LE TÉLÉPHONE PORTABLE

Le téléphone portable,
gadget de destruction massive

Commentaire sur le collectif de
L’ÉCHAPPÉE 

*À votre décharge, vous avez peu connu le monde sans portable.
Vos aînés, eux, sont si honteux de leur soumission qu’ils se
justifient à longueur de temps : «C’est juste en cas de panne de
voiture», «je l’utilise très peu», «Avec mon boulot je suis obligé»,
piètre aveu qu’il faut traduire par : «Je me suis fait avoir comme
tout le monde».*
(Extrait : LE TÉLÉPHONE PORTABLE, GADGET DE DESTRUCTION MASSIVE,
Collectif éditorial, Éditions L’Échappée, 2008, numérique, 145 pages)

Dans ce livre, la rédaction de l’Échappée pointe du doigt le téléphone portable qui constitue le plus foudroyant développement technologique de l’histoire. Il est considéré ici comme un instrument d’addiction, générateur d’autisme social. Bref le téléphone portable est devenu un fléau social. L’équipe de rédaction passe en revue ses effets qui, selon elle, ont colonisé nos vies en moins de 10 ans : effets à l’échelle planétaire comme l’accumulation catastrophique de déchets électroniques, effets à l’échelle nationale comme la technification des rapports sociaux et la divulgation de renseignements personnels et bien sûr l’addiction. 

LE PARCOURS   

D’UN

RAVAGE  

C’est un opuscule qui dresse la liste des méfaits du téléphone portable. Je dis bien méfaits car il n’y a que de ça dans ce petit livre. Aucune qualité, aucune vertu, rien de positif. D’ailleurs, le lecteur est averti dès le départ. Ce petit livre fait partie de la collection NÉGATIF dirigée par PIÈCES ET MAIN D’ŒUVRE : *Négatif. Parce qu’on ne peut qu’être contre tout, parce qu’il n’y a rien de bien dans une société négative dès son principe. Négatif. Comme l’envers, la réalité et la révélation des apparences pseudo positives.* (extrait)

Donc ce livre est un rejet total du gadget électronique le plus répandu dans le monde. Il est tout à fait dans l’optique et la mentalité de l’éditeur L’ÉCHAPPÉE : pas d’auteurs désignés et caractérisé par un schéma de pensée libertaire, tranchant et revendicateur. J’irais même jusqu’à dire que c’est noir, ou tout au moins très sombre. Notez que le document, publié en 2008 est dépassé en lui-même parce que la technologie a beaucoup évolué, mais en pire si on s’en tient au raisonnement de l’éditeur : *Mode d’emploi à l’attention des cobayes : pour connaître les dégâts que vous inflige une «innovation», attendez la suivante.* (Extrait)

Malgré le fait qu’il ne développe qu’un seul côté de la médaille, ce petit livre m’a impressionné et m’a tout de même fait réfléchir car il s’appuie sur des données fiables, des observations crédibles, mais qui sont de nature à faire peur. Selon l’éditeur, les téléphones portables n’ont aucune vertu, aucune qualité digne de mention, c’est à peine s’ils sont utiles. Ils sont plutôt polluants, nuisibles et terriblement addictifs…REJET TOTAL : *Le téléphone mobile n’est pas seulement un gadget polluant : il façonne le monde, «révolutionne notre quotidien» comme disent chercheurs et industriels, sans que jamais nous ne l’ayons choisi.* (Extrait)

C’est vrai que le téléphone portable est polluant. On en jette des millions dans le monde à chaque année parce qu’ils deviennent dépassés, technologiquement parlant et on sait que plusieurs composantes de ces mobiles sont toxiques. C’est vrai que les téléphones portables sont addictifs, particulièrement chez les adolescents et les jeunes adultes et c’est vrai que la technologie fragilise la vie privée. Mais est-ce que le téléphone portable est ultimement et foncièrement mauvais. Moi je n’irais pas jusqu’à le prétendre. Mais non, L’ÉCHAPPÉE tranche en parlant de mouchard parfait, de liberté sous surveillance, de grillade de cerveau et d’utilisateurs cobayes.

Enfin, L’ÉCHAPPÉE n’hésite pas à pointer du doigt les nouvelles applications développées chaque jour, de plus en plus raffinées et de nature à rendre les utilisateurs encore plus esclaves : *Mais encore, puisque vous le réclamiez, le téléphone qui détecte la mauvaise haleine, qui vous signale les poissons sous votre canne à pêche et qui éloigne les moustiques. Et pour ces dames, le modèle qui indique le jour d’ovulation* (Extrait)

Enfin je rappelle que L’ÉCHAPPÉE avertit clairement le lecteur au début de l’ouvrage. Il n’y a rien de bon dans les téléphones portables et un argumentaire documenté et tranchant est développé sur une centaine de pages. Pour moi, il manque quelque chose c’est claire…l’objectivité. Ça porte quand même à réfléchir.

Fondée en 2004, L’ÉCHAPPÉE est une maison d’édition associative qui n’identifie pas d’auteurs en particulier mais publie collectivement selon une structure militante et revendicatrice. C’est une association alternative qui  essaie de rémunérer tous les travailleurs participant à la chaîne de production d’un livre. L’ÉCHAPPÉE milite aussi dans l’OFFENSIVE LIBERTAIRE ET SOCIALE. Ce sont d’ailleurs deux militants libertaires qui ont fondé L’ÉCHAPPÉE.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 20 août 2017

VOYAGE VERS LA FIN

ETERNITY EXPRESS
Commentaire sur le livre de
Jean-Michel Truong

*…Patere legem quam ipse tulisti :
la société s’apprête à opposer à ses vieux
la loi qu’ils ont eux-mêmes opposée aux
êtres encore à naître, à savoir qu’ils n’ont
le droit de vivre que s’ils ne gênent pas les
vivants. Aux deux extrémités de la vie
s’appliquera bientôt le primat de  celui
qui est là sur celui qui est encore à venir
et sur celui qui n’est déjà  plus tout à fait là…*
(Extrait de ETERNITY EXPRESS, Jean-Michel Truong,
Éditions Albin Michel, 2003)

Une économie ruinée et une démographie hors de contrôle poussent l’Union Européenne à adopter la LOI DE DÉLOCALISATION DU TROISIÈME ÂGE. Les baby-boomers devenus papy boomers sont l’objet d’un marchandage sordide. Ne pouvant plus les nourrir, l’Europe, avec la bénédiction des familles envoie ses aînés dans un coin reculé de la Chine où ils pourront *couler* leur retraite…à moindre frais. ETERNITY EXPRESS est le récit du docteur Jonathan Bronstein (devenu lui aussi papy de trop) du voyage de ces vieux, entassés dans un train à destination d’une ville construite spécialement pour eux au bout du monde…une destination apparemment idyllique …

Voyage vers la fin

Il ne faut pas avoir une nature trop empathique pour lire sans mal ce livre troublant et dérangeant. En effet dans ce livre dont l’écriture est directe et puissante, le troisième âge est décrit comme une marchandise périmée et dérangeante qu’il faut *parquer* quelque part sans que ça coûte trop cher et encore…si on pouvait faire mieux…

Il fallait un fonctionnaire aussi froid que génial pour trouver la solution… pourquoi ne pas les envoyer en Chine… je cite… *À prestations égales, le coût de la vie était six fois moins élevé en Chine. Y expédier les retraités permettait de leur offrir une fin de vie décente, à moindre frais pour la collectivité. Les intéressés avaient bien tenté de protester, jetant tout leur poids dans la bataille pour éviter ce que les plus virulents n’hésitaient pas à qualifier de déportation. Mais les objecteurs n’étaient pas les payeurs et les payeurs étaient cent soixante millions, bien résolus à ne pas se laisser vampirisé par cette génération à qui ils ne devaient rien.*

Le sujet abordé par Truong dans ce livre est extrêmement préoccupant. Il s’agit bien sûr de la gestion des retraites en opposition avec la Loi du profit et la gestion des *baby-boomers* devenus trop nombreux et trop dispendieux* et encore, l’auteur va plus loin car si la destination imposée aux vieux a tout ce qu’il y a d’idyllique, en apparence en tout cas, la loi de délocalisation du troisième âge imaginée par l’auteur n’est pas sans mettre en perspective  des sous-thèmes qui m’ont fait grimacer comme par exemple la bienveillance hypocrite des familles.

C’est ainsi qu’on trouvera dans ce livre des dialogues agressifs et d’une incroyable froideur d’où découlent des insanités du genre *-Nous avons limité les naissances et accru la durée de la vie : l’exact inverse de ce qu’il fallait faire.*

ETERNITY EXPRESS est donc le récit du voyage de plusieurs centaines d’ainés à destination de la Chine décrite pour eux comme la Terre Promise. Pour une bonne part, l’histoire tourne autour des questionnements qui tourmentent les vieux et qui reviennent tous à une question qui pourrait être celle-ci : qu’est-ce qu’on a fait pour en arriver là?  C’est là, par le biais de son personnage principal et narrateur, Jonathan Bronstein, médecin déchu,  que l’auteur dépeint un monde froid, gouverné par l’argent, le pouvoir, les promesses électorales, les dérives et l’amoralité d’une société capitaliste dans laquelle fleurissent autant la recherche du profit que l’incompétence.

Alors…il faut élaguer… pourquoi ne pas se débarrasser des vieux devenus improductifs et par voie de conséquence, une nuisance administrative, sociale et financière.

Ce livre est porteur d’une profonde réflexion sur notre société de consommation. Bien sûr nous n’en sommes pas encore là, mais je n’ai pu faire autrement que de me poser la question, moi qui est déjà sexagénaire, est-ce que la chose est plausible? En tout cas, les réflexions de Truong sont d’une justesse à faire peur.

Bien sûr, ETERNITY EXPRESS demeure un roman, mais un roman qui tire un signal d’alarme. C’est un livre que je classerais comme *thriller philosophique*. Il est noir, dur, mais captivant et intelligent et au-delà de tout ça, il est nécessaire.

*Quand ce train arrivera à destination, vous saurez vraiment ce que vaut votre vie*

 

Psychologue et philosophe,  Jean-Michel Truong est né en France en avril 1950. À sa sortie de l’Université de Strasbourg, il est cogniticien, c’est-à-dire spécialiste en intelligence artificielle. D’ailleurs, il est fondateur de COGNITECH, première société européenne spécialisée en intelligence artificielle. Parallèlement à ses activités professionnelles, il est romancier et essayiste. Truong est réputé pour la critique virulente qu’il fait du néolibéralisme contemporain, ce qui transparaît largement dans ses écrits, essais et romans dont ETERNITY EXPRESS

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur Jean-Michel Truong, consultez son site officiel :

www.jean-michel-truong.com

BONNE LECTURE
JAILU
AOÛT 2014