STAR WARS, LES DERNIERS JEDI

Retour sur la force

LES DERNIERS JEDI

Commentaire sur le roman du film
novellisation d’après le scénario de
BRIAN JOHNSON

*L’homme abandonne son air sévère. Ses yeux se voilent.
Ce sabre laser porte tant de souvenirs ! TROP de souvenirs.
Il ne devrait pas l’accepter. Pas après si longtemps. Ses
doigts métalliques touchent la poignée. Elle lui parait aussi
légère et familière que la première fois qu’il l’a tenue en main.
Ce jour-là, sa vie avait basculé. Il s’était découvert une destinée.
(Extrait : STAR WARS VIII LES DERNIERS JEDIS, novellisation de
Michael Kogge d’après le scénario de Rian Johnson. Hachète 2018,
édition de papier, 216 pages, la bibliothèque verte.)

Il y a longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…Le premier ordre règne. Après avoir décimé la pacifique république, le Suprême leader Snoke déploie maintenant ses impitoyables légions pour prendre le contrôle militaire de la galaxie. Seule la générale Leia Organa et les chasseurs de la résistance s’opposent à la tyrannie naissante, convaincue que le Maître Jedi Luke Skywalker reviendra pour redonner une étincelle d’espoir au combat. Mais la résistance s’est laissée surprendre tandis que le premier ordre fond sur la base rebelle, les courageux héros tentent une évasion désespérée.

RETOUR SUR LA FORCE
*Maintenant qu’ils sont disparus, les Jedi sont
idéalisés, idolâtrés comme des dieux. Mais
au-delà du mythe, leur héritage n’est qu’échec,
hypocrisie et orgueil. *
(Extrait)

Un bon petit livre, excellent pour les 8-12 ans, les préados contemporains de la troisième génération des Star wars, mais pour les adultes issus de la première génération (UN NOUVEL ESPOIR, L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE, LE RETOUR DU JEDI) il se pourrait bien que beaucoup de lecteurs-lectrices pensent comme moi…que LES DERNIERS JEDI est une histoire réchauffée et redondante et qui laisse supposer un essoufflement du thème général de la guerre des étoiles. Voyons un peu plus en détail le synopsis de notre livre du jour, en commençant par les personnages. On retrouve d’abord SNOKE, le suprême leader du Premier Ordre, tyrannique et sans scrupules. Le bras droit de SNOKE, KYLO REN, de son vrai nom BEN SOLO, ancien padawan de Luke Skywalker qui a basculé dans le côté obscur. Kylo Ren est le fils de Leïa et Han Solo, issus de la première génération des Star Wars tout comme Chewbacca qui est encore là. Han Solo a été tué par son propre fils. On retrouve plusieurs personnages de soutien, JAKKU, REY, FINN et les deux principaux personnages de la première trilogie : PINCESSE LEÏA ORGANA, devenue Générale et LUKE SKYWALKER, un des derniers Jedi qui travaille à détruire l’Ordre des Jedi et le faire oublier.

Voilà pour les personnages. Le contexte est déjà plus clair. Dans cet épisode, le huitième de la saga, le Premier ordre règne après avoir annihilé la pacifique république. Il reste toutefois Ies enfants de la rébellion avec Leïa en tête. Mais la rébellion se meure et tous n’ont qu’un espoir, que le maître Jedi Luke Skywalker reprenne du service…Luke dont le destin va se préciser dans le récit : *Tu m’as demandé la raison de ma présence ici. Je suis venu sur cette île pour mourir, et pour m’assurer que l’Ordre Jedi mourra avec moi. * (Extrait) Reste à savoir comment se débrouillera la rébellion sans Luke. Un aspect intéressant du récit est à l’effet que les sentiments de Kylo Ren pour Rey se précisent ainsi que ceux envers son père Han Solo. Mais en général, tout le livre est basé sur un espoir impossible. La finale est particulièrement déchirante et met en place des éléments intéressants pour une suite. La saga Star Wars est loin d’être terminée car une quatrième trilogie est en préparation.

Pour moi c’est clair, la série s’essouffle. Elle développe en fait l’éternelle dualité du bien et du mal à grands coups de rayons et de sabres laser, de bombes, de méga-cuirassés et de quadripodes dans un univers hautement technologique. Encore une fois, la Force s’oppose à son pendant obscur, cette force qui octroie des dons très particuliers et puissants à ceux qui la maîtrise. L’histoire se répète et se répète encore. Même un des derniers Jedi disparait de la même façon qu’Obiwan Kennoby disparait dans son combat contre Dark Vador pour permettre à Luke Skywalker et ses amis de fuir. Le corps disparait devrais-je dire, ce qui ne l’empêchera pas d’intervenir par la suite. Sur le plan littéraire, le sujet est élimé. Sur le plan cinématographique, c’est autre chose. Là aussi le sujet tombe en poussière mais comme je suis un amateur d’effets spéciaux, je compte sur les prochains épisodes pour me surprendre.

Mettons de côté un instant ma déception de cette novellisation. En fait j’essaie de me mettre dans la peau des préados. La novellisation des Star Wars leur offre ce que plusieurs d’entre eux recherchent et ici, je ne fais pas référence uniquement au lectorat masculin. Vous pourriez être surpris. Les histoires se tiennent et leur fil conducteur est relativement efficace. Il y a beaucoup d’action, des revirements, des pouvoirs fantastiques, des combats savamment réglés et bien sûr, ça s’entretue. Peut-être les jeunes constateront-ils un manque d’originalité rendu au huitième épisode parce que les récits se suivent et se ressemblent. Violence, magie, héroïsme et haute technologie avec des personnages auxquels on aime s’identifier…c’est quand même vendeur. Il paraît que la quatrième génération des Star Wars, en préparation au moment d’écrire c’est lignes sera complètement différente. J’ai hâte de voir…

Ryan Johnson est un réalisateur, scénariste et producteur américain né en 1973 dans le Maryland. Il se lance dans la réalisation de son premier film en 2005, avec le thriller Brick, qui s’inscrit dans la veine du film noir. Rian Johnson remporte tous les suffrages avec cette œuvre et gagne de nombreux prix. Ce succès permet au réalisateur de faire des débuts remarqués dans le milieu.Malgré une seconde réalisation passée plus inaperçue, Rian Johnson frappe fort avec son troisième film, LOOPER dans lequel un Joseph Gordon-Levitt, méconnaissable donne cette fois la réplique à Bruce Willis sur fond de voyage dans le temps. Ce film de science-fiction, sélectionné au festival de Toronto, est d’ores et déjà considéré comme “révolutionnaire”. Johnson passe ensuite par la case petit écran en réalisant deux épisodes de la saison 5 de la série culte BREANKING BAD. Il est ensuite engagé pour mettre en scène le blockbuster STAR WARS LES DERNIERS JEDI, 8ème épisode de la franchise intergalactique.

AU CINÉMA

En haut, le Wookie Chewbacca et un nouveau copain. Extrait de LES DERNIERS JEDI, VIIIe épisode de STARWARS du réalisateur-scénariste Brian Johnson, sorti en 2017. Ci-dessus, Mark *Skywalker* Hamill. Le simple jedi de la première série (à gauche) devient Maître Jedi à droite.

LA SÉRIE NOVELLISÉE
         
         

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le mercredi 23 octobre 2019


LE PETIT PRINCE le roman du film

Le petit prince qui voulait un mouton

LE PETIT PRINCE
Le roman du film

Commentaire sur l’adaptation de
VANESSA RUBBIO-BARREAU

*Il était une fois un petit prince
qui habitait une planète à peine
plus grande que lui, et qui avait
besoin d’un ami…*
(Extrait : LE PETIT PRINCE, le roman
du film, adapté par Vanessa
Rubbio-Barreau, Gallimard-jeunesse
2015, édition de papier, 80 pages)

Alors qu’une petite fille très sage et sa maman très stricte emménagent dans leur nouvelle maison, elles découvrent avec stupeur l’existence d’un voisin étrange. Ce vieux monsieur, aviateur et doux rêveur, excelle dans l’art de raconter des histoires. La petite fille est rapidement captivée par celle d’un petit prince venu d’une autre planète…Vanessa Rubbio-Barreau fait plonger les jeunes lecteurs et jeunes lectrices dans l’univers envoûtant et coloré du PETIT PRINCE. Notez qu’il ne s’agit pas du livre de Saint-Expupéry mais bien du film d’animation inspiré du roman…une belle amitié entre une petite fille et un aviateur mise en mots et en images pour les enfants de 7 à 10 ans.

LE PETIT PRINCE QUI VOULAIT UN MOUTON…
*L’aviateur avait tant de choses à me
montrer, de choses à raconter! Nous
passions des heures entières à jouer,
à rêver, à rire…je pouvais lui parler
de tout.
(Extrait : LE PETIT PRINCE, le roman du film)

LE PETIT PRINCE, LE ROMAN DU FILM est ce que l’on appelle une novellisation, c’est-à-dire un roman tiré d’un film, d’un dessin animé ou d’une bande dessinée. Le roman du film LE PETIT PRINCE a été réalisé par une auteure et novellisatrice passée maître dans son art Vanessa Rubio-Barreau.

C’est une belle histoire, celle d’une petite fille coincée entre les ambitions de sa maman pour elle et une amitié émergente avec un vieux monsieur, aviateur, doux rêveur, particulièrement habile pour raconter de belles histoires. Pour sa petite voisine, il choisit de l’histoire d’un petit prince venu d’une autre planète toute petite…un petit prince responsable d’une rose et venu transmettre le secret du bonheur, la joie de vivre et l’irremplaçable valeur de l’amitié.

J’ai trouvé ce petit livre émouvant. Ce n’est pas nécessairement facile de lire un livre avec les yeux d’un enfant de 7 ans mais j’ai vite compris que ce livre est accessible aux enfants, beaucoup plus que l’original de Saint-Exupéry. Et le plus beau est que Vanessa Rubio-Barreau a conservé toute la magie du film et a su mettre en valeur la douceur, la chaleur et la poésie de l’œuvre originale.

Ce petit livre, éclairé et bien écrit, non seulement transmet de très belles valeurs, mais il est aussi porteur d’une intéressante réflexion sur un certain équilibre à installer entre l’ambition des parents pour leurs enfants et la découverte par ceux-ci des valeurs positives de la vie avec une bonne place pour la créativité et l’entretien d’une magnifique qualité qu’ont les enfants : la faculté d’émerveillement.

Le vieil aviateur vient nous rappeler qu’il peut-être vain de trouver à tout prix le succès et la réussite si on est pour grandir dans une maison sans âme où il n’y a pas de place pour la magie, la créativité, l’imagination sans oublier les échanges et le dialogue.

C’est un petit livre adorable. Je me vois très bien raconter cette belle histoire à un enfant tout comme je vois très bien un enfant de 7 à 9 ans en entreprendre seul la lecture et l’exploration. Ça pourrait le faire sourire, le faire rêver un peu et il pourrait être fasciné par les magnifiques illustrations.

LE PETIT PRINCE, LE ROMAN DU FILM est un autre exemple de la vigueur de la littérature-jeunesse dans la francophonie. La présentation est superbe, les illustrations magnifiques. Le livre comprend des petits chapitres courts. Son écriture est fluide et présentée en grosse lettres et j’ai trouvé sa finale géniale et d’une magnifique limpidité pour les jeunes esprits.

Une petite remarque en terminant : même si LE PETIT PRINCE a 70 ans (première parution en France en 1946), l’œuvre de Saint-Exupéry n’a pas vieilli. Le petit personnage reste intemporel et continue de fasciner les grands et les petits à cause des thèmes profonds qu’il développe tout en douceur en respectant le rythme des petits : l’amitié, la solitude, l’obéissance, et le passage à l’âge adulte entre autres.

Vanessa Rubbio-Barreau est une auteure, traductrice et novellisatrice française. Elle se consacre essentiellement à la littérature jeunesse. Après une double-licence de lettres modernes et sciences du langage, elle a travaillé comme assistante d’édition et enseignante. Vous pouvez suivre son parcours en visitant son site internet et en la visitant sur Facebook. Elle traduit pour éditions Mango, Gallimard, Pocket, Hachette, Bayard Jeunesse…

 

 

 

 

Le Petit Prince est un film d’animation français réalisé par Mark Osborne et sorti en 2015. Il est adapté du livre éponyme d’Antoine de Saint-Exupéry. Ce film combine deux techniques d’animation : les images de synthèse et l’animation en volume.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le dimanche 13 mai 2018