LE CRUCIVERBISTE

LE VERBICRUCISTE versus LE CRUCIVERBISTE

Le cruciverbiste

Commentaire sur le livre de
Claire Cook

*Vous aimez jouer madame la détective?
Cela se voit, cela s’entend. J’ai un
pressentiment…ou devrais-je dire une
certitude…les lettres trouvent leur place
dans les cases jusqu’à maintenant. Je
me trompe? Je suis ravi que la récréation
vous plaise. Alors, jouons encore! Et si
je vous provoquais en duel?*
(Extrait : LE CRUCIVERBISTE, Claire Cook, Les
Éditions Goélette, 2015, papier, 500 pages)

Joseph Dunstan, un courtier reconnu pour ses dettes de jeu, est assassiné. L’enquête est confiée à la lieutenante-détective Emma Clarke de la Sûreté du Québec. La détective est entraînée dans un horrible jeu imaginé par un meurtrier aussi brillant qu’ignoble. Le tueur convie Emma Clarke à un véritable défi intellectuel en utilisant une grille de mots croisés pour la mettre sur la piste. Mais les énigmes sont complexes et font appel à un sens de la déduction très au-dessus de la moyenne. Pour Emma, c’est un énorme défi dans lequel se mêle la religion, le latin et toujours cette mystérieuse grille de mots croisés que le meurtrier lui dévoile par fragments…

Le verbicruciste
versus
Le cruciverbiste
*Redevable depuis bien trop longtemps déjà,
l’imposteur n’a eu que ce qu’il méritait. Sa
gorge n’aura plus le loisir de raconter, de
débiter ou de propager quoique ce soit.
(Extrait : LE CRUCIVERBISTE)

C’est un roman complexe mais passionnant. Son sujet est original, peu courant en littérature : un tueur fournit à une lieutenante-vedette de la Sûreté du Québec une grille de mots-croisés ainsi que des indices pour mettre la policière sur la piste de ses meurtres… *Je t’ai choisi parmi tous pour résoudre cette grille et je te donnerai tous les indices possibles pour me retrouver.* Ici, le cruciverbiste, soit l’amateur de mots-croisés devient le verbicruciste, celui qui crée une grille. Dans ce cas-ci la grille au départ ne contient qu’un mot : DESTIN et des cases noires formant quatre croix, le tout dans une parfaite symétrie.

Donc la policière Emma Clarke se voit lancé un défi intellectuel tout à fait tordu : découvrir le meurtrier et limiter les dégâts en remplissant la grille. Emma ne fait pas que jongler avec les mots et le fait que toutes les victimes appartiennent au monde de l’immobilier, elle doit aussi composer avec les nombres, le latin sans oublier la religion qui devient omniprésente dans son enquête.

Ce livre est non seulement une trouvaille, il est aussi un défi pour le lecteur à qui on fournit même une grille pour lui permettre de placer ses indices au fur et à mesure qu’ils sont fournis par le tueur.

Il s’agit d’un premier roman pour Claire Cook et je crois vraiment que son livre LE CRUCIVERBISTE constitue pour elle un excellent départ dans l’univers de la littérature. Le récit contient beaucoup de forces : les personnages sont bien définis, la trame est complexe mais progressive et ne dévie jamais du fil conducteur. L’écriture est précise. Il y a des rebondissements intéressants et la finale est imprévisible. Impossible de déterminer l’identité du meurtrier sans la grille ou encore de suivre avec force concentration l’évolution de l’enquête et encore, ce n’est pas simple, LE CRUCIVERBISTE est un véritable défi de 500 pages pour le lecteur. C’est un défi passionnant qui garde en haleine jusqu’à la fin.

Quant aux faiblesses, disons que dans la première moitié du livre, je me suis souvent perdu dans cette quantité impressionnante de personnages qui évoluent dans le récit. On s’y perd, mais ça se rétablit graduellement vers le milieu du récit. Enfin, je peux comprendre qu’Emma accepte de participer à un jeu auquel la convie le tueur à l’esprit aussi fêlé qu’intelligent, mais tout au cours du récit, elle y prend goût et le jeu prend presque les allures d’un pari, le mot divertissement étant peut-être un peu exagéré. Je n’étais pas vraiment à l’aise avec ce choix de l’auteure. C’est vrai, je l’avoue, c’est très personnel comme perception.

Il reste que j’ai beaucoup aimé ce livre. Son rythme est rapide. Il se lit bien quoiqu’il exige toute la concentration du lecteur. Il est difficile de se défaire du livre avant d’en avoir terminé la lecture. Un livre horizontalement et verticalement brillant.

Claire Cook, native de Montréal au Québec a œuvré dans le milieu juridique où elle assistait des avocats en droit criminel et en droit du travail. Puis elle a fait carrière pendant plus de 25 ans dans le domaine de l’immobilier. Sa vaste expérience et son grand intérêt pour la littérature policière l’ont largement inspiré pour l’écriture de son polar LE CRUCIVERBISTE et lui ont permis de faire partie du jury du prix Tenebris en 2013. Le prix Tenebris est remis à l’auteur (e) qui a le plus contribué au rayonnement de la littérature policière de langue française en général et de la littérature policière québécoise en particulier.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
15 janvier 2017

LE SICARIER

LES DOGMES À L'ÉPREUVE

MYSTÈRE À SEPT-ÎLES

  *Démembrement humain, expliqua Normand
Vandal, en désignant du doigt les restes humains
placés sur sa table d’autopsie en inox…*
(extrait : LE SICARIER, Danny Philippe Desgagné, Les
Éditions SM, collection Triskèle, 2006, éd. Papier)

Commentaire sur le livre de
Danny-Philippe Desgagné

LE SICARIER

Intrigue sur fond de surnaturel qui se déroule à Sept-Îles. Le détective Dorian Verdon enquête sur le meurtre d’une religieuse. Mais l’enquête piétine et la seule piste même difficilement exploitable qui lui reste, est de suivre l’incroyable raisonnement d’un mystérieux personnage appelé Thomas qui prétend être un ange, réincarné dans le corps d’un héroïnomane, ce qui lui donne l’apparence d’un illuminé. Le meurtre de la religieuse ne serait qu’un mince élément de quelque chose de beaucoup plus grand : rien de moins qu’un complot ourdi par Lucifer dans le but de prendre le contrôle de l’humanité. Les évènements amèneront Dorian Verdon à faire équipe avec le mystérieux personnage dans l’enquête la plus invraisemblable et la plus complexe de sa carrière.

LES DOGMES À L’ÉPREUVE

*J’oubliais l’âme. Vous lui avez donné même
un poids : 21 grammes.
N’est-ce pas merveilleux.*
(extrait : LE SICARIER)
SICAIRE : littéraire. Tueur à gages (Larousse)

Le SICARIER est le deuxième roman de Danny Desgagné. Le récit développe une histoire dans laquelle se chevauchent une enquête policière musclée et un amalgame de faits historiques et mythologiques évoquant une tentative de retour de Lucifer sur terre.

Si la trame de l’histoire n’est pas vraiment d’une grande profondeur psychologique, son sujet est original et au passage, écorche nos plus profondes croyances judéo-chrétiennes. À moins d’avoir l’esprit très ouvert, les Catholiques purs et durs n’apprécieront peut-être pas car les dogmes de l’église sont soumis à rude épreuve. Voici un extrait qui en dit assez long là-dessus, celui qui parle étant Thomas, ange réincarné, contemporain de Jésus : *Pour me suivre, il est obligatoire que tu remettes le compteur de toutes tes croyances à zéro. Quand je dis toutes, cela vaut aussi pour les fables Judéo-chrétiennes serinées par ton oncle du haut de sa chaire* (extrait LE SICARIER, p.285)

Les miracles sont démystifiés et tout y passe…de la multiplication des pains à la résurrection de Lazare en passant par Jésus qui marche sur les eaux. Certaines explications sont tellement plausibles qu’elles m’ont laissé très songeur.

Je crois avoir compris que le but de l’auteur n’était pas de remettre en cause les fondements de l’Église Catholique, mais bien de livrer une enquête criminelle par moments tellement irrationnelle qu’elle pousse le lecteur à la réflexion, entre autres sur l’obscurantisme et la façon parfois spectaculaire dont la vérité peut se tordre et se déformer avec le temps. Au départ ce livre est avant tout une fiction policière.

J’ai trouvé dans ce livre tout ce que j’apprécie habituellement dans mes lectures : les chapitres sont courts à quelques exceptions près, l’intrigue est développée habilement, le langage est clair. Il est facile de s’attacher aux personnages principaux, Thomas l’ange réincarné et l’enquêteur Dorian Verdon malgré leur caractère impulsif, Verdon en particulier n’est pas un tendre. L’enchaînement des évènements est rapide même si l’ensemble peut accuser certaines longueurs dans les dialogues, notamment ceux qui tendent à démystifier les miracles (Mais la lecture en vaut la peine).

C’est un livre audacieux (une audace qui me rappelle un peu Dans Brown) et je n’hésite pas à vous le recommander. Je sais qu’il peut être difficile à trouver sur le marché du livre, mais s’il vous intéresse vraiment, je vous invite à communiquer avec l’auteur à cette adresse :  triskele@cgocable.ca

Je vous invite aussi à consulter le site internet http://www.dpdesgagne.com

Danny Philippe Desgagné est originaire de Chicoutimi et vit actuellement à Sept-Îles. Du moins au moment d’écrire ces lignes. Bien qu’il ait complété des études en Communication à l’Université d’Ottawa, c’est l’écriture qui s’est emparée de sa vie. Son premier roman, Irimi publié en 2000 lui a valu une mention au Prix Abitibi-Consolidated et son second ouvrage, Le Sicarier, publié en 2006, reçoit à son tour une mention au Prix Saint-Pacôme. En novembre 2009, Danny Philippe Desgagné publie LA FLAMME ET L’ABÎME, avec le même style d’écriture mais qui entraîne le lecteur dans un monde très différent : l’univers des DONJONS ET DRAGONS.

BONNE LECTURE
JAILU
JUIN 2016