CONVERSATION AVEC UN ENFANT CURIEUX

Un pan d'enfance

CONVERSATIONS AVEC
UN ENFANT CURIEUX

Commentaire sur le livre de
MICHEL TREMBLAY

-Ma tante Bartine, a’ dit qu’on peut attraper
des maladies avec ces vieux livres là.
A’ veut même pas y toucher. –Ta tante
Bartine, a’l’inventerait n’importe quoi pour
pas lire.

(Extrait : CONVERSATIONS AVEC UN
ENFANT CURIEUX , Leméac/Actes sud
2016, édition de papier, 150 pages)

L’enfance de Michel Tremblay est un coffre aux trésors inépuisables. Après BONBONS ASSORTIS qui nous avait comblé de bonheur avec des récits sur Luis Mariano, le père Noël et les petits Chinois à vendre. Le dramaturge nous offre cette fois un bouquet d’instantanés avec sa mère Nana, son père, son frère, ses tantes, sa grand-maman paternelle… À l’innocence curieuse de jeune garçon se mêle un brin de mauvaise foi quand s’enchaînent les questions cocasses et sans réponse. En découlent de savoureuses conversations au ton résolument drolatique. La prodigalité de Michel Tremblay m’étonnera toujours.

                                                UN PAN D’ENFANCE
*J’T’ai déjà dit de pas jurer! Tu promets, mais tu jures pas.
Jurer, c’est juste pour les choses sérieuses…-Ben, la lecture
c’est sérieux, pis j’te jure que j’la négligerai jamais, même
si on achète une télévision!*
(Extrait : CONVERSATIONS AVEC UN ENFANT CURIEUX)

Âgé maintenant de 76 ans, L’auteur québécois Michel Tremblay nous présente un aspect bien particulier de son enfance à travers une quarantaine de ses plus savoureux dialogues avec des personnes de son environnement social : père, mère, sœur, ami, professeur… Ces dialogues mettent en perspective une particularité de Michel Tremblay qui peut être à la fois une grande qualité et un grand défaut : la curiosité. Ces dialogues m’ont rappelé un peu mes enfants alors qu’ils traversaient la phase du *pourquoi* vers 4 ou 5 ans…des puits sans fond de *pourquoi* et de *comment ça se fait* qui finissaient par *taper sur les nerfs*. Avec le recul du temps, je pense à tout ça et j’en ris. Et c’est exactement ce que Michel Tremblay nous propose : en rire.

Ces dialogues touchent toutes sortes de sujets : la religion, des livres qui ont pas d’images, les tandems du cinéma Laurel et Hardy, Abott et Costello, Jésus, le Saint Esprit et même la mortadelle. Tremblay s’intéressait à tout et plusieurs de ses questions induisaient la notion de justice. *C’est pas juste*…vous vous rappelez ? C’est sain pour les enfants de poser des questions et évidemment d’avoir des réponses mais voilà…une curiosité poussée trop loin a le don d’énerver et à ce titre, les réactions et les réparties sont souvent comiques. Il n’y a pas une page de ce petit livre qui ne m’ait arraché un large sourire ou un éclat de rire. *-Mais pourquoi y faut que les tartes ça soit des surprises pour le temps des fêtes? J’comprends pas… -Une autre affaire que tu comprends pas. Des fois je me demande si j’ai pas mis au monde un nono qui comprend rien. -En tout cas, chus pas assez nono pour pas comprendre que tu réponds pas à ma question. * (Extrait)

Comment satisfaire la curiosité insatiable d’un enfant. La réponse est simple, c’est impossible. Dans une entrevue accordée à Danielle Laurin, collaboratrice au quotidien LE DEVOIR (http://www.ledevoir.com/culture/livres/485027/rencontre-ecrire-pour-s-expliquer-le-monde) Michel Tremblay disait : *Je posais des questions non pas pour être fatigant, mais pour comprendre. J’ai toujours voulu comprendre. L’écriture, pour moi, c’est une lettre sans fin que je m’écris à moi-même pour m’expliquer le monde. * Ce qui pourrait être plus drôle encore, si c’est avéré, c’est que Tremblay mettait une mauvaise foi évidente pour en rajouter et en rajouter encore jusqu’à l’exaspération du *puits de sagesse* auquel il s’adressait.

Serait-ce cette curiosité qui a amené Michel Tremblay à devenir un des écrivains les plus importants de sa génération ? Peut-être. Elle n’a certainement pas nuit en tout cas. Quoiqu’il en soit, j’ai trouvé cette lecture savoureuse du début à la fin.

J’ai lu aussi BONBONS ASSORTIS, un petit délice réunissant des souvenirs d’enfance et des anecdotes de jeunesse de Michel Tremblay. Deux merveilleux et trop brefs moments de lecture.

(Huffington post quebec)

L’œuvre de Michel Tremblay est colossale. Plusieurs de ses pièces ont été acclamées à l’étranger et presque toutes ont été publiées en anglais. Six fois boursier du Conseil des Arts du Canada, Michel Tremblay a reçu une vingtaine de prix et de distinctions dont l’Ordre des arts et des lettres de France, le prix du Québec (Athanase-David), le grand prix littéraire du Salon du livre de Montréal pour Le premier quartier de la lune en 1990 et le prix Victor-Morin de la Société Saint-Jean-Baptiste. Dans la littérature québécoise, son œuvre se caractérise par son originalité et son audace. Premier auteur à utiliser le « joual » dans ses écrits, Michel Tremblay a choqué l’establishment de l’époque. Il traite surtout des difficultés des milieux populaires francophones de Montréal depuis 1940, et ce, avec tendresse et humour. (source : edimage.ca)

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le samedi 7 septembre 2019

14 ANS ET PORTÉE DISPARUE

UNE TRISTE RÉALITÉ

14 ans et portée disparue

Commentaire sur l’autobiographie d’
ARIELLE DESABYSSES

*Je me suis débattue violemment; je donnais des coups
de poing et des coups de pieds à l’aveuglette. J’étais terrifiée
et enragée, mais la fureur d’une jeune adolescente
sous-alimentée ne suffit pas face à un homme. Il m’a frappée
en plein visage en cognant violemment ma tête contre l’asphalte
et je me suis évanouie.*
(Extrait : 14 ANS ET PORTÉE DISPARUE, Arielle Desabysses,
autobiographie, Éditions De Mortagne, 2015, numérique, 170 pages)

Ce livre raconte l’histoire d’Arielle. À l’âge de 14 ans, Arielle se rebelle contre l’autorité de son père et la seule façon qui lui semble valable pour lui faire comprendre ce qu’elle ressent est de fuguer. Un bon matin, Arielle fait semblant de partir pour l’école à l’heure habituelle. Elle prend l’autobus et débarque à Montréal. En début de soirée, ne sachant que faire, l’adolescente s’installe sur un banc de parc. Elle a froid, elle est épuisée, mais elle s’endort tout de même. En pleine nuit, elle est brusquement réveillée par deux hommes, elle est violée et battue. Elle ère par la suite jusqu’au petit matin ou un inconnu lui offre son aide. Arielle se réveille dans un lit, nue où on la viole de nouveau. Elle s’évanouit. En fin de journée, elle reprend conscience, étendue à plat ventre dans une ruelle. Si Arielle a connu la pire journée de sa vie, ce n’est que le début d’un long cauchemar qui l’amènera aux limites de l’horreur, à la frontière du trafic humain et de l’esclavage sexuel…

Une triste réalité…
En même temps que je disais ça, un coup de feu a retenti.
Presque simultanément, une balle est venue s’écraser
sur l’arbre juste à côté de nous. J’ai levé les bras,
j’ai tiré sur le cran d’arrêt, puis j’ai pressé la détente,
comme je l’avais vu faire dans une multitude de
films d’action…j’ai entendu un homme hurler de douleur…
(Extrait : 14 ANS ET PORTÉE DISPARUE)

C’est un livre intéressant que tous les ados devraient lire et pas seulement, les adultes y trouveraient leur compte aussi, les parents en particulier. Au fond sa conclusion est simple : FUGUER N’EST PAS UNE SOLUTION, point final. Mais je ne m’arrêterai pas là. Des solutions, il y en a d’autres. La communication et le dialogue ne suffisant pas toujours, il y a les ressources et Arielle en publie une liste exhaustive à la fin de son livre. Donc, si fuguer n’est pas une solution, il faut comprendre pourquoi. Arielle nous l’explique en racontant son cheminement avant, pendant et après la fugue.

Avant la fugue, la position d’Arielle dans sa famille était inconfortable en raison d’un conflit avec son père. Il faut dire que la jeune fille a un caractère fort. La situation dégénère au point qu’elle adopte une solution ultime pour s’en sortir : la fugue. C’était la pire solution mais elle ne le savait pas. Pendant sa fugue, Arielle sera victime d’un incroyable enchaînement de cruautés. Beaucoup de lecteurs pourraient trouver plusieurs passages misérabilistes, ce fût mon cas. Mais il faut se rappeler que cette autobiographie est authentique et quand l’auteure dit qu’elle l’a écrite avec la plus grande honnêteté, sur la base de sa mémoire, je la crois. Partant de ce principe, la meilleure question qu’on doit se poser est : comment les choses peuvent-elles dégénérer à ce point?

Arielle a été battue, droguée, violée plusieurs fois, privée de nourriture, de contacts et a été entraînée malgré elle dans un monde bas et cruel que la Société a encore tendance à occulter : le trafic humain et son corollaire, l’esclavage sexuel. Et ça touche le Québec et le Canada dans une proportion surprenante.

Si on décortique en profondeur le message de l’auteure, il est à l’effet que la crise de l’adolescence est à prendre au sérieux ainsi que tout ce qui en découle, la douleur, la détresse et les gestes désespérés qui vont trop souvent jusqu’au suicide.

Sur le plan de l’écriture, je dirai que le livre se lit bien, il est fluide, la plume est simple et très directe. La principale faiblesse du livre est dans sa deuxième moitié. Si Arielle est très généreuse sur son cheminement avant et pendant la fugue, elle est beaucoup plus vague sur ce qui se passe après. Par exemple, j’aurais aimé en savoir beaucoup plus sur sa réinsertion dans la famille, ce qu’elle a ressenti profondément, qu’elle a été la réaction de son père, comment s’est passé son retour à l’école, etc. Ce sont des sujets qu’elle effleure, j’aurais aimé qu’elle les approfondisse. Elle est vague aussi sur sa période adulte, ses relations avec les hommes, elle saute des années.

J’aurais eu l’impression d’un ouvrage bâclé n’eut été de faits précis qui m’ont surpris, accroché et poussé à la recherche, le principal étant que la prostitution juvénile est une chimère. Par définition, une personne prostituée est consentante, or aucun mineur n’est consentant à offrir son corps. Dans un contexte de trafic humain, il est forcé de le faire par des proxénètes sans pitié, sans morale et sans empathie, sous peine de violence. Le trafic humain existe et ce type de barbarie est bien implanté au Québec.

Dans une entrevue, Arielle Desbysses déclarait que plus les gens seront sensibilisés à ce problème, tant les parents que les adolescents ou n’importe quel autre citoyen, moins il y aura de fugues et par le fait même, moins de victimes de l’esclavage sexuel.

Le livre d’Arielle est un voyage introspectif qui constitue à la fois un message, un avertissement, un outil de réflexion et d’information grâce, en particulier à ses deux annexes. Même si je le trouve incomplet, je considère que ce livre en dit long et qu’il vaut la peine d’être lu.

Je ne sais pas quelles sont les règles de l’art pour
écrire une biographie. Mais en ce qui me concerne, l’idée
de commencer mon autobiographie en me comparant à
une princesse plongée dans la noirceur de la solitude me
plaisait bien. Au fond, on a tous été, un jour ou l’autre, une
petite princesse ou un petit prince qui s’est senti seul au
monde.
Le problème, selon moi, quand on écrit sa propre
histoire, c’est qu’on se sent un peu comme un imposteur
lorsqu’on utilise le terme « biographie » parce que, avouons-le,
ce simple mot nous pousse subtilement à croire que
l’auteur est une personnalité publique. Au risque de vous
décevoir, je ne suis pas célèbre, je suis seulement une jeune
femme ordinaire, avec un passé qui sort de l’ordinaire.

(Extrait du chapitre 1 dans lequel Arielle se présente)

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le 26 mars 2017