Les médias nous manipulent… bah oui mais comment?

150 petites expériences de psychologie des médias de Sébastien Bohler

150 petites expériences de psychologie des médias

Il s’agit d’un ouvrage vraiment intéressant et très bien présenté.

D’abord une question est posée, associée à un phénomène psychologique. Par exemple:

Pourquoi ne supportez-vous pas le discours de certains candidats politiques ?
Discours et biais d’endogroupe 

Après une mise en contexte suit un ou deux extraits d’études faites par des psychologues, médecins, neuro-scientifiques, anthropologues, etc. Ces extraits font toutes la différence car nous sommes ainsi en mesure de juger nous même de la crédibilité des faits rapportés, ce qui n’est vraiment pas le cas de tous les ouvrages du même genre.  Une conclusion résume l’article et l’auteur laisse des liens menant aux études complètes.

Quand on parle de psychologie des médias ici, il ne s’agit pas seulement de publicité. Il est aussi question de discourt politique, de contenu d’émission ou de magazine, de la façon dont les nouvelles nous sont présentées, etc etc. Le livre est Français, et les nombreuses références qu’il contient (émission, poste de télé, personnalité public) sont donc aussi Françaises. Ça m’a un tout petit peu agacé mais ce n’est pas un obstacle, on trouve très facilement des équivalences dans tous les coins du monde j’en suis sur.

C’est la richesse et la vastitude des phénomènes rapportées qui m’ont particulièrement plu. Bien que savantes, les explications sont simples et concises. L’auteur n’aborde pas le sujet en prenant l’industrie médiatique comme un grand méchant monstre, mais plutôt de façon objective, parfois contemplative même. Considérant que les médias parviennent à jouer avec nos réflexes vitaux, je ne me sens pas nécessairement invulnérable après la lecture de ce livre, mais je comprend mieux les mécanismes utilisés. Du coup même si ça ne protège pas mon cerveau spongieux et influençable d’être humain, ça me donne assurément des bons outils et arguments pour débattre avec moi-même ou prendre de bonne décision, du moment que je puisse prendre un peu de recul.

Phenixgoglu
Octobre 2012

Exemple de phénomènes qui m’ont particulièrement marqués:
Les coûts d’opportunités: Les choix plus variés engendrent une frustration liée à la conscience que nous avons des choix que nous n’avons pas pris.

Rapidité d’information et crédulité: La nécessité de comprendre rapidement une information dense pousse l’individu à supposer que cette information est vraie. Il semble que le présupposé de vérité soit une aide à la compréhension.

Infra-humanisation: fait de n’accorder que des sentiments primaires (non propre a l’homme, tel que douleur, tristesse, colère, peur) aux personnes qui vivent loin de nous. S’ajoute les sentiments secondaire (propre a l’homme tel que chagrin, culpabilité, regret, désespoir) au personnes plus près de nous.

Le biais d’affirmation: Comment un gros titre sous forme de question nous fait dérivé vers l’affirmatif.

Amorçage cognitif: Un reportage précédent une publicité peut amorcer par exemple la notion de sécurité dans l’esprit du consommateur. Ce reportage orientera le cerveau vers un mode cognitif de traitement de l’information qui privilégie la sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *