JEUNE CONSCIENCE À LA DÉRIVE

SEVENTEEN

Seventeen

Commentaire sur la nouvelle de
Kenzaburô Ôé

*Voilà un gauchiste qui tape à côté de la cible!
dit ma sœur sur un ton moqueur. Ça m’a mis
hors de moi. En hurlant, je lui donné un coup
de pied en plein dans le front. Elle est tombée
à la renverse…son visage aux traits ingrats a
blêmi de manière effrayante…*
(extrait de SEVENTEEN de Kenzaburô Ôé, 1961,
traduit en français chez Gallimard en 2005, éd. Num.
rééd. 2011, Folio)

SEVENTEEN est une nouvelle extraite de FASTE DES MORTS de Kenzaburô Ôé. C’est le récit d’un adolescent japonais de 17 ans perturbé et accablé par l’indifférence et le laxisme de son père, les moqueries de ses camarades, obnubilé par son physique et ses désirs sexuels. Un jour, cet adolescent complexé et méprisé sera  recruté par le Parti de droite. Sa vie va basculer dès son enrôlement dans cette organisation politique utilisant la violence et la perturbation sociale pour parvenir à ses fins. L’ado à l’esprit torturé y voit enfin la possibilité de devenir QUELQU’UN. Cette nouvelle évoque le Japon du début des années 60 avec la recrudescence de l’ultranationalisme  du parti impérial japonais.

JEUNE CONSCIENCE À LA DÉRIVE
*L’uniforme de l’Action Impériale imitait
celui des S.S. Lorsque je marchais dans
les rues ainsi vêtu, j’éprouvais là-aussi
une vive sensation de bonheur…j’avais
la certitude que les autres ne voyaient
plus ce qu’il y avait en moi de mou, de
faible, de vulnérable, de disgracieux
et je me sentais au paradis.*
(extrait de SEVENTEEN)

Seventeen est le dur récit d’un adolescent japonais frappé de plein fouet par les travers impitoyables de l’adolescence dans un contexte culturel complexe et évolutif où pour beaucoup de jeunes japonais, atteindre le bonheur consiste à vivre à l’américaine. Le jeune narrateur est perturbé, son estime de soi est à peu près nulle, aussi nulle que l’attention que lui accorde son père, aussi nulle que ses relations avec ses pairs… C’est un récit d’une grande violence empreint de rancœur, de tristesse et d’une recherche désespérée d’amour et de reconnaissance.

Ôé raconte comment l’extrême fragilité de cet adolescent à l’esprit torturé l’amènera à adhérer à un système politique mû par l’absolutisme impérial et qui utilise largement la violence pour arriver à ses fins. Notre jeune *seventeen* y voit une occasion unique d’être reconnu par les siens, d’être respecté, bref, d’être quelqu’un.

Avec une plume dramatique, Ôé décrit de façon détaillée la détresse psychologique d’un ado déjà pris dans un étau social car il faut comprendre le contexte du début des années 60 au Japon pour saisir cette détresse. Les jeunes japonais étaient piégés entre l’impérialisme, le socialisme, le communisme,  les factions de droite et le libéralisme à l’américaine. Ce sont les extrémistes qui ont eu raison de la fragilité de *seventeen*.

Ce contexte politique et social est peu développé dans le récit. Je peux comprendre car SEVENTEEN est une nouvelle. Mais comme l’auteur décrit avec un luxe de détails les pulsions sexuelles du garçon, il aurait pu je crois, sacrifier un peu cet aspect au profit d’une description plus complète du contexte social des années 60 au Japon. Le récit commence même par la croustillante description d’une séance d’onanisme qui n’apporte pas grand-chose à l’ensemble.

Tout de même, le récit est bref, il se lit vite et bien et surtout, il propose une profonde réflexion sur la fragilité de l’adolescence et les nombreuses façons dont elle peut être influencée dans une société en déséquilibre.

Kenzaburô Ôé est un écrivain japonais né dans l’île Shikoku au Japon en 1935. Ses premiers textes sont publiés dans les années 50. En 1958, il reçoit le prix AKUTAGAWA, l’équivalent du prix GONCOURT français, pour GIBIER D’ÉLEVAGE adapté au cinéma par Nagisa Oshima sous le titre UNE BÊTE À NOURRIR. En 1964, la naissance de son fils, anormal, bouleverse sa vie tout comme son univers littéraire. Il écrit un livre déchirant s’inspirant de ce drame : UNE AFFAIRE PERSONNELLE.  Écrivain original, Kenzaburô Ôé  reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1961.

BONNE LECTURE
JAILU
AOÛT 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *