DRÔLE DE MAÎTRESSE

DRÔLE DE MAÎTRESSE

Commentaire sur le livre-jeunesse d’
ÉVELYNE REBERG

*Moi, j’ai tout de suite trouvé que c’était une
drôle de maîtresse : elle avait la bouche en
forme de pneu son visage luisait comme celui
de ma mémé Andrée quand elle se met de la
crème de beauté.*
(Extrait : DRÔLE DE MAÎTRESSE, Évelyne Reberg, Arno,
Éditions Hatier, 1993, édition de papier, 42 pages,
littérature-jeunesse, 7-8 ans)

DRÔLE DE MAÎTRESSE raconte l’histoire de Benoît Casse-noix, Léonard le froussard et Lazare. Un jour leur vie est un peu chamboulée parce que leur institutrice, madame Bégonia tombe malade et est remplacée par un drôle de numéro : Miss Cassolette. Elle parlait lentement et impressionnait toute la classe. Elle semblait follette miss Cassolette. Il y a fort à parier que les enfants se souviendront longtemps des leçons de Miss Cassolette. DRÔLE DE MAÎTRESSE  a été écrit pour les enfants de 7 à 8 ans. Le livre est rehaussé des illustrations d’Arno et comprend un petit lexique pour aider les enfants à comprendre les mots compliqués.

L’ALLURE FOLLETTE DE MISS CASSOLETTE
*Elle parlait lentement miss Cassolette,
comme si elle dormait tout haut,
ça nous impressionnait.*
(Extrait : DRÔLE DE MAÎTRESSE)

J’ai eu plaisir à lire ce petit livre d’autant que j’ai eu droit à une petite surprise de l’auteure. L’histoire est simple. Un jour, l’institutrice, madame Bégonia tombe malade et elle est remplacé par un drôle de numéro : Miss Cassollette. Il faut voir la remplaçante…je ne m’y attendais pas du tout et ce sera sûrement une surprise pour les enfants aussi. Vous allez très vite comprendre pourquoi cette histoire ne vieillit pas.*Bon. Voilà la maîtresse qui nous décline le verbe « manger » : -Je broute, tu croûtes, il droute, nous froutons, vous groutez, ils chroutent. Cette fois, il y a eu un long, long, long silence* (Extrait)

Cette histoire s’adresse aux premiers lecteurs qui ont tendance à dévorer les histoires, je dirais les 7-8 ans. Le petit volume réunit les caractéristiques habituelles des livres pour les enfants » chapitres courts, grosses lettres, dans l’ensemble, une histoire courte, celle-ci fait 45 pages. Et bien sûr, les illustrations. Celles de DRÔLE DE MAÎTRESSE ont été réalisées par Arno qui a créé des illustrations fort belles et très expressives tout à fait dans le ton de l’histoire.

J’ai toujours trouvé important d’identifier les illustrateurs et de reconnaître leurs mérites car comme c’est le cas pour DRÔLE DE MAÎTRESSE, le fil conducteur de l’histoire tourne autour de leurs dessins et en général, les enfants y sont sensibles. Ici, je crois qu’auteure et illustrateur ont fait un beau travail d’équipe.

Je veux mentionner aussi que DRÔLE DE MAÎTRESSE fait partie d’une collection un peu spéciale. En effet, la collection RATUS POCHE a cette particularité d’introduire l’enfant à une notion de compréhension de texte. Dans DRÔLE DE MAÎTRESSE, on trouve, à toutes les deux ou trois pages, une question accompagnée de dessins. Ce sont des dessins-réponses et il y en a trois. L’enfant doit trouver la bonne réponse en pointant le dessin correspondant. C’est une façon originale et même drôle d’apprendre et de comprendre ce que dit le texte. Il y a en tout 13 réponses à trouver et l’enfant qui trouve les 13 bonnes réponses devient un super-lecteur.

On trouve aussi à la fin du livre, un petit lexique qui aidera les enfants à comprendre les mots compliqués.C’est un bon petit livre avec une petite histoire toute simple mais aussi originale et drôle. J’invite donc les enfants à faire connaissance avec une DRÔLE DE MAÎTRESSE. Je crois qu’ils se souviendront longtemps de ses curieuses leçons…

Evelyne Reberg est née en 1939. Elle habite à Quétigny en Côte-d’Or.  Elle a publié notamment “Juju pirate” chez Flammarion, “La Bibliothèque ensorcelée” chez Bayard. Professeur de lettres, puis bibliothécaire, elle est également auteure de nombreuses histoires pour enfants. Publiée régulièrement en revues, elle a également écrit des ouvrages pour des éditeurs tels que Bayard, Duculot ou Flammarion.

BONNE LECTURE
JAILU
Le dimanche 14 janvier 2018


CORENTIN ET LE ROYAUME DES OMBRES

CORENTIN ET LE ROYAUME DES OMBRES

Commentaire sur le livre de
SABINE CHANTRAINE CACHART 

*…il emmena le jeune garçon. –Mais où allons-nous?
-Ne crains rien petit, je t’emmène là où il fait encore
jour, où les gens sont encore debout! Dans quel pays
veux-tu aller? –Un pays où il fait jour quand en
France il fait nuit? Euh, je ne sais pas, le Canada par
exemple! –Allons-y! Je t’emmène au Québec. À
Victoriaville, plus précisément.*
(Extrait : Corentin et le Royaume des Ombres, Sabine
Chantraine-Cachart, IS édition, 2013, numérique, 195
pages, littérature jeunesse.)

Voici l’histoire d’un sympathique jeune garçon : Corentin Canivet et de son inséparable amie, Joséphine. Suite à un accident, Corentin plonge dans un coma qui va durer plusieurs mois. À son réveil, il est rétabli à un détail près : il est devenu aveugle. Par la suite, d’étranges phénomènes se produisent. La nuit, Corentin est réveillé par une voix venant d’un univers parallèle appelé ROYAUME DES OMBRES. La voix révèle à Corentin que son village, Méjean est sous le coup d’une malédiction. Les ancêtres de Corentin réunis dans le ROYAUME DES OMBRES confient à notre jeune héros des pouvoirs surnaturels ainsi qu’une importante mission : sauver Méjean.

HÉROS DE L’OMBRE
HÉROS DE LUMIÈRE
*…C’est obscur! Je ne sais pas pourquoi ton
ami et toi, vous y êtes mêlés. Mais prenez
garde! Je vois beaucoup de voyages dans
un lieu que je ne connais pas, un pays avec
des gens étranges, transparents…*
(Extrait : CORENTIN ET LE ROYAUME DES OMBRES)

C’est un livre très intéressant. Il s’agit de littérature-jeunesse mais dans les faits, il est bon pour tous les âges…même que les adultes pourraient y constater les effets non-négligeables du courage, de l’abnégation et du travail d’équipe. J’ai apprécié ce livre. Son titre ne lui rend pas tout à fait justice. Il n’y a pas d’horreur ni de violence. Dans le Royaume des Ombres, il n’y a que des amis. Bien que ce soient des êtres surnaturels, ils ne sont là que pour aider Corentin et Joséphine dans une mission qui leur est confiée et qui consiste à soustraire leur village, Méjean, à une terrible malédiction.

Bien que les univers parallèles soient monnaie courante en littérature, j’ai tout de même trouvé le sujet original à plusieurs égards en particulier parce que dans le monde visible, Corentin est non-voyant et dans le royaume des ombres, il voit. Ensuite, les pouvoirs qui lui sont donnés ne sont que défensifs. Ce sont en fait des outils dont il se sert dans sa quête de la vérité afin que la malchance abandonne définitivement Méjean.

Le volume peut se lire d’une traite. La lecture est facile. L’action est relativement bien soutenue. La plume est fluide et riche en détails. La trame et les personnages me rappellent un peu le Club des cinq, cette série de romans policiers pour jeunes adolescents écrite par Enid Blyton et adaptée deux fois pour la télévision. La connivence entre les jeunes personnages est très forte et aussi très intuitive.

Il y a, dans la composition des personnages une petite faiblesse. Les capacités d’analyse, de déduction et de résolution de problèmes des jeunes sont un peu trop fortes pour être vraies, surtout si je tiens compte du fait que l’aide reçue du Royaume des Ombres est sommes toutes assez minimale. Ce n’est pas un cas isolé. Les personnages un peu surfaits sont courants dans la littérature-jeunesse. Ça m’a toujours un peu agacé.

Ce qui est sûr, c’est que les forces de ce récit font pencher la balance. C’est une belle histoire qui n’est pas sans nous faire réfléchir sur les vertus de la ténacité, du travail d’équipe et sur cette magnifique valeur qu’est l’amitié. Elle nous rappelle aussi les extraordinaires capacités susceptibles d’être développées par les non-voyants. Pas étonnant que ce livre ait été traduit en braille.

Je recommande donc aux jeunes en particulier et à tout le monde en général CORENTIN ET LE ROYAUME DES OMBRES. La fin laisse supposer une suite. Il y en a bien une : CORENTIN ET LE GRIMOIRE DE NATULA.

Sabine Chantraine-Cachart est une auteure française née en 1972. Pendant ses études de Lettres, son goût pour la littérature-jeunesse se précise. Après l’obtention de son diplôme de dessinateur-illustrateur, elle réalise des albums illustrés pour les enfants jusqu’à la publication de son premier roman en 2013 CORENTIN ET LE ROYAUME DES OMBRES. Son deuxième roman était publié l’année suivante : CORENTIN ET LE GRIMOIRE DE NATULA. Il semble bien que Corentin sera un personnage récurrent dans l’œuvre de l’auteure. Pour en savoir plus, consultez son blog :

http://corentinetleroyaumedesombres2.wordpress.com  vous y trouverez toute son actualité.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le dimanche 22 octobre 2017

L’ÎLE AU TRÉSOR

L’ÎLE AU TRÉSOR

Commentaire sur le livre de
ROBERT LOUIS STEVENSON

 *Le bruit d’une détonation retentit soudain.
Où passa le boulet? Aucun de nous ne le sut
exactement, mais j’imagine que ce fut au-
dessus de nos têtes et que le courant d’air
produit par son passage contribua à notre
désastre.*
(Extrait : L’ÎLE AU TRÉSOR, Robert Louis
Stevenson, Éditions Lito, 1883, édition de
papier, libre de droit, 125 pages)

L’ÎLE AU TRÉSOR est l’histoire de Jim Hawkins, fils d’un aubergiste ayant pignon sur rue dans un port anglais de l’Angleterre du XVIIIe siècle. Le principal client de l’établissement est Billy Bones, un vieux marin sur lequel pèse une obscure menace. Le danger qui pèse sur Bones se précise quand un mystérieux aveugle lui remet la *tache noire* qui annonce la mort dans le monde des pirates. Le même jour, Bones trouve la mort. Hawkins ouvre la malle de Bones et découvre une carte qui indique l’emplacement d’un fabuleux trésor enfoui par le redoutable capitaine Flint sur une île déserte. L’Hispanolia atteint l’île et y débarque les hommes pas tous bien disposés à partager…il semble qu’une lutte impitoyable s’annonce pour retrouver le fameux trésor…

Le classique du réel et
du fantastique
*C’est que nous ne sommes pas les seuls à connaître
l’existence de cette carte. Les bandits qui ont attaqué
l’auberge ce soir sont certainement bien décidés à
s’emparer de ce trésor coûte que coûte. Nous devons
donc être très prudents, et chacun de nous doit
s’engager à garder le silence sur le but de notre
voyage.*
(Extrait : L’ÎLE AU TRÉSOR)

C’est avec grand plaisir que je propose aux jeunes lecteurs, et aussi aux plus vieux à qui, pour certains ça rappellera de beaux souvenirs, une belle diversion dans leurs lectures, avec un des classiques les plus réédités dans l’histoire de la littérature, sans compter le nombre d’adaptations (j’y reviendrai dans la partie cinéma) : L’ÎLE AU TRÉSOR de Robert Louis Stevenson.

Ce petit roman, divertissant et dépaysant, c’est le moins que je puisse dire, est le récit d’un jeune ado : Jim Kawkins, le narrateur qui est relayé quelques fois, pour les besoins de l’histoire par le docteur Livesey. On retrouve aussi dans l’histoire un des personnages légendaires de la piraterie : Long John Silver. Comme beaucoup de gens de ma génération, j’ai lu ce petit bijou pendant mon adolescence. Je l’ai relu pour vous en parler aujourd’hui. J’ai redécouvert un livre qui n’a pas vieilli, pas une seule ride. La magie est restée intacte. L’ÎLE AU TRÉSOR demeure un des plus beaux classiques de la littérature jeunesse.

D’abord, tous les éléments sont réunis pour une recette gagnante : un jeune et brillant héros, un trésor caché, des pirates prêts à tout pour s’en emparer, une carte qui localise le trésor, une île mystérieuse, un navire, une mutinerie…mais pour réussir une recette, les ingrédients ne suffisent pas. C’est le savoir-faire avec tout ce qu’il implique qui assure la touche finale.

Avec sa plume d’une grande force et d’une magnifique simplicité, Stevenson a misé surtout sur le caractère charismatique du jeune Hawkins à qui il a prêté de belles qualités de bravoure, d’astuce et d’ingéniosité. Malheureusement, l’auteur n’a pas cru bon de nous donner son âge. Je me rappelle que ça m’avait frustré quand j’étais ado. Aujourd’hui, je n’y accorde aucune importance. Les jeunes lecteurs d’aujourd’hui n’auront aucun mal à s’identifier à ce jeune homme attachant.

Dans ce roman, il y a un peu de violence bien sûr. On ne peut pas imaginer une histoire de pirate sans quelques morts évidemment. Mais dans L’ÎLE AU TRÉSOR, il n’y a rien de gratuit. Pas de massacre ni de mares de sang. C’est autre chose qui nous tient captif : le non-dit, l’atmosphère inquiétante de l’île, l’omniprésence du complot, l’impressionnant charisme de John Silver, l’énergie et l’imagination de Jim.

Les jeunes lecteurs trouveront donc dans l’ÎLE AU TRÉSOR de quoi les garder captif : un jeune héros dont on aimerait bien être l’ami, l’atmosphère étouffante d’une île maudite hantée par un autre pirate notoire, le redoutable Capitaine Flint, de l’action, des batailles…le tout développé dans des chapitres courts…pas de longueurs. Le roman est court mais il n’y a pas de temps morts et la plupart des éditions sont agrémentées d’illustrations comme celles de Solvej Crevelier pour l’édition que j’ai en main. l’ÎLE AU TRÉSOR, c’est plus qu’une simple histoire de pirates. C’est la plume de Stevenson qui explique pourquoi ce récit est devenu un best-seller de la littérature mondiale.

J’invite chaleureusement les jeunes à lire cet excellent ouvrage. Jamais roman d’aventure n’aura été écrit avec autant d’intelligence et d’habileté. Un superbe divertissement.

Robert Louis Stevenson (1850-1894) est un écrivain et globetrotter écossais réputé pour trois de ses écrits en particulier : VOYAGE AVEC UN ÂNE DANS LES CÉVENNES (1879), L’ÎLE AU TRÉSOR (1883) et peut-être le plus célèbre : L’ÉTRANGE CAS DU DOCTEUR JEKYLL ET DE M. HYDE (1886). Ses romans ont été adulés par les plus grands auteurs de son époque et sont encore lus abondamment de nos jours en particulier à cause de sa capacité à amalgamer la fiction et la réalité. Les jeunes de toutes les époques ont apprécié Stevenson, moi compris (L’ÎLE AU TRÉSOR était une lecture imposée dans beaucoup d’écoles) entre autres à cause de son écriture simple et surtout extrêmement visuelle, de quoi stimuler l’imagination de ceux et celles qui apprécient les lectures *vivantes*.

L’ÎLE AU TRÉSOR ET LE SEPTIÈME ART 


 

Sans doute une des plus célèbres adaptations de L’ÎLE AU TRÉSOR au cinéma fut celle réalisée par le réalisateur Fraser Clark Heston : un film qu’il a lui-même scénarisé à partir du texte intégral de Robert-Louis Stevenson. Cette production anglo-américaine sortie en 1990 au Québec réunissait à l’écran des acteurs prestigieux : Charlton Heston, Christian Bale, Oliver Reed, Christopher Lee, Richard Johnson et Julian Glover. Cet homme-orchestre qu’est Fraser Clarke Heston a aussi agi en tant que producteur. Cette production a connu un succès plutôt flatteur. Il s’agissait de la 7e adaptation de l’ÎLE AU TRÉSOR seulement pour le cinéma. 

L’ÎLE AU TRÉSOR fut l’un des plus grands succès littéraires de tous les temps. Il a été adapté 12 fois au cinéma, 7 fois à la télévision, 18 fois en bande dessinée et a inspiré la création de deux jeux vidéo. Pour le grand écran, les meilleures adaptations sont celles de Byron Haskin et Victor Flemming, toutes deux sorties en DVD le 9 mai 2007, je cite également la version réalisée par Steve Barron en 2012. Il y a bien sûr l’adaptation de Fraser Clarke Heston. Dans les films d’animation, une des meilleures adaptations est celle David Cherkasskiy réalisée en 1988.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
Le samedi 14 octobre 2017