LE TUEUR DU DIMANCHE

LE TUEUR DU DIMANCHE

Commentaire sur le livre de
JOSÉ GIOVANNI

*Une seule question : pourquoi est-ce que vous
descendez une femme par dimanche? Merde,
qu’est-ce qu’on lui racontait là? À cette seconde,
il sentit le canon d’une arme qui lui entrait dans
la bouche jusqu’au gosier en lui donnant envie
de vomir.*
(Extrait : LE TUEUR DU DIMANCHE, José Giovanni,
Éditions Gallimard, 1985, numérique, 126 pages.)

À Genève, un tueur en série assassine des femmes à coups de couteau à raison d’une par dimanche matin. Un point en commun chez les victimes : elles sont riches. L’enquête a été confiée au commissaire Kramer mais le policier éprouve beaucoup de difficulté à établir un profil précis du tueur qui n’a apparemment pas de mobile. Pourquoi seulement des femmes, et pourquoi seulement le dimanche? Alors que l’enquête piétine et traîne en longueur et qu’un vent de panique gagne la ville de Genève, le commissaire Kramer va recevoir l’aide inattendue de Rufus, un ouvrier de fonderie qui se trouverait mêlé tout à fait par hasard à ces crimes. 

Des dimanches mortels
*Des petits chocs heurtèrent la poitrine de
léopold. Ça ne faisait pas mal. Comme si
on l’avait touché du doigt. Mais il étouffa,
ouvrit sa bouche, très grande, sentit la
rambarde contre son dos et ne vit même
pas que la neige rougissait.*
(Extrait : LE TUEUR DU DIMANCHE)

LE TUEUR DU DIMANCHE est un roman policier tout à fait typique de la SÉRIE NOIRE de Gallimard qui propose une forme particulière de littérature policière évoquant le côté obscur de la Société. C’est une de mes rares incursions dans la SÉRIE NOIRE et je dois dire que le TUEUR DU DIMANCHE m’a gardé en haleine du début à la fin.

D’abord, c’est un roman assez bref, 125 pages. Pas de longueurs, pas d’errance. Giovanni ne tourne pas autour du pot et plonge dans le vif du sujet dès le départ : un meurtre à la page 1. Puis tout s’enchaîne rapidement. Le policier Kramer et ses acolytes, d’abord tournés en bourriques vont d’indices en indices puis tout finit par se préciser. Et pour ajouter à la tension du lecteur, tout porte à croire qu’on a coincé puis abattu le meurtrier…surprise imprévisible pour le lecteur coincé lui aussi dans une intrigue puissamment ficelée, ce n’était pas le bon…

C’est un roman très violent dans lequel les meurtres s’accumulent. Mais ce qui m’a surtout sauté aux yeux, c’est la violence du langage et ça va bien au-delà du langage populaire. L’écriture est très argotique, glauque, froide, directe et d’une crudité pour le moins implacable : *On t’aura, espèce de fumier!…on te plombera!…cent kilos de plomb dans tes tripes de pourceau! (Extrait)  Le traducteur s’est donné libre cours comme on voit. *Le sang noyait les cartilages brisés et le truand vomissait déjà le reste de ses dents. Sur le trottoir noyé de bave on ne le voyait pas. Mais dans la bouche de leur propriétaire, ça faisait un sacré vide. (Extrait) Il serait intéressant de voir ce que ça donnerait en jargon québécois. Quoiqu’il en soit, prendre autant de liberté dans une traduction peut-être parfois agaçant.

L’auteur est plus nuancé quand il décrit la mort des victimes du TUEUR DU DIMANCHE, de quoi entretenir les émotions déjà fortes du lecteur : *Mme Risler se sentit touchée à la poitrine…elle heurta la terre battue…le regard gris-bleu qui avait chauffé les tempes de plus d’un homme se révulsa. Sa vie n’était plus qu’un énorme tampon d’ouate qui l’étouffait et, elle eût, pour finir, la sensation qu’on lui maintenait la tête dans une piscine remplie de lait. Et ce fut tout.*(extrait)

Quand on lit ce genre de polar noir pour la première fois, ça donne un coup, tellement l’écriture est descriptive, et la trame violente. Même si l’écriture est teintée d’argots, je la trouve supérieure à beaucoup de polars que j’ai lus dcomme la série San Antonio dont j’ai déjà parlé sur ce site.

Bref, ce livre m’a remué. Il est assez court. Il se lit vite et bien. Les personnages ne sont pas particulièrement attachants mais l’auteur a fait preuve de beaucoup d’imagination et en ce qui me concerne en tout cas, il a su m’agripper dès le départ. Rythme rapide et sans retenue caractérisent ce polar très noir.

C’est cette lecture qui m’avait donné l’idée d’en savoir plus sur la SÉRIE NOIRE de GALLIMARD. Cette impressionnante collection fait l’objet d’un commentaire sur ce site. Cliquez ici .

José Giovanni est un auteur, réalisateur et scénariste français né à Paris  en 1923. Condamné à mort en 1948 pour complicité dans une affaire de meurtre, Joseph Giovanni échappera finalement de peu à la guillotine, sa peine étant commuée par l’état en 20 ans de travaux forcés. Il est libéré en 1956. Mais c’est dans le Couloir de la Mort qu’il s’oriente vers l’écriture. Son premier récit relatant sa tentative d’évasion de la prison de la santé, LE TROU est publié chez Gallimard en 1957. Une vingtaine de romans suivront dont plusieurs chefs d’œuvres du roman noir, une quinzaine de scénarios et 20 films dont LE CLAN DES SICILIENS.  En fait, c’est l’écriture qui a rescapé José Giovanni. Il a œuvré avec passion jusqu’à sa mort en 2004.

 

LE TUEUR DU DIMANCHE a été adapté pour la télévision, réalisé par l’auteur lui-même, José Giovanni en 1985. On retrouve dans la distribution George Wod dans le rôle du commissaire Kramer et Rufus (photo) dans le rôle de Léopold.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 13 août 2017

L’ORANGE MÉCANIQUE

L’ORANGE MÉCANIQUE

Commentaire sur le livre d’
ANTHONY BURGESS

 *…Alors on l’a croché aux pattes, si bien qu’il s’est
étalé à plat, raide lourd, et qu’un plein baquet de
vomi biéreux lui est sorti swoouuush d’un coup.
C’était si dégoûtant qu’on lui a shooté dedans, un
coup chacun, et alors, à la place de chanson et de
vomi, c’est du sang qui est sorti de sa vieille rote
dégueulasse. Et puis on a continué notre chemin.*
(Extrait : L’ORANGE MÉCANIQUE, Anthony Burgess,
Éditions Robert Laffont, 1972, 2010 pour la traduction
française. Édition de papier, 290 pages)

 Alex, un jeune voyou à la fois charmeur et dépravé décide de régner par la violence et la terreur. À la tête d’une bande d’ados, il frappe, viole, torture, sème la peur et manifeste sa haine de la société. Après une série de meurtres, ce monstre froid et cynique est arrêté et soumis à une forme de lavage de cerveau appelée *méthode Ludovico* basée sur la projection de films violents en continu sur fond de musique classique. Cette thérapie a rendu Alex pacifique au point que toute action violente lui soulève le cœur. En lui retirant son libre arbitre, la méthode a rendu Alex doux et timorée : une orange mécanique. mais son  passé l’a rattrapé, une victime dont il a violé la femme ayant décidé de le torturer.

Maltchick, malchickicaïd et malinfrat
(jeunes, durs et voyous)
*Regarde-le, ce beau spécimen de notre jeunesse lâche
et brutale, critchait-il. Oui, là, au milieu de nous, et à
notre merci. Ses amis et lui m’ont battu, roué de
coups de poing et de pied. Ils m’ont déshabillé,
arraché les dents. Ils ont ri de mon sang et de mes
plaintes. Ils m’ont renvoyé chez moi à coups de
botte, à moitié assommé et nu.*
(Extrait : L’ORANGE MÉCANIQUE)

L’ORANGE MÉCANIQUE, publié en 1972, est un livre qui ne vieillit pas à cause du thème que son auteur développe avec une remarquable justesse : la violence, terme générique utilisé dans son plus large spectre : intimidation, harcèlement, agression et brutalité sur les plans physique, psychologique, sexuel et social.

Le fil conducteur est simple à suivre. Alex, un jeune ado dépravé sème violence et terreur partout où il passe. Un jour, il va beaucoup trop loin et sa victime meurt. Il est arrêté et va en prison où on lui propose de participer à un programme susceptible de le réhabiliter et de le remettre en liberté. Sans réfléchir, Alex accepte et tombe dans le filet du programme Ludovico qui le rendra doux comme un agneau. En effet, la seule idée de la violence le rendra malade et faible. C’est alors que son passé le rattrape et que tout se retourne contre lui. Alex devient victime de ses victimes.

C’est un roman bien sûr, mais on pourrait très bien l’interpréter comme un essai sur la violence, une sérieuse réflexion philosophique et sociale davantage évidente dans le livre que dans le film qui évoque plutôt une apologie. Ici Burgess ne fait pas dans la dentelle. Son livre m’a non seulement accroché, mais il m’a interpellé et même brassé un peu. Les questions qu’il pose sont toujours d’une brûlante actualité et nous poussent à la réflexion : Est-ce qu’on nait avec la violence en nous ou ces pulsions s’acquièrent dès le plus jeune âge? La violence engendre-t-elle forcément la violence? Et qu’est-ce qu’on peut faire pour diminuer la violence voire l’enrayer? Ce qui me semble impossible.

Ce qui m’a le plus fasciné dans ce livre à saveur fortement philosophique est le programme LUDOVICO et ses conséquences sur Alex dont toutes les idées de violence ont sombré dans la velléité. On l’a forcé à être bon. C’est là où le génie de Burgess nous pousse à l’introspection : quelle société n’a pas songé tôt ou tard à utiliser des moyens tordus pour enrayer la violence. Est-ce qu’il n’y a pas un réel danger de déshumanisation si on enlève à l’être humain son libre arbitre? *L’intention profonde, voilà le vrai péché. Quiconque est incapable de choisir cesse d’être un homme.* (extrait)

La principale difficulté que j’ai eue avec ce livre est d’ordre lexical. En effet, Burgess a créé pour son jeune narrateur Alex et ses semblables un langage qui ressemble à un code qui fait que les jeunes se reconnaissent entre eux. C’est un langage complètement inventé qui fait qu’au début, j’étais complètement perdu. C’est ainsi qu’une jeune fille est une *dévotchka*, un prisonnier est un *plenni*, ce qui est fou est *bezoumni* et ainsi de suite… un vocabulaire de près de 250 mots qui saturent le texte d’un bout à l’autre. *Oh ça j’ai dit, c’est ce qu’on appelle entre nous parler NADSAT. Tous les moins de vingt ans parlent comme ça m’sieu.* (Extrait)

Cette étiquette linguistique m’a désorienté. Je me disais que c’était trop, que ça dilue l’attention et que ça pourrait décourager bien des lecteurs sans compter le fait que traduire ce livre a dû être tout un défi pour les traducteurs Georges Belmont et Hortense Chabrier. Mais finalement, plus vite que je l’aurais cru au départ, j’ai réussi à comprendre la signification des mots en les plaçant dans le contexte de la phrase. Tout est devenu limpide pour mois. Alors, vers la fin du premier quart du livre, j’ai recommencé…retour à la page 1 et croyez-moi, je ne l’ai pas regretté car j’ai pu pénétrer dans l’esprit de Burgess et comprendre son point de vue et le prendre pour ce qu’il est : visionnaire.

Toutes les qualités d’un bon livre sont réunies ici. Je l’ai savouré. Peut-être à cause de son petit côté métaphysique. On ne peut tout simplement pas passer outre à la réflexion que propose ce livre sur la violence du monde moderne. Je recommande fortement la lecture de ce livre. En passant, je préfère le livre au film car je considère que le réalisateur Stanley Kubrik en a trop fait, donnant plus d’importance à l’exhibition du mal qu’à la pensée profonde de Burgess.

Anthony Burgess (1917-1993) était un écrivain romancier, critique littéraire, compositeur et enseignant anglais natif de Manchester. Son tout premier roman A VISION OF BATTLEMENT sera publié en 1965, soit 16 ans après avoir été écrit. Burgess était un auteur prolifique et aussi un grand compositeur. Il a composé des œuvres musicales bien avant d’écrire des livres. Comme la Troisième symphonie et sa version musicale de ULYSSE interprétée à la BBC lors du centenaire de la mort de James Joyce, le célèbre romancier irlandais qui a écrit entre autres ULYSSE en 1922. Toutefois, Anthony Burgess restera surtout connu comme étant l’auteur de L’ORANGE MÉCANIQUE, œuvre majeure d’anticipation sur la violence.

L’ORANGE MÉCANIQUE AU CINÉMA

L’adaptation cinématographique de L’ORANGE MÉCANIQUE est sortie en avril 1972, Réalisé par Stanley Kubrick, le film réunit à l’écran Malcolm McDowell dans le rôle d’Alex, Patrick Macgee, Michael Bates, Philip Stone et Steven Berkoff.

Dès sa sortie, le film a été controversé, considéré comme le plus violent de tous les temps. On l’accusait de banaliser la violence…violence beaucoup plus présente dans le film que dans le livre à mon avis. Avec le temps, ce film, récipiendaire de plusieurs prix, est devenu une œuvre majeure du cinéma.

À propos de L’ORANGE MÉCANIQUE, je vous invite à lire le commentaire de MLLambert. Cliquez ici.

 BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 23 juillet 2017 

PERDITION

LES GLORIEUX ET LES RÉPROUVÉS
tome 1 : PERDITION

 Commentaire sur le livre d’
ALEXANDRE VÉZINA

*Comme tu es lamentable…je n’arrive pas à
comprendre…comment peux-tu résister à
ce nectar délicieux qu’est le sang humain?
C’est si exquis…*

(Extrait : PERDITION, Alexandre Vézina, Éditions
AdA, Tome 1, édition de papier, 745 pages)

Après cinq siècle d’errance et de solitude, Kendra avait totalement perdu foi en la vie…cette vie qui l’a complètement désabusée le jour ou un sbire satanique avait fait d’elle un monstre exécrable. Jamais Kendra n’aurait pu concevoir que sa rencontre avec un humain lui aurait redonné le goût de vivre.  Pas plus qu’elle n’aurait été en mesure de se figurer tomber amoureuse de nouveau. Mais aimer dans le monde qui était le sien venait avec son lot de bouleversements et un lourd tribut à payer. Elle ignorait complètement tout ce qui l’attendait. Ces créatures obscures à ses trousses. Ces brigues du dieu infernal à son sujet. Ce pouvoir s’éveillant en elle. Tant de choses dont elle n’avait pas la moindre idée. Tout comme des ténèbres qui engloutiraient le monde et elle-même si jamais cet amour venait à s’éteindre. À 511 ans, la vie de Kendra va basculer…

LES GLORIEUX
et les
RÉPROUVÉS
*En avisant la dépouille saigneuse de son
frère frondeur, quelque chose s’était
Irrévocablement éteint, et bien que ce
dernier ait repris vie, cette lueur
atténuée ne se raviverait jamais.*
(Extrait : PERDITION, tome 1)

Voici un livre très intéressant écrit par un jeune auteur très prometteur. Alors qu’il n’avait que quinze ans, Alexandre Vézina, un jeune homme de lévis, commençait l’écriture de ce qui deviendra une quadralogie : LES GLORIEUX ET LES RÉPROUVÉS. À peine 18 ans et les deux premiers tomes sont déjà publiés : PERDITION et ÉLÉVATION. Je salue la ténacité et l’acharnement au travail de ce jeune écrivain émergent. Je vous parle aujourd’hui du premier tome : PERDITION.

C’est avant tout une histoire de vampires, de loup garous, de sorcières et autres créatures issues des enfers. C’est une histoire qui évoque l’éternelle dualité entre le bien et le mal. C’est aussi une histoire qui brise les vieux mythes de l’univers des vampires, un peu comme l’a fait la série télévisuelle TWILIGHT. PERDITION, c’est surtout une longue introspection doublée d’une histoire d’amour : celle de Kendra Mary Ayleward, une vampire de 500 ans et Charles Branden, un humain. Or cet amour est impossible parce que totalement interdit par le maître suprême des enfers : Lucifer lui-même. Vous vous doutez peut-être que l’amour sera plus fort, ce qui entraînera Kendra dans une guerre sans pitié avec Lucifer. Mais lentement, graduellement, un énorme pouvoir s’éveille chez kendra…

PERDITION est un long pavé de 740 pages. Malgré les longueurs, il est facile à suivre, le fil conducteur nous ramenant toujours à l’essentiel. L’histoire est solide. L’auteur a doté son personnage principal, Kendra, d’un caractère bien trempé. Kendra et Charles sont des personnages attachants et il est intéressant de les voir évoluer dans l’histoire d’autant que cet amour est contre-nature pour Kendra. En effet, un vampire qui aime un humain est condamné au néant. Cet amour vient briser un mythe majeur…dans les années 60, en littérature et au cinéma, les vampires n’aimaient les humains que pour leur sang. Cet amour vient consacrer le caractère original de l’ouvrage.

Suite à ma lecture de PERDITION, je note une faiblesse et un irritant. La faiblesse du récit réside dans sa structure qui est déficiente. J’avais l’impression que l’histoire s’écrivait au fur et à mesure, comme improvisée. Une écriture non-planifiée ouvre souvent la porte aux longueurs et aux redondances. C’est le cas ici. Je pense à ce pauvre Charles qui ne l’aura pas facile et qui revient sur ses pieds 2 ou 3 fois. C’est répétitif et ça grossit le récit inutilement. Je suis sûr que, l’expérience aidant, cette situation va s’améliorer, c’est peut-être déjà fait d’ailleurs dans le tome 2 que je n’ai pas encore lu.

La seule chose qui m’a irrité dans ce récit est une surexploitation des adjectifs qualificatifs épithètes et attributs. Il y en a partout. Beaucoup sont inutiles ou inappropriés, la plupart n’ont qu’une application littéraire. Je pense que dans son désir de bien faire, le jeune auteur en a trop mis et le tape-à-l’œil qui en résulte m’a obligé à garder un dictionnaire à côté de moi : Un baiser languide…imagination inexhaustible…résonnaient itérativement… mon visage vénuste…situation climatérique…le son lénitif…un mal de tête térébrant…et j’en passe beaucoup.

J’aurais préféré un peu plus de simplicité. Je l’ai déjà dit, l’histoire est solide. Ça ne lui aurait pas enlevé de valeur. Pourquoi pas difficile au lieu de difficultueux, déplaisant au lieu de malplaisant, vrai au lieu de vérace, mortel au lieu de mortifère, à pied au lieu de pédestrement…etc, etc. Il semble aussi que l’auteur ait adopté des termes fétiches, des mots, qualificatifs pour la plupart et qui reviennent très souvent dans le récit : néronien, marmoréen, cyclopéen, méphistophélique et autres termes répétés à outrance… je crois qu’en réaménageant le récit pour diminuer les répétitions, redondances, longueurs et mots inutiles, on aurait pu limiter le livre à 600 pages avec une plume plus directe et un style autant coloré mais un peu plus simple.

L’histoire m’a beaucoup plu, son décor post-apocalyptique retient l’attention du lecteur. Je n’hésite pas à vous recommander le premier tome de LES GLORIEUX ET LES RÉPROUVÉS : PERDITION. Pour le premier pavé d’un auteur émergent qui n’a que 18 ans, je crois que c’est un succès. Les lecteurs peuvent poursuivre leur exploration avec le tome 2 : ÉLÉVATION. Alexandre Vézina est définitivement un auteur à surveiller. Un plus pour l’univers littéraire québécois.

 Alexandre Vézina est un jeune auteur québécois né le 30 octobre 1998. Au moment d’écrire mon article, il n’a que 18 ans et déjà, il a deux romans à son actif. En effet en 2016, il a publié les deux premiers tomes d’une série prometteuse à caractère fantastique pour jeunes adultes et toujours au moment d’écrire ces lignes, Alexandre travaille au troisième tome de cette série intitulée LES GLORIEUX ET LES RÉPROUVÉS. Du plus loin qu’il peut s’en souvenir, Alexandre aime écrire des histoires car elles sont un moyen pour lui de s’évader. Pour suivre Alexandre Vézina sur Facebook, cliquez ici. (photo: www.journaldelevis.com)

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 21 mai 2017