ZERO

Un pavé de questionnement

ZERO

Commentaire sur le livre de
MARC ELSBERG

*Paniqués, le Président, sa famille et les fonctionnaires…
n’ont pas remarqué le drone qui les menace…Détonations.
Cris. L’Objectif capture le regard terrifié et la bouche
hurlante de l’homme le plus puissant du monde ; C’est
interminable ! «Bon Dieu de bon Dieu ! pense Erben en
grimaçant. Ces images font le tour du monde… »
(Extrait : ZERO, Marc Elsberg, Pirannah 2016 pour la traduc-
tion française., édition de papier, poche, 505 pages)

Londres, Un adolescent est abattu lors d’une course-poursuite. Ce drame conduit Cynthia Bonsant, journaliste au Daily, à enquêter sur les agissements de Freemee, société américaine high-tech spécialisée dans la collecte et l’analyse de données, qui promet à ses dizaines de millions d’utilisateurs une vie meilleure grâce à ses applis. Dans un monde où réseaux sociaux, sites de e-commerce, caméras de sécurité et objets connectés sont les parfaits alliés de la surveillance globale, le chemin qui mène à la vérité va se révéler aussi ardu que dangereux. Cynthia se rend compte que le taux de suicides est plus élevé parmi les utilisateurs de Freeme, Le monde connecté devient de plus en plus puissant

UN PAVÉ DE QUESTIONNEMENT
*Éviter que les gens ne meurent est sans doute
trop compliqué.*
(Extrait)

*La question est de savoir si vous voulez me
dire ce que vous devez me dire, ou seulement
ce que vous pouvez me dire.
(Extrait)

Zero est un roman actuel et dénonciateur de la toute-puissance des nouvelles technologies. Voyons d’abord un peu l’histoire. Une journaliste du Daily, Cynthia Bonsant, enquête sur Freeme, une société américaine qui développe des nouvelles technologies et se spécialise dans la collecte et l’analyse de données. À ceux et celles qui acceptent volontairement de mettre leurs données personnelles à la disposition de Freeme, la start-up promet une vie meilleure grâce à un *coaching* personnalisé essentiellement géré par leur téléphone intelligent et leur montre adaptée, la smartwatch.  Au cours de ses recherches, Cynthia découvre que le taux de suicides est beaucoup plus élevé chez les utilisateurs de Freeme. On parle de milliers de morts. Quelque chose cloche. Une mystérieuse organisation se dresse devant la démesure de Freeme : ZERO, un activiste qui travaille essentiellement à dénoncer Freeme et alerter l’opinion publique.

Il se trouve que Freeme donnent des points aux abonnés qui révèlent des informations les plus personnelles grâce à 300 questions très précises posées lors de l’inscription. La vie des abonnés devient alors gérée par des *Act app*, Un programme de conseils individualisés qui vous dit quoi faire et vous donne des points si vous êtes obéissants :
*On peut répéter des centaines de fois aux gens de se laver les dents. Ce sera plus efficace si on les récompense pour le faire. Chez Freeme, tes valeurs augmentent. Il faut simplement posséder une brosse à dents électrique qui peut envoyer des informations sur ton compte…*
(Extrait) Ce roman, implacablement branché sur l’actualité n’a rien de rassurant et nous met en garde par l’intermédiaire de zéro : *Le monde digital se trouve dans la moindre particule du monde réel, dans nos téléphones et nos lunettes, nos smartwatches, nos télévisions, nos machines à café, nos voitures. On le retrouvera bientôt dans nos aliments, nos vêtements, dans le sol, les murs, l’eau, l’air, dans nos corps. Le monde digital est depuis longtemps le monde réel. * Extrait

Sachant que le gigantesque pouvoir décrit dans ce livre par Marc Elsberg est en marche, ce roman fait carrément peur. Il ne s’agit pas d’une dystopie même s’il est question de surveillance globale : des gens qui nous surveillent, surveillés eux-mêmes par des surveillants qui sont surveillés et ainsi de suite. Le récit laisse à penser que des sociétés en savent plus sur nous que nous-mêmes et nous fait réfléchir sur les traces que nous laissons sur Internet. En effet, on peut se demander qu’est-ce qui pourrait nous arriver de pire une fois que nous aurons livré aux avides multinationales nos secrets les plus intimes…le cœur de notre vie.

Après des recherches, j’ai constaté que le livre est très bien documenté, intimement lié avec l’actualité et des pronostics réalistes, ZERO est donc un polar crédible. Il n’est pas exagéré en effet de dire que nous sommes surveillés, classés, listés, catalogués et éventuellement vendus à d’autres compagnies. Nous sommes influencés par une volonté qui n’est pas la nôtre et nous dépasse. Très bon livre avec de nombreux rebondissements, des revirements, écriture puissante qui nous amène à remettre en question notre définition de la vie privée. Je signale toutefois que l’entrée en matière est complexe. Il y a de nombreux personnages qu’il faut garder en mémoire au départ. Il faut être particulièrement attentif au premier quart du volume car les personnages ne sont pas tous bien aboutis et l’auteur ne s’est pas vraiment penché sur leur psychologie quoique j’ai trouvé Cynthia Bonsant attachante et particulièrement opiniâtre.

Donc ZERO est un polar particulièrement engagé qui pousse à la réflexion sur le caractère *subtilement* implacable du monde connecté. Si ça ne donne pas le goût de se débrancher, ça pourrait au moins pousser à la prudence.

Marcus Rafelsberger est un écrivain autrichien né à Vienne le 3 janvier 1967. En 2012, il adopte un pseudonyme : Marc Elsberg qui le désigne encore aujourd’hui. Il connaîtra alors un succès foudroyant avec BLACK-OUT, un thriller post-apocalyptique traduit en 10 langues et son thriller technologique ZERO, récipiendaire du prix des lecteurs du livre de poche. Au moment d’écrire mon article, le troisième livre d’Elsberg,  HELIX, vient d’être publié. Il est à nouveau question d’évolution technologique de notre société qui fait l’objet d’une révolution secrète : le génie génétique.

BONNE LECTURE
Claude Lambert
le vendredi 31 juillet 2020

STAR WARS, LES DERNIERS JEDI

Retour sur la force

LES DERNIERS JEDI

Commentaire sur le roman du film
novellisation d’après le scénario de
BRIAN JOHNSON

*L’homme abandonne son air sévère. Ses yeux se voilent.
Ce sabre laser porte tant de souvenirs ! TROP de souvenirs.
Il ne devrait pas l’accepter. Pas après si longtemps. Ses
doigts métalliques touchent la poignée. Elle lui parait aussi
légère et familière que la première fois qu’il l’a tenue en main.
Ce jour-là, sa vie avait basculé. Il s’était découvert une destinée.
(Extrait : STAR WARS VIII LES DERNIERS JEDIS, novellisation de
Michael Kogge d’après le scénario de Rian Johnson. Hachète 2018,
édition de papier, 216 pages, la bibliothèque verte.)

Il y a longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…Le premier ordre règne. Après avoir décimé la pacifique république, le Suprême leader Snoke déploie maintenant ses impitoyables légions pour prendre le contrôle militaire de la galaxie. Seule la générale Leia Organa et les chasseurs de la résistance s’opposent à la tyrannie naissante, convaincue que le Maître Jedi Luke Skywalker reviendra pour redonner une étincelle d’espoir au combat. Mais la résistance s’est laissée surprendre tandis que le premier ordre fond sur la base rebelle, les courageux héros tentent une évasion désespérée.

RETOUR SUR LA FORCE
*Maintenant qu’ils sont disparus, les Jedi sont
idéalisés, idolâtrés comme des dieux. Mais
au-delà du mythe, leur héritage n’est qu’échec,
hypocrisie et orgueil. *
(Extrait)

Un bon petit livre, excellent pour les 8-12 ans, les préados contemporains de la troisième génération des Star wars, mais pour les adultes issus de la première génération (UN NOUVEL ESPOIR, L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE, LE RETOUR DU JEDI) il se pourrait bien que beaucoup de lecteurs-lectrices pensent comme moi…que LES DERNIERS JEDI est une histoire réchauffée et redondante et qui laisse supposer un essoufflement du thème général de la guerre des étoiles. Voyons un peu plus en détail le synopsis de notre livre du jour, en commençant par les personnages. On retrouve d’abord SNOKE, le suprême leader du Premier Ordre, tyrannique et sans scrupules. Le bras droit de SNOKE, KYLO REN, de son vrai nom BEN SOLO, ancien padawan de Luke Skywalker qui a basculé dans le côté obscur. Kylo Ren est le fils de Leïa et Han Solo, issus de la première génération des Star Wars tout comme Chewbacca qui est encore là. Han Solo a été tué par son propre fils. On retrouve plusieurs personnages de soutien, JAKKU, REY, FINN et les deux principaux personnages de la première trilogie : PINCESSE LEÏA ORGANA, devenue Générale et LUKE SKYWALKER, un des derniers Jedi qui travaille à détruire l’Ordre des Jedi et le faire oublier.

Voilà pour les personnages. Le contexte est déjà plus clair. Dans cet épisode, le huitième de la saga, le Premier ordre règne après avoir annihilé la pacifique république. Il reste toutefois Ies enfants de la rébellion avec Leïa en tête. Mais la rébellion se meure et tous n’ont qu’un espoir, que le maître Jedi Luke Skywalker reprenne du service…Luke dont le destin va se préciser dans le récit : *Tu m’as demandé la raison de ma présence ici. Je suis venu sur cette île pour mourir, et pour m’assurer que l’Ordre Jedi mourra avec moi. * (Extrait) Reste à savoir comment se débrouillera la rébellion sans Luke. Un aspect intéressant du récit est à l’effet que les sentiments de Kylo Ren pour Rey se précisent ainsi que ceux envers son père Han Solo. Mais en général, tout le livre est basé sur un espoir impossible. La finale est particulièrement déchirante et met en place des éléments intéressants pour une suite. La saga Star Wars est loin d’être terminée car une quatrième trilogie est en préparation.

Pour moi c’est clair, la série s’essouffle. Elle développe en fait l’éternelle dualité du bien et du mal à grands coups de rayons et de sabres laser, de bombes, de méga-cuirassés et de quadripodes dans un univers hautement technologique. Encore une fois, la Force s’oppose à son pendant obscur, cette force qui octroie des dons très particuliers et puissants à ceux qui la maîtrise. L’histoire se répète et se répète encore. Même un des derniers Jedi disparait de la même façon qu’Obiwan Kennoby disparait dans son combat contre Dark Vador pour permettre à Luke Skywalker et ses amis de fuir. Le corps disparait devrais-je dire, ce qui ne l’empêchera pas d’intervenir par la suite. Sur le plan littéraire, le sujet est élimé. Sur le plan cinématographique, c’est autre chose. Là aussi le sujet tombe en poussière mais comme je suis un amateur d’effets spéciaux, je compte sur les prochains épisodes pour me surprendre.

Mettons de côté un instant ma déception de cette novellisation. En fait j’essaie de me mettre dans la peau des préados. La novellisation des Star Wars leur offre ce que plusieurs d’entre eux recherchent et ici, je ne fais pas référence uniquement au lectorat masculin. Vous pourriez être surpris. Les histoires se tiennent et leur fil conducteur est relativement efficace. Il y a beaucoup d’action, des revirements, des pouvoirs fantastiques, des combats savamment réglés et bien sûr, ça s’entretue. Peut-être les jeunes constateront-ils un manque d’originalité rendu au huitième épisode parce que les récits se suivent et se ressemblent. Violence, magie, héroïsme et haute technologie avec des personnages auxquels on aime s’identifier…c’est quand même vendeur. Il paraît que la quatrième génération des Star Wars, en préparation au moment d’écrire c’est lignes sera complètement différente. J’ai hâte de voir…

Ryan Johnson est un réalisateur, scénariste et producteur américain né en 1973 dans le Maryland. Il se lance dans la réalisation de son premier film en 2005, avec le thriller Brick, qui s’inscrit dans la veine du film noir. Rian Johnson remporte tous les suffrages avec cette œuvre et gagne de nombreux prix. Ce succès permet au réalisateur de faire des débuts remarqués dans le milieu.Malgré une seconde réalisation passée plus inaperçue, Rian Johnson frappe fort avec son troisième film, LOOPER dans lequel un Joseph Gordon-Levitt, méconnaissable donne cette fois la réplique à Bruce Willis sur fond de voyage dans le temps. Ce film de science-fiction, sélectionné au festival de Toronto, est d’ores et déjà considéré comme “révolutionnaire”. Johnson passe ensuite par la case petit écran en réalisant deux épisodes de la saison 5 de la série culte BREANKING BAD. Il est ensuite engagé pour mettre en scène le blockbuster STAR WARS LES DERNIERS JEDI, 8ème épisode de la franchise intergalactique.

AU CINÉMA

En haut, le Wookie Chewbacca et un nouveau copain. Extrait de LES DERNIERS JEDI, VIIIe épisode de STARWARS du réalisateur-scénariste Brian Johnson, sorti en 2017. Ci-dessus, Mark *Skywalker* Hamill. Le simple jedi de la première série (à gauche) devient Maître Jedi à droite.

LA SÉRIE NOVELLISÉE
         
         

BONNE LECTURE
Claude Lambert
Le mercredi 23 octobre 2019


GRAVÉ SUR CHROME

VERTIGE HYPERTECHNOLOGIQUE

GRAVÉ SUR CHROME

Commentaire sur le recueil de
WILLIAM GIBSON

*Le Drome puait le trafic : arrière-goût métallique
de tension nerveuse. Des malabars éparpillés
dans la foule jouaient des biceps en échangeant
de minces sourires glacés et certains étaient
noyés sous de telles masses de muscles greffés,
qu’ils n’avaient presque plus figure humaine.*
(Extrait : GRAVÉ SUR CHROME, recueil de nouvelles
de William Gibson, T.F. : Éditions La Découverte, 1987.
Édition numérique, 190 pages)

GRAVÉ SUR CHROME est un recueil de nouvelles au style cyberpunk évoquant un monde surencadré par l’hyper technologie, en particulier les technologies de l’information dans un monde trépidant. Le recueil comprend 9 nouvelles dont JOHNNY MNEMONIC (adapté au cinéma),  LE GENRE INTÉGRÉ,  coécrit avec John Shirley,  ÉTOILE ROUGE BLANCHE ORBITE, HOTEL NEW ROSE (adapté au cinéma), LE MARCHÉ D’HIVER, DUEL AÉRIEN. Coécrit avec Michael Swanwick. En tout, neuf nouvelles plongent le lecteur dans l’hyper-technologie, un monde qui peut sembler surréaliste mais qui dépeint une société qui évolue rapidement en développant différents thèmes sociologiques.

Les nouvelles :

1)    Johnny Mnemonic, William Gibson
2)    Fragments de rose en hologramme, William Gibson
3)    Le genre intégré, William Gibson et John Shirley
4)    Hinterlands, William Gibson
5)    Étoile rouge, blanche orbite, William Gibson et Bruce Sterling
6)    Hôtel New Rose, William Gibson
7)    Le marché d’hiver, William Gibson
8)    Duel aérien, William Gibson et Michael Swanwick
9)    Gravé sur chrome, William Gibson

Traduction : Jean Bonnefoy

VERTIGE HYPERTECHNOLOGIQUE
*Chrome : son joli visage enfantin aussi lisse que
l’acier, avec des yeux qui auraient été à leur place
au plus profond de quelque fosse abyssale dans
l’Atlantique, des yeux gris et froids qui vivaient
sous une terrible pression. On disait qu’elle
mitonnait ses cancers maison pour les gens qui
la croisaient, variation rococo sur mesure qui
prenaient des années à vous tuer.
(Extrait : GRAVÉ SUR CHROME du recueil GRAVÉ SUR CHROME)

En lisant ce recueil de nouvelles vous pénétrez au cœur d’un style littéraire un peu dégingandé pour mon goût quoique très visionnaire, sombre, bariolé, saturé de synthétique, de rebuts et de gadgets ultra-technologiques. Ce style crépitant fut ourdi par Gibson lui-même avec la publication de son livre NEUROMANCIEN en 1984 qu’on trouve maintenant dans toutes les bibliothèques de SF et dans le top 20 à vie des meilleurs livres de science-fiction.

La plus connue de ces nouvelles est sans doute JOHNNY MNEMONIC adaptée au cinéma et incarné par Keanu Reeves qui transporte dans son cerveau des informations auxquelles il n’a même pas accès lui-même…un disque dur vivant qu’on cherche à éliminer et ce ne sera pas simple…l’archétype du genre : très punk, très cyber, froid.

J’ai eu de la difficulté à lire ce livre au complet. La plume de William Gibson est confuse. Ses nouvelles n’ont à peu près pas de fils conducteurs et prennent toutes sortes de directions. Il m’a fallu souvent revenir en arrière pour comprendre certains développements, certains passages. Aussi, contrairement à la science-fiction classique, Gibson accorde une importance à mon avis démesurée à la psychologie de ses personnages. Ça crée des longueurs et des temps morts dans un environnement qui explore dans la plupart des nouvelles un monde spasmodique noyé dans une ultra-technologie froide et sans âme.

Après JOHNNY MNEMONIC, je suis tombé sur FRAGMENTS DE ROSE EN HOLOGRAMME, une histoire banale, linéaire. Imaginez un homme qui ne peut pas accepter de vivre sans son ex…qui tente de revivre un passé révolu. Je me disais au départ que j’aurais quelque chose d’un peu moins techno et plus humain. Très humain en effet mais triste et déprimant à mourir. C’est un récit lent, dépourvu d’action et étouffant par son absence d’espoir.

Il y a quand même une nouvelle qui s’est démarquée des autres et qui est venue me chercher, pas toujours facile à suivre mais offrant au moins une matière accrochante. Comme ça se produit souvent dans les recueils, Gibson a gardé le meilleur pour la fin. Il s’agit de la nouvelle en titre : GRAVÉ SUR CHROME. Notez que, comme c’est le cas de quelques autres nouvelles, GRAVÉ SUR CHROME va et vient dans le temps et raconte l’histoire de deux hackers très doués qui décident de s’attaquer à la forteresse de Chrome, la barrière informatique hyper sophistiquée d’une entreprise qui gère des milliards dans le cyberespace. Pour parvenir à briser Chrome, nos magouilleurs récupèrent un programme destructeur russe extrêmement virulent qu’ils utiliseront au péril de leur vie, pour détourner à leur profit, le gigantesque flux financier qui transite au-delà de Chrome. Donc, une seule condition pour réussir : GRAVER SUR CHROME.

Au moins dans cette nouvelle, j’ai senti un but, un objectif, un peu d’action et des indices qui permettent aux lecteurs de sous-peser les chances de Bobby et Automatic Jack, les deux hackers, de réussir ou de se planter. Là aussi, il y a des digressions, des longueurs, de longs passages sur les états d’âme des principaux acteurs mais au moins j’ai pu m’accrocher à une intrigue, bénéficier d’une plume plus structurée, plus disciplinée et même un peu plus chaude. J’ai beaucoup apprécié la finale. Dans l’ensemble, GRAVÉ SUR CHROME est un beau texte.

Voilà, tout est une question de goût finalement, je vous ai donné quand même une bonne idée du monde dans lequel nous fait plonger Gibson : un monde glacial, échevelé, étouffé par une puissante circulation de l’information, un monde saturé de drogues synthétiques qui flirt dangereusement avec la criminalité. C’est ce qu’on appelle le CYBERPUNK. En faire l’essai pourrait en convaincre plusieurs que, finalement, rien ne pourra jamais occulter la science-fiction classique.

Personne ne pourra mettre dans l’ombre George Orwell qui nous a donné 1984, Frank Herbert, le créateur du cycle de DUNE, Isaac Asimov, à qui on doit le cycle de FONDATION, Ray Bradbury avec les chroniques martiennes, Dan Simmons avec son cycle d’Hypérion, René Barjavel qui nous a donné LA NUIT DES TEMPS et j’en passe vous vous en doutez bien. Toutefois, je me permets d’ajouter à cette liste un ouvrage dont le style pourrait se rapprocher sensiblement de celui de William Gibson : LE GUIDE DE VOYAGEUR GALACTIQUE, la saga H2G2 de Douglas Adams publiée en 1979. Vous savez…la fameuse trilogie publiée en cinq volumes. J’ai déjà commenté sur ce site le 2e opus :  LE DERNIER RESTAURANT AVANT LA FIN DU MONDE.

Voilà amis lecteurs, amies lectrices, vous voici aux portes de deux mondes : la science-fiction classique qui recèle d’extraordinaires trésors et une science-fiction émergente appelée CYBER-PUNK qui n’est pas encore tout à fait ce qu’on pourrait appeler une vague. Si comme moi, vous aimez essayer des nouvelles tendances sans garantie d’aimer, alors je vous invite à lire GRAVÉ SUR CHROME.

William Gibson est un écrivain américain né en 1948 en Caroline du Sud. Il est devenu orphelin à 18 ans, il quitte l’école et survit grâce aux brocantes. En 1968, pour éviter d’être envoyé au Vietnam, il fuie vers le Canada, s’y installe, s’y marie et reprend ses études. Vers la fin des années 70, Gibson commence à écrire des nouvelles à saveur de science-fiction. Il développe des sujets d’anticipation sur la réalité virtuelle alors émergente, la cybernétique et sur un portrait de la race humaine dans un futur pas si lointain. Gibson se spécialise donc en science-fiction mais dans un style plutôt gothique qui adopte la tendance punk également émergente à l’époque. Le CYBERPUNK est né officiellement en 1984 avec NEUROMANCIEN, détenteur de plusieurs prix. Deux de ses nouvelles seront portées à l’écran (voir plus bas). Enfin, Gibson collaborera avec Tom Maddox à l’écriture de deux épisodes de la célèbre série X-FILES. Gibson a écrit une douzaine de livres en plus de son unique recueil de nouvelles : GRAVÉ SUR CHROME.

 

 

 

 

 

Même titre pour le film et la nouvelle : JOHNNY MNEMONIC, scénarisé par l’auteur de la nouvelle : William Gibson. Production Canado-américaine réalisé en 1995 par Robert Longo avec Keannu Reeves, Dolph Lundgren et Dina Meyer.

   

 

 

Là aussi, même titre pour le film et la nouvelle : HOTEL NEW ROSE FILM AMÉRICAIN SCÉNARISÉ PAR William Gibson et réalisé par Abel Ferrara en 1998 avec Asia Argento, Christopher Walken et Willem Dafoe.

BONNE LECTURE
JAILU/Claude Lambert
le dimanche 25 mars 2018