LE MOINE

Le préféré de Sade

LE MOINE

Commentaire sur le livre de
MATHEW GREGORY LEWIS

*Ses crimes ont été grands; et quand vous saurez la
cause de sa mort, don Lorenzo, vous vous féliciterez
que cette malheureuse n’existe plus. Elle est tombée
malade jeudi dernier après avoir été à confesse dans
la chapelle des Capucins : sa maladie était
accompagnée d’étranges symptômes…*
(Extrait : LE MOINE, Mathew Gregory Lewis, Creatives
Commons BY-SA, édition originale : 1796, LIBRE DE DROIT
édition numérique, bibebook, 550 pages)

Voici l’histoire d’Ambrosio, un moine prieur apparemment irréprochable, qui bénéficie d’une grande crédibilité dans sa région. Tout ce qu’il fait est dicté par la foi. Il semble campé sur le chemin de la sainteté jusqu’à ce qu’un mystérieux personnage s’installe au monastère : Rosario. Dès le moment où Ambrosio se lie d’amitié avec Rosario, sa vie bascule,  tiraillé entre son idéal vertueux et une forte attirance pour la chair, car une femme est dans le décor. Le Moine qui pourfendait le mal l’attire maintenant à lui. Il tombe dans la luxure et devient un monstre qui tue, viole et sombre dans la déchéance, se montre sous son vrai jour… pervers…le pire qui puisse exister… 

AVANT-PROPOS :
LA LITTÉRATURE GOTHIQUE

La littérature gothique est un genre littéraire d’origine anglaise qui a fait son apparition en 1764 avec l’œuvre d’Horace Walpole LE CHÂTEAU D’OTTRANTE. Les romans gothiques sont généralement noirs, terrifiants, et se distinguent par des éléments surnaturels et moraux. Ils mettent en perspective la force du mal à l’état brut, la cruauté et la misère. Dans la logique d’un roman gothique, il y a un engouement pour le sentimental, le macabre et l’irrationnel. L’influence du genre gothique sera non-négligeable dans l’évolution de la littérature et donnera naissance au genre fantastique vers le milieu du XIXe siècle.

LE PRÉFÉRÉ DE SADE
*Il se laissa aller et plaqua ses lèvres sur celles
qui les cherchaient. Ses baisers rivalisèrent
d’ardeur et de fougue avec ceux de son amante;
il l’étreignit de toute son âme et laissa sourdre
vers elle le flux montant de ses désirs. Il n’y eut
ni vœux, ni sacrements, ni honneur, il n’y eut
plus que la volupté de l’heure.
(Extrait : LE MOINE)

C’est en parcourant LES 1001 LIVRES QU’IL FAUT AVOIR LUS DANS SA VIE publié chez Trécarré sous la direction de Peter Boxall et dont j’ai déjà parlé sur ce site que m’est venue l’idée de faire l’essai de la littérature gothique. J’ai donc opté pour un roman-phare dans le genre gothique : LE MOINE De Matthew Gregory Lewis, c’est un roman très noir à l’allure subversive, un récit glaçant qui prend son origine d’un monastère dans lequel s’infiltre un envoyé du diable. À partir du moment où le diable, incarné dans une femme se dévoile, le récit sombre dans une alternance de surnaturel et de dépravation.

LE MOINE, c’est Ambrosio, un homme adulé, vertueux jusqu’au puritanisme qui cache un profil de frustré refoulé et sous l’influence de Mathilde sombrera très vite dans les pires excès de cruauté et de perversion. Le rigoriste vêtu du voile de la vertu et de la pureté devient rien de moins qu’un monstre de décadence et de déchéance.

Lors de sa première parution en 1796, ce livre a longtemps été considéré comme immoral et interdit dans plusieurs milieux. Mais c’était compter sans les mœurs de l’époque et sans compter sur la redoutable influence de l’Église en général et de l’inquisition en particulier d’autant que l’Église était pointée du doigt comme cachant dans son voile le vice et l’hypocrisie.

Si Lewis était peu regardant des mœurs de son époque, il était par contre très conforme au style contemporain, avec la complicité des traducteurs bien sûr : un français haut perché, déclamé, presque théâtral qui transpire l’extravagance mais qui donne à l’ensemble un caractère extrêmement visuel qui englouti le lecteur.

Plusieurs lecteurs ne pourront s’empêcher de comparer Lewis au marquis de Sade. Moi je l’ai fait et pour LE MOINE tout au moins, j’ai trouvé Lewis beaucoup plus raffiné. Il y a dans son texte plus de profondeur, plus de recherche et une meilleure gradation, plus d’intensité aussi car l’atmosphère glauque et le non-dit m’ont peut-être davantage ébranlé que l’innommable perversité du Moine.

J’ai trouvé le récit dur, très noir mais passionnant. Il est complexe aussi car il raconte deux histoires parallèles. Elles finissent par converger mais ça demande un minimum de concentration. Je crois que c’est la grande fluidité de la plume de Lewis qui m’a gardé captif. Le livre développe au-delà de toutes mes espérances la corruption la plus outrancière induite par le pouvoir.

Enfin, je peux comprendre pourquoi ce livre est devenu le préféré du Marquis de Sade. Ce que je comprends moins, c’est que Lewis a écrit LE MOINE essentiellement pour divertir sa mère. Là-dessus, je dois admettre que je m’interroge toujours…

LE MOINE est un véritable cocktail explosif, rien de moins…et il garde toute son actualité

Mathew G. Lewis (1775-1818) était un romancier dramaturge anglais. Il fait ses études en vue d’une carrière diplomatique et devient attaché à l’ambassade britannique de La Haye en 1794. Il n’y restera que quelques mois et c’est dans cette période qu’il écrira, en dix semaines, son roman LE MOINE, publié l’année suivante. Le succès est immédiat mais a une aura de scandale au point que Lewis publiera une 2eédition épurée des passages les plus décadents, ce qui ne changera pas grand-chose. LE MOINE n’empêchera pas Lewis d’être introduit à la cour et de devenir député pendant quelques années. Pendant un voyage en Jamaïque, il contracte une fièvre et en mourra.

LE MOINE AU CINÉMA

Dominik Moll a adapté le livre de Lewis LE MOINE au cinéma dans un film sorti en 2011 et réunissant à l’écran Vincent Cassel, Déborah François et Joséphine Japy. Plusieurs critiques ont considéré que la perdition sexuelle l’a emporté sur la qualité du scénario mais tous s’entendent sur l’excellente prestation de Vincent Cassel.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 24 juin 2018

 

 

HISTOIRES EXTRAORDINAIRES

Poe le précurseur

HISTOIRES EXTRAORDINAIRES

Commentaire sur le livre d’
EDGAR ALLAN POE

*Arrivés à une vaste pièce située sur le
derrière, au quatrième étage, et dont
on força la porte qui était fermée, avec
la clef en dedans, ils se trouvèrent en
face d’un spectacle qui frappa tous les
assistants d’une terreur non moins
grande que leur étonnement*
(Extrait : HISTOIRES EXTRAORDINAIRES,
Edgar Allan Poe, Elit éditions, 2014,
première publication en France en 1856,
Traduction par Charles Beaudelaire, édition
numérique, 250 pages.)

HISTOIRES EXTRAORDINAIRES est un des grands classiques de la littérature. Ce recueil réunit les nouvelles d’Edgar Allan Poe : DOUBLE ASSASSINAT DANS LA RUE MORGUE, LA LETTRE VOLÉE, LE SCARABÉE D’OR, LE CANARD AU BALLON, AVENTURE SANS PAREILLE D’UN CERTAIN HANS PFAAL, MANUSCRIT TROUVÉ DANS UNE BOUTEILLE, UNE DESCENTE DANS LE MAELSTROM, LA VÉRITÉ SUR LE CAS DE M. VALDEMAR, RÉVÉLATION MAGNÉTIQUE, SOUVENIRS DE M. AUGUSTE BEDLOE, MORELLA, LIGEIA, METZENGERSTEIN. On y trouve tous les genres qui ont fait la notoriété d’Edgar Allan Poe : étrange, fantastique, intrigue policière, horreur, paranormal, mystère, peur…terreur, suspense. Un incontournable de l’univers littéraire traduit par un admirateur inconditionnel de Poe : Charles Beaudelaire.

POE LE PRÉCURSEUR
*Ces neuf dernières heures ont été
incontestablement les plus enflammées
de ma vie. Je ne peux rien concevoir de
plus enthousiasmant que l’étrange
péril et la nouveauté d’une pareille
aventure. Dieu veuille nous donner le
succès*
(Extrait : HISTOIRES EXTRAORDINAIRES,
LE CANARD AU BALLON)

C’est vrai. HISTOIRES EXTRAORDINAIRES est un incontournable de la littérature, un petit chef d’œuvre dans le genre, mais pas nécessairement à cause de la qualité ou la valeur des textes mais parce que Poe, sans être nécessairement le Père de la littérature policière, de science-fiction ou de fantastique, a donné une direction à ces genres littéraires. Il a jeté les bases. Je n’ai pas vraiment été emballé par LES HISTOIRES EXTRAORDINAIRES mais je dois dire que j’ai été subjugué par l’acuité intellectuelle de l’auteur.

Le problème avec Poe est qu’il s’étend très longtemps sur des détails techniques, des postulats scientifiques, de savantes démonstrations de logique et de déductions. Ça s’étend sur de nombreuses pages. Les intrigues sont noyées…les mystères dilués. Je ne suis pas surpris que ces histoires aient marqué leur temps mais elles sont aujourd’hui dépassées.

Malgré tout, j’ai apprécié les HISTOIRES EXTRAORDINAIRES car la lecture m’a permis de comprendre le rôle important qu’a joué Edgar Allan Poe dans l’évolution de la littérature. Je ne crois pas exagérer en disant que dans les genres POLARS, SCIENCE-FICTION, FANTASTIQUE et LITTÉRATURE POLICIÈRE, Poe a été un précurseur. Il a influencé des auteurs devenus des maîtres de la littérature…des incontournables comme Jules Verne dont la richesse descriptive des récits est tout à fait remarquable.

Poe a aussi influencé Conan Doyle dans la création de Sherlock Holmes devenu l’archétype du détective privé et qui n’a pas tardé à éclipser le chevalier Auguste Dupin, le fin limier créé par Poe. Avec son génial détective qui n’hésite pas lui non plus à s’étendre sur les détails de sa logique, Conan Doyle a complètement rénové la littérature policière et Edgar Allan Poe n’y est pas du tout étranger.

J’ai aussi senti l’influence sur plusieurs autres auteurs comme Agatha Christie dont le fameux détective Hercule Poirot est un puits de science et de raisonnement et même sur Fenimore Cooper qui a donné à son personnage NATTY BUMPER appelé œil de faucon un incroyable pouvoir descriptif…un langage du cœur qui confine parfois à la poésie. Et que dire de l’influence de Poe sur le cinéma…

Voilà pourquoi j’ai passé un bon moment avec les HISTOIRES EXTRAORDINAIRES. C’est vrai. Ses histoires ont vieilli mais j’ai pu me mettre dans la peau d’un pionnier aux extraordinaires talents et à l’insatiable soif de connaissances sans compter le regard critique qu’il jette sur la nature humaine. Poe demeure un maître…respect.

Quelques histoires extraordinaires

           

LA SUITE

  Edgar Allan Poe (1809-1849) est un romancier, dramaturge, poète, nouvelliste et critique littéraire américain natif de Boston. Il compose ses premiers poèmes. Malgré son alcoolisme chronique, il connaîtra beaucoup de succès jusqu’en 1845 où il publie LE CORBEAU dont le succès est particulièrement fulgurant. C’est après que Poe connaîtra une déchéance irréversible, sombrant dans une misère extrême jusqu’à sa mort consécutive à une crise de delirium tremens vers la fin de 1947. La Critique contemporaine situe Poe parmi les plus remarquables écrivains de la littérature américaine. Il a été reconnu et défendu par des auteurs célèbres dont Charles Beaudelaire qui est devenu son traducteur officiel.

QUELQUES FILMS ADAPTÉS DES LIVRES D’EDGAR ALLAN POE

    

C’est le cycle Edgar Allan Poe qui a valu au cinéaste américain Roger Corman une réputation internationale. Il s’est entouré pour ses projets d’une équipe *d’inconditionnels* : l’écrivain Richard Matheson, les scénaristes Charles Beaumont et Charles Griffith. Plusieurs acteurs sont sollicités dont Boris Karloff, Peter Lorre et bien sûr Vincent Price qu’on retrouve dans tous les films du cycle, des productions cinématographiques à la mise en scène particulièrement soignée donnant un remarquable résultat artistique. LA CHUTE DE LA MAISON USHER inaugurera le cycle en 1960 et suivront : LA CHAMBRE DES TORTURES en 1961, L’ENTERRÉ VIVANT et L’EMPIRE DE LA TERREUR en 1962, LE CORBEAU, considéré comme un chef d’œuvre, sorti en 1963 avant LA MALÉDICTION D’ARKHAM, LE MASQUE DE LA MORT ROUGE et LA TOMBE DE LIGEIA en 1964.

BONNE LECTURE
JAILU
Le dimanche 27 mai 2018


FAIMS

LE COMMENCEMENT DE LA FAIM

FAIMS

Commentaire sur le livre de
PATRICK SÉNÉCAL 

*Vous avez une vie en apparence comblée, vous
êtes l’image de l’homme honorable, mais une
étrange faim s’est installée en vous…elle a même
tendance à demeurer en vous, à vous ronger. À
tel point que parfois, vous êtes littéralement
affamé. Parce que cette faim ne se contente plus
de repas discrets et équilibrés.*
(Extrait : FAIMS, Patrick Sénécal, Éditions Alire, 2015,
édition numérique, 545 pages)

L’histoire se déroule dans une petite ville imaginaire : Kadpidi, tranquille, 20,000 habitants. Alors que, par une journée magnifique, le bal du chien chaud bat son plein au parc Woodyatt, une étrange caravane entre en ville et s’y installe. C’est le cirque ambulant HUMANUS CIRCUS. Alors la bucolique tranquillité de Kadpidi se dégrade rapidement : les attitudes et les comportements changent, des meurtres se succèdent. Plusieurs citoyens habituellement tranquilles se laissent maintenant aller à satisfaire leurs pulsions : une faim ressentie au quotidien mais refoulée avec le temps. Une faim étrange, malsaine. Après le premier spectacle qui est d’une singulière étrangeté, Joël reprend du service dans la brigade criminelle et sera entraîné dans une enquête pour le moins troublante…

LE COMMENCEMENT DE LA FAIM
*-Pis y parait qu’la femme a pas juste pété les
meubles dans toute sa maison, mais aussi
son char! Pis est allée au bureau où a
travaille, pis a tout cassé là aussi! À coup
de masse! Criss de folle, hein?
(Extrait : FAIMS)

Encore du grand Sénécal mais dans un style un peu différent. Il nous sort complètement de l’univers de Malphas qui a un registre très à part dans l’œuvre de Sénécal mais FAIMS diffère aussi de ses autres livres même si en cours de lecture, j’ai fait souvent le rapprochement avec LE VIDE. Finalement, j’ai compris que l’auteur avait à peu près le même modus operandi. Dans FAIMS je n’ai pas vraiment ressenti l’horreur, mais plutôt une pression psychologique très forte qui caractérise beaucoup de thrillers. Ça ne change rien, ce livre m’a secoué. Il m’a accroché dès les premières pages…par curiosité d’abord et puis rapidement, je fus pris d’une *faim* de tout comprendre, de tout savoir.

Imaginez qu’un petit cirque ambulant qui s’installe dans un petit patelin chamboule complètement le quotidien des gens, modifie attitudes et comportements, provoque bagarres et querelles, alimente des idées de haine, de violence, de meurtres. Le ton est donné dès le départ. Le cirque est bizarre, ses membres sont étranges, marginaux. Leur spectacle est pour adulte seulement. Il est d’une singulière intensité, extrêmement violent en plus d’être sexuellement explicite et hautement suggestif pour des esprits qui ont…*faim*.

Alors qu’un premier meurtre suit de près l’arrivée du cirque, le médecin du patelin, Stéphane, dont la faim est appelée à se réveiller y va de sa petite appréciation du spectacle : *C’est innovateur, c’est baveux, ça brasse la cage et ça fait du bien.* (extrait) voilà qui annonce un changement dans l’esprit du médecin qui finira par dire tout haut ce que tout le monde pense sous l’influence du HUMANUS CIRCUS : *Personne va bien! Tout le monde est tanné, tout le monde est déprimé, tout le monde est frustré! Mais moi, je suis juste écœuré de faire semblant, de me mettre un gros sourire dans face pis de faire ah-ah-ah, pis de raconter n’importe quoi. * (Extrait)

Vous avez compris que cette faim n’a rien à voir avec la nourriture mais symbolise plutôt des pulsions latentes de violence et d’agressivité qui caractérisent l’être humain. La façon dont le thème est développé nous amène à voir la Société sous un jour très différent.

Je considère ce récit comme un thriller, extrêmement noir, puissant et dont il se dégage une atmosphère pesante. La violence y est décrite sans retenue et certains passages sont d’une crudité à faire frémir. L’intrigue est très bien ficelée et j’ai trouvé la finale géniale…totalement imprévisible en ce qui me concerne. Je signale au passage que Sénécal a inclus dans sa distribution un de ses personnages fétiches : Michelle Beaulieu (5150 RUE DES ORMES, REINE ROUGE, ALISS). Je vous laisse aussi découvrir quel personnage de FAIMS a été pourvoyeur dans HELL.COM du même auteur…ce sont des petits entrecroisements à la Stephen King qui me plaisent beaucoup.

Les chapitres sont entrecoupés par un profil complet de chacun des personnages du Humanus Circus : Markitos, Laurus, Sarratou, Régina, Wulf et Wefa…les saltimbanques étranges à l’histoire tordue qui m’ont fait passé par une gamme d’émotions plutôt fortes. Au cœur de l’histoire, il y a aussi la famille Leblanc, Joël, policier de la SQ qui mène l’enquête sur les meurtres et qui n’est pas au bout de ses surprises, sa femme Martine, vétérinaire et leurs ados Nicholas et Émilie dont les rôles pourraient vous surprendre.

Encore un Sénécal dont il est très difficile d’interrompre la lecture… Un nouveau voyage dans les recoins les plus obscurs de l’esprit… Écriture fluide, ventilée, un rythme d’enfer….une écriture qui n’a pas peur des mots…

VOIR AUSSI MES COMMENTAIRES SUR LE VIDE ET CONTRE DIEU DU MÊME AUTEUR.

Patrick Sénécal né en 1967, est un écrivain québécois spécialisé dans le roman *noir*. Il est aussi scénariste et réalisateur. Il publie son premier roman en 1994 : 5150 rue des Ormes, adapté au cinéma en 2009. Il est détenteur  de plusieurs prix littéraires importants dont le prix Boréal du meilleur roman en 2001 (Aliss) et le prix Masterton en 2006 en plus des distinctions dans les salons  du livre.  LE VIDE, qu’il a pris trois ans à écrire est son 7e roman, le plus médiatisé de son œuvre.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 29 avril 2018