ET DIEU CRÉA LES BEATLES

LES SECRETS D'UNE ALCHIMIE MUSICALE

ET DIEU CRÉA LES BEATLES

Commentaire sur le livre de
DANIEL ICHBIAH

Après la sortie de *SHE LOVES YOU*…
*Le 31 octobre, le groupe débarque à Londres après avoir passé une semaine en Suède. À la stupéfaction générale, ils découvrent qu’une foule tumultueuse les attend.
Les Beatles ne parviennent aucunement à expliquer ce qui a pu expliquer une telle frénésie.
«Nous n’en savons rien, dira Lennon. On nous pose cette question mais nous n’en avons aucune idée. Je ne pense pas que quiconque détienne une telle réponse»*
(Extrait : ET DIEU CRÉA LES BEATLES, Daniel Ichbiah, Édition Les Carnets de l’Info, 150 pages, édition numérique, 2009)

La discographie remasteurisée des Beatles étant disponible sur le marché, une nouvelle génération découvre l’incroyable talent mélodique de ce quatuor anglais dont la liste de chansons entrées dans la légende est incroyablement longue. Pourtant la carrière du groupe a été courte. Entre juin 1962 et janvier 1970, les Beatles ont bâti une œuvre d’une étonnante richesse. ET DIEU CRÉA LES BEATLES raconte la saga des Beatles depuis ses tout débuts. Tous les albums du groupe sont analysés en détail. Daniel Ichbiah évoque les facteurs qui ont permis une éclosion aussi extraordinaire en tenant compte bien sûr de l’atmosphère débridée des sixties. Il évoque la rencontre de deux génies de la composition qui va marquer à jamais l’histoire de la musique : John Lennon et Paul McCarthy, et bien sûr, l’œuvre du légendaire orchestrateur : Georges Martin. Une histoire extraordinaire…

 Les Secrets d’une alchimie musicale
*Au fond, il faudra peut-être des millénaires
pour que la civilisation absorbe la quintessence
de cette œuvre magnanime. Ou bien alors…
ou bien encore… Se pourrait-il que l’œuvre des
Beatles ait passé un pacte avec l’éternité?*
(Extrait de l’introduction à ET DIEU CRÉA LES BEATLES)

Je n’ai jamais été un inconditionnel des Beatles, mais j’ai toujours été intrigué par l’incroyable succès que le FABFOUR a connu à l’échelle planétaire. En fait, j’ai commencé à apprécier les Beatles au milieu des années 60 alors que l’influence du *folk song* commençait à se faire sentir dans certaines de leurs chansons. Il devait être difficile, même dans les sixties, d’échapper à l’influence de groupes ou de chanteurs bien implantés…Mamas and the Papas, Peter and Gordon, Donovan et Bob Dylan en particulier…ou encore d’échapper à la montée graduelle de groupes émergents comme les Rolling Stones, Animals, Emerson Lake and Palmer, Credence clearwater Revival, Led Zeperlin et j’en passe bien sûr.

En lisant ET DIEU CRÉA LES BEATLES, je ne m’attendais pas à une explication satisfaisante sur le fait que les Beatles soient devenus en si peu de temps des légendes vivantes. Leurs disques se vendent encore et il y a une recrudescence des ventes suites à la remasteurisation de leur œuvre. À ce chapitre, l’auteur, Daniel Ichbiah n’a fait que me confirmer que l’incroyable succès des Beatles est hors de toute compréhension.

C’est sur les plans anecdotiques et analytiques que le livre est venu me chercher. Pour nous aider à comprendre comment quatre jeunes hommes qui, pris séparément, n’avaient rien d’exceptionnel aient pu créer autant de chansons majeures en si peu de temps, influençant à vie la musique pop et rock, Ichbiah n’avait pas le choix, il devait passer en revue et analyser différents facteurs : l’atmosphère un peu débridée des sixties, la fusion intellectuelle et artistique de deux maîtres de la composition : John Lennon et Paul McCartney, les personnages-clés qui ont encadré les Beatles dont l’orchestrateur de génie George Martin, surnommé le cinquième Beatle, la chimie qui a soudé les membres du quatuor. Ichbiah complète le tout par une analyse méticuleuse de chaque album et de plusieurs chansons phares.

J’ai beaucoup apprécié ce livre, en particulier son caractère anecdotique. Je croyais tout savoir des Beatles. J’ai bien vu qu’il y a toujours moyen d’en savoir plus. J’ai lu entre autres beaucoup de détails intéressants sur les évènements qui ont amené la création des Beatles. Mais j’ai été surtout surpris par l’analyse de la chaîne d’évènements qui ont conduit à la dissolution du quatuor incluant l’influence destructrice de Yoko Ono et l’incompétence ou l’honnêteté douteuse de certains gérants. Je devine aussi que l’auteur est allé au-delà des souhaits des lecteurs et lectrices en y allant d’une description des carrières solos de Paul McCartney, John Lennon, George Harrison et Ringo Star ainsi que sur leurs albums, les producteurs et sur les nombreux artistes qui ont enregistré des reprises de chansons des Beatles. Enfin, j’ai appris des détails très intéressants sur la carrière cinématographique des Beatles.

Même s’il ne peut pas expliquer comment le quatuor a fait pour bâtir une œuvre aussi extraordinaire en si peu de temps, 1962 à 1970, Ichbiah a enrichi son récit d’une grande quantité d’anecdotes sympathiques, ce qui, ajouté à la genèse des chansons rend la lecture du livre très agréable. Je mets un tout petit bémol parce qu’à plusieurs reprises dans le dernier quart du volume, l’auteur sous-entend que vers la fin, les Beatles deviendront graduellement dépassés, spécialement après la production d’un des plus purs chefs d’œuvre du FABFOUR : SGT. PEPPER’S LONELY HEARTS CLUB BAND. Dépassés peut-être, mais dépassés par quoi? Ils n’ont jamais cessé de vendre des disques et d’être réclamés partout, même après leur dissolution. C’est un peu paradoxal. Mais je ne peux pas vraiment blâmer Daniel Ichbiah d’avoir évité d’expliquer l’inexplicable. J’aurais simplement souhaité me mettre quelques hypothèses sous la dent pour m’aider à comprendre comment quatre musiciens chanteurs peuvent être adulés de toute une planète. Je ne suis même pas sûr qu’on se soit posé la même question pour d’autres phénomènes comme Elvis Presley par exemple.

Je n’irais pas jusqu’à qualifier ET DIEU CRÉA LES BEATLES de livre extraordinaire. Il ne m’a pas apporté de révélations capitales mais c’est quand même un livre original, agréable à lire avec l’accent mis sur l’analyse des chansons et des albums et par la bande, sur l’état d’esprit des auteurs-compositeurs. Je crois qu’ichbiah n’a rien négligé dans sa recherche et qu’il nous propose un ouvrage très bien documenté. À tout ce que j’ai déjà dit s’ajoute des détails qui rendent l’ouvrage exhaustif : comment le groupe s’est construit? Avait-il une intimité? Quelles étaient les relations entre les membres du groupe et pourquoi se sont-elles à ce point envenimées, précipitant la chute du quatuor. À ce titre, Ichbiah livre des détails très signifiants sur le rôle des femmes, les conjointes des Beatles et spécialement sur la ténébreuse Yoko Ono. J’ai été particulièrement impressionné par les détails contextuels sur les années 60 : les tendances, l’ambiance sociale entre autres.

Voilà. Je pense que, comme moi, vous apprécierez la lecture de ET DIEU CRÉA LES BEATLES. C’est une biographie qui a réussi à m’atteindre, moi qui n’ai jamais été un inconditionnel des Beatles. Je suppose donc qu’elle ravira les passionnés du quatuor…livre d’autant intéressant qu’étrangement son sous-titre est plus révélateur que le titre : alchimie…magie sous-entendue, inexpliqué enrobé….légende adulée…

Avec ET DIEU CRÉA LES BEATLES, de très beaux souvenirs devraient refaire surface.

Daniel Ichbiah est un écrivain et journaliste français spécialisé dans les jeux vidéo, la robotique, le multimédia et la musique. Il est aussi compositeur à ses heures. C’est surtout un passionné des jeux vidéo. Sa saga des jeux vidéo régulièrement mise à jour est un véritable ouvrage de référence. Il a écrit plus d’une soixantaine de livres dont BILL GATES ET LA SAGA DE MICROSOFT en 1995, et ROBOTS GENÈSE D’UN PEUPLE ARTIFICIEL qui lui a valu le prix Roberval en 2005. Notons enfin que depuis quelques années, Ichbiah publie en autoédition dans différentes bibliothèques numériques.

LES BEATLES…FILMOGRAPHIE


1                                      2                                    3


       4                                                  5

1) A hard day’s night, sorti en août 1964, réalisateur: Richard Lester
2) Help, sorti en juillet 1965, réalisateur : Richard Lester
3) Magical Mystery Tour, sorti en 1967, réalisé par Bernard Knowles pour la BBC
4) Yellow Submarine, sorti en 1968, réalisé par George Durning et Al Brodax
5) Let It Be, sorti en 1970, réalisé par Michael Lindsay-Hogg 

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le 30 avril 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *