RÊVES ET CAUCHEMARS

chaos sur fond de fantasy

RÊVES ET CAUCHEMARS

Commentaire sur le livre d’
ALEXANDRE CHARBONNEAU

*…et l’autre derrière m’a donné un coup de
couteau dans le dos. Ensuite, je me suis
écroulé et l’autre avait un bâton de baseball,
je crois…il me frappait encore et encore un
peu partout.*
(Extrait : RÊVES ET CAUCHEMARS, Alexandre
Charbonneau, DAD Éditions, collection
Panache, 2018, édition de papier, 330 pages)

Voici l’histoire d’un adolescent dont les nuits sont hantées de cauchemars inquiétants, cauchemars qui ne s’évanouissent pas toujours aux premières lueurs du jour ; Droite ou gauche ? La plupart du temps, c’est un choix anodin. Vous êtes dans une nouvelle école, perdu, et si ce n’est pas le bon corridor, vous essayez l’autre, tout simplement. Un choix plutôt banal qui ne vous coûtera au pire qu’un peu de temps. Ici, c’est différent. Ici, peut-être que la droite mènera à une jouissance infinie, une euphorie totale, mais éphémère, qui rendra ensuite la vie bien morne et misérable. Le chemin de gauche, lui, mènera peut-être à une souffrance insoutenable, une longue agonie constituée de chaos et d’épouvante. Et quand tout cela se répète indéfiniment, quand il n’y a pas possibilité de faire marche arrière et quand, au bout du compte, c’est le hasard cruel qui décide lequel de ces deux enfers il faudra affronter, tout ce qu’on espère, finalement, c’est de ne pas y laisser derrière, à l’embranchement, la raison. Car en perdant la raison, on perd aussi l’envie de se battre

CHAOS SUR FOND DE FANTASY
*Ça ne va pas être un défi des plus facile.
Le surnaturel tente de s’approprier le réel.
Livide, la panique lui creuse le ventre.
La terreur marque ses bras tremblants.
Une angoisse déchirante le fait haleter…*

(Extrait : RÊVES ET CAUCHEMARS)

RÊVES ET CAUCHEMARS est l’histoire de Léandre, un adolescent tourmenté par des cauchemars dont le réalisme est perturbant. Ses rêves débutent invariablement par la vue de deux escaliers, un à gauche, l’autre à droite. Un de ces escaliers mène au rêve, l’autre au cauchemar, et c’est aléatoire. Chaque fois qu’il sort d’un cauchemar, Léandre apporte une petite contribution onirique au monde réel. C’est ainsi que son père devient bizarre, que son environnement subit des changements, très sensibles au début, mais de plus en plus en plus, Morphée tente de s’emparer du monde réel en créant une forte attraction entre l’univers onirique de Léandre et le monde réel. Les amis de Léandre s’introduisent dans ses rêves. On dirait un jeu dont la cruelle issue serait une distorsion permanente de la réalité.

D’un cauchemar à l’autre, la quête de Léandre se précise : *Encore sous le choc, Léandre finit par rire nerveusement quand il se rappelle sa tâche d’imposer sa réalité. Ça ne va pas être un défi des plus facile. Le surnaturel tente de s’approprier le réel…songe-t-il. Livide, la panique lui creuse le ventre. La terreur marque ses bras tremblants. Une angoisse déchirante le fait haleter plus que jamais. (Extrait) Ce que je note en premier lieu de ce livre, c’est l’effort que l’auteur a déployé pour rendre le tout cohérent car plus le récit avance plus les éléments de l’univers onirique s’imbriquent dans la réalité et Léandre, un ado attachant mais torturé par cette folie surnaturelle qui se plante au milieu du décor comme un chevalier de *donjon et dragon* et fait de son mieux. En fait, Léandre EST l’instrument de la cohérence. Ça lui coûtera cher en douleur, en souffrance, en doute. Il y a peut-être un sens à tout ça, mais c’est loin d’être évident : *« Tu sais ce qu’on dit hein Léandre ? Tuez-les bien, tues-les mal, mais tuez-les !» Le cœur de Léandre bat comme une locomotive. Louis ne pourra pas être raisonné, il le sait à présent. On dirait que toute la logique dans sa tête s’est fracassée en mille morceaux. (Extrait)

Le fil conducteur de l’histoire est instable ce qui rend le livre un peu difficile à suivre. On sait que Léandre fait des cauchemars, et que ceux-ci s’évanouissent de moins en moins au réveil. On dirait que Léandre est au centre d’une convergence de forces surnaturelles qui échappent à la compréhension humaine. Pourtant, il faut y mettre fin. Le lecteur doit vraiment se concentrer pour comprendre où s’en va Léandre, autrement dit, où veut en venir l’auteur. Il y a de la cohérence dans le crescendo, elle permet une certaine compréhension vers la fin. Toutefois, j’ai trouvé la finale étrange, un peu frustrante, suspendue entre le rêve et la réalité

Une des grandes forces du récit réside dans son pouvoir descriptif. D’abord, Charbonneau a bien travaillé son personnage principal Léandre est attachant, combattif et ombrageux. Sa solidité et son endurance dépassent l’entendement. Personnellement, je crois que je n’aurais pas survécu à un tel chambardement mental et émotionnel. Le personnage est surréaliste et ça m’a plu je dois dire. L’auteur a planté des décors tantôt simples tantôt spectaculaires et mettant l’emphase sur leur caractère onirique. Tout y passe : formes, couleurs, tailles. La description des mondes est superbement travaillée. Tout est intense, saisissant, impressionnant. L’auteur décrit le monde onirique de Léandre avec un remarquable souci du détail et même parfois de l’humour : * …Les murs sont peints en rouge sang. Il y a de nombreuses affichettes qui arborent des publicités quelconques. Un vaste escalier s’élève devant lui, menant à une large porte grise en métal. Aucune fenêtre. Deux statues de gargouille installées de chaque côté. Étrange endroit. On dirait un accouplement entre une boîte de nuit et le château de Dracula.*.

Il m’a fallu de l’attention, de la concentration pour comprendre la démarche de Léandre, c’est-à-dire le jeu imaginé par l’auteur et qui met en présence le rêve et la réalité qui se fondent un dans l’autre. J’aurais préféré une finale un peu moins glauque, Mais dans l’ensemble, j’ai considéré RÊVES ET CAUCHEMARS comme un beau défi de lecture…agréable et divertissant et…ah oui…pas mal intriguant.

Alexandre Charbonneau est un auteur québécois spécialisé dans la littérature fantastique et fantasy. Je n’ai pas trouvé beaucoup de choses sur le parcours d’Alexandre mais je vous livre tout de même un extrait fort intéressant de sa présentation Facebook :

*Déjà quand j’étais tout petit, je me réfugiais dans mes mondes imaginaires. Je transformais une feuille de papier en une multitude de donjons sombres ou en vaisseaux spatiaux en mission. Assez jeune, j’ai découvert la série Un livre dont vous êtes le héros que j’ai adoré. J’aime tout ce qui est fantasy et fantastique. J’ai créé la série Les mercenaires en m’inspirant un peu de Game of Thrones et de Tarantino ; j’aime toute l’idée de la dynamique entre plusieurs personnages principaux différents tout au long d’une histoire. *

Alexandre Charbonneau est sur Facebook.

Bonne lecture
Claude Lambert
Le dimanche 14 février 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *