UNE PLACE À PRENDRE, de J.K. ROWLING

Une place à prendre de J.K. Rowling

*La lame libérait la douleur qui occupait Toutes ses pensées et la faisait hurler en Silence, pour la transformer en pure Incandescence bestiale par le truchement des nerfs et de la peau à vif. Chaque Entaille était un soulagement…*
(Extrait de UNE PLACE À PRENDRE de J.K. Rowling, Bernard Grasset éditeur. 2012)

L’action se déroule à Pagford, un petit village apparemment calme. Dans cette petite bourgade ou le quotidien des uns est imbriqué dans celui des autres, un personnage populaire, membre influent du Conseil Paroissial et instructeur de l’équipe féminine d’aviron, Barry Fairbrother meurt subitement.

Cette tragédie mettra tout le village en émoi évidemment. Elle mettra surtout en perspective le chaos dans lequel l’ambition peut faire plonger une petite communauté, car après tout…la place de Barry Fairbrother est à prendre…

Sur UNE PLACE À PRENDRE, j’ai lu dans des sites internet que le livre est classé *comédie de mœurs*. C’est la seule chose de drôle qui me vient à l’esprit en évoquant ce livre si je me base sur le portrait psychologique détaillé des nombreux personnages réunis dans ce livre qui n’a rien d’une comédie.

Ceci dit, je m’attendais à plus et à mieux de J.K. Rowling. Malgré tout c’est un roman assez intéressant malgré des irritants susceptibles de décourager des lecteurs aux attentes élevées : une introduction interminable d’une grande quantité de personnages (on s’y perd un peu), une toile de fond trop *noire* inutilement, une accumulation excessive de commérages, papotages et faits divers (phénomène normal quand une histoire se déroule dans un petit village, mais ici c’est trop) et enfin un style un peu trop cru. Et puis dans ce livre, personne n’est irréprochable sauf le héros mort en première page : Barry Fairbrother à qui on a attribué une pureté trop belle pour être vraie.

Toutefois, il y a dans ce livre des éléments intéressants qui m’ont gardé suffisamment captif pour en apprécier l’ensemble. En effet, ce livre pousse à une réflexion sur le pouvoir d’Internet et des réseaux sociaux potentiellement dangereux quand ils sont utilisés à des fins de délation, de petites vengeances, de médisances, de calomnies…les effets dévastateurs pouvant être décuplés dans de petites agglomérations où tout le monde connait tout le monde et où il est facile de pointer du doigt l’ambition et la lâcheté de tout un chacun sans se soucier de séparer le vrai du faux. Je crois que ce thème a été inséré dans le roman avec finesse et intelligence.

Aussi, dans le dernier quart du livre, Rowling fait errer ses personnages en convergence en augmentant de façon graduelle et constante l’intensité dramatique. Toute la puissance de l’écriture de Rowling est concentrée vers la fin. C’est agaçant mais ça vaut la peine de s’y rendre.

On est très loin du livre innovant, mais UNE PLACE À PRENDRE est quand même un assez bon roman, quoique très insuffisant pour mettre Harry Potter dans l’ombre.

BONNE LECTURE

Claude Lambert
AVRIL 2013

En complément, je vous invite à visiter le site http://une-place-a-prendre.fr/

Vous y trouverez entre autres une compilation d’articles de bloggeurs qui se sont exprimés sur le livre UNE PLACE À PRENDRE.

Aussi, pour tout savoir sur l’auteur, je vous suggère de visiter http://www.jkrowling.com/fr_FR/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *