ANABIOSE

Conscience à la dérive

ANABIOSE

Commentaire sur le livre de
CLAUDINE DUMONT

*Ils nous ont choisis. C’est la première pensée claire
qui me vient lorsque j’émerge de mon sommeil. Ils.
Nous. Ont. Choisis. Je n’ouvre plus les yeux en me
réveillant. Je n’ouvre pas les yeux. Je me demande
combien de temps le corps prend avant de
s’adapter à une nouvelle réalité. Ils nous ont choisis.*
(Extrait : ANABIOSE, Claudine Dumont, XYZ éditeur, 2013,
Collection Romanichels, édition numérique, 150 pages)

ANABIOSE raconte l’histoire d’emma, une femme solitaire qui n’ose rien, ne crée aucun lien. Elle a un boulot inutile, bref elle existe sans vivre. Alors pour oublier qu’elle gaspille son existence, Emma boit et elle boit trop, plus que de raison. Un jour, Emma se fait enlever dans sa chambre par deux hommes masqués et se réveille le lendemain dans une pièce vide, entre quatre murs de béton, avec seulement un matelas au sol et une lampe au plafond. Où est-elle exactement ? Qui l’a enlevée ? Emma tente de comprendre ce qui se passe pendant des jours. Pendant des mois. Bon gré mal gré, elle entre dans une phase de profonde introspection et vous pouvez me croire, Emma passera par tous les questionnements possibles et imaginables entre autres sur la façon dont elle a vécu jusque-là…quand elle était encore en liberté. Le voyage intérieur finit par s’interrompre alors qu’un jour, Emma se réveille et découvre qu’elle n’est plus seule…un homme dort à ses côtés…elle apprendra qu’il s’appelle Julien et qu’il a été enlevé…comme elle…

AVANT PROPOS :
anabiose : Retour à une vie normale après une période où les fonctions normales de l’organisme étaient suspendues, donnant une apparence de mort
litt. une anabiose consiste en la reprise d’une vie active après une diapause prolongée, en particulier après une dessication (wiktionnaire)
Autrement dit…le processus de la résurrection…

CONSCIENCE À LA DÉRIVE
Une douche. Chaude. La sensation de l’eau, l’odeur
du savon. Un détail dans le quotidien. Je me réveille
avec ce manque sur ma peau. Il n’y a pas de douche.
Il n’y a pas d’eau chaude. Il y a le silence. Et l’autre.
Je le regarde dormir. Il est paisible. Quand ses yeux
s’ouvrent, c’est autre chose.

(Extrait : ANABIOSE)

ANABIOSE est un thriller psychologique intimiste et intense. Un voyage dans les méandres d’une conscience solitaire et torturée. C’est l’histoire d’une femme, Emma, qui n’aime rien ni personne. Enlevée par des hommes masqués, elle se retrouve dans une pièce en béton, vide…vide comme sa vie. Commence alors un long voyage intérieur, une exploration introspective profonde et méthodique. Emma passera par tous les questionnements imaginables, sur elle-même en particulier et sur la façon dont elle a vécu sa vie jusque-là. Un matin, elle se réveille et voit qu’elle n’est plus seule…il y a Julien. Elle ne tient pas à sa présence au départ mais quelque chose commence à couver dans l’âme d’Emma. Et ce n’est pas nécessairement ce qu’on pense.

La première chose que j’observe dans ce roman haletant ce sont les phrases courtes écrites en saccades, plusieurs sans verbe : *J’émerge. Je rêvais de soleil. La sensation du soleil sur ma peau. La chaleur. L’intensité des couleurs sous le soleil de midi. Et le vent. Le vent dans mes cheveux. La caresse du vent d’été sur ma peau. Je ne veux pas ouvrir les yeux. Je veux rester au soleil. Dans le vent. Le vert. Voir du vert. Des arbres. Le bleu du ciel.* (Extrait) Ici, quinze phrases en quatre lignes. Ces enchaînements brusques et irréguliers traduisent une plume hypernerveuse.

Avec ce style fragmenté, Claudine Dumont exploite pratiquement chaque seconde de la vie enfermée d’Emma, chaque respiration, chaque mot qui prend forme dans son esprit. Ça donne au texte une incroyable densité qui m’a littéralement emporté. Pour utiliser gentiment le style de madame Dumont, ça m’a surpris. Ça m’a étonné. Ça m’a emporté. Ça m’a rendu accro. Ça m’a plu. L’auteure a fait en sorte que le lecteur rejoigne Emma dans son étrange captivité ainsi que Julien qui introduit dans la vie d’Emma une notion d’entraide ce qui est nouveau pour elle : *J’y arrive Emma, mais ça va prendre du temps. Il ne faut pas que tu abandonnes. Reste avec moi. Tu es là ? Emma, tu m’écoutes ? Tu es dehors avec moi. Dehors d’accord ? Dans un grand champ. Un champ immense. Le ciel est bleu…* (Extrait)

Le récit est à la fois simple et complexe : simple parce qu’il n’y a que deux personnages dans cette histoire qui se déroule dans une seule pièce à une exception près et que je vous laisse découvrir. Le questionnement au départ : Comment ? Pourquoi ? Pourquoi moi ? Jusqu’à quand ? Vais-je mourir ? Complexe parce que la psychologie d’Emma est décortiquée. Sa captivité est étrange. Elle est droguée et manipulée pendant son sommeil où on pourvoit à ses besoins nutritifs et hygiéniques. À intervalles, elle est privée d’une capacité sensorielle et l’auteur dévoile à la petite cuillère tous les éléments d’une redécouverte du caractère précieux de la vie : *Je peux imaginer les notes. Je souris. Il s’arrête. Je fais «encore» avec mes lèvres. Il pianote…je peux imaginer les notes. Je souris. Il s’arrête. Il montre du doigt mon sourire. Il lève le pouce. * (Extrait)

Ira-t-elle au bout de cette découverte. Vous devez lire le roman pour le savoir. Il a 150 pages se lit bien et rapidement. Il suffit de suivre le rythme effréné de la plume de Claudine Dumont. Maintenant, la grande question : Est-ce que Emma et Julien retrouveront leur liberté? Évidemment je ne peux pas répondre à cette question mais je peux vous dire toutefois que j’ai été sidéré par la finale. Cette finale, vous allez l’accueillir selon votre philosophie de la vie. Pour ma part, je m’attendais à tout excepté à çà.

C’est un premier roman pour Claudine Dumont et je dois dire qu’elle frappe fort. Je n’hésite pas à vous le recommander. Son deuxième livre est aussi disponible et fera l’objet d’un prochain commentaire sur ce site.

À SUIVRE

Je commenterai ce livre pour vous le samedi 30 mars prochain.

 

BONNE LECTURE

JAILU/Claude Lambert

le samedi 2 février 2019

SEUL SUR MARS

549 jours dans le sable rouge

SEUL SUR MARS

Commentaire sur le livre d’
ANDY WEIR

*Mon champ est mort. En l’absence de pression
atmosphérique, la majeure partie de mon eau
s’est évaporée. Et puis, la température est
largement inférieure à zéro. Rien, pas même
les bactéries contenues dans mon sol ne peut
survivre à pareille catastrophe.*
(extrait : SEUL SUR MARS, Andy Weir, Bragelonne,
2014, édition numérique, 822 pages)

Les membres d’une équipe en mission sur la planète Mars doivent faire face à une effroyable tempête qui les oblige à quitter la planète rouge. La tempête isole Mark qui se retrouve seul et coupé de toute communication avec la terre. Laissé pour mort par son équipe, rassemblant son courage, Mark affronte une à une les difficultés, même celles qui lui semble insurmontables. En principe Mark dispose d’une réserve de 400 jours. Bien sûr, à 400 millions de kilomètres de là,  les scientifiques de la terre finissent par s’apercevoir que Mark est vivant, mais auront-ils le temps de le récupérer avant l’épuisement de ses réserves? Entre temps, Mark devra faire face à tous les dangers dont les monstrueuses tempêtes de sable qui grugent la planète.

549 JOURS DANS LE SABLE ROUGE
*J’ai commencé la journée avec un «thé à rien».
Le thé à rien est très facile à préparer.
D’abord, prenez un peu d’eau chaude, puis…
et puis c’est prêt.*
(Extrait : SEUL SUR MARS)

Seul sur mars est ce qu’on pourrait appeler un thriller survivaliste : un homme, Mark Watney, laissé pour mort par ses camarades suite à une violente tempête sur la planète mars doit survivre 18 mois avant d’être récupéré dans une dramatique tentative de sauvetage. Tout le récit repose sur l’intelligence, l’ingéniosité, l’astuce, la débrouillardise et le savoir-faire de Watney qui vient prouver ici la véracité du vieil adage : Aide-toi et le ciel t’aidera. Pour chaque problème, et ce ne sont pas les problèmes qui manquent, Mark finit toujours par trouver la solution appropriée. Le fil conducteur du récit se résume en un mot : SURVIVRE.

Bien-sûr, le roman est hautement scientifique, mais Weir a fait de très beaux efforts pour vulgariser le langage scientifique et le rendre accessible. Je ne me suis donc pas senti trop perdu.

Ce qui m’a le plus frappé dans ce récit, c’est l’humour du héros…un humour omniprésent. Étant dépourvue de champ magnétique, Mars ne dispose d’aucune protection contre les radiations solaires. *Si j’y étais exposé, j’aurais tellement le cancer que mon cancer lui-même aurait le cancer*. (Extrait) Disons que la lecture de ce livre m’a arraché rires et sourires. Mais je suis porté à croire que cet humour a fait perdre beaucoup de force aux éléments susceptibles de soutenir la tension dramatique de l’histoire. Weir a créé un héros sans peur donc je n’ai pas eu peur pour lui…à une ou deux exceptions près. Pour moi c’est une faiblesse, mais elle est compensée par l’action qui se déroule sur terre où les agences comme la NASA sont en mode panique. Ça rétablit un certain équilibre.

Plusieurs critiques littéraires ont comparé SEUL SUR MARS à APPOLO 13 jugeant l’ouvrage de WEIR supérieur. Je ne ferais pas une telle comparaison. Je dirai que SEUL SUR MARS est différent. Le sauvetage de Mark fait l’objet d’une certaine coopération internationale, tandis que dans APPOLO 13 nous avons en présence deux belligérants : les bons américains et les méchants russes. La tension dramatique est plus palpable dans APPOLO 13 et dans SEUL SUR MARS un très grand potentiel imaginatif vient soutenir le contexte scientifique. Les deux récits sont haletants et emportent le lecteur.

Pour ce qui est de l’éternelle question : qu’est-ce que je fais en premier? Lire le livre ou voir le film. Dans ce cas-ci, je n’ai pas hésité une secondes. J’ai lu le livre d’abord et j’ai apprécié l’adaptation après.

Donc pour résumer, j’ai beaucoup aimé SEUL SUR MARS. C’est un récit haletant, très réaliste, crédible sur le plan scientifique, avec un fil conducteur solide. Le héros Mark Watney est comparable au héros de la télésérie des années 80 MACGYVER qui racontait les péripéties d’Angus MacGyver, un aventurier dont la capacité la plus brillante était de combiner l’utilisation des objets courants du quotidien de façon ingénieuse à l’application pratique des sciences naturelles et de l’ingénierie. L’imagination de Mark combinée à son humour et à son moral toujours maintenu à un haut niveau fait de lui un personnage attachant. Pour un sujet qui est loin d’être nouveau, Andy Weir nous a vraiment pondu un thriller de grande classe.

SEUL SUR MARS AU CINÉMA

Le livre d’Andy Weir a été adapté au cinéma par le réalisateur Ridley Scott, d’après le scénario de Drew Goddard. Il est sorti en décembre 2015. La prestation de Matt Damon est remarquable.

Andy Weir est un romancier américain né à Davis en Californie le 16 juin 1972. SEUL SUR MARS a été son premier grand défi L’ouvrage a nécessité d’imposantes recherches scientifiques car Weir le voulait le plus exact et le plus crédible possible. Le roman a fait l’objet d’une critique plutôt élogieuse, le wall street journal le qualifiant de meilleur livre de pure science-fiction depuis des années. Au moment où j’écris ces lignes, Weir travaille à un deuxième roman, de science-fiction également, mais plus traditionnel. Titre probable : ZHEK. À suivre.

BONNE LECTURE
Le dimanche 13 janvier 2019
JAILU/Claude Lambert

JE PRÉFÈRERAIS PAS…

BARTLEBY LE SCRIBE

BARTLEBY LE SCRIBE

Commentaire sur le livre d’
Herman Melville

*Ce que j’avais vu ce matin-là me persuada que
le scribe était victime d’un désordre inné, incurable.
Je pouvais faire l’aumône à son corps, mais son
corps ne le faisait point souffrir; c’était son âme qui
souffrait, et son âme, je ne pouvais l’atteindre.*
(extrait de BARTLEBY LE SCRIBE de Herman Melville,
1853, rééd. Gallimard 1996, 90 pages, éd. Num.)

Ayant besoin d’une aide supplémentaire dans ses activités professionnelles, un homme de loi de Wall street New York publie une annonce et finit par engager un nommé Bartleby comme scribe, c’est-à-dire employé aux écritures. Bartleby, homme solitaire et introverti est, au départ, travailleur et volontaire, mais graduellement, il refuse de travailler et répond simplement à tous les ordres que lui donne son employeur *je préfèrerais pas*. Il devient de plus en plus apathique, passif, indolent Le notaire décide donc de renvoyer Bartleby mais a énormément de difficultés à s’en défaire. Il déploie de grands moyens pour ne plus le voir mais rien à faire, Bartleby semble indécollable.

Je préfèrerais pas…
(expression fétiche de Bartleby,
ex. Bartleby le scribe)

BARTLEBY LE SCRIBE est un opuscule étonnant, un petit livre très bref mais qui en dit tellement long. Melville nous plonge dès le départ dans l’atmosphère surannée d’une étude légale de New York où évoluent des personnages étranges : le notaire et ses trois employés appelés uniquement par leur surnom : Dindon, Lagrinche et Gingembre.

Puis arrive Bartleby, étrange personnage solitaire et introverti, engagé par le notaire pour l’assister dans les écritures.  Mais bientôt, le scribe refuse de travailler et répond invariablement aux ordres qu’on lui donne :  *je préfèrerais pas*, toujours au conditionnel, mais le résultat est le même, il ne fait rien et se replie davantage sur lui chaque jour. Le notaire tente de s’en défaire mais sans beaucoup de conviction et c’est là que se manifeste toute la beauté du texte car le notaire est allé au bout de ses ressources pour comprendre et aider l’infortuné Bartleby qui s’est pratiquement limité à son expression fétiche dans le texte.

On n’apprend à peu près rien sur le scribe sauf ce qu’il est maintenant : âme abandonnée, esprit impénétrable, corps statique, sans vie active qui semble ne se nourrir que de biscuits au gingembre. Le scribe refuse de travailler. Chez Bartleby, tout n’est que refus…il refuse de s’ouvrir, de parler, de se détendre, de s’amuser et même de quitter le bureau…ça va jusqu’au refus de vivre…et pendant ce temps, le notaire fait preuve d’une patience quasi surnaturelle.

Ce texte d’une incroyable profondeur m’a touché jusqu’à l’âme. C’est un petit livre marqué par le pessimisme et la mélancolie mais qui, avec beaucoup de subtilité, amène le lecteur à réfléchir sur la condition humaine et la détresse de l’âme, détresse qui ne s’exprime pas et qu’on ne peut ressentir que par empathie.

Cet opuscule, qui ne manque pas de grandeur est aussi porteur de réflexion sur les affres de la solitude, l’espoir et aussi sur une vertu qui a toujours fait défaut à l’humanité : la tolérance.

C’est un texte imprégné de détresse mais inoubliable qui évoque une recherche sur le sens de la vie et sur l’absurdité qui souvent, ne manque pas de la caractériser.

À lire absolument…

 

On retrouve aussi BARTLEBY LE SCRIBE dans le recueil LES CONTES DE LA VÉRANDA réédité en 1995 chez Gallimard. Ces nouvelles ont été écrites alors que la carrière littéraire de l’auteur était très difficile. Melville ne sera vraiment reconnu qu’après sa mort.

 

 

 

 

Herman Melville (1819-1891) est un romancier et poète américain. Il est considéré comme l’une des figures marquantes de la littérature américaine avec des chefs d’œuvres devenus incontournables dont Moby dick, Pierre ou les ambiguïtés et les célèbres CONTES DE LA VÉRANDA dans lesquels on retrouve BARTLEBY LE SCRIBE. Influencé par la plume de Fenimore Cooper et Byron entre autres, il commence à écrire en 1845. La véritable consécration est venue bien après sa mort avec entre autres un engouement qui ne s’est jamais démenti pour MOBY-DICK à partir des années 1950 et pour son œuvre en général.

BONNE LECTURE
JAILU
DÉCEMBRE 2014