La petite fille qui aimait Stephen King

L'omniprésence de Stephen

LA PETITE FILLE QUI AIMAIT STEPHEN KING

Commentaire sur le livre de
CLAUDINE DUMONT

*J’ai l’impression de vomir de l’acide. Encore. Je produis
un bruit inhumain en vomissant. Une sueur amère
couvre mon corps. Ça sent autre chose que ma sueur.
C’est acre irritant, presque chimique. Ça sent la peur.
La peur de la mort.*
(Extrait : LA PETITE FILLE QUI AIMAIT STEPHEN KING, Claudine
Dumont, XYZ Éditeur, collection Romanichels, 2015, édition
numérique, 290 pages.)

Suite à un accident, Émilie qui était déjà différente, s’est transformée en quelque chose qui ne s’explique pas. Et puis, elle ne semble plus avoir besoin de sa grande sœur Julie qui est pourtant la seule à pouvoir accéder à son monde troublé par l’autisme. Julie va donc tout faire pour aider et comprendre sa sœur, trouver une solution. Avec une patience extraordinaire et pour trouver sa sœur d’avant, Julie ira jusqu’à prendre des décisions impossibles, poser des gestes insensés. Le roman de Claudine Dumont développe le thème de l’amour fusionnel qui, comme on le sait, peut devenir très malsain. Il y a quand même quelque chose qui n’a pas changé entre l’Émilie d’avant et l’Émilie de maintenant : un amour inconditionnel pour Stephen King et une remarquable connaissance de son œuvre. L’univers du maître de l’horreur se fait sentir à chaque page…

L’OMNIPRÉSENCE DE STEPHEN
*L’espoir qui s’envole laisse une sensation
de vertige. Il n’y a aucun bâtiment dont

la fonction peut expliquer un tel dédale
de portes et de corridors. Julien s’arrête.
Il se penche vers moi et chuchote à mon
oreille : «Quelque chose ne va pas. Je ne
crois pas que notre évasion en soit une.»
(Extrait : LA PETITE FILLE QUI AIMAIT STEPHEN KING)

 LA PETITE FILLE QUI AIMAIT STEPHEN KING est un roman à cheval entre le thriller psychologique et le drame d’horreur. L’histoire est celle d’Émilie et Julie. Em et Ju comme elles s’interpellent dans le récit. Émilie est une autiste sévère. Elle est donc différente des autres enfants. Julie est sa sœur aînée. Julie est la seule qui peut aider Émilie et gérer ses crises. Un jour, un accident vient rendre encore plus profond le cauchemar d’Émilie et par ricochet, celui de sa sœur. Émilie tombe dans un trou très profond et y reste plus d’une trentaine d’heures avant d’être secourue, seule avec sa peur dévorante.

Après l’accident, Émilie a encore changé…en pire alors que Julie développe une obsession pour régler le problème d’Émilie ou tout au moins l’alléger. Il s’installe comme une symbiose malsaine entre les deux sœurs … Il y a peu de personnages dans ce récit et le rôle des parents est totalement insignifiant. Tout repose sur les épaules de Julie. La vie des deux sœurs s’enlise dans une spirale infernale alors que se suivent des épisodes de terreur nocturnes, automutilation, morbidité, sang qui coule et même de cannibalisme.

On est très loin des romans à l’eau de rose. Même si le roman est court (150 pages) il s’en dégage une tension à faire pâlir le lecteur. Le fil conducteur est facile à suivre, ça rend la lecture facile et rapide. Le livre se lit en à peine quelques heures. Toutefois, je vous l’avoue, j’ai eu besoin d’une pause tellement l’écriture de Claudine Dumont est maîtrisée, percutante et dont le style direct va parfois jusqu’à la crudité : *Elle a commencé à manger des vers. Eux, avec leurs corps gluants, elle pouvait. Je pense que rien de plus horrible ne pouvait arriver, mais elle a essayé de croquer le rat de sa classe. Elle n’a pas réussi, il s’est enfui. Je lui ai fait promettre de s’en tenir aux vers. Mais elle m’a dit qu’elle avait voulu prendre une bouchée d’une élève dans sa classe…je ne pouvais quand même pas la laisser manger de l’humain.* (Extrait : LA PETITE FILLE QUI AIMAIT STEPHEN KING)

Il m’a paru évident que Claudine Dumont est une passionnée de Stephen King. C’est toute l’œuvre du maître de l’horreur qui transpire dans le récit de Claudine Dumont. J’ai reconnu plus d’une dizaine de références à des livres de King dont ÇA, LES ENFANTS DU MAÏS, THE MIST et bien entendu LA PETITE FILLE QUI AIMAIT TOM GORDON pour ne nommer que ceux-là. Toutefois le style de Claudine Dumont est différent. Elle est beaucoup plus télégraphique, s’étend beaucoup moins sur la psychologie des personnages, phrases courtes, enchaînements saccadés, écriture nerveuse et audacieuse. Pas de longueurs, pas de temps à perdre.

Rendre le tout en moins de 150 pages oblige l’auteure à être un peu brutale sur le plan littéraire. Elle ne s’en prive pas et n’a pas peur des mots : *Je prends les ciseaux dans le tiroir, je soulève mon chandail, je pince un morceau de mon ventre, j’entends Émilie crier, puis je coupe. Je dois faire trois coups de ciseaux pour…couper tout le morceau. Je ne sens rien. Je prends le morceau de viande et je le mets sur la table, devant Émilie qui marmonne quelque chose entre ses larmes.* (Extrait) Voilà. Pas de fioritures. Sur les plans descriptif et narratif, avec le vaste choix des mots et le caractère implacable du récit de Dumont, on reconnait, on sent l’aura de Stephen King entre les mots, les phrases, dans l’atmosphère parfois étouffante de l’histoire. C’est digne de King, on peut pratiquement percevoir l’ensemble comme un hommage à King.

Personnellement, j’ai adoré ce livre. Un peu déçu par une finale étrange et à couper au couteau mais sans plus. Pour le reste, ça m’a plu. C’est un roman très noir qui pourrait vous brasser un peu les émotions, grafigner un peu votre imagination et provoquer dans votre dos ces petits tremblements électriques qu’on appelle les frissons. Entrer dans cette histoire, c’est comme entrer dans un huis-clos…c’est étouffant, mais c’est efficace.

Enfin, je ne recommande pas ce livre aux âmes sensibles et je ne le recommande pas non plus comme lecture de chevet avant d’éteindre pour la nuit.

Claudine Dumont est auteure et enseignante. Elle a étudié en littérature, psychanalyse, les contes et la scénarisation. Elle enseigne le français dans des écoles secondaires de Laval. S’insère, dans cette vie fort active, la cogestion, avec sa sœur, d’un café, boulevard Saint-Martin ouest. Son objectif est de consacrer son temps moitié café moitié écriture. Elle admet elle-même avoir du rattrapage à faire. LA PETITE FILLE QUI AIMAIT STEPHEN KING est son deuxième roman après ANABIOSE publié en 2013 chez XYZ éditeur.

( photo et source partielle : Courrierlaval.com )

Lecture parallèle suggérée : LA PETITE FILLE QUI AIMAIT TOM GORDON de Stephen King.  

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le samedi 30 mars 2019

UNE HISTOIRE QUI NE VIEILLIT PAS

RENCONTRE DU TROISIÈME TYPE

Rencontres du troisième type

Commentaire sur le livre de
Steven Spielberg

*Ce qu’ils virent les laissa muets, assommés de stupeur.
Cela les dépassait, bouleversait toutes les idées qu’ils
avaient pu se faire. C’était trop. Trop pour des mots.
-Seigneur! Parvint enfin à murmurer Roy, la gorge serrée.
-Mon Dieu!  Oh mon Dieu! Dit Jillian. Incapables d’en
dire plus, ils s’abimèrent dans leur contemplation…*
(Extrait de RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE, Steven Spielberg,
t.f. Ed. P. Belfond. 1978, 205 pages. Or.  Columbia pictures)

RENCONTRE DU TROISIÈME TYPE.PHOTO DU LIVRE ET AFFICHE DU FILM

du grand Spielberg

 

 

Une équipe de savants venus du monde entier et dirigée par un français, le professeur Claude Lacombe établissent un lien formel entre des évènements pour le moins troublants qui viennent perturber le quotidien de la planète : des passages d’ovnis signalés par des Tours de contrôle par exemple, ou la découverte d’un navire échoué sur un plateau désertique tibétain ou encore des avions portés disparus pendant la seconde guerre mondiale et retrouvés en parfait état dans un désert.

Parallèlement à ces évènements, un jeune garçon est enlevé par une force mystérieuse et aux quatre coins du monde, des femmes et des hommes tombent sous l’emprise d’une mélodie et tous sont obsédés par une mystérieuse montagne. Parmi eux, Roy Neary qui, par son opiniâtreté connaîtra le fin mot de l’histoire, car, le professeur Lacombe est catégorique là-dessus, une rencontre du troisième type se prépare…

Une histoire qui ne vieillit pas

*Cinquante points lumineux jaillirent du nuage
et se rapprochèrent à une vitesse fulgurante*
(extrait RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE)

Je dirai d’entrée de jeu que le livre, c’est le film. On ne peut pas parler de l’un sans parler de l’autre. Les deux sont intimement liés. Une fois scénarisé, le livre écrit par Steven Spielberg est devenu le film réalisé par Steven Spielberg qui lui est devenu une des plus grandes réussites de l’industrie cinématographique américaine…un film culte.

Si vous avez vu le film, le livre pourrait vous sembler monotone et ennuyeux. Vous aurez l’impression de lire un script. Si vous lisez le livre sans avoir vu le film, vous douterez peut-être du talent de Spielberg comme écrivain car bien que le lecteur puisse se sentir aspiré par un crescendo de crainte et d’émerveillement en alternance, l’écriture est d’une naïveté parfois désarmante. Morale de l’histoire…voyez le film.

Cela dit l’histoire a quelque chose de mélodieusement onirique. Spielberg arrive à nous faire espérer que si on avait à être visité par des extra-terrestres ça serait comme dans le scénario de RENCONTRES DU TROISIÈME TYPE…la longue préparation à une rencontre avec de sympathiques créatures frêles au sourire réservé et attachant venus nous saluer comme de bons voisins à bord d’un magnifique vaisseau à côté duquel notre technologie semble à l’âge de pierre.

Dans les faits, je considère que Spielberg a eu le génie de créer, pour son histoire, des extra-terrestres amicaux, sympathiques, attachants et sans malice tout en les entourant d’une aura nébuleuse et mystérieuse (et même qu’il récidivera en 1982 avec E.T. l’Extra-terrestre. Il y aura aussi quelques essais un tantinet timides comme Abyss ou encore Cocoon du réalisateur Ron Howard)  Ainsi, Spielberg allait à contre-courant de ce que nous ont pratiquement toujours offert le cinéma et la télévision : de vilains extra-terrestres hideux, méchants, destructeurs et tueurs et les exemples ne manquent pas : Alien, Independance day, la guerre des mondes, Mars attaque, *V*, les envahisseurs, Predator, La Chose et j’en passe.

Donc l’idée de Spielberg était d’exploiter l’émerveillement plutôt que la terreur, ce qui a donné une petite merveille qui a révolutionné la science-fiction autant en littérature qu’au cinéma.

Bien sûr, comme des millions de personnes, j’ai vu le film et comme des millions de personnes, j’ai été enchanté. J’ai voulu lire le livre surtout pour voir s’il ne m’apporterait pas quelque chose de plus. Tel ne fût pas le cas, quoique j’aie quand même pu laisser mon imagination vagabonder agréablement en pensant aux différentes séquences de la finale. Je pense par exemple à cette scène où on voit tous ces gens réunis dans la montagne (…la fameuse montagne qui faisait l’obsession de Roy Neary et de tant d’autres), tous ces savants béats devant le vaisseau colossal qui se tenait devant eux sans toucher le sol…

…ou encore cette scène pendant laquelle Neary est entraîné dans le vaisseau par les petites créatures ou encore cette scène superbe ou le prof Lacombe montre à un extra-terrestre un signe d’amitié en guise d’adieu.

Juste pour la finale et le plaisir d’imaginer, je pourrais vous recommander le livre, mais il y a mieux…voyez le film…ça vaut le coup.

Steven Spielberg est un réalisateur  et producteur américain né à Cincinnati en 1946. C’est un des scénaristes et metteurs en scène les plus prestigieux et prolifique de toute l’histoire de l’industrie cinématographique. En parler ici serait beaucoup trop long même pour un simple résumé car sa carrière couvre près d’une trentaine de succès historiques à partir de DUEL, le déclencheur de sa carrière sorti en 1971 jusqu’à LINCOLN sorti en 2012 en passant par LES DENTS DE LA MER, LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE, E.T. L’EXTRA TERRESTRE, JURASSIC PARK, IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN et j’en passe bien sûr et ça continue évidemment. Plusieurs livres et essais ont été publiés sur l’homme et sa carrière. Ici, je vous recommande STEVEN SPIELBERG, UNE RÉTROSPECTIVE de Richard Shickel publié aux Éditions de La Martinière. Véritable coup de coeur, ce livre, rempli d’illustrations, passe en revue les exploits légendaires de Spielberg. C’est un livre-rétrospective qui rend hommage à rien de moins que 40 années d’excellence dans l’univers du septième art. En ce qui concerne l’aspect biographique, je vous invite à visiter le site internet http://www.drjones.fr/biographie.php

Très riche en détails…

BONNE LECTURE
JAILU
SEPTEMBRE 2015


CRÉATURE, cadre enchanteur… atmosphère sinistre

Créeature de John Saul

Commentaire sur le livre de John Saul

 CRÉATURE 

Gratifié d’une promotion au travail, Blake Tanner s’installe dans la petite ville de Silverdale avec sa femme Sharon et ses enfants Mark et Kelly…cadre paisible, ville propre voire impeccable et où il ne se passa à peu près jamais rien…une ville où le sport règne en roi et maître, particulièrement le football, l’équipe locale faisant la pluie et le beau temps. Tout est parfait dans cette ville…en fait trop parfait…

Sharon développe des doutes sur ce cadre enchanteur et commence à se poser des questions sur des hurlements de douleur et de rage qu’on entend dans la nuit et sur ce qu’on fait dans les laboratoires d’une entreprise qui a tellement à cœur le bien-être de ses employés que c’est trop beau pour être vrai. 

Dans les faits, la petite ville modèle cache un secret troublant. La vie heureuse d’une petite famille heureuse et sympathique pourrait bien se transformer en cauchemar.

J’ai lu plusieurs critiques négatives sur ce livre entre autres parce qu’il comporte du déjà vu, ce qui n’est pas entièrement faux. Toutefois, je vais aller à contre-courant aujourd’hui parce que ce livre m’a plus. Il se lit vite et bien grâce à l’excellente traduction de Dominique Wattwiller mais aussi parce que l’écriture est simple et directe. En effet, dans son livre, Saul va droit au but…il entre rapidement dans le vif du sujet et maintient une tension constante.

Bien que l’ouvrage ait un petit côté prévisible, il laisse peu de répit et aboutit à une conclusion originale. De plus, l’auteur a créé des personnages attachants…en particulier les mères qui passent un sale quart d’heure dans cette histoire où tout est trop parfait au départ et où on fait du sport une étrange obsession et qui amène la famille Tanner à déchanter rapidement.

Évidemment, c’est vite lu, mais je pense que vous allez passer un bon moment.

JAILU
Décembre 2012

(En Complément…)