CONTEMPLATIONS

Texte de Jean-Philippe Marcoux, Mai 2005

Enfoncé sur mon séant, presque englouti par mon fauteuil, du haut de mon gigantesque monument de vitre par delà les nuages grisâtres du smog, je contemple la mer métallique; Elle ondule, mais jamais ne frémit submergeant de sa marrée maussade les rares tâches verdoyantes de l’horizon.

Dans ces vagues de béton figé fourmillent des sillons aux teintes austères; Tous prestes, tous anxieux, tous vides. Chacun suivant le courant de l’onde; Aucun ne s’adressant la parole, ne s’arrêtant, ne réfléchissant. Au loin, les usines infectent le ciel avec leurs gueules cuivrées qui vomissent encore et toujours leurs miasmes d’ébènes.

Ces serpents brumeux se tordent dans le firmament en crachant ça et là leur venin. Ainsi le brouillard méphitique enveloppe les flots urbains de son sombre manteau. Là, pêle-mêle ballottent des bêtes mécaniques régurgitant derrière leurs passages maints tourbillons nauséabonds. Devant cette funeste vision un désir s’empare de moi : Rejoindre ces oasis, ces points aux couleurs vivent, où encore les troncs s’élèvent et dominent le ciel, où la terre n’est pas masse goudronneuse, où le chant de la faune substitut le grondement des automobiles.

Je rêve, engloutit par le spleen, ivre d’angoisse, noyé dans le bassin de la citée. Comme les immeubles, moribonds, je me dévore. Mes yeux se retirent de ce bassin fumant et regardent les cieux de ma demeure qui s’effritent; Vivant à une multitude d’étages du sol, j’ai pourtant l’impression d’être dans un fossé. L’humain en ses temps érigerait-il sa propre tombe?

La pesanteur est devenue pour moi le poids de ma conscience : Elle m’écrase. Mes oreilles martelées par le hennissement de la ventilation, mes narines inondées de pollution, mes membres flasques, je ploie, je plis; Tout est lourd, tout est fardeau même jusqu’en mon sommeil; Je m’effondre en mes songes.

Dans ma tour aux milles carreaux translucides, je m’assoupis et attends passivement ma routine. Dans cette chimère, cette hallucination, ce mensonge, mes propos se révèleraient-ils candides, ingénus… véridiques.

(J.P Marcoux, 15 Mai 2005)

1 réflexion sur « CONTEMPLATIONS »

  1. Ping : COMTEMPLATIONS | PHENIXGOGLU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *