HEUREUX QUI LIT

FARENHEIT 451

*…Chaque homme doit être l’image de l’autre,
comme ça tout le monde est content :
plus de montagnes pour les intimider, leur
donner un point de comparaison. Conclusion!
un livre est un fusil chargé dans la maison d’à
côté. Brûlons-le, déchargeons l’arme. Battons
en brèche l’esprit humain…

(extrait de FAHRENHEIT 451, Ray Bradbury, 1953,
réédité en 1981, Éditions Denoël)


Commentaire sur FAHRENHEIT 451

De Ray Bradbury

Fahrenheit 451 est une dystopie qui évoque un état totalitaire dans lequel l’unique rôle des pompiers consiste à…brûler les livres parce que ceux-ci sont considérés comme dangereux pour le régime politique et pour l’humanité. Considéré comme le meilleur pompier de son unité, Guy Montag fait la rencontre de Clarisse, une jolie jeune femme, intelligente et curieuse. Ces rencontres vont se multiplier. Étonné par l’intelligence de Clarisse et sa soif de connaissance, Montag développera dans son esprit des *idées sacrilèges*  genre **…mais au fond quel mal y a-t-il à lire**.

Un jour, avec son unité, Montag est appelé sur les lieux de la découverte d’une bibliothèque appartenant à une vieille dame. Les ordres sont clairs : BRÛLEZ TOUT. La vieille dame, refusant de quitter son trésor, est brûlée avec les livres. Écœuré, Montag devient rebelle et commence à lire en cachette. Sa femme Mildred le découvre et le dénonce. Il est condamné à brûler sa propre maison. Il fuit et se cache. Devenu traître à l’état et transfuge, Montag se joint à un groupe rebelle caché dans les bois et dont chaque membre s’est mis en devoir d’apprendre un livre par cœur avant de le détruire, et ce dans le but de le transmettre oralement.

Extrait du film Fahrenheit 451 adapté par François Truffaut

C’est un livre en trois parties, un peu difficile à suivre par moment, mais la richesse descriptive de l’ensemble est telle qu’elle fait oublier ce détail au lecteur même s’il lui faut beaucoup de concentration pour bien suivre l’évolution de l’histoire.

Ce qu’il faut retenir surtout, c’est que ce livre mythique a conservé toute son actualité. Si sa trame évoque quelque peu *1984* de George Orwell, autre dystopie incontournable, l’extraordinaire sens de l’anticipation de l’auteur n’est pas sans me rappeler l’essence visionnaire de Jules Verne.

Ray Bradbury décrit le drame d’une société sans âme privée du droit de lire pour des raisons de sécurité nationale (typique d’un régime totalitaire). En contrepartie, la société adule l’image, à tel point que même les murs des maisons sont devenus des écrans. En privilégiant la consommation de l’image en particulier et de masse en général, le régime engourdit les esprits et embellit ce qui n’est en réalité qu’un cauchemar : une société menottée en perpétuel lavage de cerveau, continuellement au bord de la guerre et dont l’ignorance est entretenue avec des raffinements de savoir-faire.

FARENHEIT 451 propose une profonde réflexion sur le pouvoir des livres, dans ce qu’ils ont de positifs, bénéfiques et stimulants pour l’ensemble de la société qui a le droit sacré à la liberté d’expression. Voilà pourquoi ce livre publié il y a 60 ans garde toute son actualité.  Dans une société où la télé exerce une force presque irrésistible sur les esprits et où internet semble vouloir prendre le contrôle de *L’ÉCRIT*, Bradbury avertit qu’en négligeant le livre, la société se punit en se privant d’un énorme potentiel de découverte, endort ses talents, brime sa liberté d’expression, bref elle frôle la décadence.

FARENHEIT 451 est un livre sans âge d’une beauté extraordinaire et d’une prodigieuse clairvoyance qui force l’admiration. Son auteur n’a négligé aucun détail. Il ne faut donc pas se surprendre que la température de combustion d’un livre soit de…451 degrés Farenheit…

BONNE LECTURE
JAILU
AVRIL 2014

Je vous invite à voir l’adaptation cinématographique du livre de Bradbury : FARENHEIT 451, film britannique réalisé par le cinéaste français François Truffaut, sorti en 1966. Ce film, qui demeure un incontournable de la *science-fiction-culte* réunit une exceptionnelle  brochette d’acteurs dont Oskar Werner qui incarne Guy Montag, Julie Christie, Anton Diffring et Cyril Cusack qui, 18 ans après la sortie de FARENHEIT 451, incarnera le redoutable policier de la pensée dans le film *1984*, adaptation de l’œuvre célèbre de George Orwell.

La distribution: de gauche à droite: Oskar Werner, Anton Diffring, Cyril Cusack et Julie Christie.

Raymond Douglas Bradbury, (1920-2012) est un auteur américain spécialiste de l’anticipation. Il sera publié une première fois en 1945 par American Mercury. La reconnaissance du public lui sera définitivement acquise en 1950 avec la publication des Chroniques Martiennes. Son œuvre la plus célèbre demeure FAHRENHEIT 451. Plusieurs prix littéraires lui ont été décernés dont la médaille NATIONNAL BOOK FONDATION en 2002. Le regroupement d’auteurs de science-fiction américains remet périodiquement le prix Ray Bradbury pour souligner l’excellence d’une œuvre dramatique au cinéma, à la télévision, sur internet, à la radio ou au théâtre. Bradbury était un auteur très prolifique réputé pour son franc parlé.

 

 

1 réflexion sur « HEUREUX QUI LIT »

  1. Ping : | PHENIXGOGLU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *