DESMOND PUCKET la magie monstre

LA MAGIE DU MOMENT

DESMOND PUCKET
La magie monstre

Commentaire sur le livre de
Mark Tatulli

 (Extrait : DESMOND PUCKET LA MAGIE MONSTRE.
Texte et 
illustrations: Mark Tatulli, t.f. pour le Canada : Les Éditions
Héritage, 2014, édition de papier, Dominique et Compagnie,
littérature jeunesse, 235 pages)

CHASSEZ LE NATUREL ET IL REVIENT AU GALOP  

Desmond Pucket est un ado passionné par les effets spéciaux et les trucages. Il a une imagination sans limite. Son monde est peuplé de magies monstrueuses. Il excelle dans l’invention de toutes sortes de trucages et  de dispositifs pour provoquer surprises, peurs et frissons. Dans LA MAGIE MONSTRE, Desmond est sur le point de réaliser son rêve : visiter la JETÉE ENCHANTÉE dans le cadre d’une sortie scolaire. Mais voilà, parce que Desmond pousse ses effroyables blagues un peu trop loin, il est menacé d’être privé de cette sortie tant souhaitée, ce qui le priverait d’une attraction très prisée : la Montagne aux Monstres. Desmond aura tout un défi à relever : éviter son renvoi de l’école et prouver qu’il peut être sérieux et digne de confiance. Mais est-ce qu’il saura éviter les pièges et rester fidèle à lui-même. Notre spécialiste en *froussologie* a du pain sur la planche. 

LA MAGIE DU MOMENT

*…pour l’instant, mon passe-temps ne plaît pas
aux adultes. Surtout aux enseignants et aux
types chauves à l’air important qui portent
des lunettes de lecture en demi-lune et des
chandails verts caca d’oie, aussi appelés
«autorités scolaires».
(Extrait : DESMOND PUCKET LA MAGIE MONSTRE)

Si mes fréquentes incursions dans la littérature-jeunesse m’ont beaucoup fait sourire, Desmond Pucket lui, m’a carrément fait rire. Desmond Pucket est un personnage créé par Mark Tatulli : Desmond est un ado énergique et brillant, passionné par les effets spéciaux et la magie, et, parallèlement, créateur de tours pendables et de farces. Il se présente lui-même au début du récit : *…j’adore les trucs qui font peur. Je suis un professeur de froussologie, avec une maîtrise en monstrologie…j’invente, dessine et crée mes propres effets spéciaux monstrueux. Un jour, je deviendrai riche et célèbre en créant les plus incroyables et effroyables manèges hantés de parc d’attractions au monde. C’est mon rêve.* (Extrait : DESMOND PUCKET LA MAGIE MONSTRE)

LA MAGIE MONSTRE est donc le récit de Desmond Pucket qui caresse le rêve de visiter la Jetée Enchantée et plus particulièrement la Montagne aux Monstres. Or, une occasion se présente : une sortie avec son école. Mais comme Desmond s’attire tout de sortes d’ennuis avec ses talents particuliers, il finit par être privé de la sortie rêvée. Il doit relever tout un défi : se racheter et prouver à tous et en particulier au grincheux professeur Supliss qu’il peut être sérieux.

Depuis ma propre adolescence et même aussi loin que je puisse remonter, je constate que les jeunes recherchent à peu près toujours les mêmes éléments dans leurs lectures : des frissons, un brin d’angoisse, une bonne dose d’aventure et surtout beaucoup d’humour.

Dans DESMOND PUCKET LA MAGIE MONSTRE, il y a tout ce qu’il faut pour garder l’intérêt du jeune lecteur et de la jeune lectrice jusqu’à la toute dernière page : une imagination débordante, de l’humour spontané mis en valeur par des illustrations très descriptives et drôles, un texte en gros caractère et très bien ventilé, le tout présenté dans une alternance de textes et de bandes dessinées. Et, pour ajouter à une histoire très riche en rebondissements, Desmond Pucket a un petit sentiment pour ce qu’il considère la plus belle fille de son école : Tina Schimsky. Il nous la décrit d’ailleurs avec beaucoup d’humour:  *Si l’on pouvait la brancher à un générateur, cette fille illuminerait toute une ville* (Extrait : DESMOND PUCKET LA MAGIE MONSTRE).

Sans être moralisateur, le livre est porteur d’une petite réflexion sur l’authenticité, la tolérance et la persévérance. Bref, j’ai passé un beau moment de lecture. J’en suis sorti détendu et de bonne humeur et j’ai pu apprécier un auteur-illustrateur de talent, Mark Tatulli, et profiter de l’excellence de la traduction d’Isabelle Allard. J’aurai peut-être l’occasion de revenir sur Desmond Pucket car LA MAGIE MONSTRE annonce une suite probable…sans doute les péripéties de notre jeune héro à la Montagne aux Monstres.

Enfin je recommande DESMOND PUCKET LA MAGIE MONSTRE à tous les jeunes de 8 ans et plus. J’en ai profité pour parcourir les titres de l’éditeur DOMINIQUE ET COMPAGNIE…c’est très prometteur…

Mark Tatulli est un auteur américain né en 1963, spécialiste de la bande dessinée, de l’animation et de la supervision graphique. Il s’est fait connaître par son *comics trip*. Il a  toutefois atteint la notoriété avec Liõ, un petit garçon vivant seul avec son père et ses animaux familiers : une araignée, un cobra, un chat, un céphalopode et un homard… En 2013, Tatulli crée un jeune personnage débordant d’énergie et d’imagination qui pourrait bien devenir récurrent dans la littérature-jeunesse, DESMOND PUCKET LA MAGIE MONSTRE est le premier titre de la série.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
29 janvier 2017

 

SACRÉES SORCIÈRES

ASTICOTÉE PAR LES ASTICOTS

SACRÉES SORCIÈRES

Commentaire sur le livre de
Roald Dahl

*La jeune femme leva lentement les bras
jusqu’à son visage. Je vis ses mains gantées
défaire quelque chose, derrière les oreilles et
soudain…elle attrapa ses joues et son joli
visage lui resta dans les mains!*
(Extrait : SACRÉES SORCIÈRES, Roald Dahl, t.f.
Gallimard 1984, réédité chez Gallimard jeunesse
en 2007, num. 115 pages)

SACRÉES SORCIÈRES est le récit des tribulations d’un jeune garçon, Bruno et de sa grand-mère qui sont décidés, pendant leurs vacances, à lutter contre les sorcières, ces vilaines femmes qui ne pensent qu’à transformer les enfants en petites souris. Car les sorcières existent, bien qu’elles soient difficiles à identifier. Mais Grand-Mère instruit Bruno sur les signes distinctifs. C’est ainsi que pendant sa chasse aux sorcières, Bruno se retrouve bien malgré lui, dans une pièce où les sorcières tiennent leur congrès annuel. Toutes ces sorcières qui détestent les enfants et qui ne peuvent supporter leur odeur ne sont pas au bout de leur peine car elles seront bientôt confrontées à un enfant débordant d’imagination et de ruse et à sa Grand-Mère qui a plus d’un tour dans son sac. Humour et rebondissements au programme…

…ASTICOTÉE PAR LES ASTICOTS…
C’est ainsi que Bruno décrit la grandissime sorcière :
*Face immonde, putride et décatie. Elle pourrissait
de partout, dans ses narines, autour de la bouche
et des joues…l’horreur de ses traits m’hypnotisait.*
(Extrait : SACRÉES SORCIÈRES)

 Voici un livre extrêmement original, réédité à plusieurs reprises, encore lu aujourd’hui un peu partout dans le monde, spécialement en Amérique du nord et en Europe où il est même recommandé dans les écoles par les pédagogues français entre autres. C’est un livre spécialement écrit pour les enfants et comme adulte, je dois dire que j’en ai beaucoup apprécié la lecture car le récit nous change vraiment de l’idée classique qu’on se fait des sorcières.

Le héros de l’histoire est un petit garçon de 7 ans qui vit avec sa grand-mère. Un jour, la grand-mère dévoile à son petit-fils une vérité qui va changer sa vie : Les sorcières existent. Elles ressemblent trait pour trait à de vraies femmes. Les sorcières sont chauves et portent une perruque qui les irrite au plus haut point, elles sont gantées à longueur d’années pour ne pas dévoiler leurs longues griffes, elles n’ont pas d’orteils et le pire : elles détestent singulièrement les enfants qu’elles considèrent comme de petites choses puantes et irritantes qui devraient être totalement éliminées. S’ensuit alors une véritable chasse aux sorcières, une série d’aventures pleines de rebondissements. L’objectif : sauver les enfants du monde du sort affreux que leurs réservent les sorcières.

J’ai été ravi et subjugué par ce récit de Dahl, plein d’humour, d’imagination et de spontanéité. Dahl a ce don de se mettre à la place des enfants, de penser et de réagir comme eux dans les limites de leur capacité. Évidemment, l’histoire a un petit caractère terrifiant mais elle bien dosée et issue d’une plume qui ne manquera pas de divertir et même de marquer positivement les jeunes esprits. Dans ce récit, les enfants sont attachants et l’auteur leur a prêté de belles qualités d’imagination et de débrouillardise. Tout ne finit pas nécessairement bien, j’aurais préféré un sort différent pour le petit Bruno, mais ne vous en faites pas…il s’en donne à cœur joie et les jours des vilaines sorcières pourraient bien être comptés.

Je précise en terminant que les magnifiques illustrations de Quentin Blake contribuent superbement à rendre le récit vivant et attractif. Chaleureusement recommandé autant pour les enfants que pour les adultes.

Roald Dahl (1916-1990) est un écrivain britannique, issu de parents norvégiens. C’est au cours de ses différents mandats à l’ambassade de Grande Bretagne à Washington qu’il commence à écrire des nouvelles humoristiques et fantastiques. Il se spécialisera en particulier dans les contes pour enfants dont plusieurs sont devenus célèbres dans le monde entier. Plusieurs de ses œuvres sont adaptées au cinéma et à la télé. Entre autres, suite à sa rencontre avec Ian Flemming, créateur de James Bond, il signera le scénario du cinquième film de la série : ON NE VIT QUE DEUX FOIS. Je cite aussi CHITTY CHITTY BANG BANG et GREMLINS.

En complément, je précise que SACRÉES SORCIÈRES de Roald Dahl a été adapté au cinéma en 1990 sous le titre LES SORCIÈRES (THE WITCHES) par le réalisateur Nicolas Roeg. Ce film, brillamment relevé par les effets spéciaux signés John Stephenson, réunit une éclatante distribution dont Anjelica Huston, Rowan Atkinson et l’excellent Jason Ficher, le jeune héros.

BONNE LECTURE
JAILU
LE 2 OCTOBRE 2016

MONSIEUR PAPA

UN P'TIT MALIN SYMPATHIQUE

MONSIEUR PAPA

Commentaire sur le livre de
Patrick Cauvin

*Je suis sûr que j’ai l’air dur. Ce que
je voudrais, c’est un imperméable,
avec une ceinture et le col qui se
relève. Ça, j’aimerais mais ça se fait
pas pour les 10 ans. Encore un truc
con.*
(Extrait : MONSIEUR PAPA de Patrick
Cauvin, Éditions Jean-Claude Lattès,
1976, numérique, 150 pages.)

Frank Lanier est un papa qui est très proche de son petit garçon, Laurent qui a 10 ans. Un jour, le père Frank, comme il se fait appeler par son fils, s’organise des vacances à Bangkok où il pourra prendre du bon temps, mais sans Laurent. Évidemment, ce dernier n’est pas d’accord. Il imagine un moyen à la fois drôle et désespéré, en tout cas pas banal du tout pour trouver l’argent qui lui permettrait de se payer un billet d’avion afin de rejoindre son père à Bangkok. Même s’il aura besoin d’un petit coup de pouce, son plan lui paraît simple quoi qu’audacieux : organiser un hold-up dans un bureau de tabac, s’emparer de la recette, acheter son billet d’avion et filer à Bangkok. Que feriez-vous à la place de Laurent? Un petit séjour près de sa mère ne serait-il pas bénéfique ? Patrick Cauvin signe un petit roman vivifiant plein d’humour.

UN P’TIT MALIN SYMPATHIQUE
*Vraiment rien à ajouter lorsqu’on entend des
choses pareilles. Je n’ai plus qu’à lire le journal,
et personnellement, je déteste LE MONDE. Jamais
une image, rien pour les enfants, et ça parle du
produit national brut et je ne sais pas ce que c’est.
Une fois pour voir j’ai essayé de lire un article sur le
produit national brut, j’ai failli devenir aveugle!*

 Avec MONSIEUR PAPA, j’ai passé un très bon moment de lecture. C’est une histoire sympathique mais surtout drôle. Je n’avais jamais lu Cauvin et j’ai remarqué très vite dans la lecture de son livre de la spontanéité et même de la verdeur. L’écriture est simple, fluide et directe. En fait l’auteur prête sa plume au jeune Laurent Lanier, 10 ans, le héros de l’histoire qui se raconte, dans un langage tout à fait rafraîchissant. En réalité, Laurent nous explique tout ce que sa débordante imagination lui dicte de faire pour accompagner son père à Bangkok pour les vacances. Je veux juste signaler ici que Laurent vit avec son père qui est séparé et que sa mère ne veut rien savoir de cette escapade. Jusqu’où Laurent est capable d’aller? Plus loin qu’on pense….

J’ai beaucoup aimé ce petit livre. Laurent est très attachant et dans la poursuite de son objectif, il accumule les bêtises qu’on finit d’ailleurs par lui pardonner. L’histoire n’est pas sans nous rappeler ce que nous les adultes étions prêts à faire quand on voulait vraiment avoir quelque faveur étant enfants.

Ce qui m’a un peu agacé tient dans le personnage de Laurent. Je l’ai trouvé un peu surréaliste, et ça vaut aussi pour sa relation avec son père. Il n’a que 10 ans…son principal objectif dans la vie est devenir gangster, il joue au poker avec son père qu’il appelle par son prénom : Frank ou le père Frank. Le mot *papa* n’est présent nulle part dans l’histoire. Il a une façon particulière de décrire les femmes en parlant de leur air *sexuel*. Avec son père, il mange assis par terre. Un jeune garçon précoce c’est très possible mais malgré tout, sa répartie m’a semblé trop brillante ou si vous voulez trop expérimentée pour son âge.

Heureusement, l’auteur lui a ménagé suffisamment de naïveté pour tendre vers l’équilibre.

Mais cette petite faiblesse ne m’a pas empêcher de rire et de savourer ma lecture d’autant qu’entre les lignes, Laurent nous livre son opinion sur la vie, les adultes et même sur les femmes. Ça fait toujours réfléchir un peu sur notre propre positionnement face à la vie quand on avait cet âge. Est-ce qu’on faisait autant de bêtises? C’est à chacun de voir.

Bref, c’est une belle histoire très sympathique, celle d’un jeune garçon qui croit sincèrement ce qu’il faut pour aller au bout de son rêve. J’ai beaucoup apprécié.

Patrick Cauvin (1932-2010), de son vrai nom Claude Klotz est un écrivain et scénariste français originaire de Marseille. Installé à Paris en 1938, il développe un goût prononcé pour la philosophie et décroche une licence à la Sorbone. Il devient enseignant et commence à écrire des romans noirs sous son vrai nom. Il se laisse convaincre par l’éditeur Jean-Claude Lattès de changer de nom pour mieux vendre L’AMOUR AVEUGLE. C’est un succès et plusieurs autres suivront dont bien sûr MONSIEUR PAPA adapté au cinéma par Philippe Monnier en 1977. Son œuvre comprend plus d’une soixantaine de titres.

BONNE LECTURE
JAILU
21 AOÛT 2016