DÉSAXÉ

TRAQUER SUS AU STALKER

DÉSAXÉ

Commentaire sur le livre de
Lars Kepler

*Margot observe le carnage pendant un moment,
les traces de violence, le sang provenant du couteau
qui a frappé, le jaillissement du sang artériel sur la
porte lisse d’un meuble de cuisine et le sang répandu
par la lutte de la victime et les mouvements
spasmodiques du corps.*
(Extrait : DÉSAXÉ, Lars Kepler, Albert Bonniers Förlag,
Stockholm, 2014, Pour la traduction française : Actes
Sud, 2016, édition numérique, 1090 pages.)

La police suédoise met tout en œuvre pour traquer un tueur en série, un voyeur meurtrier qui filme et met en ligne sur Internet ses exploits avant de tuer. Devant un esprit aussi tordu, la police est dans l’impasse jusqu’à ce que la police découvre un homme en panique sur les lieux d’un nouveau meurtre. En état de choc, l’homme ne se souvient plus de rien. Pour sonder sa mémoire perdue, la police fait appel au docteur Erik Maria Bark, un hypnotiseur (personnage récurrent dans l’œuvre de  Kepler). Bark fera des découvertes troublantes qui pourraient bien se retourner contre lui-même et devenir fatales. Pourtant le temps presse…les morts s’accumulent…

AVANT-PROPOS :
STALKER, STALKING

Ce sont des termes que l’on entend surtout dans les milieux psychiatriques et policiers. Le stalking est une forme active de harcèlement et de voyeurisme obsessionnel. Celui qui pratique le stalking est un stalker. Le problème avec le stalking est que s’il débute le plus souvent par une tentative amicale, il débouche souvent sur une haine obsessionnelle. Cette pratique devient alors une névrose qui peut pousser au crime…elle part du fait de suivre et espionner des victimes, les intimider, voire les filmer, et peut aller jusqu’au harcèlement et à l’agression.

Traquer sus au stalker
*…elle était là, dans son imperméable jaune,
à regarder sa mère. Le visage d’Anna était
en bouillie, il y avait du sang partout,
jusqu’au…
(Extrait : DÉSAXÉ)

C’est un long roman sans longueur. Paradoxal? Pas du tout! D’entrée de jeu, je dirai que j’ai passé un très bon moment de lecture avec cette brique de Lars Kepler. La trame est intense, mais le fil conducteur est solide : quatre meurtres d’une indescriptible violence qui rappellent un autre meurtre commis neuf ans plutôt et pour lequel un pasteur a été incarcéré. Pour avancer dans l’enquête, la police a besoin de la mémoire de ce pasteur accro à l’héroïne : Rocky Kyrklund. C’est là qu’intervient l’hypnotiseur Erik Maria Bark, personnage récurrent dans l’œuvre des auteurs et c’est là que débute une impitoyable course contre la montre où le chasseur devient le chassé…car on peut dire que la conscience de Bark n’est pas tout à fait nette. La police se rend très vite compte qu’elle a affaire à un stalker, c’est-à-dire un voyeur obsessionnel.

J’ai été très vite captif de ce récit et même que dans le dernier quart, j’ai péché un peu par addiction tellement il était difficile de lever le nez du livre à cause d’un enchaînement rapide de rebondissements, un rythme très rapide et la chaîne d’évènements dramatiques qui nous amène à la découverte de la personne coupable la plus improbable…

Un petit irritant : la policière Margot qui enquête sur cette dangereuse affaire alors qu’elle est au dernier stade de sa grossesse…elle mange tout le temps…le bébé bouge…elle perd ses eaux à un assez mauvais moment…ordinaire, agaçant et sans rapport. Autre petit détail, j’ai trouvé la traduction un peu pénible par moment. Mais c’est quand même surmontable. Je suppose qu’on peut se familiariser au style d’un traducteur comme on le fait pour un auteur.

Il y a surtout beaucoup de forces à souligner : le rythme effréné, l’intensité des personnages, je pense en particulier à Jackie, une pianiste aveugle qui tente d’échapper au monstre dans une maison puante qui tombe en ruine…pas facile pour une aveugle et tout un défi pour les auteurs de faire vivre au lecteur comme si c’était en temps réel, les émotions, les tensions intérieures, la peur voire la morbidité que vit Jackie alors qu’elle tente d’échapper à une mort horrible. Comme lecteur, j’avoue que j’ai souffert pour Jackie tellement les auteurs ont trouvé les mots précis, le ton juste avec cet art de provoquer le frisson. Ça m’a remué…

Ajoutons à cela la qualité de l’intrigue et la recherche qu’elle a nécessitée, l’originalité du sujet si on tient compte de la psychologie des personnages et de l’exploitation d’un thème un peu discret en littérature policière : le stalkin…c’est sans compter la douce toponymie chantante de la Suède, la trame qui nous fait découvrir Stockholm en particulier et la Suède en général, même si elle n’est pas particulièrement flatteuse pour ses services policiers et judiciaires.

Donc si une veille littéraire du genre NUIT BLANCHE vous intéresse, lisez DÉSAXÉ. Bien avant le dénouement que j’ai trouvé pour le moins surprenant, vous comprendrez très vite que le livre porte bien son titre.

LARS KEPLER est le pseudonyme d’un couple d’auteurs suédois qui se sont spécialisés dans le roman policier : ALEXANDRA COELHO AHNDORIL née en 1966 à Helsingborg et ALEXANDER AHNDORIL né en 1967 à Stockholm. Chacun a écrit plusieurs romans en solo mais en 2009, ils ont décidé de coécrire leur premier roman : L’HYPNOTISEUR adapté par la suite au cinéma en 2012 par Lasse Hallström.  C’est cet hypnotiseur, Erick Maria Bark qui récidive dans DÉSAXÉ au côté de l’inspecteur Joona Lina.

BONNE LECTURE
JAILU
Le dimanche 29 octobre 2017

LE CRUCIVERBISTE

LE VERBICRUCISTE versus LE CRUCIVERBISTE

Le cruciverbiste

Commentaire sur le livre de
Claire Cook

*Vous aimez jouer madame la détective?
Cela se voit, cela s’entend. J’ai un
pressentiment…ou devrais-je dire une
certitude…les lettres trouvent leur place
dans les cases jusqu’à maintenant. Je
me trompe? Je suis ravi que la récréation
vous plaise. Alors, jouons encore! Et si
je vous provoquais en duel?*
(Extrait : LE CRUCIVERBISTE, Claire Cook, Les
Éditions Goélette, 2015, papier, 500 pages)

Joseph Dunstan, un courtier reconnu pour ses dettes de jeu, est assassiné. L’enquête est confiée à la lieutenante-détective Emma Clarke de la Sûreté du Québec. La détective est entraînée dans un horrible jeu imaginé par un meurtrier aussi brillant qu’ignoble. Le tueur convie Emma Clarke à un véritable défi intellectuel en utilisant une grille de mots croisés pour la mettre sur la piste. Mais les énigmes sont complexes et font appel à un sens de la déduction très au-dessus de la moyenne. Pour Emma, c’est un énorme défi dans lequel se mêle la religion, le latin et toujours cette mystérieuse grille de mots croisés que le meurtrier lui dévoile par fragments…

Le verbicruciste
versus
Le cruciverbiste
*Redevable depuis bien trop longtemps déjà,
l’imposteur n’a eu que ce qu’il méritait. Sa
gorge n’aura plus le loisir de raconter, de
débiter ou de propager quoique ce soit.
(Extrait : LE CRUCIVERBISTE)

C’est un roman complexe mais passionnant. Son sujet est original, peu courant en littérature : un tueur fournit à une lieutenante-vedette de la Sûreté du Québec une grille de mots-croisés ainsi que des indices pour mettre la policière sur la piste de ses meurtres… *Je t’ai choisi parmi tous pour résoudre cette grille et je te donnerai tous les indices possibles pour me retrouver.* Ici, le cruciverbiste, soit l’amateur de mots-croisés devient le verbicruciste, celui qui crée une grille. Dans ce cas-ci la grille au départ ne contient qu’un mot : DESTIN et des cases noires formant quatre croix, le tout dans une parfaite symétrie.

Donc la policière Emma Clarke se voit lancé un défi intellectuel tout à fait tordu : découvrir le meurtrier et limiter les dégâts en remplissant la grille. Emma ne fait pas que jongler avec les mots et le fait que toutes les victimes appartiennent au monde de l’immobilier, elle doit aussi composer avec les nombres, le latin sans oublier la religion qui devient omniprésente dans son enquête.

Ce livre est non seulement une trouvaille, il est aussi un défi pour le lecteur à qui on fournit même une grille pour lui permettre de placer ses indices au fur et à mesure qu’ils sont fournis par le tueur.

Il s’agit d’un premier roman pour Claire Cook et je crois vraiment que son livre LE CRUCIVERBISTE constitue pour elle un excellent départ dans l’univers de la littérature. Le récit contient beaucoup de forces : les personnages sont bien définis, la trame est complexe mais progressive et ne dévie jamais du fil conducteur. L’écriture est précise. Il y a des rebondissements intéressants et la finale est imprévisible. Impossible de déterminer l’identité du meurtrier sans la grille ou encore de suivre avec force concentration l’évolution de l’enquête et encore, ce n’est pas simple, LE CRUCIVERBISTE est un véritable défi de 500 pages pour le lecteur. C’est un défi passionnant qui garde en haleine jusqu’à la fin.

Quant aux faiblesses, disons que dans la première moitié du livre, je me suis souvent perdu dans cette quantité impressionnante de personnages qui évoluent dans le récit. On s’y perd, mais ça se rétablit graduellement vers le milieu du récit. Enfin, je peux comprendre qu’Emma accepte de participer à un jeu auquel la convie le tueur à l’esprit aussi fêlé qu’intelligent, mais tout au cours du récit, elle y prend goût et le jeu prend presque les allures d’un pari, le mot divertissement étant peut-être un peu exagéré. Je n’étais pas vraiment à l’aise avec ce choix de l’auteure. C’est vrai, je l’avoue, c’est très personnel comme perception.

Il reste que j’ai beaucoup aimé ce livre. Son rythme est rapide. Il se lit bien quoiqu’il exige toute la concentration du lecteur. Il est difficile de se défaire du livre avant d’en avoir terminé la lecture. Un livre horizontalement et verticalement brillant.

Claire Cook, native de Montréal au Québec a œuvré dans le milieu juridique où elle assistait des avocats en droit criminel et en droit du travail. Puis elle a fait carrière pendant plus de 25 ans dans le domaine de l’immobilier. Sa vaste expérience et son grand intérêt pour la littérature policière l’ont largement inspiré pour l’écriture de son polar LE CRUCIVERBISTE et lui ont permis de faire partie du jury du prix Tenebris en 2013. Le prix Tenebris est remis à l’auteur (e) qui a le plus contribué au rayonnement de la littérature policière de langue française en général et de la littérature policière québécoise en particulier.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
15 janvier 2017

LE PARFUM

UN MONSTRE OLFACTIF

LE PARFUM

Commentaire sur le livre de
Patrick Süskind

 *…Car en ce XVIIIe siècle, l’activité délétère des
bactéries ne rencontrait aucune limite, aussi,
n’y avait-il aucune activité humaine, qu’elle fut
constructive ou destructive, aucune
manifestation de la vie en germe ou bien à son
déclin, qui ne fût accompagnée de puanteur.*
(extrait : LE PARFUM, Patrick Süskind, Le livre de poche,
t.f. Arthème Fayard, 1985, éd. Papier, 285 pages)

Ce récit raconte l’histoire de Jean-Baptiste Grenouille, un personnage aussi génial que monstrueux et doté d’un sens olfactif  incroyablement surdimensionné. Ce sens quasi surnaturel de l’odorat a développé en lui l’ambition de devenir le dieu tout-puissant de l’univers, en utilisant tous les moyens, même les plus horribles, car *qui maîtrisait les odeurs maîtrisait le cœur des hommes*. Le récit couvre la naissance de Grenouille, dans des conditions sordides, au milieu de poissons avariés et d’immondices,  son enfance qui fût épouvantable (marquée entre autres par un rejet total de son entourage)  et sa montée graduelle, à partir d’une ambition démesurée confinant à la folie, vers le crime, jusqu’à devenir un meurtrier en série en plein cœur du XVIIIe siècle. Ce livre est devenu rapidement un best-seller mondial et par la force des choses, un classique…

UN MONSTRE OLFACTIF
*La puanteur des ruelles le rasséréna
et l’aida à dompter la passion qui
l’avait enflammé.*
(extrait : LE PARFUM)

Avez-vous déjà essayé de décrire un parfum sans faire appel aux comparaisons. Ce n’est pas si simple. Habituellement on compare ou on utilise des termes génériques qui disent tout ou rien : une odeur fraîche de propreté, une odeur de pourriture, ça sent la bonne cuisine, ça sent comme la lavande dans les champs, ou les classiques *ça sent bon* et ça sent mauvais*. On dirait que, quel que soit la langue, il n’y a pas assez de vocabulaire pour décrire une odeur…l’expression d’une sensation ou d’une émotion olfactive. Voilà la grande force du livre : une exceptionnelle richesse descriptive et qui ne se limite pas aux odeurs même si vous pouvez vous attendre à un véritable cours avancé de parfumerie traditionnelle.

C’est un livre étrange, présenté sous la forme d’un conte noir allant jusqu’à la morbidité. La puissance de la plume est telle qu’un parfum semble exhaler de chaque page. En effet le parfum et les odeurs sont omniprésents dans le récit, ce qui en fait un ouvrage extrêmement original, l’olfaction étant un thème peu développé en littérature. Ici, le lecteur se plonge forcément dans l’exploration de la folie issue d’un cerveau malade.

En effet, Jean-Baptiste Grenouille est un être bizarre, fortement introverti, figé dans sa bulle. Il ne communique pas et les seuls messages qu’il peut recevoir et que son cerveau peut interpréter sont essentiellement olfactifs. Il faut dire que son odorat est développé au point d’en être surnaturel. Grenouille est un homme frustré car avec son don particulier, il a vite constaté que lui-même n’a pas d’odeur. Dans son cerveau malade, il conçoit un plan diabolique : concevoir un parfum unique qui lui donnerait le pouvoir de dominer le monde. Le plan tourne à l’obsession…une obsession qui fera de Grenouille un monstre.

Malgré les faiblesses de l’histoire : des longueurs, pas beaucoup d’action, une finale tirée par les cheveux, grotesque quoiqu’originale, l’auteur a dû se livrer à une recherche très sérieuse pour décrire aussi fidèlement la France du XVIIIe siècle et pour exposer les effets sur la société de la misanthropie d’un être abominable qui n’a absolument aucune notion du bien et du mal. L’ensemble est crédible…solide.

C’est un livre à l’écriture remarquable mais oppressante, avec un certain humour très feutré qui fait passer le lecteur par toute une gamme d’émotions, du dégoût à la fascination. Je crois qu’il mettra votre nez à l’épreuve…

Je terminerai par une citation qui met parfaitement en perspective le cœur du livre :   *Il tenait dans le creux de sa main un pouvoir plus fort que les pouvoirs de l’argent, ou que le pouvoir de la terreur, ou que le pouvoir de la mort : le pouvoir invincible d’inspirer l’amour aux hommes* (extrait : LE PARFUM)

Patrick Süskind est un écrivain et scénariste allemand né à Munich, Allemagne en 1949. LE PARFUM est son premier roman, édité en 1985, traduit en français en 1986, réédité ensuite par Fayard, il connaît un succès mondial. Il publie par la suite LE PIGEON, un recueil de nouvelles en 1996, et SUR L’AMOUR ET LA MORT en 1996. Il a aussi écrit en 1984 une pièce de théâtre : LA CONTREBASSE.

CINÉMA
LE PARFUM histoire d’un meurtrier

Du livre de Patrick Süskind, le film est davantage inspiré qu’adapté. En fait, l’histoire est conforme jusqu’à l’épisode troglodyte  de Grenouille. Après ce passage, l’adaptation bascule. Hormis ce détail, le film LE PARFUM HISTOIRE D’UN MEURTRIER réalisé par Tom Tykwer et sorti en 2006 est une œuvre remarquable : excellente mise en scène, musique magistrale, très belle photographie et Ben Whishaw est solide dans le rôle de Jean-Baptiste Grenouille. On retrouve aussi dans la distribution Dustin Hoffman dans le rôle du parfumeur Giuseppe Baldini et John Hurt, toujours aussi excellents.

 

 

 

 

BONNE LECTURE
JAILU
MAI 2016