LE SYMBOLE PERDU, livre de DAN BROWN

Le symbole perdu de Dan Brown

Avant de lire LE SYMBOLE PERDU je m’attendais à une suite d’énigmes à résoudre, un rallye à travers un dédale de monuments historiques et de passages secrets, ponctués de symboles occultes et où l’on serait confronté à des personnages dont les motivations réelles sont incertaines. Gentils, méchants ou peut-être même super-vilains? Réponse dans 400 pages. Le tout sur une trame d’urgence et d’apocalypse imminente et dans une atmosphère de nuit sans fin. J’étais pas loin de la vérité.

L’histoire se déroule au cour d’une nuit, dans Washington. Notre Robert Langdon  y arrive, convoqué d’urgence par un vieil ami, Peter Solomon. Langdon fera une découverte macabre qui initiera une quête à travers la ville, une course contre la montre dans les arcanes de la franc-maçonnerie et dont l’objectif est de sauver son ami. Mais est-il étrange que l’élite de la CIA prennent l’affaire autant à cœur? Quelles sont les intentions réelles du séquestreur de Solomon?

Brown manipule très bien le suspense, il a le sens des coups de théâtre et à mon avis, il réussit à bien doser et répartir la matière (occultisme, symbologie, histoire) nécessaire à l’évolution de l’intrigue, mais il importe que le lecteur ait un certain intérêt. Si vous n’avez pas aimé Da Vinci Code et Anges et Démons, vous n’aimerez sans doute pas Le symbole perdue. L’auteur tisse ses intrigues toujours de la même façon, les personnages ont souvent les mêmes profils, l’atmosphère précipitée et tendue est la même, et le terreau dans lequel se développe le tout reste les symboles occultes et les messages codés. Personnellement… j’ai bien aimé!

Phenixgoglu
Novembre 2012

« DE L’AUTEUR DU DA VINCI CODE« 

Y a t’il juste moi que ça énerve? Après 6 ans, un lot de réédition portant la même mention et des millions de ventes, Brown a t’il vraiment encore besoin de défigurer ses pages couvertures avec cette information très négligeable? D’ailleurs je pense que le fait que le succès de Dan Brown repose entièrement sur la controverse de Da Vinci Code en agace certains qui du coup décide de le bouder. Pour ceux-là, je peux tout de même suggérer DECEPTION POINT, mon préféré de cet auteur. Là, en conservant un style bien à lui, il délaisse la religion, le dogme et les symboles pour un questionnement plus général et moins percutant qui tourne autour de la NASA. Est-il justifié d’investir autant d’argent dans la recherche spatiale, les politiciens peuvent-ils en tirer profit, et comment?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *