milliers de morts et changé la face du monde, pendant que le nazisme couvait déjà. L’éditeur Nane a développé une série de critères précis pour faire de ses livres des ouvrages de survol, des résumés de terrain, des synopsis brefs mais précis.

Donc, ces petits livres, résument, synthétisent. Plusieurs thématiques sont développées dans les collections : historiques, civiques, sociales, politiques, religieuses, environnementales. En général, ces petits volumes développent leur sujet par le biais de brèves définitions, de chronologies, d’explications synthétisées sur les chaînes d’évènements et de fonctionnement et d’indications biographiques et d’extraits d’archives.

On y trouve aussi, des photos, dessins et illustrations. À ce niveau, certains volumes sont très généreux comme celui sur la déportation par exemple. D’autres volumes sont plus lourds en texte. On trouve aussi, dans la plupart des livres de ces collections, des statistiques qui viennent crédibiliser le sujet.

Ces livres sont, en général, agréables à lire. Ils sont aussi généralement bien aérés. Ils se lisent vite. Les efforts de synthèse sont louables, l’idée étant de ne pas permettre au lecteur de passer à côté d’éléments importants. C’est un défi un peu lourd.

Il faut prendre ces collections pour ce qu’elles sont : des ouvrages de survol, des résumés succincts. Les données bibliographiques suggèrent toutefois au lectorat des idées d’ouvrages plus spécialisés et complets. Je veux préciser aussi que les éditions de papier sont beaucoup plus agréables à lire. Moi j’ai lu des éditions numériques et j’ai eu de la difficulté à lire les encadrés, surtout ceux en couleur.

Ces collections engagent les jeunes et les moins jeunes sur la voie de la connaissance. Ce sont des points de départ intéressants. Elles introduisent les lecteurs et lectrices dans l’histoire, le fonctionnement de la société et de ses institutions. Une intéressante méthode d’acquisition de connaissances…

D’AUTRES TITRES DE LA SÉRIE

         

    

         

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le dimanche 26 juillet 2020

LES CONTES DES 1001 NUITS partie 2 du recueil

LES COMPLÉMENTS

On pourrait créer une encyclopédie colossale seulement en réunissant les différents travaux, œuvres et créations divers sur les contes des 1001 nuits. Mon exploration de la question sur internet m’a amené à une quantité considérable d’analyses, d’œuvres littéraires de toutes formes et tendances bandes dessinées incluses, pièces de théâtre, adaptations cinématographiques incluant les œuvres d’animation, jeux de société, comédies musicales sans oublier les représentations musicales classiques dont celles de Maurice Ravel et Maurice Schuman. Je vais aujourd’hui me limiter à citer quelques exemples de tendances issues de l’univers littéraire en commençant par l’iconographie.

Le plus célèbre des illustrateurs des 1001 nuits pourrait être Léon Carré (1878-1942) le fameux peintre et illustrateur français. En 1926, l’éditeur d’art Henri Piazza commande au peintre orientaliste Léon Carré les illustrations des 1001 nuits. Carré réalisera 144 planches en couleurs hors textes qui trouvent leur place dans les 12 volumes de l’édition de luxe de Piazza. Pour en avoir une bonne idée, voyez l’album publié par bnf.fr qui propose une sélection d’illustrations commentées de Léon Carré dans l’ordre où elles apparaissent dans l’édition Piazza. 

POUR UNE LECTURE HISTORIQUE DES MILLE ET UNE NUITS propose une analyse historique des contes tels qu’ils sont versés dans la première édition de l’ouvrage en Égypte en 1835. Jean-Claude Garcin, éminent historien de l’Islam médiéval passe en revue les différentes influences et censures successives qui ont modelé la version égyptienne telle que nous la connaissons aujourd’hui. Très intéressante analyse de contenu et de contexte. 

LES MILLE ET UNE NUITS est une bande dessinée envoûtante, une œuvre remarquable de deux excellents scénaristes américains de bandes dessinées : Richard Corben, surtout connu pour ses œuvres de fantasy et Jan Strnad, connu pour son travail sur l’univers de Star Wars. Cette BD pénètre les contes des 1001 nuits et en déborde avec entre autres le huitième voyage de Sinbad, un inédit qui se fond dans l’esprit des contes en y restant fidèle. Les critiques publiées sur la bedethèque sont flatteuses et soulignent entre autres l’originalité de l’œuvre.

Une belle façon d’entrer dans le royaume des 1001 nuits est de passer par la porte de la cuisine. C’est une façon de dire que la cuisine orientale est toute de saveurs délicates et de parfums envoûtants. Dans RECETTES DES 1001 NUITS : À LA TABLE DE SHÉHÉRAZADE, un collectif publié par Hachette, les personnages emblématiques des contes vous convient à leur table. Par exemple, le sultan Shahryar livre sa meilleure recette de boulettes de lentilles, Sindbad le marin et ses brihouhats aux crevettes.

Shéhérazade vous sucre le bec avec des cornes de gazelles entre autres. Dans ce livre vous trouverez une centaine de recettes orientales qui vous enchanteront vous et vos invités. C’est un voyage gastronomique qui nous entraîne au Maghreb, en Inde, en Irak et au Liban entre autres. Le livre offre de nombreuses photos pleine page qui, avec une puissante force d’attraction vous fais pénétrer dans l’univers enchanteur de la cuisine orientale dite des mille et une nuits.

Sans dénier aux Mille et Une Nuits l’aspect divertissant, cet ouvrage veut montrer, grâce au thème du voyage, que ces contes étaient ancrés à à des réalités multiples, puisqu’ils ont traversé les temps et les lieux en incorporant à chaque étape de nouvelles histoires et en adaptant le contenu à d’autres mentalités. Les Mille et Une Nuits contes réputés arabes, sont en fait un fabuleux creuset où se sont mêlés des éléments grecs, chinois, indiens et persans, réunis sur le tard par un liant arabe.

POUR LES JEUNES LECTEURS

Je ne vous ai donné que quelques exemples de sous-thèmes liés aux CONTES DES MILLE ET UNE NUITS. Ce n’est que la pointe de l’iceberg. Les contes ont bercé et stimulé à la fois des dizaines de générations. Si vous voulez allez un peu plus loin sur la question, je vous invite à consulter le dossier de PATRIMOINE PARTAGÉ. Cliquez ici.

Vous pouvez également consulter un dossier très complet concernant les 1001 nuits sur Wikipédia. Cliquez ici. Je signale aussi à l’intention des parents, que les CONTES DES 1001 NUITS sont expliqués aux enfants dans le très beau site 1 jour 1 actu. Cliquez ici.

Mon choix était de lire l’intégrale, ce que j’ai fait sans le moindre regret. Vous pouvez, si vous le désirez, vous en tenir aux contes les plus lus ou les plus populaires. Ils sont disponibles séparément. D’une façon ou d’une autre, je vous invite à tenter l’aventure.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le mardi 22 octobre 2019

La semaine des bibliothèques publiques du Québec

LA SEMAINE DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES
DU QUÉBEC

Hommage aux bibliothèques
de la ville de Québec

La maison de la littérature est une composante majeure du réseau des bibliothèques de Québec. En plus d’offrir les services d’une bibliothèque publique, on y trouve une exposition sur la littérature québécoise, un studio de création, un atelier de bd et une résidence d’écrivains. À longueur d’année, une programmation variée garde bien vivante et vigoureuse la scène littéraire. La maison de la littérature est aménagée dans l’ancien temple Wesley au cœur du vieux Québec.

LA VIE EN PAGE
*J’avais trouvé ma religion : Rien ne me
parut plus important qu’un livre. La
bibliothèque, j’y voyais un temple. *
(
Jean-Paul Sartre-LES MOTS)

Bibliothèque de l’Assemblée Nationale du Québec

Vingt-six bibliothèques forment actuellement le réseau de bibliothèques publiques de la ville de Québec. Les bibliothèques ont beaucoup changé avec le temps. Les autorités ont reconnu dans ces temples de l’enrichissement de l’esprit la clé d’une culture en mouvance.

Nos bibliothèques ont été mises en valeur et sont devenues des bijoux d’architecture et d’aménagement et aussi de services avec des centaines de milliers de livres, revues de toutes sortes et divers document…une collection dite flottante car si vous êtes membres d’une bibliothèque à Québec, vous êtes automatiquement membre du réseau. Vous empruntez un livre à Charlesbourg ? Vous voulez le remettre à Sainte-Foy ? Aucun problème.

Nos bibliothèques ont magnifiquement évolué, s’ajustant constamment aux goûts et aux besoins du public. Elles offrent par exemple une grande variété de ressources numériques : livres et encyclopédies, musique en continu et vidéos et toutes les collections sont mises à jour régulièrement et ne cessent de s’enrichir.

Pour tous les détails et les avantages d’être membre du réseau, visitez le site de la bibliothèque de Québec vous ne serez pas déçus. Vous y trouverez entre autres l’ensemble des programmes offerts par la bibliothèque de Québec, y compris les activités pour les enfants. Ces activités sont gratuites la plupart du temps.

Personnellement, je suis fier de la bibliothèque de Québec. Dans toutes les bibliothèques que j’ai fréquentées j’ai pu profiter d’un excellent confort pour la lecture ou la recherche informatique, un éclairage étudié, un environnement aussi calme que stimulant. Je peux rester des heures dans une bibliothèque sans en sortir fatigué.

Bravo à tous les personnels qui sont chaleureux et accueillants et qui prennent bien soin de nos bibliothèques. Je vous souhaite une magnifique semaine des bibliothèques publiques et j’invite ceux et celles qui ne l’ont pas encore fait à visiter une bibliothèque.

L’addiction vous guette…

QUELQUES BIBLIOTHÈQUES DU RÉSEAU
DE QUÉBEC

La bibliothèque Étienne Parent
La bibliothèque Gabrielle Roy et bibliothèque Aliette-Marchand

La bibliothèque Saint-Charles

 La Bibliothèque Roger Lemelin et à droite, la Bibliothèque Félix Leclerc


Je n’ai jamais eu de chagrin qu’une heure de lecture n’ait dissipé (Montesquieu 1689-1755)

BONNE SEMAINE DES BIBLIOTHÈQUES
ET BONNE VISITE
JAILU/Claude Lambert
Le samedi 19 octobre 2019

Pour la liste complète des bibliothèques publiques du réseau de Québec, cliquez ici

Pour suivre le réseau sur Facebook, cliquez ici.

 

LE PÈRE NOËL S’APPELLE BASILE, de PIERRE PELOT

*Basile ne répondit pas, ne trouva pas un mot
ni un son, rien que la sécheresse soudaine au
fond de sa gorge. Ce ton employé soudain
par l’homme avait un effet plus glaçant que
l’extérieur embrouillasse.*

(Extrait: LE PÈRE NOËL S’APPELLE BASILE, Pierre Pelot,
éditions Bragelonne, 2013, Castelmore, édition
numérique, 80 pages, littérature jeunesse 7-10 ans)

Habituellement, Basile, neuf ans, rentre de l’école avec son père ou un autre parent d’élève. Mais ce jour-là est un peu particulier… Ce jour-là, la maîtresse a reçu un coup de téléphone qui l’a forcée à abandonner sa classe plus tôt que prévu. Ce jour-là, le petit garçon a décidé que rentrer à pied pour aller voir les décorations de Noël était une bonne idée.

Ce jour-là… c’est le jour où Basile va faire la connaissance d’un jeune homme d’apparence sympathique, et accepter sans le savoir de conduire un agresseur à sa victime… En fait, l’homme que Basile rencontre est un père Noël très particulier….

 Un déclic qui clique
*Allez. Vite, souffla Livio.
Je ne suis pas fou tu vois…
C’est ce qui fait la différence,
sans doute…*
(Extrait : LE PÈRE NOËL S’APPELLE BASILE)

Voici l’histoire d’un jeune garçon de 9 ans, Basile Hordeau, fils d’un acteur, Gérard Hordeau qui incarne l’inspecteur Dalong dans une populaire télésérie policière. Basile est un petit garçon généreux de nature. Un jour, sorti plus tôt de l’école parce que sa maîtresse a dû s’absenter, il décide d’aller admirer les magnifiques décorations de Noël dans le centre-ville. Mais il n’en parle à personne.

Ce soir-là, Basile aurait aimé être le Père Noël. Mais il ne rêvassa pas longtemps car il fût approché par un inconnu, un homme appelé Livio. Basile ne le savait pas mais Livio était un homme instable qu’il était préférable de ne pas contrarier. Livio cherchait une personne que Basile connaissait. Sans le savoir, Basile allait amener Livio à sa victime.

Ce récit qui est très court est classé thriller de Noël, mais en réalité c’est un conte. Avec un petit rebondissement et une petite morale. En fait, il va se passer quelque chose dans l’esprit de Livio. Un petit quelque chose qui vient nous rappeler que des personnes d’apparence foncièrement mauvaise ne sont dans les faits, pas si méchantes que ça.

Et puis il ne faut pas oublier qu’il y a la magie de Noël…n’est-elle pas capable de changer les cœurs… ? Basile n’a que 9 ans, il n’a pas encore trouvé une définition sérieuse du mal. Vous vous doutez sans doute que l’innocence et la pureté de cœur imprègnent le récit.

C’est une histoire légère et un peu linéaire. Il s’en dégage peu d’émotions. Basile va toutefois connaître la peur : *Il avait une voix maintenant rauque, glissée entre ses dents et ses lèvres sur un ton presque chantant, léger, terriblement venimeux pourtant. Ce ton-là acheva de transformer en véritable crainte …  (Extrait)

Beaucoup d’aspects sont sous-développés dans le récit. En particulier le changement radical qui s’est opéré dans l’esprit de Livio : *L’homme se retourna. Une seconde, une éternité, le fusil fut braqué dans le mouvement droit sur Basile. Le bras retomba. De nouveau, la pesanteur du temps figea les gestes, les regards indéfiniment .* (Extrait)

L’auteur avait au départ l’idée, l’argumentaire et en fait tout ce qu’il faut pour publier un véritable thriller de Noël même et surtout en s’en tenant à la littérature-jeunesse. Il aurait été intéressant d’en savoir plus sur Livio, son passé, son attitude, ses motivations. Et puis je n’ai pas parlé de Dominique Xadé.

C’est la maîtresse d’école de Basile et elle joue un rôle très important dans l’histoire mais la psychologie et les motivations de Dominique sont à peine effleurées. Il y a Nicolas aussi, le conjoint de Dominique, fabricant de jouets de son état. Son rôle aurait pu être renforcé de façon significative l’atmosphère de Noël qui, me semble-t-il, fait un peu défaut dans le récit.

Je m’attendais à plus, je m’attendais à mieux mais c’est quand même une belle petite histoire qu’un père ou une mère pourrait raconter à son enfant en alternant les sourires et les gros yeux.

Et puis Pellot a créé un personnage principal très sympathique. Basile est terriblement attachant et il devient naturel pour les jeunes lecteurs de s’y attacher et c’est sans compter sur son engouement pour les décorations de Noël :

*C’était ce spectacle que Basile était venu contempler. Aux approches de Noël, à l’éclosion des décorations urbaines, il se sentait volontiers inspecteur vigilant du phénomène. Instinctivement concerné.* (Extrait)

L’histoire est courte et manque d’action mais j’ai passé un bon moment avec Basile. C’est une lecture sympathique. Je vous suggère donc ce livre à inclure dans votre bibliothèque de Noël. J’en profite pour vous souhaiter un très très joyeux temps des fêtes. On se retrouve en 2018.

Pierre Pelot est un auteur Vosgien né en 1945. Il a écrit plus de cent cinquante romans dans les genres les plus divers, dont beaucoup ont été traduits dans plus de 20 langues. Avec des œuvres dont DELIRIUM CIRCUS ou LA GUERRE OLYMPIQUE, il reste l’un des meilleurs auteurs de SF française. En compagnie d’Yves Coppens, il a signé LE RÊVE DE LUCY et SOUS LE VENT DU MONDE. ÉTÉ EN PENTE DOUCE a été adapté au cinéma. Le film a connu des succès flatteurs…

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 17 décembre 2017

 

LE SCANDALE DES EAUX FOLLES, Marie-Bernadette Dupuy

*Nous avons reçu ce matin le message suivant :
Saint Gédéon, LE PROGRÈS DU SAGUENAY, Chicoutimi L’eau du lac est à 24,1 à l’étage ici ce matin. Cinq pelles sur sept, à la Petite Décharge, ont été fermées. L’inondation bloque le chemin, les bâtisses sont envasées, les dommages qui sont causés par la fermeture des écluses sont incalculables.

Nous en appelons aux autorités pour qu’elles forcent la compagnie à ouvrir les pelles. Pareille chose ne s’est jamais vue depuis quarante-cinq ans, même sans les écluses. L’eau monte toujours. Signé chanoine E. Lavoie, Joseph Girard.
(Extrait : LE SCANDALE DES EAUX FOLLES, Marie-Bernadette Dupuy, les Éditions JCL, 2014, édition de papier, 635 pages.)

1928 : des crues très fortes éprouvent les riverains du Lac St-Jean inondant les terres arables, emportant des ponts et forçant l’évacuation de nombreuses habitations. Cette situation serait attribuable à la construction d’un barrage près d’Alma. Alors que les citoyens assistent, impuissants à la montée des eaux, on retrouve le corps de la jeune Emma Cloutier, morte noyée près de la ferme familiale. Ce drame fait naître les pires rumeurs. Rongée par le doute, l’aînée de la famille Cloutier, Jacinthe est déterminée à obtenir des réponses aussi éprouvantes soient-elles. Jacinthe découvre, qu’elle connaissait bien peu sa sœur…

Mort en eaux troubles
*Nous avons pleuré la jeune Emma, devenue
institutrice dans une autre municipalité,
reprit le prêtre. Nous l’avons crue victime
d’un accident, noyée dans les eaux en crue
du lac. Mais il n’en était rien.*
(Extrait : LE SCANDALE DES EAUX FOLLES)

J’en ai peut-être déjà parlé, si oui, j’y reviens brièvement. Il y a des livres, pas beaucoup, qui me font un effet particulier dans le dos : une sorte de frisson, une vibration qui semble influencer les fonctions lacrymales.

C’est étrange, mais c’est agréable. Il y a longtemps que j’ai réalisé que cette sensation est provoquée par l’émotion que j’éprouve à la lecture d’un livre qui a de l’effet sur moi. C’est rare mais ça m’arrive. Le SCANDALE DES EAUX FOLLES a eu cet effet sur moi.

LE SCANDALE DES EAUX FOLLES est l’œuvre d’une romancière brillante et prolifique, spécialiste des grandes sagas : Marie-Bernadette Dupuy, une auteure française passionnée du Québec et cette passion transpire dans l’ensemble de son œuvre.

Dans LE SCANDALE DES EAUX FOLLES, l’auteure situe son intrigue à la fin des années 1920 lors des grandes inondations du Lac Saint-Jean. L’histoire commence à Saint-Prime : la plus jeune de la famille Cloutier, Emma, est retrouvée noyée dans des eaux peu profondes du Lac près de la rive, non loin de la ferme des Cloutier.

Officiellement, Emma s’est noyée. Mais sa sœur Jacinthe a de sérieux doutes et entreprend une recherche qui devient une véritable quête de la vérité. Elle apprendra beaucoup de choses. Entre autres, qu’Emma était loin d’être une fille vertueuse à l’instar de ses sœurs, Jacinthe et Sidonie.

Au cours de sa recherche, Jacinthe apprend qu’Emma a eu un enfant qu’elle a abandonné immédiatement à une famille quelque part. Convaincue maintenant qu’Emma a été assassinée, Jacinthe s’impose deux objectifs : retrouver l’assassin et retrouver l’enfant.

Avec intelligence et sa plume d’une remarquable fluidité, l’auteure raconte le quotidien d’une famille meurtrie non seulement par la mort d’Emma, mais aussi par de lourds secrets de famille qui sont mis au jour.

J’ai suivi l’enquête de Jacinthe avec beaucoup d’intérêt et malgré les longueurs, j’avais beaucoup de difficulté à fermer le livre tellement l’intrigue est captivante. L’histoire a comme toile de fond, les grandes inondations de 1928, même si elles plantent le décor, elles sont d’une grande exactitude historique. En général, l’ouvrage est très bien documenté et l’ensemble est crédible. Pour moi, il est évident que l’auteure a fait une recherche sérieuse.

Le livre comporte toutefois ce que je considère comme une faiblesse. J’ai trouvé le rythme de l’histoire très lent et le récit tourne parfois en rond. C’est peut-être le piège classique des longs pavés. Ce livre fait quand même 630 pages ou c’est parce que Jacinthe va de piste en fausse piste et que son enquête qui est très longue donne l’impression qu’elle ne finit pas de finir.

Après la découverte du corps d’Emma en particulier, le rythme tombe, il n’y a plus d’action sur une centaine de pages et le récit prend l’allure d’une chronique linéaire. Puis, le rythme finit par augmenter avec des hauts et des bas et finalement le dernier quart est génial et on a droit à un *happy ending* de grande classe.

Cette faiblesse est largement compensée entre autres par le côté attachant des personnages, par l’atmosphère que l’auteure a su imprégner à son récit incluant la profondeur des sentiments et les non-dits, les rebondissements dramatiques, le réalisme de l’ensemble en particulier le portrait d’une famille complexe, une fratrie instable qui réussit à sortir plus forte d’un épisode noir d’une puissante intensité dramatique. Ce dernier côté m’a fait particulièrement vibrer…suffisamment pour me donner le goût de connaître la suite.

J’y reviendrai sans doute. Entre temps, je n’hésite pas à vous recommander la lecture de LE SCANDALE DES EAUX FOLLES.

LA SUITE

Marie-Bernadette Dupuy est une écrivaine française née à Angoulême en 1952. Après une série de polars et plusieurs livres portant sur la royauté, le succès est enfin au rendez-vous en 2002 avec L’ORPHELINE DU BOIS DES LOUPS qui lui assurera une notoriété internationale. Suivront une trentaine de titres à succès dont certains seront traduits en plusieurs langues. La série la plus populaire est sans contredit celle de L’ENFANT DES NEIGES dont l’action se déroule au Lac St-Jean tout comme c’est le cas pour LE SCANDALE DES EAUX FOLLES. Pour en savoir plus sur l’auteure, consultez son site officiel

Image du site www.pinterest.com  Il s’agit d’une photo prise probablement sur le
boulevard Saint-Joseph à Roberval le 30 mai 1928.

BONNE LECTURE
JAILU
le dimanche 24 septembre 2017

YUL ET SA CLIQUE, une BD de JULIEN MARIOLE

Yul et sa clique
1. L’âge de raison

La clef, extrait de YUL ET SA CLIQUE, 1. L’âge de raison. Scénario, dessins et couleurs : Julien Mariolle. Éditions Sandawe, 2014, 50 pages, édition numérique, collection Youbox.

YUL ET SA CLIQUE est une série de sketches en bandes dessinées mettant en scène Yul que l’auteur appelle un *adulescent* c’est-à-dire un jeune adulte qui peine à maturer. La vie de Yul est complètement chambardée quand il emménage avec Sam, sa copine, mère de jumelles : Liz et Lola. Yul est un grand amateur de science-fiction et de cinéma fantastique. Il va devoir concilier ses rêves et son travail avec son nouveau rôle de papa de substitution et conjoint d’une mère-poule… le quotidien rocambolesque d’un éternel adolescent. 

Immature mais tellement attachant 

C’est la première fois que je commente une bande dessinée et  ma foi je me demande pourquoi j’ai tant tardé. Après tout, c’est la bande dessinée qui m’a introduit dans le merveilleux univers du livre et je ne m’en privais pas : Tintin, Spirou, Quick et Flupke, Jo et Zette, Bob et Bobette, Gaston Lagaffe, Astérix…Voilà…je me reprends aujourd’hui.

Avant de faire mon choix, j’ai fait une longue recherche pour me familiariser avec l’univers actuel de la bande dessinée. J’ai fait d’extraordinaires découvertes de talents et d’imagination…des bédéistes québécois comme, entres autres,  Michel Rabagliati, Réal Godbout, Philippe Girard, Michel Falardeau et des bédéistes d’ailleurs…Christophe Allerston, Matt Groening avec les Simpson, Philippe Chapuis le créateur de TITEUF sans oublier l’immortel Uderzo….et j’en passe comme vous vous en doutez.

Il fallait faire un choix et celui-ci s’est arrêté sur YUL ET SA CLIQUE, une excellente bande dessinée de Julien Mariolle un bédéiste français qui en a écrit le scénario et réalisé les dessins…une remarquable manifestation de talents. J’ai ri. J’ai même beaucoup ri.

YUL ET SA CLIQUE est un opuscule humoristique qui comprend deux sketches par page, indépendants les uns des autres mais formant une histoire continue. Il se lit vite et bien et j’ai même eu plaisir à le relire.

Que ce soit voulu ou non, tous les livres portent en eux des petits messages, ou des pensées, des réflexions ou dépeignent des réalités qui nous touchent. YUL ET SA CLIQUE ne fait pas exception à la règle car l’histoire est bâtie sur le thème de la famille recomposée. Ça ne fait pas de l’ouvrage une profonde étude sociologique, mais beaucoup de lecteurs se reconnaîtront et en riront car l’humour de Mariolle est omniprésent et efficace.

Je vous invite donc à faire la connaissance de Yul, immature mais tellement drôle et sympathique, et de sa clique…parfait pour tous les âges y compris les vieux qui sont demeurés jeunes.

Julien Mariolle est un bédéiste français né en 1978 dans la région Bordelaise, plus précisément à Libourne. Dès son enfance, il rêve de devenir dessinateur humoristique et créateur de bandes dessinées pour adultes.

Après l’obtention du BAC, Julien Mariolle décroche un diplôme de narration graphique à l’École Supérieure de l’Image d’Angoulême. Il devient par la suite professeur d’arts plastiques et fait ses débuts dans la création graphique. Il signe son premier album en 2009 aux éditions Les enfants rouges, DANS LES CORDES. LE TEMPS DES CERISES SUIT EN 2010. Brillante carrière en évolution.

BON DIVERTISSEMENT
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 14 mai 2017