LES CHRONIQUES DE HALLOW, tome 1 LE BALLET DES OMBRES

L'Héritière de l'ombre

LES CHRONIQUES DE HALLOW
Tome 1-LE BALLET DES OMBRES

Commentaire sur le livre de
MARIKA GALLMAN

*Je m’avançai jusqu’à la table du salon, les
genoux tremblants. Là, je m’arrêtai, retournai
l’enveloppe dans tous les sens, pris une
profonde respirations et l’ouvris. Mes pires
cauchemars devinrent réalité lorsque je sortis
une série de photos.*
(Extrait : LES CHRONIQUES DE HALLOW, tome 1, LE
BALLET DES OMBRES, Marika Gallman, Éditions
Bragelonne,  2015, édition de papier, 475 pages)

Cette première chronique d’Hallow nous raconte l’histoire d’Aby, une jeune fille qui a un don extraordinaire, celui d’absorber l’énergie des gens qui l’entourent. Toutefois, c’est un don qu’elle connait assez mal. Elle ne s’en sert que pour dévaliser des œuvres d’art. Mais sa vie va basculer le jour où elle se rendra compte que son dernier cambriolage était un piège, que son maître-chanteur n’a rien d’humain et qu’en plus, le policier qui la traque est immunisé contre son don. Si Aby veut survivre à cet épisode infernal, elle doit savoir qui sont ces hommes.  Cette rencontre avec le policier va la propulser dans un monde étrange : Hallow, où même les ombres peuvent tuer.

L’héritière de l’ombre
*Une fraction des enfants D’Ordre et Chaos, énergie pure
habitant des créatures vivantes, a créé vos ancêtres, une
«anti-énergie»…avec lesquels ils se sont reproduits pour
mettre au point votre race, une espèce capable de

suspendre l’énergie, ainsi que de l’absorber. De la
maîtriser. Lorsque la paix s’est instaurée entre les deux
factions qu’étaient devenus les enfants d’Ordre et
Chaos, vos ancêtres ont pris le rôle de garde du corps

des êtres supérieurs afin d’éviter qu’un côté n’essaie
de prendre le dessus sur l’autre.*
(Extrait : LES CHRONIQUES DE HALLOW, tome 1, LE BALLET DES OMBRES)

C’est un bon livre et je crois qu’il ouvre la voie à une série prometteuse. L’histoire est celle d’Abby, jeune femme de trente ans, voleuse professionnelle, experte en particulier dans le vol des œuvres d’art. Abby a un autre don encore plus extraordinaire : elle peut absorber l’énergie des gens qui l’entourent. Il suffit qu’elle se concentre un peu et hop, tout le monde tombe dans les pommes quelques minutes. Très pratique pour braquer une galerie d’art. Mais son dernier vol a les apparences d’un piège. En effet, en toute ignorance, Abby tente de voler le portefeuille d’un policier…immunisé contre le don d’Abby. À partir de ce moment, un lien particulier unit maintenant le policier Wally et Abby dont les pouvoirs se détraquent. Les deux empruntent maintenant un chemin qui les mènera du côté obscur de Hallow où ils seront en présence de deux forces obscures qui s’opposent.

J’ai beaucoup aimé cette histoire. L’héroïne, Abby est une jeune femme courageuse, sympathique, très humaine, en plus d’être dotée d’un beau sens de la famille. Et surtout, elle connait son pouvoir et le craint parce que d’une certaine façon elle a la capacité de commander à l’énergie, mystère universel dont elle a une notion bien précise : *Nous absorbions l’énergie, parfois de manière drastique, mais comme on dit : «Rien ne se perd rien ne se crée, tout se transforme.» Le surplus ne reste pas dans nos corps. Il s’évacue lentement, s’échange entre humains, animaux, plantes et même avec certains objets…Quand quelqu’un meurt par exemple, son énergie ne disparaît pas. Elle se diffuse progressivement. Elle imprègne parfois les murs de la pièce où la personne se trouvait, ou quelque chose qu’elle touchait. L’énergie a une inclination naturelle à retourner dans un hôte vivant, mais, en cas de décès violent, elle peut se retrouvée traumatisée…et se fixer dans un objet inanimé. C’est souvent pour ça que les gens parlent de maison hantée…* (Extrait)

Dans LE BALLET DES OMBRES, il y a de la place pour tout ce qui fait la beauté de la littérature de type *urban fantasy* : une héroïne attachante et empathique au point qu’on aimerait l’avoir comme amie, il y a aussi de l’humour, du mystère, de la magie. Dans le troisième tiers du livre, l’atmosphère, le non-dit, l’aura redoutable de deux sombres personnages : Smith et McCucheon…tout ça me rappelle un peu le fameux comic strip policier américain DICK TRACY créé par Chester Gould en 1931. Bien sûr dans le Ballet des ombres, les visages ne sont pas déformés. La comparaison touche surtout l’atmosphère qui est glauque, obscure, mystérieuse et surtout surnaturelle.

La série ne fait que débuter. Il sera intéressant de voir quelle voie empruntera le prochain tome…par exemple que deviennent Smith et McCucheon, jusqu’où ira cet amusant petit jeu de séduction entre Wally et Abby et qui me rappelle la tague de mon enfance, quel sera le destin d’Abby? Quelles forces obscures pourraient encore se trouver sur son chemin? Je pense que la série promet.

En terminant je veux mentionner que j’ai été séduit par la beauté de l’écriture. J’y ai vu beaucoup d’inspiration, d’imagination, une recherche sérieuse de vocabulaire dans des constructions de phrases soignées et qui ont parfois une connotation sensuelle : *L’énergie est en constant développement. Elle ne reste pas à un endroit donné, elle coule. Comme un torrent de montagne qui rejoint une rivière, puis l’océan, et sera ensuite charrié sous forme de nuage pour pleuvoir sur de nouveaux horizons.* (Extrait)

Je suis sûr que vous apprécierez ce roman au rythme élevé et aux personnages attachants. Avec LE BALLET DES OMBRES, je crois que l’auteure Marika Gallman s’est donné un très bel élan pour sa série LES CHRONIQUES DE HALLOW. À suivre…

Marika Gallman est une auteure suisse née en 1983. Collectionneuse acharnée de post-it et de personnalités multiples, elle rate de peu une carrière de scénariste à Hollywood en écrivant, alors qu’elle n’avait que douze ans, le scénario d’un Indiana Jones 4 qui ne sera finalement pas retenu. Elle se console devant ses séries préférées dont elle rejoue les scènes culte chaque nuit à voix haute dans son sommeil, quand elle ne se relève pas en douce pour regarder des films d’horreur. Attirée par les ambiances sombres et les hommes aux dents pointues, elle se lance dans l’écriture de son premier roman, RAGE DE DENTS en 2009, donnant naissance à série MAEVE REGAN.

Bonne lecture
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 14 avril 2019

SURVIVANT

La frappe des esprits frappeurs

SURVIVANT

Commentaire sur le livre de
JAMES HERBERT

*Brusquement, un coup fut frappé sous la coque
de la barque. Le cœur battant, il baissa les yeux
vers ses pieds tout en se cramponnant à son
siège des deux mains, les articulations blanchies
par l’effort…alors, la barque commença à se
balancer. Tout doucement d’abord, puis de plus
en plus violemment.*
(Extrait : SURVIVANT, James Herbert, Milady, 1976,
présente traduction : Bragelonne 2008, édition
numérique, 472 pages.)

Un Boeing 747 s’écrase près d’Eton, une petite ville anglaise, La plus dramatique catastrophe de l’histoire de l’aviation fait 332 morts, un seul survivant, le pilote Dave Keller, devenu amnésique suite au choc. Keller a simplement jailli des flammes de la carcasse, comme poussé par une force invisible. Depuis, il cherche à comprendre pourquoi il a été le seul à en réchapper. Pour l’aider dans cette quête, il fait appel à un médium et l’enquête se parsème de mort. le médium se rapproche d’une vérité particulièrement insupportable pour les habitants d’Eton…Herbert entrecroise ici les réalités d’un drame à forte intensité avec l’intervention de phénomènes paranormaux.

LA FRAPPE DES ESPRITS FRAPPEURS
*…la peur commençait à monter en lui. Il savait
que la nuit allait leur fournir la réponse à de
nombreuses questions. Il savait qu’après cette
nuit, plus rien ne serait jamais comme avant.*
(Extrait : SURVIVANT)

Je crois que ce livre va plaire aux amateurs de frissons même si le thème est un peu usé. Voyons voir… Un avion de 333 passagers, équipage inclus s’écrase : 332 meurent sur le champ. Un seul s’en tire sans mal. Les âmes sont arrachées des corps beaucoup trop vite pour qu’elles comprennent ce qui leur arrive. Peu après une sorte de hantise accable la population de la petite ville d’Eton et les morts s’accumulent. Alors qu’est-ce qui se passe? Pourquoi Keller a-t-il survécu? À quoi est dû l’accident? On dirait que les morts crient vengeance. Est-ce possible?

Le récit, très visuel comme toutes les histoires de James Herbert, tourne autour de Keller et n’est pas sans me rappeler le livre de Peter Lerangis SIXIÈME SENS et bien sûr le film du même titre réalisé en 1999 par Night Shyamalan. Cette évocation devrait vous donner une bonne idée de l’histoire imaginée par James Herbert.

Les forces : l’écriture d’Herbert est très puissante, descriptive et entretient une atmosphère chargée, froide et mystérieuse. Les rebondissements s’enchaînent au même rythme que les catastrophes et les manifestations surnaturelles. Le style est cru et direct. Certains passages pourraient même brasser un peu les cœurs sensibles. L’histoire se tient et le lecteur demeure en général captif. La façon dont Herbert entretient le mystère et parfois la morbidité dans son récit est efficace.

Les faiblesses : il est difficile d’être original dans le développement d’un sujet aussi élimé. Ici, Herbert n’a rien inventé. Le thème varie très peu. Faiblesse un peu compensée par l’intrigue qui évolue en crescendo et l’enquête policière qui est assez bien imaginée mais qui se confondra elle-même avec l’aspect paranormal du récit. J’ai été surpris et déçu par la finale. On dirait qu’elle a été fignolée en vitesse et qu’on y a jouté une petite philosophie de supermarché. Je trouve plutôt frustrant ce genre de finale expédiée. Je me suis demandé si l’auteur n’était pas pressé d’en finir.

Donc il y a du pour et du contre. Mais il y a une chose que je ne peux enlever à James Herbert, c’est cette magnifique capacité à donner du corps à ses récits, de faire de ses histoires une toile qui capture et garde alerte l’esprit du lecteur, grâce, dans ce cas-ci à un bon mélange de catastrophes, d’intrigues policières, de surnaturel, de paranormal et de chairs en putréfaction… C’est pas le livre du siècle mais ça se laisse lire surtout si on aime les frissons et évidemment, ça vient nous questionner sur nos croyances quant à la vie après la mort…

James Herbert (1943-2013) est un auteur anglais spécialisé dans la littérature d’horreur. À l’âge de 16 ans, il étudie la photographie et le graphisme, devient typographe, directeur artistique, puis chef d’agence publicitaire. Ayant déjà depuis longtemps le goût de la lecture, il développe celui de l’écriture dans les années 60. C’est ainsi qu’en 1974, à l’âge de 28 ans, James Herbert publie son premier roman : LES RATS. L’œuvre lance définitivement sa carrière d’écrivain explorant des thèmes à frissons : paranormal, surnaturel, réincarnation, fantômes, sans compter les romans-catastrophes. Ayant vendu plus de cinquante millions de livres publiés en 34 langues, James Herbert a été honoré de l’Ordre de l’Empire Britannique en 2010 pour l’ensemble de son œuvre.

BONNE LECTURE
JAILU
Le dimanche 2 décembre 2018

LE SPECTRE DU LAC

Une connexion de mondes parallèles

LE SPECTRE DU LAC

Commentaire sur le livre d’
HERVÉ DESBOIS

*Même si elle n’a aucune explication, Mégane
est maintenant persuadée que ce qu’elle a vu
va se produire ici même, dans ce village. Oui
mais quand? Demain? Dans une semaine?
Dans un mois? Cette nuit?*
(Extrait : LE SPECTRE DU LAC, Hervé Desbois,
Éditions de Mortagne, 2016, édition de papier,
377 pages, littérature jeunesse québécoise)

Pour fêter la fin de l’année scolaire, une classe de jeunes élèves se retrouve pour une semaine entière dans un centre de plein air des Hautes Laurentides au Québec. Pour Mégane et son meilleur ami Nicolas, ce séjour , qui s’annonçait pourtant très bien , pourrait bien tourner au cauchemar car depuis qu’elle a 12 ans, l’adolescente est hantée par des visions sur lesquelles elle n’a aucun pouvoir. Or, il se trouve que dès son arrivée, Mégane est hantée par des rêves terrifiants qui deviennent de plus en plus réels. Ces rêves sont-ils prémonitoires? Il semble qu’un spectre ait choisi Mégane pour se venger? Oui, mais de quoi. Avec l’aide de Nicolas, Mégane va tenter de résoudre ce mystère entourant l’arrivée de ce fantôme et qui coïncide bizarrement avec la mort suspecte d’un habitant du village. C’est le seul moyen de renouer avec la paix et le bonheur de vivre.

UNE CONNEXION DE MONDES PARALLÈLES
*…le corps soudain agité de violents tremblements,
Mégane prend conscience qu’elle est en train de
sombrer dans une obscurité plus opaque que la
pire des nuits sans lune. Comme on se noie dans
les eaux noires et glacées d’un lac. Est-ce ça la mort?
(Extrait : LE SPECTRE DU LAC)

Je sais que les histoires de fantômes, de spectres et d’ectoplasmes sont très répandues en littérature. À ce titre, le livre d’Hervé Desbois peut ne pas paraître très original et pourtant, je lui ai trouvé un cachet particulier. Je crois que ce récit devrait plaire aux jeunes à cause de ses personnages.

Le personnage principal est Mégane Prégent. Elle a 13 ans. Cette jeune fille a un don très spécial…un don médiumnique et même kinésique. Elle fait des rêves à caractère prémonitoire. Depuis près d’un an, elle a des visions sur lesquelles elle n’a aucun pouvoir. À ses côtés : le meilleur ami de Mégane, Nicolas. Dans le récit, un spectre semble bel et bien avoir choisi Mégane pour étancher sa soif de vengeance. C’est pendant un voyage de fin d’année scolaire dans un camp de vacance que le spectre va pousser Mégane et Nicolas à aller au bout de cette histoire.

Il y a de tout dans ce livre pour plaire aux jeunes lecteurs : un phénomène paranormal avec du danger, une histoire captivante avec des revirements et des rebondissements et surtout, des personnages attachants, Mégane, Nicolas, Cassandre et même le dur de dur de l’école Jean-Christophe qui ne manque pas une occasion d’embêter nos jeunes héros.

Il y a de tout donc pour que les jeunes lecteurs se reconnaissent à une exception près : Mégane fait partie d’un très faible pourcentage de la population possédant un don médiumnique. En cours de lecture, je me suis posé des questions : qu’est-ce que je ferais avec un don pareil? Est-ce que ça gâcherait ma vie? Est-ce que ça me permettrait de sauver des vies? Et qu’en serait-il de ma qualité de vie? Donc, je me suis senti interpelé par le livre, par l’histoire et l’étrange atmosphère qui s’en dégage.

Alors je me suis laissé glisser dans cette histoire qui se passe au Québec, je le rappelle, grâce à une écriture fluide et un langage accessible dépourvu de tout caractère infantilisant. J’ai accroché dès le début d’ailleurs : *Ça veut dire quoi être normale? Avoir beaucoup d’amis avec qui parler et rigoler? Sortir avec un gars qui porte des jeans en bas des fesses et des espadrilles pas lacées?…se chicaner avec ses parents…?…Ou peut-être avoir le dernier téléphone intelligent…? … Et si c’était ne surtout pas être comme moi? (extrait)

La conclusion laisse supposer une suite ou tout au moins fait place à l’idée d’une suite, car au moment d’écrire ces lignes, je ne connais pas les intentions de l’auteur. Mais l’idée serait très intéressante. Je n’hésite donc pas à recommander LE SPECTRE DU LAC une histoire captivante qui devrait beaucoup intéresser les ados et tous les âges en fait.

Hervé Desbois est comédien et écrivain né en France. Ancien fonctionnaire, il a fait un saut heureux en 1998 dans l’univers de la musique, du cinéma et de la littérature ce qui l’a amené à côtoyer de nombreuses stars dont David Bowie, et Angelina Joli. Installé au Québec, Hervé Desbois fait preuve d’une remarquable polyvalence, œuvrant à la production de publicité, films, téléséries, écrivant des chansons entre autres pour Bruno Pelletier et Véronic Dicaire. À travers tout ça, il a écrit une quinzaine de livres dont un en littérature jeunesse avec LE SPECTRE DU LAC, ce qui lui a valu le prix Victor-Martyn-Lynch-Stauton 2015.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le samedi 22 septembre 2018