NOUVELLES NOIRES

Cauchemar au jour le jour

NOUVELLES NOIRES

Commentaire sur le recueil de
RENAUD BENOIST

*En un flash tout disparut, et Lantier, en sueur, sursauta
en ne comprenant pas ce qu’il avait vu ou avait cru
voir…Ne voulant en parler à personne, il décida donc
de garder cette incroyable histoire pour lui.*
(Extrait : NOUVELLES NOIRES, vol. 1, CHEZ LANTIER, Renaud
Benoist,  édition L’ivre-book, 2014, numérique,  recueil)

Dans ce premier opus des NOUVELLES NOIRES, Renaud Benoist nous entraîne dans un malstrom de réalité et d’irréalité. Le but : happer le lecteur et le faire plonger dans des textes insolites, noirs, dérangeants et le poussant sans cesse à se demander s’il est dans le réel ou l’irréel. Oui, Renaud Benoist corrompt la perception de la réalité en entraînant le lecteur dans un monde de cauchemar : tueur en série, tableau maléfique, nature vengeresse, village démoniaque et autres tableaux mystérieux issus d’une imagination débridée. Les NOUVELLES NOIRES sont comme un jeu de pistes qui ouvre la voie à une nouvelle dimension du frisson.

CAUCHEMAR AU JOUR LE JOUR
*Ce jour-là, les cloches de l’église sonnèrent
longtemps, trop longtemps, le curé avait été
seul à s’en inquiéter et ce fut lui qui remarqua
cette brèche qui passait sous la maison de
Dieu.*

(Extrait:: NATURE, du recueil NOUVELLES
NOIRES)

À l’occasion, j’aime insérer dans mes projets de lecture, un recueil de nouvelles pour voir et apprécier comment les auteurs, autant ceux qui sont connus que les émergents se débrouillent dans cette forme littéraire très particulière. La nouvelle littéraire est un récit fictif très bref qui fait appel à la réalité et qui, la plupart du temps, ne comporte pas de situation finale. Généralement, elle se termine avec un dénouement inattendu qu’on appelle la chute. Comme il s’agit d’un court récit, la nouvelle littéraire comporte peu de personnages, peu d’action et peu de lieux… Le défi d’un nouvelliste est de concentrer son histoire pour en renforcer l’effet. Donc la nouvelle n’est pas un roman. C’est une forme définie de littérature développée dans un minimum de pages (5 à 15). Certaines nouvelles vont jusqu’à cent pages. Je ne me passerais certainement pas des romans. Ils jouent sur le développement des émotions et des sentiments et la psychologie. Dans la nouvelle on planche plutôt sur la surprise, les rebondissements et les finales percutantes.

En matière de nouvelles, mon choix s’est porté cette fois sur les NOUVELLES NOIRES, vol. 1 de Renaud Benoist. Les nouvelles de Benoist ont comme toile de fond l’Auvergne, une région du massif central de la France, un territoire de nature sauvage et de paysages grandioses. Un décor parfait pour développer les thèmes de la solitude, du mystère, de la peur et des légendes entourant la nature vengeresse. J’ai aimé ce recueil, résultat d’une imagination volontairement débridée. Les textes sont insolites et poussent le lecteur à l’évasion. On oublie les problèmes, le temps…pour frissonner un peu car c’est bien ce que propose l’auteur : de l’émotion parfois forte, de l’insolite, de l’inexplicable, des forces obscures qui échappent à la raison humaine…

NOUVELLES NOIRES vol. 1 comprend 8 nouvelles. Ma préférée : LES ÉTANGS BLEUS.  Les parents de Jean décident de déménager toute la famille dans un complexe de HLM appelé LES ÉTANGS BLEUS. Quelques temps après le déménagement, Jean entend des bruits bizarres dans le placard de sa chambre…comme un grattement. Dans son nouveau patelin, Jean est attiré par un coin de forêt appelé le petit bois dans lequel apparemment des enfants sont disparus et ne sont jamais revenus. Ça l’intrigue et il demande à son nouveau copain Luc de l’accompagner. Luc lui montre sa cabane perchée discrètement dans un arbre…soudain le lien se fait entre le placard et la cabane. Jean s’apprête à goûter l’obscure médecine du petit bois : *J’ai vu…J’ai vu ce que tu ne verras jamais…J’ai vu une espèce de chose sortir d’un arbre et les attaquer, ça n’a duré qu’une minute ou deux…elle les a avalés et est retournée dans son antre…* (Extrait)

C’est une nouvelle dans laquelle l’atmosphère s’alourdit de pages en pages et qui développe l’idée de créatures qui rappellent un peu les monstres de H.P. Lovecraft. C’est une lecture qui devient très vite addictive.

Une forme se dégagea du comptoir et prit corps. Jeannette…c’était sa Jeannette, sa femme morte depuis dix ans. (Extrait de CHEZ LANTIER, la première nouvelle du recueil NOUVELLES NOIRES vol.1)
Les bulles étaient là, tout comme le «rien» était derrière nous. Lui avançait, elles grossissaient. On aurait dit une scène d’un livre de Kafka. (Extrait de LE PONT la quatrième nouvelle de NOUVELLES NOIRES vol.1)

Bref, j’ai passé un bon moment de lecture. Je crois que l’auteur a bien relevé le défi. L’écriture est fluide, le mystère est bien entretenu, on le sent dans chaque texte comme une espèce de non-dit. À lire. Si vous aimez, le volume 2 est disponible.

Renaud Benoist est né le 27 mars 1973 à Epinay-sur-Seine. Il suit des études d’arts plastiques aux Beaux -arts de Saint-Étienne. En 1998, il débute la série Nouvelles noires. En 2001, il sort le premier tome de la Trilogie des Yukulutes, La Solution symbiose suivi du tome 2, Le Culte d’Arès, en 2013 et du dernier volume, Quazar Balder, en 2006. De 2007 à 2013, il se consacre à des recherches sur le fameux Triangle de la Burle. En mai 2013, il sort En Quête du triangle de la Burle. Entre ses écritures, les occupations ne manquent pas pour Renaud Benoist. Il reçoit le prix des automnales du livre de Sury-le-Comtal, en 2001, pour La Solution symbiose, Il écrit le scénario d’une comédie musicale intitulée Le Fanten lupo, en 2007 et réalise un court-métrage : ESPRIT ES-TU LÀ ? en 2008.

À LIRE AUSSI

BONNE  LECTURE
Claude Lambert
Le samedi 28 septembre 2019

PASSEPEUR TRIO TERREUR NO 3

LES TÉMÉRAIRES DE L'HORREUR

Passepeur
Trio terreur no 3

Commentaire sur le livre de
Richard Petit

*Comme dans un cauchemar, il se met à avancer
vers vous telle une araignée géante dans une
cacophonie de grincements. Vous ne savez pas
quoi faire car vous n’avez jamais été attaqué
par un luminaire…*
(Extrait : Passepeur trio terreur no 3, texte et
illustrations de Richard Petit, Éditions Boumerang
jeunesse, 2008, réédition 2015, papier,  384 pages)

Les TRIOS TERREUR de PASSEPEUR sont des compilations de trois mini-romans ayant chacun plusieurs finales possibles. Ce sont les jeunes lecteurs qui décident des directions à prendre, des moyens de contourner les obstacles, et des conclusions possibles pour chaque récit. Les pages du destin, qui font intervenir le hasard, ainsi que des petits jeux éducatifs aident les jeunes à se diriger vers la meilleure finale possible. Le Trio terreur 3 comprend donc trois titres bourrés de pièges, de monstres horribles et de situations étranges et mystérieuses : LE PROF CANNIBALE, BIENVENUE AU ZOORREUR et LE LABYRINTHE DU CYCLOPE. Ces livres se lisent un peu à la façon des jeux vidéo. Plusieurs finales sont possibles mais une seule permet de terminer le livre.

Les titres :

Le prof cannibale : À l’école Saint-Macabre, il faut tout prix éviter la retenue, car elle pourrait être mortelle…
Bienvenue au Zoorreur : Visite dans un zoo terrifiant où il est strictement interdit de nourrir les ANIMONSTRES!
Le labyrinthe du cyclope : L’endroit ressemble à un parc d’attractions, mais les lieux sont maudits et il semble qu’il n’y ait qu’une seule façon d’en sortir…couché dans un cercueil.

La bande des téméraires de l’horreur
*Paralysé par la peur, tu ne peux pas bouger
un seul muscle pour tenter de t’enfuir. De
la tombe voisine, une grosse tête poilue
émerge de la neige.*
(Extrait : LE LABYRINTHE DU CYCLOPE, PASSEPEUR,
Trio terreur numéro 3, Richard Petit)

Les ouvrages de la collection PASSEPEUR sont des livres jeux-aventures pour les jeunes qui décident eux-mêmes du déroulement de l’intrigue. C’est un véritable défi pour les jeunes lecteurs et lectrices qui ont à choisir le chemin à prendre pour arriver à la finale appropriée. Quand je dis défi, je pèse le mot, car dans le trio PASSEPEUR numéro 3, je me suis cassé le nez plusieurs fois. Par exemple, dans le récit ZOORREUR, il y a 19 façons de finir l’aventure, dans LE PROF CANNIBALE, il y en a 21. Dans tous les cas, une seule fin permet vraiment de terminer l’aventure.

Voici un exemple de direction à prendre. Dans le récit LE LABYRINTHE DU CYCLOPE, on passe du chapitre 1 au 7, puis le 4 qui nous laisse cinq autres choix de direction : le 2, le 10, le 29, le 36 et le 35. Si vous choisissez le chapitre 29 par exemple, vous devrez tourner les pages du destin, c’est-à-dire feuilleter le livre au hasard et suivre les instructions afin de déterminer si vous allez au chapitre 21 ou au chapitre 3. Si vous choisissez le chapitre 21, ça vous amènera par la suite au chapitre 30, puis au 65 et ainsi de suite…

Vous avez compris qu’il serait inutile de suivre les chapitres dans l’ordre. La compréhension de l’histoire serait impossible. Je pense que l’auteur a eu l’idée géniale d’amener les jeunes non seulement à LIRE un livre, mais aussi à le VIVRE comme une aventure. Ainsi, les jeunes lecteurs et lectrices doivent manipuler le livre, le feuilleter, chercher, comprendre, fouiller, déduire. Chaque histoire est comme un labyrinthe. La sortie est quelque part. Il faut la trouver.

J’ai trouvé l’idée géniale quoique je mets un petit bémol… je trouve que pour chaque aventure, il y a trop de directions à prendre. Le fait qu’une seule fin possible sur une vingtaine permette de terminer l’aventure peut décourager les jeunes de terminer le livre. En tout cas, ma patience à moi a été soumise à rude épreuve. Toutefois, le livre contient beaucoup de forces qui peuvent, je l’espère, amener les jeunes à persévérer. Tous les livres de la collection sont abondamment illustrés et développent bien sûr des sujets d’horreur, de terreur et de frissons dont la jeunesse raffole : zombies, fantômes, êtres difformes, monstres, endroits hantés, fantômes, cannibales et j’en passe.

Ajoutons à cela une plume facile à suivre qui permet au jeune lecteur tutoyé de s’identifier à un des héros et l’encourage dans cette voie. Les chapitres sont courts et les instructions à suivre sont limpides. Chaque volume est bien ventilé et je le rappelle, bourré d’illustrations originales réalisées avec brio par l’auteur Richard Petit.

Un des côtés le plus intéressant des PASSEPEUR est qu’ils initient les jeunes à une démarche de recherche et ce, de façon amusante. Ne serait-ce que pour encourager le goût de la lecture, la curiosité intellectuelle et le développement à long terme de la qualité du français orthographique, j’invite et encourage les jeunes à relever le défi.

Richard Petit est un romancier québécois né le 7 mars 1958. Il est auteur et illustrateur de romans pour la jeunesse. Très prolifique, Richard Petit a publié plus d’une cinquantaine de romans dont la série tout à fait innovatrice TÊTE-BÊCHE LIMONADE écrite essentiellement pour les jeunes filles. On lui doit aussi la série ZOMBIRA. Toutefois, la plus populaire de toutes ses séries demeure PASSEPEUR : des livres-jeux du genre aventure-horreur qui sont de véritables petits *labyrinthes* de lecture dans lesquels les jeunes lecteurs et lectrices doivent déterminer eux-mêmes la fin appropriée. Son travail auprès des jeunes a valu à Richard Petit le prix PERSONNALITÉ DE L’ANNÉE de l’Association québécoise des Salons du Livre en 2005.

Quelques autres PASSEPEURS…

    PASSEPEUR

BONNE LECTURE
JAILU
8 janvier 2017