TAG

Humaine démence

TAG

Commentaire sur le livre de
GHISLAIN TASCHEREAU

*Il vous est garanti que le corps de la cible
disparaîtra et ne sera jamais retrouvé…
puisque je n’ai rien contre le bénévolat,
sachez que… UN DÉFAUT DE PAIEMENT
VOUS SERAIT FATAL.*
(Extrait : TAG, Ghislain Taschereau,  Les Éditions
Goélette, édition de papier, 265 pages)

Quand on est un misanthrope absolu comme Tag, on ne peut être qu’un excellent tueur à gages. Et c’est précisément ce qu’il est. Si par hasard vous tombez sur une de ses cartes professionnelles, vous ne pourrez plus l’oublier. Qui sait si vous ne songerez pas même à faire appel à ses services ?… TAG a deux problèmes principalement : il méprise l’humanité en général et l’être humain en particulier et souffre d’un énorme sentiment de frustration. Le tueur à gages serait-il devenu sensible ? Pas nécessairement. Tag ne sait pas encore si tous les humains méritent la mort ou si on peut en sauver quelques-uns. Il ne va pas tarder à le découvrir grâce à une expérience étonnante qu’il prépare avec un soin méticuleux et exécute avec un exceptionnel souci du détail. Cette expérience en est une de déconditionnement. Tag est-il un fou dangereux ou encore un justicier irréaliste : Les lecteurs et lectrices sont appelés à rendre jugement. Ils verront sans doute très vite que tout n’est pas si simple.

HUMAINE DÉMENCE
*Il fit vite coulisser la portière de la fourgonnette
et prit la tête du juge dans un étau. Dizcoti glapit
tandis que TAG le halait à l’intérieur du véhicule.
Sa mauvaise forme physique fit en sorte qu’il
s’éteignit facilement et rapidement…*

(Extrait : TAG)

 Après plus d’une douzaine d’années d’absence, Ghislain Taschereau nous revient avec l’histoire de Loïc L’Heureux appelé TAG, un tueur à gage misanthrope et froid qui n’a qu’un rêve, et il s’en fait même un objectif : détruire l’humanité : *Il faut que je parvienne à la grande extinction. Je ne veux plus avoir mal à mon espèce. * (extrait)

D’ailleurs Tag ne tue pas. Il *éteint*. Dans sa mentalité, ce n’est pas du tout la même chose. Vous aurez compris que TAG voue une haine profonde pour l’humanité : *Je hais les humains. Ces ordures me font regretter de faire partie de leur sale race. Je les hais tous profondément et avec attention. * (Extrait) Dans l’évolution du récit, TAG consacre son temps principalement à trois activités : remplir des contrats *d’extinction*, déconditionner des humains, c’est-à-dire les remettre sur la bonne voie selon les critères de TAG et enfin, travailler à son grand projet d’extinction de l’humanité.

Première chose importante : Taschereau a vraiment bien travaillé son personnage. Malgré toute la haine qu’il peut cracher, la psychologie du personnage ne m’a pas repoussé. Je veux en dévoiler le moins possible parce que lire TAG, c’est aller de découverte en découverte. Devant l’impossibilité de réaliser son rêve, TAG devient un expérimentateur. Sa haine est manifeste mais sa recherche du bon m’a semblé évidente. En fait Taschereau nous décrit un esprit à la dérive un peu comme s’il prenait un pot à la santé de la connerie humaine. TAG est un personnage recherché et profond. Sa psychologie est complexe mais ses motivations sont limpides.

Dans une entrevue accordée au Journal de Montréal en 2014, Ghislain Taschereau expliquait à la journaliste Marie-France Bornais qu’en créant TAG, personnage habité par la haine et la violence, il voulait provoquer une prise de conscience de la bêtise humaine. Il a donc donné à son personnage les moyens, la rigueur et la froideur pour y parvenir. Autre force majeure du livre, son auteur a su entretenir l’intrigue jusqu’à la finale probablement parce que le personnage lui-même EST une intrigue. Malgré tout, l’auteur l’a mis en position d’être compris à certains égards par le lectorat. En effet, qui n’a pas rêvé tôt ou tard de débarrasser l’humanité de sa mauvaise graine : meurtriers, violeurs, pédophiles, dictateurs sanguinaires et autres… loin de moi l’idée d’excuser le personnage mais je suis sûr que les lecteurs et lectrices vont trouver dans le récit un petit quelque chose qui va venir s’ajuster à leur philosophie sociétale.

Enfin un dernier point à signaler : l’auteur fait preuve d’un certain humour dans son livre et je ne me limite pas au fait que c’est toute la société qui est tournée en dérision mais sa façon de s’exprimer, surtout dans ses comparatifs m’a arraché quelques sourires : *Quand TAG s’enquit de l’endroit où se trouvaient les *internets* rapides, une vieille serveuse, maquillée comme un clown qui se serait voulu sexy lui désigna trois petites portes…* (Extrait) J’ai toujours aimé cette façon de mettre de l’humour dans un texte, aussi dramatique puisse-t-il être. Quant à la finale, je dirai que dans le dernier quart, le récit prend toutes sortes de directions et perd de sa spontanéité. Le personnage principal se cherche, allant d’idée en idée. Toutefois, Les trouvailles qu’on y fait, issues d’un esprit qui dérape complètement garde le lecteur dans le coup jusqu’au puissant et dramatique point final.

J’ai aimé ce livre et je le recommande. Je n’ai pas vu le temps passer. Il se lit très vite. Il est accrochant, à la rigueur troublant. L’histoire est assortie, peut-être même enrichie d’une vision ironique, voir acide que l’auteur se fait de la Société. J’ai trouvé l’ensemble originale…à lire.

Ghislain Taschereau est un comédien, humoriste, réalisateur et auteur québécois né en 1962. Sa carrière d’humoriste est extrêmement substantielle. Elle a commencé en 1989 comme scripteur à l’émission 100 LIMITES, un bulletin de nouvelles plutôt mordant qui était diffusé à TQS. Fort de cette première aventure, Taschereau a enchaîné avec Bob Binette, les Bleus poudre et j’en passe. Sur le plan littéraire Ghislain Taschereau a connu un succès flatteur avec un personnage qu’il a créé, L’INSPECTEUR SECTEUR qui a ceci de particulier, que pour être le meilleur inspecteur de police de la planète pendant toute sa vie il a invoqué Satan involontairement et lui a vendu son âme sans à peine s’en apercevoir. Cette création a valu quatre best-sellers à Taschereau. Puis après treize ans d’absence, il publie TAG en septembre 2014 et ÉTOILES TOMBANTES en octobre 2015.

BONNE LECTURE
Claude Lambert

Le dimanche premier décembre 2019

FRANKENSTEIN

Animé par le feu du ciel

FRANKENSTEIN
ou le Prométhée moderne

Commentaire sur le livre de
MARY SHELLEY

*Sa stature gigantesque, la difformité de son aspect,
trop hideux pour appartenir à l’humanité, m’apprirent
sur-le-champ que c’était le misérable, l’épouvantable
démon à qui j’avais donné la vie.*

(Extrait FRANKENSTEIN, Mary Shelly, édition originale : 1818,
pour la présente réédition, Les Éditions du 38, 2015,
édition numérique, 200 pages num.)

   

FRANKENSTEIN OU LE PROMÉTHÉE MODERNE raconte l’histoire de Victor Frankenstein, un jeune savant suisse passionné de physique et fasciné par les effets de la foudre. Un jour, Frankenstein décide d’actualiser ses connaissances scientifiques jugées par ses tuteurs scientifiques faussées et faibles. Il va même les propulser vers l’avenir en utilisant l’énergie fantastique de la foudre et son esprit devenu un peu torturé pour créer, à partir de chairs mortes, un être vivant. Ça fonctionne, mais l’être qu’il crée, quoique doué d’intelligence est affreusement hideux au point que Frankenstein l’abandonne et disparaît. Furieux d’avoir été rejeté par son créateur et persécuté par la société, la créature traquera son père. Victor Frankenstein sera finalement recueilli sur la banquise par un navire faisant route vers le pôle nord. Un face à face semble inévitable…

ANIMÉ PAR LE FEU DU CIEL
*Mes machinations criminelles ont donc eu
 raison de ton existence, mon cher Henry!
 J’ai déjà détruit deux êtres humains. D’autres
 victimes vont encore succomber!*
(Extrait)

Mon exploration de la littérature classique se poursuit cette fois avec Frankenstein de Mary Shelly, un livre qui a beaucoup frappé l’imaginaire depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours car le thème central tourne autour du pouvoir de donner la vie et la mort. Je n’ai pas été déçu mais j’ai été surpris, étonné de constater à quel point l’œuvre de Mary Shelly a été galvaudée et mal comprise. Je me réfère ici aux très nombreuses adaptations de Frankenstein pour le cinéma et la télévision.

D’abord résumons. Ce livre raconte l’histoire de Victor Frankenstein qui, émerveillé par la puissance de la foudre et obsédé par une théorie scientifique, réussit à créer, à partir de chairs mortes, un être vivant. Victor ne lui a pas donné de nom. On parlera de lui comme étant le monstre de Frankenstein. Monstre parce que l’être que Victor a créé est immense, difforme, laid, hideux. Victor rejette sa créature qui, elle, ne l’accepte pas. Le monstre demande à son créateur de créer une créature femelle à son image en échange de quoi il disparaîtra complètement de sa vie. Frankenstein refuse. Alors la créature se vengera sur tous les proches que Frankenstein aime.

C’est tout. L’histoire n’explique pas comment a été créé le monstre, comment et où le docteur allait chercher les organes, les parties de corps. L’histoire n’explique pas non plus, ou très peu comment le monstre exerçait sa vengeance sur les proches de Frankenstein. L’histoire commence alors que le docteur pense entrevoir sa créature et bâtit secrètement des plans pour l’éliminer. Quant à la finale, elle est loin d’être aussi spectaculaire que ce à quoi le septième art nous a habitué.

En fait, ce livre repose essentiellement sur la honte et les regrets du bon docteur Frankenstein ainsi que sur une singulière haine que se vouent mutuellement la créature et son créateur. Voici un exemple, extrait d’un plaidoyer de la créature à son créateur. Il fait plus que dire son mépris, il crache sa haine : *Tu te souviens sans aucun doute de ces notes. Les voici! Tout ce qui concerne mes origines maudites y est consigné. Chaque détail de cette chaîne de faits horribles est mis en relief. Et y est donnée aussi la description précise de mon odieuse et repoussante personne, en des termes qui accusent ta propre horreur et qui rendent la mienne indélébile. J’étais dégouté en lisant cela. «Maudit soit le jour de ma naissance ! » m’écriai-je.* (Extrait)

Au-delà d’un récit au rythme lent et très redondant à mon avis, le livre véhicule un beau schéma de pensée sur la vie, la mort, l’amertume de la vengeance et, dans un cadre plus moderne, les risques d’une recherche scientifique non encadrée et la mise en perspective de l’éthique.

Il y a un élément en particulier qui m’a agacé : de la création du monstre jusqu’à la conclusion du livre, il s’écoule trois années. Or, lors d’une longue histoire que la créature raconte à son créateur, je me suis aperçu très vite que le monstre s’exclamait dans un français haut de gamme et faisait preuve d’une érudition qu’il faudrait une vie entière pour atteindre. Cette histoire était en fait une supplique. Le monstre insistait pour que Frankenstein crée une réplique féminine. Comment une créature qui ne sait ni lire ni écrire peut déclamer à ce point dans un français aussi impeccable. Pour moi, c’est une incohérence.

Je crois que c’est le cinéma qui a fait la notoriété du livre et le cinéma ne s’est pas encombré des lamentations du docteur ni du français haut perché de sa créature. Les performances de Boris Karloff en particulier et les investissements de la Hammer ont frappé de plein fouet l’imaginaire collectif et ont dénaturé l’œuvre de Mary Shelly, faisant du monstre de Frankenstein l’œuvre la plus adapté au cinéma avec Dracula et Tarzan.

Sans être un chef d’œuvre, Frankenstein demeure pour moi un classique de la littérature. Ne vous attendez pas à de l’action, il n’y en a pas…pas plus que des scènes d’horreur et des bains de sang. Ce livre est d’abord l’histoire d’un homme qui s’accuse et c’est surtout sa teneur philosophique qui m’a intéressé.

Mary Godwin (1797-1851) est une écrivaine britannique née à Londres. Elle était la fille d’un écrivain politique et d’une mère philosophe féministe. En 1816, Mary épouse le poète Percy Shelley. La même année, encouragée par son marin, Mary se met à l’écriture et entreprend son roman FRANKENSTEIN qui sera publié en 1818. Après la mort de son mari, Mary Shelley se consacre entièrement à sa carrière d’écrivaine et fait publier ses œuvres ainsi que celles de son mari. FRANKENSTEIN OU LE PROMÉTHÉE MODERNE en 1818 sera suivi de MATHILDA en 1819, VALPERGA en 1820, LE DERNIER HOMME en 1826 et différents récits de voyage. Des œuvres qui seront sensiblement mises dans l’ombre par son célèbre FRANKENSTEIN qui atteindra une notoriété exceptionnelle et qui deviendra aussi un des leviers ouvrant la voie à la science-fiction moderne. Mary Shelly est morte en 1851 à l’âge de 53 ans.

FRANKENSTEIN AU CINÉMA

                  
1931                                           1957                                          1970

Boris Karloff a été le premier à interpréter Frankenstein dans l’adaptation cinématographique de 1931 produite par Universal. Sa prestation influencera toutes les incarnations futures du monstre. La plupart des scénarios ont une forte tendance à dénaturer l’œuvre de Mary Shelley. Les productions télé de 1973 et long métrage de 1994 sont beaucoup plus proche du roman. Quant à Boris Karloff, on peut dire qu’il aura marqué l’imaginaire collectif. Nous verrons dans d’autres adaptations de FRANKENSTEIN des contemporains de Karloff briller à l’écran : Christopher Lee (Frankenstein s’est échappé), Peter Cushing jouant le docteur dans les productions de la Hammer films, Lon Chaney jr (Le fantôme de Frankenstein) et bien sûr Bela Lugosi (Frankenstein rencontre le loup-garou)

  

                       1935                                                    2015

La production de 1935 remet en scène Boris Karloff. Il faut rappeler que dans l’œuvre de Mary Shelley, le docteur Frankenstein avait effectivement une fiancée.  Quant à la production de 2015, elle nous donne l’occasion de revoir Daniel Radcliffe qui joue autre chose qu’Harry Potter.

BONNE LECTURE
Jailu
Le dimanche 24 février 2019