UNE COLONNE DE FEU partie 2

Les ravages du fanatisme

UNE COLONNE DE FEU

Commentaire sur le livre de
KEN FOLLET (partie 2)

LES RAVAGES DU FANATISME
*Paré disait que si l’écharde n’avait pénétré que dans l’œil
du roi, il aurait pu survivre…Malheureusement, la pointe
s’était enfoncée jusqu’au cerveau. Paré mena des
expériences sur quatre criminels condamnés à mort,
leur plantant des éclats de bois dans les yeux pour
reproduire la blessure. Les quatre moururent. Il n’y
avait aucun espoir de sauver le roi.*

Pour compléter mon commentaire sur UNE COLONNE DE FEU, je dirai qu’il est difficile pour moi de dissocier la perception que j’ai du récit de mes convictions. L’auteur précise que le protestantisme était aussi loin d’être vertueux. Raison pour laquelle je pense que la neutralité de l’auteur est raisonnable.

Pour le reste c’est du grand Follet : insertion efficace de personnages fictifs dans des réalités historiques de premier plan, beaucoup de rebondissements, de l’émotion, et l’histoire est toujours d’actualité sauf qu’aujourd’hui, c’est l’Islam qui est pointé du doigt. Donc, quant à la tolérance, on ne peut pas dire que c’est une vertu dans notre société actuelle. Dans les petits moins, attention, il y a beaucoup de personnages. Ça devient mêlant. Mais les principaux acteurs étant bien mis en évidence, c’est tolérable. Quant au titre, je n’ai pas vraiment compris ce choix.

Enfin, je ne parlerai pas de fil conducteur, mais plutôt de personnage conducteur…de personnage-phare. Dans COLONE DE FEU, vous suivrez, tout au long du récit, l’évolution de Ned Willard qui est devenu espion au service de la reine Élizabeth 1ère, puis du roi Jacques. C’est un aspect extrêmement original que Follet a développé dans son récit : la nécessité et la création d’un cercle d’espions qui a été dans l’histoire, d’une redoutable efficacité. Naissance des services secrets…

Je sais que j’ai été long mais j’aimerais terminer en vous disant que si j’ai trouvé ce livre passionnant, il m’a ébranlé, à cause du caractère parfois brusque de la plume, mais surtout à cause des réalités historiques développées par Follet et dominées par la méchanceté, la cruauté et évidemment l’intolérance qui a tant fragilisé l’Europe au cours de l’histoire. Je vous recommande donc UNE COLONE DE FEU… du grand Follet.

Pour en savoir plus sur le protestantisme, cliquez ici.
Pour en savoir plus sur le massacre de la Saint-Barthélemy, cliquez ici.
Pour lire mon commentaire sur CODE ZÉRO de Ken Follet, cliquez ici.

Un élément de la conclusion du livre de Ken Follet, élément que j’ai trouvé extrêmement intéressant m’a amené à faire une recherche sur le MAYFLOWER, un navire marchand qui deviendra célèbre après avoir transporté dans le nouveau monde, en 1620, des passagers dissidents religieux. Plusieurs de ces passagers, pèlerins et autres sont considérés par beaucoup d’historiens comme faisant partie des premiers colons de ce qui deviendra les futurs États-Unis. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Bonne lecture
Claude Lambert
le vendredi 20 novembre 2020

UNE COLONE DE FEU partie 1

Deux siècles après

UNE COLONNE DE FEU

Commentaire sur le livre de
KEN FOLLET (partie 1)

*Certains étaient suffisamment exaspérés par la
corruption de l’Église pour prendre le risque
d’assister à des cultes protestants clandestins,
même si c’était un crime. Pierre fit mine d’être
scandalisé. «Ces gens devraient être mis à mort.»*
(Extrait : UNE COLONNE DE FEU, Ken Follet, Éditions
Robert Laffont, 2017, édition de papier, 925 pages)

Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… La ville est déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald. L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France ou la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais– attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. Dans ce demi-siècle agité par le fanatisme qui répand la violence depuis Séville jusqu’à Genève, les pires ennemis ne sont cependant pas les religions rivales. La véritable bataille oppose les adeptes de la tolérance aux tyrans décidés à imposer leurs idées à tous les autres – à n’importe quel prix.

Deux siècles après
UN MONDE SANS FIN
*Ils se rendront de nuit au château de ma sœur,
l’actuelle comtesse de Shiring. Elle organise des
offices religieux catholiques en secret depuis des
années et dispose déjà de tout un réseau de
prêtres clandestins. De là, ils se disperseront
dans toute l’Angleterre*
(Extrait : UNE COLONNE DE FEU)

L’histoire d’une Europe instable et agitée. Elle est agitée et meurtrie par une guerre sans merci que se livrent les ultra-catholiques et les protestants qui, sous l’impulsion de Jean Calvin ont décidé de faire sécession d’une église contrôlante, austère, orthodoxe dirigée par des papes incompétents assis sur l’argent, le pouvoir et l’ambition. Pour comprendre l’histoire, il faut saisir toute l’ampleur de l’intolérance catholique, le contexte politique, spécialement en Angleterre, le durcissement du protestantisme qui deviendra aussi intolérant. Le résultat est une bombe meurtrière au nom d’une étiquette empoisonnée : la religion de l’église.

Ken Follet livre un récit historique avéré dans lequel il a inséré des personnages fictifs avec des intrigues. C’est sa grande force. Il passe en revue les grands moments de la crise de religion à partir de 1558 où Élizabeth 1ère accède au trône d’Angleterre, établit l’autorité de l’Église protestante anglaise dont elle deviendra la gouverneure suprême, elle créera les tout premiers services secrets anglais. Par la suite, le pape aura l’idée brillante d’excommunier Élizabeth, répudier sa religion et inciter les anglais à la désobéissance. Dans un crescendo dramatique, Follet passe en revue l’exécution de Marie Stuart, la tentative de l’Espagne d’envahir l’Angleterre et d’y faire agir l’inquisition. Follet met tous les éléments en place qui conduiront inexorablement au massacre de la Saint-Barthélemy : chaque protestant de la noblesse était désigné pour être assassiné par un ultra-catholique …des milliers de morts ensanglantés ont jonché les rues de Paris et d’une vingtaine d’autre villes pendant des semaines. Suite à cet indescriptible carnage, le Pape aurait envoyé une lettre de félicitations au roi de France. N’est-ce pas édifiant ? Pour un saint homme ?

C’est une parenthèse très personnelle, mais on dirait qu’il y a beaucoup de gens, dont des rois et des saints pères qui ont oublié le message pourtant très simple qu’un jeune homme adulé a livré un jour sur une montagne : AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES et non *tuez-vous les uns les autres* et pour des chicanes de doctrines encore. J’ai trouvé le livre dur, très direct. Il y a quelque chose de dérangeant dans la justesse du propos. Au moins, à plusieurs reprises dans le récit, j’ai senti l’appel à la tolérance, c’est-à-dire cette capacité d’admettre que mon voisin, ami ou cousin peu importe ait une manière différente de la mienne de vivre et de penser. Il ressort de l’ensemble de l’œuvre une mise en valeur, sinon une glorification de la tolérance. Et les exemples sont nombreux…

*Margery était consternée. Les catholiques allaient massacrer les protestants, et inversement. Mais un disciple du Christ n’était pas censé manier l’épée ni tirer le canon, pas plus que tuer ou estropier. (Extrait) 

*Nous ne voulions qu’une chose, un pays où chacun pourrait faire la paix avec Dieu comme il l’entend* (Extrait) 

*La simple idée que des êtres humains puissent être autorisés à pratiquer la religion de leur choix provoqua plus de souffrances que les dix plaies d’Égypte*. (Extrait)

Le prochain article sera consacré à la suite et la fin de mon commentaire sur UNE COLONNE DE FEU

Bonne lecture
Claude Lambert
le dimanche 15 novembre 2020

HISTOIRE DE LA PAPAUTÉ

2000 ans de jeu théologico-politico-ecclésiastique

HISTOIRE DE LA PAPAUTÉ

Commentaire sur le collectif dirigé
par YVES-MARIE HILAIRE

*Cette histoire de la papauté n’est ni une apologie
ni une présentation partisane de la papauté, c’est
vraiment une histoire accessible à tous et
solidement documentée de deux millénaires. Car à
travers l’histoire de la papauté, c’est l’histoire du
monde qui s’offre à nous, avec ses heures de gloire
et de peine, ses ombres et ses lumières*
(Extrait : HISTOIRE DE LA PAPAUTÉ, citation du Cardinal
Paul Poupard dans sa préface du livre, œuvre collective
dirigée par Yvea-Marie Hilaire, Éditions Tallandier, 2003,
édition de papier, 580 pages)

Yves-Marie Hilaire dirige un collectif d’universitaires, professeurs et historiens pour offrir une grande histoire synthétique de la papauté, dépourvue de fantasmes et de jugements. Héritière de la Rome impériale, la papauté est devenue, au fil du temps, le centre nerveux du catholicisme. Son magistère moral deviendra international au XXe siècle. L’histoire de la papauté montre comment cette institution, porteuse de renaissance culturelle à travers l’Histoire, a facilité le passage de l’Antiquité au monde médiéval et comment, aujourd’hui, à l’ère de la mondialisation, elle tente de faire face aux nombreux défis du XXIe siècle.

 

2000 ans de jeu
théologico-politico-ecclésiastique

*La papauté est l’héritière d’une longue histoire, d’une tradition, c’est-à-dire d’un « principe de continuité et d’identité d’un esprit à travers la succession des générations » (Y.-M. Congar). À ce titre, elle est appelée à un nouveau rôle dans le cadre d’une ecclésiologie de communion, …avec les églises sœurs, portée par le mouvement œcuménique* (Extrait)

       

À gauche, Pierre, premier pape en l’an 1.
Au centre, Sylvestre II, pape régnant en l’an 1000.
À droite, Jan-Paul II, pape régnant en l’an 2000.

C’est un livre rare, un ouvrage aussi complexe que complet. Cet ouvrage ne juge pas, se met à l’écart de toute partisanerie, évite les rumeurs, histoires obscures ou secrètes. Il n’est pas question non plus des abus de plusieurs papes relatifs au sexe, à l’argent et à la violence. Le collectif dirigé par monsieur Hilaire s’est essentiellement appliqué à synthétiser l’histoire de la papauté, c’est-à-dire à réunir les éléments qui ont présidé à l’évolution de l’Église Catholique. Autrement dit, comment l’Église et la papauté sont passé de Pierre à Jean-Paul II*, au prix de quelles peines et il faut bien le dire, d’intrigues, de trahison, d’hypocrisie.

J’ai trouvé ce livre intéressant. C’est vrai. Il ne prend pas parti. Il ne juge pas. Il rapporte des faits, vérifiables le plus possible. Notez que pour des raisons évidentes de déformation dans la transmission orale et écrite de l’antiquité au Moyen-Âge, le premier millénaire porte à confusion. Les auteurs ont donc travaillé très fort à recouper les informations issues des manuscrits, procéder à de multiples vérifications et révéler l’essentiel par la logique des faits. Cette constatation fait de *HISTOIRE DE LA PAPAUTÉ* une fresque majeure et crédible.

emblème de la papauté

Il faut bien le dire, tel que je l’ai lu, avec tout le recul nécessaire, la chose qui m’a le plus frappé dans ce livre, c’est qu’il couvre 2000 ans de mésententes, de chicanes, de schismes, de papes et d’anti-papes, de tractations politiques obscures, de querelles théologiques et j’en passe. Il est remarquable que l’Église ait survécu à autant de tribulations surtout si on ajoute les conséquences qui ne résistent pas aux analyses : fourberie, manigances politiques, jeux de pouvoir et d’influence, violence, intimidation, assassinats, exécutions et j’en passe.

Il n’est pas facile de comprendre pourquoi l’histoire de l’Église est si agitée. Pourquoi autant de mésententes théologiques. Le message de Jésus n’était-il pas simple : Aimez-vous les uns les autres, Croyez en Dieu. La mission de Pierre n’était-elle pas simple : Faire passer le message de Jésus. Peut-être me voyez-vous venir…la principale faiblesse du livre et c’est une grande déception pour moi, réside dans la fragilité de sa dimension intellectuelle et spirituelle. Le passage de plusieurs papes mystiques qui ont travaillé fort à définir le rôle spirituel et de guide de l’Église a été pratiquement occulté. Dommage.

J’ai quand même appris des choses intéressantes. Par exemple, comment est né le conclave et comment il a évolué. Comment le Vatican est devenu un état? Comment fonctionne un concile (et Dieu sait que ce n’est pas simple) avec un chapitre intéressant sur le concile le plus complexe de l’histoire, le concile de Trente. J’ai trouvé très intéressant quoique très choquant le passage sur les Borgia et sur le silence de Pie XII pendant la deuxième guerre mondiale.

Vous voyez donc que le livre répond à beaucoup de questions mais sur chaque question, il ne s’étend que très brièvement. Par conséquent, le livre pousse à la recherche. Mais ces questions abordent très peu la dimension spirituelle qui ne préoccupe les auteurs qu’à partir de la restauration amorcée au XIXe siècle. Le livre couvre 2000 ans d’histoire. C’est quand même un défi extraordinaire du collectif qui tend à démontrer physiquement, comment l’Église a fait pour survivre jusqu’à nos jours. À ce titre, c’est un ouvrage remarquable. Il me reste à vous prévenir que le récit est lourd, complexe, plutôt mal ventilé. La complexité de l’œuvre exige de la patience.

Yves-Marie Hilaire (1927-2014) est un historien français, spécialiste d’histoire des religions et professeur d’histoire contemporaine de l’Université Charles-de-Gaulle Lille-III. Sa thèse de 1976 sur La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras a contribué à élargir de manière significative le champ d’étude du fait religieux en France. Yves-Marie Hilaire a aussi dirigé et contribué à de nombreuses publications collectives portant sur la vie chrétienne dont HISTOIRE DE LA PAPAUTÉ.

Bonne lecture
Claude Lambert
le samedi 21 mars 2020